Petit déjeuner à Monemvasia 081116 2

Le petit port de Monemvasia 081116

La ville nouvelle de Monemvasia 081116Mardi 8 novembre : 8h du matin. La mer est plate dans le port de Monemvasia. Il y a du soleil, l’équipage envisage de se baigner. J’ai prévu de partir tard, vers 10h, et d’arriver de nuit à Alonaki pour permettre à Caroline de retourner ce matin dans la cité antique visiter le Kastro. Je trace entre 8h30 et 9h15 un calque de "blind" sur les approches d’Alonaki, j’espère que cela servira. On a de toutes les façons une carte qui n’est pas assez précise. Il faut que je mette en charge sur du 220V la batterie de mon appareil de photo. Claudine est partie acheter du pain et une bouteille de gaz pour remplacer la bouteille qu’on a finie lors de la première croisière. Je vais – enfin, rires – pouvoir prendre mon petit déjeuner.

Nena au port de Monemvasia 081116

9h40, on finit le petit déjeuner, on s’apprête à partir, mais nous sommes encore au port de Monemvasia. Le pot de miel, la confiture et le Nescafé sont encore sur la table du cockpit, on savoure ici la douceur de vivre. La météo nous indique 10 à 20 nœuds dans notre secteur, mais nous apprendrons qu’à Cythère où nous étions la veille le vent atteint aujourd’hui 40 nœuds, soit environ 20 mètres par seconde. 

 

La cathédrale au sommet de Monemvasia 081116

Caroline est partie de bonne heure ce matin visiter la cité haute et la cathédrale à laquelle nous n’avons pu accéder hier. Le ciel est encore bleu, mais quelques cirrus au sud annoncent le changement de temps.  A 10h27 on est sortis du port ; les serviettes sèchent sur les filières du bateau tandis qu’on se rapproche par la mer des remparts de la vieillie ville byzantine. On reçoit par le travers tribord amures un vent de sud de 8 à 12 nœuds. Le bateau file à six nœuds au cap 90°.  Quelques minutes plus tard, je sors l’appareil de photo et mitraille au téléobjectif la cathédrale au sommet du rocher ; j’ai raté à deux reprises l’occasion de la visiter.  Lorsque nous voyons au 360 l’extrémité est du rocher de Monemvasia, nous prenons  au 029°, et recevons au largue un vent de sud qui a forci pour atteindre 25 nœuds. Le bateau accélère à 8 nœuds.

Monemvasia vue de la mer 081116 2

La falaise de Monemvasia 081116

Monemvasia vue de la mer 081116En route pour Alonaki, Sarah à la barre 081116

12h53 : nous terminons le déjeuner dans le cockpit du bateau. Les filles ont préparé une grosse salade avec beaucoup de riz, des tomates, quelques betteraves crues coupées en lamelles, des oignons ; et une bière Amstel complète le repas. On a cassé encore un verre : les verres en verre à bord sont très jolis, mais fragiles et leur durée de vie est limitée. Lucille vient de monter le fromage et des tranches de pain. A 13h49, le bateau file dans des creux de l’ordre de 70 cm sous un ciel devenu voilé. Dans l’après-midi nous obliquerons au cap 009° et finirons par toucher des vents de 37 nœuds (27 nœuds apparents) au vent arrière, mollissant rapidement pour s’établir à 25 nœuds. A 37 nœuds, nous naviguons sous voilure réduite (le bateau file encore à 11 nœuds), puis, de retour à 25 nœuds, nous avons renvoyé l’intégralité de la GV et roulé le génois dont la chute est mangée aux mites pour 8 nœuds de vitesse fond. A cette allure le pilote accepte de reprendre du service, ce qui nous permet de finir notre déjeuner entamé tardivement. Naviguer dans ces conditions est un vrai bonheur ! Les barres de flèche poussantes nous posent un petit problème au vent arrière : on ne peut pas sortir complètement la grand voile du bateau sans appuyer la toile sur l’extrémité des barres et risquer de la percer.

