Sous les nuages 111116

Un cargo défile devant la baie 111116

Immeubles résidentiels sur la colline près d'Akra Fonia 111116

DSCN5341

Petit déjeuner dans la baie au sud d'Akra Fonia 111116

Vendredi 11 novembre 2016. Grasse matinée. L’objectif de la journée est la visite du temple de Poséidon qui surplombe la baie de Cap Sounio, et nous ne sommes pas pressés. Le bateau n’a pas bougé durant la nuit. Nous sommes à 2,7 M au nord-est de Cap Sounio, dans une petite baie très protégée, entourée d’immeubles résidentiels bas, des logements de vacances dont la plupart semblent fermés. Le phare d’Akra Fonia devait être situé sur la colline qui ferme le nord-est de la baie ; il était installé sur une tour installée sur le toit de la maison du gardien, je crois que la tour a été détruite il y a déjà pas mal d’années (information à vérifier, si vous savez quelque chose sur le sujet, merci de le noter en commentaire de ce message). Le vent a baissé durant la nuit – il est vrai que je suis dans une baie très protégée et qu’il m’est difficile d’estimer le vent au large. L’horizon est dégagé, un grand banc de nuages navigue encore dans le ciel au-dessus de nos têtes. Je pense qu’il disparaîtra dans la matinée. Pendant que je fais ma vidéo, un cargo long et bas défile devant l’entrée de la baie, en route pour le Golfe Saronique. Il est suivi vingt minutes après un second cargo, un porte-conteneur MSC dont la silhouette se découpe à contrejour sur les collines de Makronisos. C’est une route fréquentée. Je descends dans le carré pour contrôler le niveau d’huile du moteur : rien n’a bougé sur la jauge.

Petit déjeuner dans la baie sous Akra Fonia, 111116

Première baignade sous Akra Fonia 111116 1

Première baignade sous Akra Fonia 111116 2

Problème de guindeau, 111116

A 9h10 tout l’équipage est assis dans le cockpit autour du petit déjeuner. Pain, beurre, confitures, miel, bananes, fromages grecs, brioches, yoghourt à la grecque (avec du miel c’est un délice !), jus d’orange, thé et café sont sur la table. Après le petit déjeuner, Caroline va se baigner. Comme prévu le ciel s’est entièrement dégagé, nous allons avoir une journée magnifique. Au moment de lever l’ancre, nous nous rendons compte que la télécommande filaire du guindeau est HS. Tout semble cependant normal sur les connexions, que nous nettoyons soigneusement, mais en vain. Après diverses tentatives, nous utilisons la télécommande sans fil, rangée au dessus du siège navigateur dans le carré. Elle fonctionne bien. A 10h15 l’ancre est à poste sur son davier. et nous partons à vue en direction du mouillage à Cap Sounio. 

Cap Sounio vu de l'est, 111116

Les vagues hors de la baie ne dépassent pas vingt centimètres, la visibilité est totale. Nous n’avons pas suffisamment de vent, et nous avançons au moteur. Durant la nuit j’ai laissé un bout de grand-voile sorti pour stabiliser le bateau, et je conserve cette voilure. Le ciel est très pur et la lumière magnifique ; nous voyons de loin les colonnes du temple de Poséidon en haut du cap, ainsi que l’îlot qui ferme la baie de Sounio.

Nena à l'ancre dans la baie de Sounio 111116

Nous arrivons à 11h au mouillage ; le temps de mettre l’annexe à l’eau, de fixer le petit Honda 2,3 CV sur son tableau arrière et de conduire l’équipage à terre, il est 11h40. C’est un vrai bonheur de voir qu’en une semaine chacun a pris ses marques à bord, assimilé les manœuvres, et que les choses se passent de façon fluide et rapide, sans heurt ni retard.

Le sentier qui grimpe vers le temple de Poseidon, Cap Sounio 111116

La forteresse de Cap Sounio domine la baie, 111116

Les

Nous grimpons le sentier de terre rouge et sèche qui serpente dans la colline, entre les buissons d’épineux à gauche, et le grillage qui protège le site à droite. Les tarifs de la visite du temple (IVe siècle avant Jésus-Christ) ont été divisés par deux depuis notre dernier passage (nous sommes après le 1er novembre), et nous décidons tous de payer les quatre euros réclamés au guichet. Bonne surprise : le site est beaucoup plus vaste que je m’y attendais. Il est midi, nous commençons par visiter la forteresse, dont quelques murs de pierre surplombent encore la baie. La vue est saisissante sur notre bateau en contrebas. Des petits oiseaux peu farouches (des grosses cailles ?) habitent ces lieux. Comme régulièrement lors de ces visites, je m’attarde ça et là pour admirer des détails et faire des photos ; je perds le groupe de vue.

Le propylon du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116

Facade nord du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116

Dalles à l'ouest du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116

Vers 12h10 je suis au propylon (porte d’entrée) du temple, j’en fais la visite en contournant les colonnades dans le sens sénestrogyre. Conçues spécialement pour résister aux embruns, les colonnes de Cap Sounio comportent un peu moins de cannelures que celles des autres temples. Je cherche en vain les graffiti laissés par le poète Byron, qui grava son nom comme n’importe quel touriste sur l’une des colonnes lors de son passage ; sans doute faudrait-il que je m’approche plus des colonnes pour les repérer. Par la suite lord Byron écrivit : « “Emmenez-moi sur la pente du marbre de Sounion, où rien mis à part les vagues et moi, ne puisse entendre nos mutuels murmures passer“.

