Départ de Vodice 100416

Réveil à 7h, départ de Vodice à peu avant 8h. Laurence et Evelyne sont à l’avant, pour me guider au milieu des pendilles qui plongent dans l’eau de toute part. Sorti du port, je confie la barre à Laurence, puis à Chantal. A 8h15, nous franchissons le passage du Logorunska Vrata et nous retrouvons dans le Murtersko More. Les collines boisées des îles tombent sur la mer, abritant ça et là des petits villages de pêcheurs aux murs blancs et aux tuiles rouges. Nous hissons les voiles dès qu’un souffle de vent anime la mer.

En route pour le Murtersko More, Laurence à la barre 100416 1

Philippe prépare les lignes de traîne 100416

A 9h30 Philippe installe les lignes de traîne tandis qu’Evelyne reprend la barre. Une heure plus tard, nous sommes au sud de la pointe nord de Murter lorsque nous croisons une régate qui vient de l’île, au portant toutes voiles dehors. Joli ! 

Régatte à l'ouest d'Otok Murter, 100416

Vers midi Philippe nous a régalés de copeaux d’un fromage dur croate à base de lait de vache, et servi l’apéritif avec des rondelles de chorizo, des radis, du jus d’orange, de l’eau gazeuse et du whisky. L’Elan 38 ne comporte pas de table de cockpit ; mais cette absence ne se fait pas trop ressentir. Une heure plus tard nous dégustons une grande salade de riz. Le vent est tombé, nous avons roulé le génois et nous marchons au moteur. Nous sommes à proximité de l’ilot Kosara et de sa grande tourelle blanche, au milieu du chenal qui sépare le sud de la grande île Pasman de la longue bande de terre de Pinizelic que nous voyons à bâbord. Chantal et Evelyne profitent de la douceur du temps pour prendre un bain de soleil, l’une sur le roof, l’autre allongée dans le cockpit.

L'heure de la sieste 100416

Déjeuner dans le cockpit 100416

A 14h20 j’ai noté sur mon journal de bord : « on a un ciel d’un bleu profond, bien agréable ; quelques cumulus s’attardent sur la côte mais ne gagnent pas la mer et les iles. Un jet en altitude laisse une très longue et très large traînée. Des vaguelettes d’une quinzaine de centimètres de haut animent la surface de la mer. Au près, dans les risées, on est arrivés à tirer six nœuds. La température est douce, on est bien avec un sweet polaire léger de décathlon et une bonne polaire de 350g. On vient de remonter presque intégralement le Murtersko More, puis de parcourir le Sitski Kanal, et j’ai à tribord Otok Sit. On navigue en ce moment dans les îlots au 270 d’Otok Sit : Kurba Mala, etc. Ce matin j’ai demandé à l’équipage de remonter les pare-battages et de les placer sur les balcons arrière, en omettant de leur demander de faire toujours une demi-clef sous les nœuds de cabestan ; il nous manque désormais l’un des six pare-battages du bateau. Nous avons mis en place deux lignes de traîne, sans rien capturer pour le moment. Nous avons vu des mouettes en action de pêche, et nous nous en sommes approchés, espérant croiser un banc de poisson ; sans résultat ».

En route pour Sali, peu avant Kurba Mala, Evelyne 100416

Kurba Mala 100416Dauphins devant l'étrave, Kurba Mala 100416

A 14h42 je me rends compte que je suis dans la mauvaise passe (!) : j’ai laissé Kurba Mala à bâbord au lieu de la laisser à tribord, et je suis bon pour faire le tour de l’île : un quart d’heure de perdu, mais de jolis paysages à contempler : Kurba Mala est composée de deux collines reliées par un petit isthme au ras de l’eau, avec un petit arbuste encore très jeune au milieu. J’ai remis un peu de gaz : à 1800 trs/mn, nous n’avancions plus qu’à trois nœuds, et je viens de passer à 2000 trs/mn. Le vent s’est levé ; comme toujours, nous l’avons dans le nez du bateau. Nous sommes sensiblement au cap 300° ; heureusement, dans une dizaine de minutes nous allons passer au 240°, même moins puisqu’il nous faut faire le tour de l’île. A 14h50 des dauphins viennent jouer devant l’étrave du Zaglav ; ils resteront une dizaine de minutes avec nous.

