Logo Cybelle Méditerranée bleu

L’association Cybelle Planète (http://www.cybelle-planete.org/) est une association d’écologie participative. Son objet est de favoriser la participation citoyenne à des programmes de recherche ou de conservation de la biodiversité (animale, végétale, culturelle, humaine…).

L’une de ses branches, Cybelle Méditerranée (http://www.cybellemediterranee.org) se base sur la contribution des plaisanciers et usagers de la mer pour collecter les observations d’animaux vivant au large des côtes. le programme ne nécessite aucune formation préalable.Des méthodes simples et précises (comptages, observations d’espèces…) ont été établies, par une commission de spécialistes, pour la collecte d’informations à partir de bateaux. Les données sont restituées en ligne ou via l’application smartphone OBSenMER et viennent s’ajouter à une base de données. Ces informations sont collectées sur toute la mer Méditerranée nord-occidentale depuis 2009.

Ce projet est mené sur le long terme et permettra d’observer à grande échelle l’évolution de la biodiversité marine et de mieux comprendre l’impact des changements globaux (climatiques et autres) sur l’écologie méditerranéenne. Cette veille de « l’état de santé » de la mer méditerranée contribue largement à sa préservation et à l’éducation de ses usagers.

Toutes les informations transmises par les contributeurs au programme rejoignent une base de données, OBSenMER. Afin de favoriser le partage et la transmission des connaissances, Cybelle Méditerranée gère cette base de données en libre partage. Elle relève du domaine des « biens publics » de manière à servir au plus grand nombre. La base de données OBSenMER est alimentée par les informations transmises par les bénévoles contribuant au programme Cybelle Méditerranée, mais également par tous les utilisateurs de l’application mobile OBSenMER : associations, bateaux de whale watching, et autres usagers de la mer…

La participation des plaisanciers et autres usagers de la mer vient ici compléter le travail des scientifiques qui manquent de bras et de moyens financiers pour réaliser ce qui deviendra à terme une gigantesque base de données au niveau mondial. Aujourd’hui Cybelle Méditerranée concentre les informations en provenance de la Méditerranée et des Açores ; d’autres programmes prennent le relais aux Antilles, puis en Guyane. L’objectif est petit à petit de couvrir le monde entier.

- Quel est le rapport entre Cybelle Méditerranée et le Projet Tour des deux Amériques ?

L’article 2 des statuts de l’association Tour des deux Amériques solidaire en voilier est clair à ce sujet : l’un des objectifs de l’association est : 

article 2 des statuts de T2A

Dans ce cadre, une des missions de l’expédition Tour des deux Amériques est l’observation des cétacés et des mammifères marins rencontrés, à la fois le long des côtes des deux Amériques et aussi lors de notre passage en Antarctique. Une mission s’intégrant parfaitement dans le cadre du programme Cybelle.

En attendant d’avoir bouclé le financement du projet et obtenu son bateau, l’association Tour des deux Amériques navigue régulièrement en Méditerranée (j’ai calculé que je vais y faire un peu plus de 1400 milles d’ici fin juillet). Nous allons mettre à profit ces navigations pour enrichir la base de données de Cybelle Méditerranée.

 Les observations proposées par le programme Cybelle sont de deux types :

◦   Le protocole « Observations en mer ponctuelle » à partir d’un bateau ne prend que quelques minutes et s’adresse à un utilisateur débutant.

◦  Le protocole « Observations en mer avec effort » requiert plus d’investissement, pour les utilisateurs confirmés puisque l’effort d’observation doit au minimum être de 15 min.

Les bateaux de 41 à 48 pieds sur lesquels nous naviguons en ce moment se manœuvrent aisément à deux, voire seul. Nous serons la plupart du temps au moins quatre à bord. Dédier un équipier pour quinze minutes ou plus à la surveillance attentive des animaux marins ne pose donc aucun problème sur ce type de bateau. Ces observations pourront être enrichies de photos – jusqu’à quatre photos par observation. L’application OBSenMer stocke les données collectées en mer, et les transmet lorsqu’elle est dans une zone wifi/4G. Ce qui est généralement le cas une ou plusieurs fois par jour pour nous qui faisons en ce moment beaucoup de navigation côtière.

J’ai eu le plaisir d’un long entretien téléphonique hier, d’abord avec Mme Arnal, directrice, et ensuite avec Mme Margot Chauvin, responsable de Cybelle Méditerranée. L’association Tour des deux Amériques solidaire en voilier fournira ses premières observations via l’application OBSenMer lors de ses deux croisières de février en Croatie.

Cybelle Méditerrranée refond ce mois-ci sa communication et ses outils ; l'association devrait nous fournir à ce moment-là des textes plus précis que l'article que je publie aujourd'hui, construit essentiellement à partir du site de Cybelle Méditerranée.

Vidéo : Dauphins filmés en mer Tyrrhénienne le 070815 à 9h55. Photo : Lever de soleil, en route pour Cythère, 061116. Auteur (vidéo et photo) : Philippe Bensimon.

Lever de soleil, en route pour Cythère 061116