En route vers Aloniki 13h49 081116

Lucile Bou 17h14 081116

Lucille Bou, 17h14 081116

17h17 : on vient de passer la ligne de sonde des 100m, et nous allumons les feux de navigation. « Allumer le feu, allumer le feu ! » entonne aussitôt en chœur l’équipage. A 17h 21, le ciel est complètement plombé par des stratus bas ; nous approchons du Steno Dokou, le passage entre l’île Nisos Dokos à tribord et le Péloponnèse à bâbord, qui donne accès au sud de la baie d’Alonaki, près d’Ermioni. J’utilise le calque de « blind » préparé ce matin, avec des cercles et des rayons repérés de 10 degrés en 10 degrés. Le « blind » fonctionne à peu près correctement, il n’y a pas de gros écarts par rapport à la carte. Cependant, comme lors de mon précédent stage Yachtmaster, le GPS du bord a une erreur de quelques dizaines de mètres : le « blind » nous ferait volontiers aller sur la petite péninsule issue du Péloponnèse à bâbord de la passe si on le laissait faire. L’air est chaud, nous sommes tous habillés léger, qui en T-shirt, qui en robe d’été. Le soleil s’est couché, nous sommes dans le crépuscule nautique ; une brume légère a envahi un peu tout, donnant au paysage des allure d’estampe japonaise. Je passe l’appareil à Evelyne qui en profite pour faire des photos.

Vers la passe qui donne accès à la baie d'Aloniki, 081116 2

 

Vers la passe qui donne accès à la baie d'Aloniki, 081116

On a allumé le moteur voici deux minutes ; depuis le début de l’après midi nous avions réussi à nous en passer. Sur mes notes j’indique que la petite île Nisos Trikkeri est assez difficile à repérer, mais est vraiment passés juste à côté en la laissant à tribord. Sarah prend la barre et enlève le pilote automatique pour franchir le Steno Dokou. Les creux qui avaient atteint un mètre dans l’après-midi sont en train de s’aplatir, et les vaguelettes restantes font tout au plus vingt centimètres.

Dans le Steno Dokou 081116

A 17h44 nous sommes rentrés dans le Kolpos Hydra, un véritable lac très protégé dans lequel l’eau est telle un miroir. C’est superbe ! Avec le crépuscule les teintes sont devenues pastel. A 9h30/10h du bateau on voit au fond de la baie un village avec des lumières ; ce doit être Alonaki. Nous filons pas loin de dix nœuds ; un courant très fort nous emmène. Dans quelques minutes nous virerons à bâbord au 270°.  On tourne au moteur à 1100 trs/mn, la mer fait le reste. Un équipier repère un feu (un long et trois courts) qui ressemble plus à une signalisation aérienne que maritime, et un autre repère un champ d’éoliennes. Nous nous attaquons sans attendre à l’apéritif. A 17h51 nous virons de bord, et à 18h nous mouillons 50m de chaîne oringuée par 7,8m de fond dans la baie d’Alonaki (Kapari Bay). En y entrant nous avons croisé deux Ofnis ou écueils non signalés.

Détente dans le cockpit du Nena à Aloniki, 081116

20h27 : on est en train de se baigner dans la nuit de la baie d’Alonaki, juste éclairée par les lumières de la côte. L’eau est bonne, après une journée de navigation c’est un vrai régal.

Bain pour l'équipage du Nena à Aloniki 081116

Bain à Aloniki PhB 081116

Soirée dans le cockpit à Aloniki pour l'équipage du Nena 081116

Cruise by sailboat in Greece to discover the most beautiful places of the Peloponnese.Tuesday 8 November: late departure at 10.25 am from Monemvasia, to allow Caroline to return to the Byzantine city to visit the Kastro and the Cathedral. We are on our way to the Steno Dokou which gives access to the Gulf of Hydra, then Alonaki, small village of the bay of Kapari before which we anchor at 18h. In the afternoon we will have 25 knots back winds, with a peak at 37 knots. Sailing very pleasant, and swimming at night after the meal.

 

Petit déjeuner à Monemvasia 081116

Photos : Petit déjeuner à Monemvasia 081116 1 ; Le petit port de Monemvasia 081116 ; La ville nouvelle de Monemvasia 081116 ; Nena au port de Monemvasia 081116 ; La cathédrale au sommet de Monemvasia 081116 ; Monemvasia vue de la mer 081116 1 ; La falaise de Monemvasia 081116 ; Monemvasia vue de la mer 081116 2 ; En route pour Alonaki, Sarah à la barre 081116 ; En route vers Alonaki 13h49 081116 ; Lucile 17h14 081116 1 ; Lucile 17h14 081116 2 ; Vers la passe qui donne accès à la baie d'Aloniki, 081116 (1 et 2) ; Dans le Steno Dokou 081116 ; Détente dans le cockpit du Nena à Alonaki, 081116 ; Bain pour l'équipage du Nena à Alonaki 081116 ; Bain à Aloniki PhB 081116 ; Soirée dans le cockpit à Alonaki pour l'équipage du Nena 081116 ; Petit déjeuner à Monemvasia 081116 2 ; Baignade à Alonaki, Sarah, 081116. Auteur : Philippe Bensimon 

Baignade devant Alonaki, 081116