Le Crude oil tanker Primero 071116

Monemvasia vue de la mer 071116

La péninsule de Monemvasia, 071116

Lundi 7 novembre 2016. 3h du matin, je suis réveillé par une envie d’aller aux toilettes. Je découvre alors que le bateau tape beaucoup, avec le sentiment qu’on touche presque la coque.  Le quai est très rouleur – du moins dans la partie où nous sommes. Je sors sur le quai et rectifie les amarres ; j’en ai passé une dans un petit taquet métallique qui l’a raguée en l’espace de 20 minutes. J’ai rectifié les choses un peu plus sérieusement – j’y ai passé une heure - ça a permis de terminer la nuit. A 7h le réveil sonne. Le vent à forci durant la nuit au delà des 8-9 nœuds prévus par la météo. J’aurais voulu qu’on parte tout de suite, mais Caroline est partie sans prendre son portable pour visiter une petite maison sur la colline. 

Monemvasia, 071116

Pas moyen de la joindre pour lui dire de revenir dare-dare. Ca me fait penser à ce qui m’est arrivé à Santorin en 2015, obligé de quitter le mouillage alors que mes équipiers étaient en balade, portables fermés, injoignables. Ca fait partie des instructions à donner à tous les équipiers lorsqu’ils montent à bord : ne jamais s’éloigner du bateau sans son portable ouvert. On ne sait jamais ce qui peut arriver. En l’occurrence, j’ai oublié de donner la consigne. A 7h45 nous pouvons enfin quitter le quai, l’équipage au complet, en route pour Monemvasia et sa cité byzantine nichée au pied d'un rocher, le "Gibraltar de l'est".

La ville nouvelle de Monemvasia 071116

Le Primero, 071116

En sortant du port, nous mettons le cap au 113°, dans 25 nœuds de vent de SSE et des vagues de un mètre. Je prends la barre, mes équipiers la trouvant trop dure à gérer. Le pilote automatique ne fonctionne pas bien à 20-22 nœuds. A 8h37 nous sommes à la pointe Kapello, l’extrémité sud de Cythère. Nous passons alors au cap 030° pour un grand bord de largue sur 22,4 milles. Nous filons à 6 nœuds en vitesse fond, dans un vent descendu à 18 nœuds. A 11h36 nous voyons au large le cargo Primero, un Crude oil tanker battant pavillon des Bahamas. Construit en 2016, il mesure 228,6 m x 46m, et file en moyenne à 7,7 nœuds. Le ciel, de brumeux lors de notre départ, est devenu nuageux. Nous continuons ainsi jusqu’à voir à l’ouest le phare de Vardia, juste au dessus de la pointe Maleas. Il est 12h30. Plusieurs bateaux viennent vers nous, traversant le Steno Elafoni qui sépare Cythère du Péloponnèse, en provenance du golfe de Laconie. Nous obliquons alors au cap 330° pour longer la côte est du Péloponnèse sur 19 milles. Le vent  baisse à 15 nœuds, les vagues ne font plus que 50 cm, et le pilote automatique reprend du service. Nous faisons toujours six nœuds sur le fond, portés par un vent arrière qui gonfle la grand-voile et le génois.

Déjeuner à bord du Nena 071116

Le Sagapona, 071116

A 14h30 Claudine est à la barre ;  nous croisons le catamaran Sagapona, basé à Londres. A 15h06 nous sommes à quelques encâblures, devant les murs de la vieille cité byzantine de Monemvasia. Nous arrivons ainsi relativement de bonne heure au petit port de Monemvasia. Les manœuvres d’amarrage se sont faites sans coup férir, l’équipage à la manœuvre comme des pros. A 16h on s’est mis le long du quai côté tribord, sur le même quai où nous étions avec Franck en 2014. Le ciel s’est un peu dégagé ; des écharpes nuageuses subsistent au nord. Nous n’avons pas les adaptateurs corrects pour raccorder notre tuyau à l’arrivée d’eau, et nous remettons à plus tard le remplissage des réservoirs d’eau, afin de profiter au maximum des dernières heures du jour. Nous sommes d’abord allé visiter la vieille ville.

