16 mai 2016

Croisière en voilier en Croatie, de Vodice à Opatija AR du 9 au 16 avril 2016. Jour 5, de Krk à Cres via Opatija

La baie de Punat au petit jour 130416

Mercredi 13 avril 2016. Réveil à 5h. Je mets de l’eau à chauffer pour ceux qui en voudront. A 5h20 je tape à la porte de la cabine de Philippe, avec qui j’ai prévu la veille de faire la manœuvre pour sortir de la baie de Punat. De fait, quelques minutes plus tard tout le monde est réveillé. C’est déjà l’aube nautique ; le ciel est très pur, et la mer plate sur la baie très protégée. Nous prenons quelques photos. Philippe relève l’ancre – pleine de vase. A 5h55, après avoir suivi le chenal balisé de quatre bouées vertes et d’une blanche, nous sommes à la sortie de la baie de Punat (NB : vers la fin, viser plutôt la marque blanche que la sortie du chenal, ça passe mais il n’y a pas beaucoup de fond). Nous prenons au 270° sous pilote automatique, quelques équipiers assurant la veille dans le cockpit, pendant que je vais préparer des tartines dans le carré. Nous repassons à 6h03 en vue de Krk et de ses remparts.

Zdrilo dans la lumière 130416

Claude Olislager, portrait 130416

Nous croisons plusieurs bateaux de pêche remorquant leur annexe (dont le Zdrilo 1 à la coque rouge, fonçant à toute allure, et un peu plus tard le Zdrilo à la coque blanche et bleue, environné d’un nuage d’oiseaux de mer, avec deux annexes celui-là, peut être pour utiliser une senne). A 6h35, le soleil se lève sur les collines à l’est de l’île Krk et le Krcki Zaljev. Nous sommes au nord de la pointe Mali Pin, sur l’île Plavnik ; nous nous apprêtons à remonter le Srednja Vrata, large passage entre Cres à bâbord et Krk à tribord. A 7h45 nous sommes au cap 345° ; la mer est plate, et le peu de vent qu’il y a nous arrive de face.

Bateau de pêche, sans doute à la senne 130416

Zdrilo 1 130416

Nous décidons de continuer au moteur. Je note sur mon dictaphone quelques mots sur la soirée d’hier : Evelyne nous a concocté une ratatouille délicieuse, et j’ai essayé de faire un soufflé aux poires. On s’est retrouvés avec des poires pas mûres qui n’ont jamais voulu se réduire en purée. Quand le soufflé a été mis au four, au bout de dix minutes, ne voyant rien monter, j’ai réalisé que les flammes étaient très petites dans le four ; j’ai alors découvert que le bouton du four du Zaglav tourne à l’inverse de celui des brûleurs de la gazinière. Bref au lieu de préchauffer le four à 220° je l’ai réglé à 170°, et le soufflé a cuit en une demi-heure au lieu de dix minutes. Mes équipiers m’ont fait l’honneur d’apprécier mon soufflé… et j’ai apprécié leur soutien dans ces moments difficiles.

Dans la baie face à Opatija 130416

Revenons à notre étape du jour. Nous traversons ensuite le vaste plan d’eau du Rijecki Zaljev, qui s’étend de Krk à Rijeka – la principale ville portuaire de Croatie – au fond de la baie de Kvarner. A midi nous sommes devant le premier des trois ports d’Opatija, le plus à l’ouest des trois. Ce premier port est une marina ACI. Le deuxième est une marina administrée par un hôtel, l’hôtel Admiral, bâti dans un style qui évoque un peu les immeubles de La Grande Motte. Le troisième, où nous allons, est situé au pied de la ville. La mer est d’huile ; le ciel s’est couvert dans la matinée mais nous échappons pour le moment à la pluie promise dans la journée par la météo.

Devant Opatija 130416

La terrasse du Kvarner 130416

L'église Annonciation de Marie 130416

Nous suivons la côte bordée d’anciens hôtels, coincés entre la colline verdoyante et la mer, et passons devant la façade jaune du Grand Hôtel Palace, le dôme bleu-vert de l’église Annonciation de Marie un peu sur la hauteur, et la terrasse de l’hôtel Kvarner (un des deux premiers hôtels de luxe de la ville, ouvert en 1885). Ces hôtels rappellent qu’Opatija, station jadis très mondaine réputée pour les bienfaits de son climat sur la santé, fut fréquentée par la cour impériale autrichienne (on la surnommait « la Nice autrichienne ») et des artistes dont la danseuse Isadora Duncan. Vers midi et demi nous sommes au port oriental. Nous rangeons le Zaglav le long du côté extérieur du brise-lame, désert, et nous donnons deux heures pour visiter la ville. Philippe décide de rester à bord, Claude, Chantal et Laurence partent visiter. Je fais un saut à la capitainerie, située au premier étage au dessus du café du port ; les bureaux sont fermés.

