Le Zaglav mouillé au sud de Dugi Otok, 15 avril 2016

J’avais envie de tenter de nouveau cette année d’aller de Vodice à Opatija et retour. C’est une croisière d’une semaine à laquelle j’avais renoncé au dernier moment en janvier 2015 : la météo promettant plus de portant en allant vers le sud, nous avions décidé de visiter la rivière Krk, Sibenik, Split, Hvar, Korcula, Luka Polace (Mljet) et Dubrovnik avant de revenir sur Vodice avec une nuit de navigation. Cette année, notre itinéraire nous conduira de Vodice à Sali (Otok Dugi), puis Rab, Krk, Opatija, Cres et Mali Losinj, avant de revenir de nuit par la côte adriatique, passer les chenaux du Prolaz Proversa, et enfin retraverser le Murtersko More avant d’arriver sur Vodice. Le sud de la Dalmatie étant extraordinaire, j’avais un peu peur d’être déçu par les îles du nord de la Dalmatie et de l’Istrie ; il n’en n’a rien été. Magnifique !

Voici le récit de cette très belle croisière.

Le Zaglav à quai à Rab, 110416

Le massif du Mont-Blanc 090416

Samedi 9 avril 2016. Réveil à 6h, départ à 7h20, arrivée à 8h20 à l’aéroport de Saint-Exupéry. Nous sommes un peu justes au niveau horaire, mais tout se passe bien. C’est la sixième fois que je viens en Croatie, et c’est la première fois que je ne suis pas obligé de faire deux escales. Cette année, les vols pour Split ne transitent plus par Zagreb, et les horaires sont plus sympas. Nous décollons à 10h. A 10h34 nous survolons le massif du mont-Blanc, alors qu’une mer de nuages aux alentours de 200m masque d’un manteau blanc la vallée de Chamonix. Six minutes après nous voyons les traces de skieurs de randonnée sur les pentes du Weisshorn (4505 m), et à 10h35 nous laissons à tribord le sommet caractéristique du Cervin, sur la frontière italo-suisse.

Arrivée en Croatie 090416

Nous transitons par une courte escale à Vienne, et à 14h12 nous survolons le nord de l’archipel croate, ce qui sera notre terrain de jeu pour la semaine à venir. Nous arrivons à Split Airport à 14h25. Laurence et Philippe sont déjà là ; le chauffeur de notre taxi, un Croate immense et sympathique, nous attend avec une pancarte à notre nom. Chantal et Claude, nos deux autres équipiers, ont eu un peu de retard sur leur vol et nous suivent à quelques minutes près. En attendant l’arrivée de Chantal et Claude, Laurence et moi partons retirer un peu de liquide en kunas au distributeur de billets de l’aéroport. A 15h nous nous entassons dans le taxi, direction Vodice. Le voyage se passe très vite A 15h57 nous franchissons le pont sur la très belle rivière Krk – on voit Sibenik au fond – et à 16h05 nous sommes à la marina de Vodice, devant la grille télécommandée qui en ferme l’entrée. Là, nous trouvons le « base manager », qui nous offre à chacun un verre de Medica, un alcool croate à base de miel. Nous apprendrons à notre retour qu’il le fabrique lui-même. Nous passons un moment à faire le check-in du bateau (il manque un feu à retournement et les piles qui vont avec), et expliquer que nous souhaitons le forfait « all inclusive » comportant les taxes de « transitlog », le nettoyage du bateau au retour de la croisière, la wifi illimitée à bord et surtout le moteur hors-bord de l’annexe.

