Sans aucun instrument, ou avec peu d’instruments, on peut considérer qu’une erreur sur l’estime de l’ordre de 20% est correcte (avec tous les instruments du bord, l’erreur sur l’estime est de quelques pourcents). 20 %, c’est déjà beaucoup. Ca mérite de soigner les procédures pour ne pas augmenter plus que nécessaire cette erreur.

Une bonne estime de la distance parcourue passe par la mesure fréquente de la vitesse du bateau (distance parcourue = vitesse x temps). Le loch de fortune décrit ici le 20 novembre vous oblige à faire des divisions (V=28/T) à chaque mesure. Avec le même matériel, voici un loch avec lecture directe, sans avoir à faire de division.

Le loch_orin

 L’idée de base est que 1 nœud = 1852m/h = 51,44 cm/s, soit 3,086 m en six secondes. Sur le filin attaché à notre bidon - toujours le même - après le premier nœud appelé la houache, faites donc un nœud tous les 3,09m - on n’est pas à quelques millimètres près. Avec mon filin de 30m, vous devriez pouvoir en faire 7. Quand vous jetez le bidon à la mer et que vous sentez la houache passer entre vos doigts, entraînée par le bidon, lancez le chrono (si vous n'avez pas de chronomètre pour compter les secondes, lisez le message suivant). Au bout de six secondes, stoppez le déroulement du filin, et comptez le nombre de nœuds (et de fractions de l’espace entre deux nœuds) qui sont passés entre vos mains après la houache. Ce nombre vous donne directement votre vitesse en nœuds. Plus de divisions à faire… Génial (on a simplement recréé le loch à bateau traditionnel en rapprochant les nœuds).

Inconvénient de la méthode : au delà de 7 nœuds le filin vous échappe… zut :). Il faudrait un filin plus long...