Le port de Monemvasia 071116

Le Nena au port de Monemvasia 071116

Le port et le Rocher de Monemvasia 071116

Le trois mâts à Monemvasia 071116

Nena au quai de Monemvasia 071116

A 16h15 nous fermons le bateau, quittons le bord et traversons celui-ci en direction d’un café dont la patronne gentiment nous appellera un taxi pour aller visiter la vieille ville. Sarah, Lucille et Caroline décident de ne pas l’attendre et d’y aller à pied. Je connais déjà le joli sentier qui y mène, et je sais qu’Evelyne qui a en ce moment des problèmes de genoux n’y trouvera pas de plaisir. Claudine viendra avec nous dans le taxi. A 16h30 nous passons avec le taxi l’isthme qui relie la péninsule de Monemvasia au Péloponnèse et à la ville nouvelle.  Le trois mâts pour touristes que nous avons vu un peu plus tôt en mer est amarré au nord de l’Isthme. Deux minutes plus tard le taxi nous dépose devant les portes de la vieille cité. Nous accédons par une poterne voûtée aux rues pavées de la vieille ville. La rue principale est bordée de boutiques et de restaurants. 

Eglise à Monemvasia 071116 5

Dans les rues de Monemvasia 071116 1

Dans les rues de Monemvasia 071116 2Dans les rues de Monemvasia 071116Maisons à Monemvasia 071116

Restau sympa à Monemvasia

Dans l’une d’elles j’ai failli m’acheter un T-shirt qui me plaisait beaucoup, représentant sobrement la cité ;  mais à 14 € je l’ai trouvé beaucoup trop cher et l’ai laissé au vendeur pour retrouver mes amis qui avaient pris un peu d’avance. Arrivés au bout de la rue principale, nous montons dans les ruelles étroites qui mènent au Kastro. Arrivée dans un virage la route devient un sentier non goudronnée, Claudine décrète qu’il n’y a plus rien au-delà. Je lui explique que le chemin, que je connais, reprend un virage plus haut, mais elle décide de redescendre. Evelyne dont les genoux sont fragiles la suit pendant que je continue à monter.

Les toits de Monemvasia 071116 1

Monemvasia protégée par sa falaise 071116

Les toits de tuile de Monemvasia 071116

Monemvasia vue de la porte du Kastro 071116 2

Eglise à Monemvasia 071116 4

A 16h55 j’ai rejoint Sarah, Lucille et Caroline sur la petite esplanade devant la porte fermée du Kastro. Les filles qui ont fait la route à pied ont pris de l’avance sur nous mais sont arrivées trop tard. À 15h le château a fermé ses portes et nous n’avons pas pu monter jusqu’au sommet. A travers la porte fermée on voit juste l’amorce d’un passage voûté et pavé. Après avoir pris quelques clichés de la baie et de la cité byzantine – la vue d’en haut est superbe - nous sommes redescendus ensemble. A 17h20 nous sommes en face d’un vieux clocher en pierre, dans les ruelles étroites de la cité byzantine. Il y a ici beaucoup d'églises. Il me reste un peu de temps et j’en profite pour faire des photos des trésors de la ville.

Eglise à Monemvasia 071116 2Lucille et Sarah à Monemvasia 071116

La place du canon à Monemvasia 071116

Le rendez-vous avec le restant de l’équipe a été fixé à 18h à la terrasse d’un café en haut la place de l’église orthodoxe, celle où un vieux canon fait face à la mer. Lorsque j’arrive sur la place, il est 17h49. J’y trouve tout le monde attablé à une terrasse de bar devant des jus d’oranges, sauf Évelyne qui a disparu. Craignant qu’elle ait été dans l’impossibilité de redescendre, je retourne au pas de course parcourir les ruelles entre la place et le Kastro, sans succès. Un peu inquiet, je retourne au bar. A 18h05 Evelyne est revenue. Elle est descendue beaucoup plus bas dans la vieille ville, et elle aussi a pris son temps pour faire des photos.