L'îlot Lavdara Mala, 100416 2

Evelyne et Chantal au winch, Lavdarski Kanal 100416

Bords dans le Lavdarski Kanal 100416

A 15h nous passons au sud de la tourelle sur l’îlot Lavdara Mala ; le vent a tourné et nous ressortons le génois bâbord amures pour remonter en tirant des bords le Lavdarski Kanal, entre Dugi Otok et ses pentes couvertes d’arbres à bâbord et l’île très calcaire, presque pelée, de Lavdara. Une quarantaine de minutes plus tard nous voyons apparaître les toits rouges de Sali, le village de Dugi Otok où nous allons passer la nuit. Une petite chapelle toute blanche jouxte le feu vert de l’entrée de la baie. On a une très belle lumière, avec le soleil a encore 30° au moins de l’horizon. Chantal est à la barre ; nous roulons d’abord le génois, puis affalons la grand-voile.

Zaglav devant le café Maritimo 100416

A 16h31 le Zaglav est amarré sur pointes et gardes, le long du quai rive gauche du port (le deuxième quai après celui des ferries), juste après le bar Maritimo avec une grande terrasse abritée. Des gens attablés à la terrasse sont venus gentiment prêter main forte à l’amarrage. Nous passerons dans ce bar Maritimo une petite heure à savourer la douceur de vivre de la Croatie, avant de partir explorer la ville. Il fait beau, le ciel est très pur, et maintenant que nous n’avons plus le vent apparent du bateau je vais être obligé d’enlever ma veste polaire ; on a largement les 18°C promis par la météo à cette époque de l’année.

Zaglav à Sali, 100416 2

Le port de Sali (Dugi Otok) 100416

Les couleurs de la fin de l’après-midi sont magnifiques : dans le port la mer offre tous les dégradés du bleu, du bleu ciel à un profond outremer, contrastant avec les roses et les jaunes des crépis des maisons. Au fond du port, là où l’eau est peu profonde, un chien blanc pêche, sous l’œil attentif des enfants. Plus haut dans la ville, les maisons se parent de petits jardins, avec des mandariniers, des artichauts et toute une variété de plantes. Sur un banc le long des murs du port, un groupe de personnes âgées palabrent, les hommes en béret noir. Une image qui me rappelle un peu la Corse – ce n’est pas la première fois que je trouve des similitudes entre la Croatie et l’île de Beauté. Evelyne et moi rentrons les premiers de la visite : Evelyne a des problèmes de genou, et ne peut pas marcher longtemps. Nous revenons à la terrasse du bar Maritimo pour y attendre nos co-équipiers. L’employé du port qui nous a demandé 330 kunas pour la nuit (42,93 euros, comprenant l’accès aux douches et sanitaires juste en face du bateau) y prend l’apéritif avec des amis ; j’apprendrai le lendemain qu’il s’agit de l’oncle de la serveuse du bar.

Philippe et Evelyne préparent le dîner 100416

A 19h30, nous sommes de retour à bord. Philippe nous a tranché en petits dés les lardons et une tranche de poitrine achetés la veille à Vodice, à l’aide  d’un extraordinaire couteau au manche en plastique rose trouvé à bord dont la lame coupe comme un rasoir ; et je vais préparer des spaghettis carbonara « ricca » à ma façon (cf. recette publiée sur ce blog dans quelques semaines). A 20h30 l’équipage est au complet dans le carré, autour des assiettes servies à l’anglaise. En faisant le bilan de la journée on se rend compte que le bateau est un peu juste question aussières : une longue nous a servi de gardes, mais pour nous amarrer le long du quai côté tribord, nous avons dû prendre l’aussière arrière bâbord et la transformer en pointe avant. Il n’y a pas non plus de taquet du côté du maître bau. Le bateau a l’air d’avoir pris quelques chocs le long du liston tribord, peut être l’étrave d’un autre bateau.

L'équipage du Zaglav au bar Maritimo à Sali 100416

Photos :   Départ de Vodice 100416 ; En route pour le Murtersko More, Laurence à la barre 100416 ; Philippe prépare les lignes de traîne 100416 ; Régate à l'ouest d'Otok Murter, 100416 ; L'heure de la sieste 100416 ; Déjeuner dans le cockpit du Zaglav 100416 ; En route pour Sali, un peu avant Kurba Mala, Evelyne 100416 ; Kurba Mala 100416 ; Dauphins devant l'étrave, Kurba Mala 100416 ; L'îlot Lavdara Mala, 100416 2 ; Bords dans le Lavdarski Kanal 100416 ; Evelyne et Chantal au winch, Lavdarski Kanal 100416 ; Zaglav devant le café Maritimo à Sali 100416 ; Zaglav à Sali, 100416 2 ; Le port de Sali (Dugi Otok) 100416 ; Philippe et Evelyne préparent le dîner à bord du Zaglav, Sali, 100416 ; L'équipage du Zaglav au bar Maritimo à Sali 100416 ; Chantal à la barre, Lavdarski Kanal 100416. Auteur : Philippe Bensimon

Chantal à la barre, Lavdarski Kanal 100416