Il meglio della cucina 130416

Le genou droit d’Evelyne étant douloureux, elle et moi nous contenterons de faire quelques mètres, et irons nous installer à la terrasse d’un restaurant italien : « La Casa Tua ». Une grande enseigne sur le toit affiche « Mangiare », et la carte propose « Il meglio della cucina Croata e Italiana ». Personne dans le restaurant ne parle un traitre mot d’italien ; malgré cela le service est sympathique, et les amuse-bouche offerts délicieux, concoctés avec une sorte de purée d’épinards.

La terrasse de La Casa Tua 130416

Bruschetta à la mozzarella

Je fais découvrir à Evelyne les bruschetta, antipasti italiens très répandus en Croatie ; ce sont des tartines de pain frottées d’ail, arrosées d’huile d’olive et garnies de petits morceaux de tomate et de basilic. La version « mediterraneo » que nous avons choisie en entrée est agrémentée de mozzarella, une bonne idée. Nous avons ensuite pris des spaghettis à l’huile d’olive, à l’ail et aux poivrons, très bien cuits, très équilibrés, délicieux eux aussi.

Déjeuner à Opatija 130416

Le serveur auquel nous avons commandé deux verres du fameux prosek dalmate devenu introuvable revient avec deux verres de prosecco, le vin blanc effervescent italien qui est en train de tailler des croupières au champagne. Son prosecco est bon, et nous décidons de la garder. Il nous explique qu’il n’a pas une demande suffisante hors saison pour ouvrir du prosek et le servir au verre. Peu de temps après nous voyons Laurence revenir vers le port. Nous lui faisons signe, et elle vient prendre un verre de prosecco avec nous à la terrasse du restaurant. Avec deux cafés allongés nous nous en tirons avec une addition très raisonnable d’une trentaine d’euros au total.

Zaglav à Opatija 140416 2

Philippe et Claude lovent les gardes à Opatija 130416

Départ d'Opatija 130416

A 14h15 nous sommes de retour au bateau. Chantal, Claude et Philippe arrivent quelques minutes après. A 14h40 Claude et Philippe lovent les gardes sur le quai de marbre blanc et dix minutes après le Zaglav quitte le port. Chantal est à la barre – c’est sa première manœuvre de port. Elle longe ensuite la côte en direction du large Vela Vrata, le passage qui sépare le nord de Cres du continent. Le temps est toujours maussade, mais la visibilité est excellente et nous continuons à échapper à la pluie. A 14h55 un couple de dauphins vient jouer devant l’étrave ; c’est la seconde fois que nous voyons des dauphins depuis le début de notre croisière. Une heure plus tard nous sommes devant le petit village de Moscenicka Draga lorsque nous dépassons la coque noire et rouge du pétrolier SCF Khibiny, un tanker de 274 m de long immatriculé au Libéria. Le bateau paraît à l’arrêt devant les collines, loin sur bâbord. Construit en 2002, il navigue aujourd’hui au large des côtes ouest de l’Afrique.

Le SCF Khibiny, 130416

L'embouchure du fjord de Plumin Luka 130416

A 17h42, il ne pleut toujours pas ; la température se rafraîchit. Le Zaglav est presque sorti du Vela Vrata, nous sommes à l’embouchure du fjord profond et encaissé qui mène à Plomin Luka ; derrière une crête surgit une très haute cheminée à bandes rouges et blanches facilement identifiable. Un petit cargo à la coque bleue et rouge et à la haute superstructure blanche est stationné à l’embouchure du fjord ; il paraît en cours de chargement – à moins que ce ne soit l’inverse. La mer est toujours plate, et le vent toujours absent. Nous tournons au moteur ; il doit il y avoir un peu de courant dans le Vela Vrata, car à 1800 tours/minute nous filons seulement 3,9 nœuds.