Facade sud du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116

Facade est du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116

Facade nord du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 3

Cap Sounio, l'équipage, le Nena en contrebas 111116

Le paysage est superbe, la lumière est belle, les bleus du ciel et de la mer invitent au repos et à la méditation. Je m’assiérais volontiers sur une des dalles pour y passer l’après-midi, à méditer et faire des photos. Hélas, le temps nous est compté.

A 13h20 nous sommes de retour à l’annexe, qui nous attend sagement au bout de la petite jetée ; la plage est déserte, envahie par les algues.

Dix minutes plus tard, c’est l’heure de la baignade, la dernière de cette croisière. A 15h nous quittons le mouillage de Cap Sounio, en route pour Lavrio. Nous avons 7 M à faire. Le bateau avance sur l’eau à 5,5 kt (indication du speedo), poussé par un vent arrière de 8 kt. Les vagues entre le continent et la longue île de Makronisos à tribord font une trentaine de centimètres de haut.

Cap Sounio, retour à l'annexe 111116

Cap Sounion, baignade avant le déjeuner 111116

Le Nena garé à Lavrio, 111116

Claudine prépare le crumble aux pommes 111116

Arrivée à Lavrio à 16h15 ; nous garons le Nena au quai d’honneur de la ville, sur pendilles, entre deux autres bateaux. L’arrivée s’est faite de manière impeccable, que ce soit au niveau du circling ou de la pose des aussières par l’équipage ; un employé de HDM est juste allé vérifier la tension de la pendille. Nous sommes ensuite allés prendre un pot à l’Agua, et Claudine est allée déposer ses affaires son hôtel et acheter quelques pommes de terre pour le repas du soir. A 20h je m’attaque au hachis parmentier de thon, aidé par Evelyne qui épluche les pommes de terre (cf recette un peu plus loin dans ce blog). Ce sera le plat de résistance de notre dîner. Pendant ce temps Claudine nous prépare un dessert aux pommes, avec l’aide de Caroline. A 20h30 mes pommes de terre sont cuites et mes oignons rissolés. J’écrase les premières à la fourchette avec un peu de crème fraîche dans un plat à gratin (méthode traditionnelle pour faire de la purée, lol), y ajoute les seconds ainsi que le thon, puis saupoudre le tout d’emmenthal râpé – en préservant soigneusement un coin du plat à l’abri du fromage : Lucille s’est vu interdire par son acupunctrice tout produit laitier d’origine animale durant un mois.

Claudine sert son crumble dans le cockpit du Nena, 111116

Pendant ce temps, nous prenons l’apéritif, suivi en guise d’entrée d’une soupe dont la base est le bouillon du poulet au curry de la veille. Une heure plus tard, nous savourons le hachis. Le crumble aux pommes de Claudine remplace bientôt celui ci dans notre unique plat à gratin, qui retourne au four. A 22h34 Claudine nous sert son dessert dans le cockpit. Il fait bon dans la nuit grecque de novembre, et savourer cette dernière soirée ensemble dehors est très agréable. Nous prolongerons cette soirée jusqu’aux alentours de minuit.

Friday, November 11, 2016. Sleepy morning aboard for the crew of the Nena, swimming and breakfast before departure for Cap Sounio. We anchored in the bay of Sounio at 11 o'clock. We go ashore with the dinghy and go by a small red earth trail to visit the Temple of Poseidon at the top of the cape. The Temple is splendid and the scenery beautiful. At 1:20 pm we are back to the beach where the dinghy is waiting for us, attached to a small jetty. A few minutes later, we are on our boat: swimming, lunch, at 15h we leave the bay of Sounio. We arrive at 16:15 in Lavrio. After a stop on the bar l'Agua in front of the port, we return on board for a good meal: aperitif, vegetable soup derived from the chicken curry the day before, Parmentier of tuna, Greek cheeses and apple crumble prepared by Claudine.

Photos : Sous les nuages 111116 ; Un cargo défile devant la baie 111116 ; Immeubles résidentiels sur la colline près d'Akra Fonia 111116 ; Le Nena dans labaie sous Akra Fonia, 111116 ; Déjeuner à bord du Nena, 111116 ; Déjeuner à bord du Nena avec Akra Fonia en toile de fond, 111116 ; Baignade dans labaie sous Akra Fonia 111116, 1 ; Baignade dans labaie sous Akra Fonia 111116, 2 ; Problème de guindeau, 111116 ; En route pour Cap Sounio et le temple de Poséidon 111116 ; Le Nena à l'ancre dans la baie de Sounio, 111116 ; Le sentier qui grimpe vers le temple de Poseidon, Cap Sounio 111116 ; La forteresse de Cap Sounio domine la baie, 111116 ; Les "cailles" de Cap Sounio, 111116 ; Le propylon du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 ; Facade nord du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 ; Dalles à l'ouest du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 ; Facade sud du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 1 ; Facade est du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 ; Facade nord du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 3 ; L'équipage du Nena à Cap Sounio, 111116 ; Cap Sounio, retour à l'annexe 111116 ; Cap Sounion, baignade avant le déjeuner 111116 ; Le Nena garé à Lavrio, 111116 ; Claudine prépare le crumble aux pommes 111116 ; Claudine sert son crumble dans le cockpit du Nena, 111116 ; Temple de Poséidon, façade sud, Cap Sounio 111116 2. Auteur : Philippe Bensimon.

Facade sud du Temple de Poséidon, Cap Sounio 111116 2