Jus d'oranges à Mnemvasia 071116

 

Apéritif au Matoula, Monemvasia 071116

Le Laloudi rouge 071116

Caroline dubitative 071116

Apéritif au Matoula 071116 2L'entrée du Matoula 071116

A 18h48 quittons ce bar accueillant pour nous mettre en quête d’un restaurant ou dîner. Nous le découvrons tout près ; juste un peu plus haut quand on remonte côté ville nouvelle la ruelle des restos, on trouve une petite impasse qui descend à gauche. Nous avons dîné là, dans un petit restaurant très agréable dont le porche s’ouvre au fond de l’impasse, le Matoula. Des entrées délicieuses, et des gens très sympa. Nous y prenons l’apéritif, sur une grande terrasse où poussent des oliviers. J’ai goûté le malvoisie, un vin doux un peu sucré, qui rappelle un peu le porto ou le maury, c’est délicieux. J’ai payé huit euros le verre pour savoir ce que c’était : ce cépage qui était très en vogue au Moyen-Age n’est plus travaillé chez nous. A 19h nous sommes tous plongés dans le choix difficile du menu. A une table voisine, des grecs égrennent des chapelets ; intrigués, nous échangerons quelques mots avec l’un d’entre eux. A 19h34 nous voyons arriver les plats commandés, pour certains des boulettes de viande enrobées dans une sauce rouge sombre. Nous les dégustons avec une bouteille de Laloudi P.G.I. , un vin rouge local du Péloponnèse produit par la Monemvasia Winery. On n’en a eu pour 108 € à sept, ce qui nous a paru très correct, vins compris.

Le menu du Matoula, un choix difficile, Monemvasia 071116

Sarah au Matoula 071116

En quittant le restaurant, Sarah, Caroline et Lucille sont parties en avant à pied ; Evelyne et moi avons préféré rentrer en taxi. J’avais demandé au chauffeur de taxi sa carte de visite à l’aller, ce qui m’a permis de le rappeler lorsque nous avons quitté le restaurant. Depuis la marina le taxi pour quatre nous a coûté 3,50 € à l’aller et cinq euros au retour. Il n’y a rien à dire !

21h20 : arrivés au bateau on s’est tous mis à la corvée d’eau pour remplir les réservoirs, avec Caroline et Sarah qui ont fait la navette entre l’arrivée d’eau et le bateau, en transportant l’eau dans les deux seaux du bord, et Claudine tenant un entonnoir créé avec une bouteille d’eau sciée au-dessus du réservoir. J’estime que nous avons ainsi rempli un réservoir d’une centaine de litres d’eau. Durant la nuit il n’y a pas eu de problème d’amarrage. Le ciel était couvert. 

Eglise à Monemvasia 071116

Photos : Le Crude oil tanker Primero 071116 1 ; La cité bizantine de Monemvasia 071116 1 ; Le Rocher de Monemvasia 071116 ; La cité bizantine de Monemvasia 071116 2 ; La cité nouvelle de Monemvasia 071116 ; Le Crude oil tanker Primero 071116 2 ; Déjeuner à bord du Nena 071116 ; Le Sagaponta 071116 ; Le port de Monemvasia, 071116 1 ; Le port de Monemvasia, 071116 2; Le port de Monemvasia, 071116 3 ; Sur l'isthme de Monemvasia 071116 ; Nena au port de Monemvasia 071116 ; Eglise à Monemvasia 071116 1 ; Dans les rues de Monemvasia 071116 1 ; Dans les rues de Monemvasia 071116 1(1 à 5) ; Les toits de Monemvasia 071116 (1 à 4) ; Eglise à Monemvasia 071116 (2 et 3) ; Lucille et Sarah 071116 ; Eglise et canon à Monemvasia 071116 ; Jus d'oranges à Monemvasia 071116 ; Soirée au Matoula à Monemvasia (1 à 4) ; L'entrée du Matoula 071116 ; Soirée au Matoula 071116 (5 et 6) ; Monemvasia vue du haut 071116 ; Auteur : Philippe Bensimon Les vingt plus belles photos de la cité byzantine de Monemvasia prises le 7 novembre 2016 vont être rassemblées dans un album en colonne de gauche de ce blog.

Le plein d'eau

Cruise by sailboat in Greece to discover the most beautiful places of the Peloponnese. From Cythera to Monemvasia. Visit of Monemvasia and the Byzantine city. Meeting with the oil tanker Primero and the catamaran Sagapona.

Monemvasia vue de la porte du Kastro 071116