Coucher de soleil sur l'Istrie 4 130516

A 19h33 le soleil disparaît dans un splendide flamboiement derrière les collines de l’Istrie. La mer se pare de rouge et d’or ; les nuages qui commencent à s’effilocher laissent apparaître ça et là un peu de ciel bleu. Nous sommes grosso modo dans l’ouest de l’église de Sv Blaz et au nord de la pointe Pernat, à cinq milles du port de Cres. Laurence travaille sur sa tablette ; Philippe commence à préparer l’apéritif.

A l'entrée du fjord qui mène à Cres, 130416

A 20h30 nous sommes à l’entrée du fjord qui mène à Cres, à un mille de là. A 21h, il fait nuit noire quand Laurence range le bateau le long du môle situé à tribord en entrant dans le port, à côté d’un réverbère qui diffuse une lumière jaunâtre. Comme partout en Croatie, le quai est en marbre, et les placettes le long du port sont également dallées de marbre blanc. A peine sommes nous amarrés qu’un pêcheur vient nous informer que le matin de bonne heure un ferry vient utiliser ce quai ; il nous invite à nous garer le long du même môle mais de l’autre côté, derrière les bateaux de pêche. Je reprends la barre pour gagner un peu de temps, et le Zaglav rejoint la place indiquée.

Arrivée au port de Cres 2 130416

Direction le bistrot du port, 130416

Plus que serviable, notre nouvel ami va jusqu’à rectifier notre amarrage à quai en nous montrant un nœud à sa façon et nous rappelle la violence des vents quand souffle la bora. A tort ou à raison, son nœud me rappelle les conseils de Bernard Gorgeon, guide de haute-montagne sorti major de sa promo à l’Ensa : éviter tout ce qui peut créer une striction sur un cordage, ça diminue inévitablement sa résistance. Discrètement, plus tard dans la soirée, je remplacerai son nœud par des tours morts en nombre plus que suffisant sur la large bitte d’amarrage et des demi-clés sur lesquelles aucune tension ne devrait porter. La météo est clémente, mais on ne sait jamais… Après le dîner, tout l’équipage se retrouve pour un petit café au bistrot du coin ; à 0h20 nous sommes de retour au bateau pour une bonne nuit de sommeil.

Zaglav au port de Cres 130416

Photos : La baie de Punat au petit jour 130416 ; Lever du soleil sur Krk 130416 ; Zdrilo dans la lumière 130416 ; Claude, portrait au petit jour 130416 ; Zdrilo 1, 130416 ; Bateau de pêche près de Krk, sans doute à la senne 130416 ; Dans la baie face à Opatija 130416 ; Devant Opatija 130416 ; L'hôtel Kvarner vu de la mer 130416 ; L'église de l'Annonciation de Marie à Opatija 130416 ; Il meglio della cucina 130416 ; La terrasse de La Casa Tua à Opatija 130416 ; Bruschetta à la mozzarella 130416 ; Déjeuner à Opatija 130416 ; Zaglav à Opatija 130416 2 ; Départ d'Opatija 130416 ; Philippe et Claude lovent les gardes à Opatija 130416 ; Le SCF Khibiny, 130416 ; L'embouchure du fjord de Plumin Luka 130416 ; Coucher de soleil sur les collines de l'Istrie 130416 ; A l'entrée du fjord qui mène à Cres, 130416 ; Arrivée au port de Cres 2 130416 ; Direction le bistrot du port, Cres 130416 ; Zaglav au port de Cres 130416 ; De mer ou d'or 130416. Auteurs : Lever du soleil sur Krk 130416 ; Zdrilo dans la lumière 130416 ; Claude, portrait au petit jour 130416 ; Zdrilo 1, 130416 ; Bateau de pêche près de Krk, sans doute à la senne 130416 ; Le SCF Khibiny, 130416 ; Coucher de soleil sur les collines de l'Istrie 130416 ; De mer ou d'or 130416 : Evelyne Chadaigne. Autres photos : Philippe Bensimon.

De mer ou d'or 130416


Commentaires sur Croisière en voilier en Croatie, de Vodice à Opatija AR du 9 au 16 avril 2016. Jour 5, de Krk à Cres via Opatija

  • Port de Cres : quelques précisions sur le ponton du port de Cres où nous nous sommes garés : 1. il parait q"il y a six mètres de fond tout le long du ponton là où j'ai finalement rangé le Zaglav, c'est-à-dire côté fond du fjord de Cres. 2. le bateau style "pirate" en plastique pour touristes qui est arrivé le matin s'appelle je crois le "Corsara".

    Posté par Ph Bensimon, 19 mai 2016 à 16:38 | | Répondre
Nouveau commentaire