aéroport d'Athènes 241015

Samedi 24 octobre. Réveil à 4h20, petit déjeuner rapide – j’ai trouvé un restant de salade de riz au fond de la glacière - et inspection approfondie du bateau : pas question d’oublier quelque chose qui aurait glissé par exemple sous un matelas. Mon pantalon de voile et ma salopette trempée ont un peu séché durant la nuit. Je fourre les poches de ma veste polaire et de ma veste de quart de tout le matériel électrique dont je dispose : chargeurs divers, prises multiples 12V et 220V, etc. Aegean Airlines tolère 23 kg de bagages, mais il ne s’agit pas de les dépasser et mes affaires désormais mouillées doivent peser plus lourd qu’à l’aller. Mon gros sac de voyage de 110 litres est plein à craquer ; comme toujours il est difficile à fermer. La sortie de la marina Alimos/Kalamaki à pied est un peu dure à trouver, et je suis heureux de l’avoir repérée hier soir (je publierai une note à ce sujet, cf. supra) Je quitte le ponton 3 à 5h09 sans avoir eu le temps de sortir les poubelles du bateau. Il pleuviote encore, et l’écoulement des eaux se fait très mal aux abords de la marina ; je traverse d’immenses flaques d’eau entre le ponton et l’arrêt du bus X96. J’apprendrai en rentrant en France que les journaux télévisés de la veille ont montré Athènes sous les inondations, un phénomène plutôt rare. Je suis arrivé à l’arrêt du bus à 5h25. Là, j’ai attendu le bus moins de cinq minutes et à 6h09 j’étais devant la porte de l’aéroport. Le trajet est beaucoup plus rapide que je l’imaginais.

PhB à Athènes 241015 2

Yoghourt au miel dans l'avion 241015

A 6h52 toutes les formalités étaient accomplies et j’étais devant la porte d’embarquement B23, en ayant eu le temps d’acheter deux bouteilles de vin grec en « duty free » : une bouteille d’un « vin doux » à l’étiquette marquée en français (une curiosité !), et une bouteille de retsina, le vin grec aromatisé à la résine de pin. Fin de la croisière… sniff… Même si j’ai la chance de naviguer beaucoup, le retour d’une croisière est toujours un peu mélancolique, d’autant plus aujourd’hui que cette croisière a associé des moments intéressants (navigation de nuit, en solitaire, etc.) et des paysages exceptionnels que j’ai beaucoup aimés : le fjord de Katapola et la baie d’Adamas, la caldeira de Santorin, ses falaises et son eau très pure resteront toute ma vie dans ma mémoire. Je sais que j’aurai envie d’y retourner. Sans aucune pitié pour les nostalgiques qui quittent la Grèce, Aegean Airlines sert en vol un peu avant dix heures un petit-déjeuner copieux agrémenté d’un yoghourt grec au miel. Comment résister ?

Photos : L'aéroport d'Athènes sous la pluie 241015 ; En attendant l'embarquement, aéroport d'Athènes 241015 2 ; Yoghourt au miel dans l'avion 241015 ; Sommets enneigés 241015. Auteur : Philippe Bensimon

Sommets enneigés 241015