Le pont sur le rivière Krk 090416

Les deux derniers points, facultatifs, rajoutent 100 euros par rapport aux deux premiers, qui eux sont obligatoires. Nous ne nous sommes pas servis du moteur de l’annexe lors de cette croisière. Mais sa présence à bord est une sécurité à laquelle je tiens : en cas de talonnage, coucher le bateau en frappant la drisse de spi ou une quelconque drisse de fortune sur une annexe équipée d’un moteur est souvent la meilleure solution pour dégager une quille ensablée ; et il y a plein d’autres cas dans lesquels un moteur est bien utile. Nous ne nous sommes pas aperçus lors du check-in du bateau que les toilettes arrière ne marchaient pas ; Claude se chargera de les réparer en mer le lendemain. Vers 18h nous allons faire les courses au Konzum, le super-marché du coin. J’ai envie de faire découvrir à mes équipiers le goût du Prosek, un vin doux traditionnel produit uniquement en Dalmatie à partir de raisins secs et/ou de moût bouilli, bien meilleur à mon goût que le Pineau des Charentes auquel il ressemble un peu (le Prosek est moins sucré et plus fin que le Pineau des Charentes), ainsi que celui du Maraschino, un alcool doux réalisé à Zadar à base de marasques (cerises) à l’eau de vie. Le Konzum local n’en possède pas. A l’usage, je découvrirai qu’aucun des Konzum que nous visiterons dans les îles croates ne possède ces deux produits ; il faut aller dans d’autres épiceries pour se les procurer. Le gérant du Konzum de Vodice nous prête trois de ses chariots pour rapporter nos provisions à bord. Claude se charge de les rapatrier ensuite au super-marché ; au passage il se renseigne pour trouver un restaurant où dîner ce soir. 

Installation à bord du Zaglav 090416

A 19h40 tout est rangé à l’intérieur du bateau. C’est un Elan 38 nommé Zaglav. Le base manager nous a expliqué dans un anglais dérapant de temps en temps sur l'allemand que Zaglav était une étoile, ou signifiait étoile en croate ; mais je crois surtout que le bateau tire son nom d’un village situé sur la côte est de Dugi Otok, à 4 km de Sali, le petit port où nous dormirons demain soir. Le Zaglav date de 1996 mais paraît en bon état ; même s’il n’y a pas de ligne de vie, ni de boîte à eaux noires, nous avons apprécié l’existence de mains courantes un peu partout. La grand voile est classique, lattée, avec deux ris semi-automatiques (la chute est contrôlée par des écoutes renvoyées au cockpit, tandis que des crocs qu’il faut aller mettre en place en pied de mât contrôlent le point d’amure) ; pour le moment elle repose dans un lazzy-bag.

Dîner à Vodice 090416

A 20h nous nous mettons en route pour le restaurant. Située de l’autre côté de la route à la sortie de la marina (en direction du Konzum), la pizzeria Tomislav offre en fait un large choix de beaucoup de choses, autres que des pizzas. Nous sommes peu nombreux ; une ou deux tables peut-être en dehors de l’équipage du Zaglav. A 21h23 nous dégustons le délicieux pain croate, servi chaud, avec du Grasevina blanc, en attendant notre repas : steaks de thon pour les uns, spaghettis bolognaise pour les autres. En entrée j’ai pris une soupe de poisson, bouillon dans lequel flottent quantité de petits morceaux de poisson. J'ai aussi tenté d'obtenir un verre de Prosek ; après être parti le chercher, le serveur est revenu m'annoncer qu'il n'en avait plus. Ce dessertvino local à la robe ambrée est difficle à trouver ; il paraît que l'empereur Dioclétien en raffolait. A six, nous nous en sortirons avec 78 euros, un prix très raisonnable. A 22h20 nous reprenons le chemin du ponton, en route pour notre première nuit à bord du Zaglav.

Photos :  Le Zaglav mouillé au sud de Dugi Otok, 15 avril 2016 ; Le Zaglav à quai à Rab, 110416 ; Le massif du Mont-Blanc 090416 ; Arrivée en Croatie 090416 ; Le pont sur le rivière Krk 090416 ; Installation à bord du Zaglav 090416 ; Dîner à la Pizzeria Tomislav, Vodice 090416 ; Vodice by night, 090416. Auteur : Philippe Bensimon

Vodice by night 090416