DSC01505

Voici la suite des dessins que Franck Patay a ramenés de ses deux transatlantiques de ce printemps, et que nous publions avec son autorisation. Intitulé avec un humour très noir "Tout doit disparaître", il est le reflet d'une réalité de plus en plus catastrophique : pollution par les armes chimiques (cf. article et documentaire infra), pollution par les plastiques (on identifie au moins cinq grands centres dans lesquels les courants rassemblent sur les océans les plastiques flottants, sans compter tous ceux qui coulent, ou/et sont transformés en micro-déchets responsables de la mort de nombreuses espèces d'animaux marins qui les avalent), pollution par les effluents qui déversent dans les mers du globe nos déchets divers et toxiques, pollution par les hydrocarbures issus des marées noires ou du dégazage des bateaux, pollution par les milliers de containers perdus en mer chaque année, etc., etc.

La pêche intensive achève le travail : les quelques animaux qui survivent encore sont victimes de la pêche industrielle, des filets dérivants et autres outils du massacre de nos mers.