Logo Astrolabe Expéditions

Astrolabe expéditions scientifiques à la voile 110317

Accueil chaleureux du trésorier Yann Louault 110317

Samedi 11 mars 2017. Assemblée générale de l’association Astrolabe. Les locaux sont ceux de La Paillasse, organisme de recherches scientifiques sis rue Saint-Denis à Paris.

L‘après-midi est marquée par plusieurs temps forts :

- 14h présentation de l’association et de ses activités

- 15h programmes de recherche et expéditions prenant le départ en 2017-03-17

- 17h assemblée générale proprement dite.

J’ai découvert avec Evelyne cette jeune association en décembre, lors du Salon Nautic de Paris. Prise de contact rapide. Le but de l’association m’avait paru sympathique : retaper un vieux voilier pour le transformer en bateau d’expédition d’une part, et d’autre part mettre en contact des plaisanciers avec des laboratoires de recherche ayant besoin de bases en mer pour recueillir des données.

Aujourd’hui, je découvre que le projet de retape du voilier est abandonné. L’association se recentre sur la mise en contact de plaisanciers et de programmes de recherche.

Gilles Reverdin 110317

Ce samedi 11 septembre, plusieurs scientifiques font état de leurs recherches, de leurs avancées et de leurs besoins. En particulier, Gilles Reverdin qui travaille à Jussieu pour un laboratoire où il s’occupe de modélisation climatique en fonction de la température et de la salinité des océans a besoin de sondes capables d’effectuer et de transmettre très régulièrement ces mesures. Ces sondes existent déjà, un modèle est mis au point et présenté sur un établi dans l’entrée de la salle de conférences. J’entends parler de les laisser traîner derrière le bateau au bout d’un filin, à la manière d’un loch à poisson. Or, ceux qui ont utilisé un loch à poisson savent sur la durée de vie de celui-ci est courte : rien ne ressemble plus à un poisson qu’un loch à poisson, et celui-ci à tôt fait de disparaître dans l’estomac d’un prédateur. D’autres proposent de monter la sonde sur le circuit de refroidissement du moteur. Je me permets de proposer une idée simple, mais utilisable uniquement sur un bateau à coque métallique – ce que nous aurons pour notre expédition : mettre la sonde dans un tube métallique soudé sous la coque, avec une entrée d’eau munie d’un filtre grillagé pour éviter qu’elle ne se bouche et une sortie d’eau. Si nous travaillons avec Gilles Reverdin, je pense que c’est la solution que nous emploierons sur notre bateau.

Deepcor 110317

Un autre projet de recherche a été présenté, celui de Denis Vianney, chercheur français qui travaille dans un laboratoire à Taiwan (Formose). Celui-ci s’intéresse à la manière dont le changements climatiques affectent l’économie corallienne, et notamment les coraux mésophotiques (littéralement : « moyennement éclairés »). A l’heure actuelle on connaît surtout les coraux des mers peu profondes – pour des raisons de praticité. Or le réchauffement climatique rend petit à petit inhabitables ces eaux devenues trop chaudes, et les coraux qui survivront sont sans doute ceux qui habitent dans des eaux profondes plus fraîches et moins éclairées, ou qui décideront d’y migrer. Un problème pour les coraux, et aussi pour la faune qui vit de façon presque symbiotique avec ces coraux. Une nacelle présentée par Astrolabe devrait permettre la photographie de ces coraux, qui se trouvent généralement dans une zone comprise entre 30 et 40 m de fond, mais peuvent dans des endroits où l’eau est particulièrement claire descendre jusqu’à 160 m.

Expédition familliale _Grand Maloya_ 110317

Les expéditions montées par les membres de l’association qui partiront en 2017 sont ensuite présentées. Je note au passage une famille entière qui navigue depuis neuf ans. Partis pour acheter un camion sur le net, ils sont tombés sur Leboncoin.fr sur un Chatam de 15 mètres, un bon vieux gros bateau dessiné par Caroff, en sont tombés amoureux et l’ont acheté en une semaine. De retour en France, ils n’ont qu’une envie, c’est repartir, et iront en 2017 passer le canal de Panama. Ils mettront - comme tous les autres marins présents – leur voyage au service des sciences participatives. La famille au complet, les deux petites filles compris, sont venues présenter leur projet. J’aurai le plaisir d’échanger quelques mots avec eux lors du buffet qui suivra l’assemblée générale.

La fondation Roland Jourdain 110317

Emmanuel Poisson-Quinton vient ensuite présenter la Fondation Explore Roland Jourdain. Ce jeune ingénieur en agronomie nous parle de la fondation, de son créateur Roland Jourdain, et de leur aventure avec les expéditions Under The Pole, que la fondation soutient depuis plusieurs années. Under The Pole a déjà réalisé deux expéditions, avec pour but des photos prises sous la banquise. En 2010 Under The Pole est allé au Pôle Nord, en 2014-2015 au Groenland, et une troisième expédition s’apprête à partir en mai, cette fois-ci pour des plongées dans des eaux plus chaudes. Je note de son exposé que les premières expéditions ont été un fiasco au niveau du sponsoring. Les sponsors aimant bien voler au secours de la victoire – on les comprend – cette année le groupe a obtenu un gros budget des Laboratoires Clarins. Il y a de grandes chances pour que ce soit le cas pour nous aussi, et que les sponsors rejoignent le Tour des deux Amériques solidaire en voilier en cours d’expédition… On verra bien. En attendant, le fonds Roland Jourdain pour les nouveaux explorateurs représente une expertise et un savoir-faire dans l’organisation des expéditions – et notamment dans les régions polaires – dont nous aimerions bien qu’ils nous fassent bénéficier.

Astrolabe, un plan à trois ans 110317

Après l’assemblée générale de l’association, qui a réélu son bureau avec à sa tête le président Cédric Courson, un buffet très sympathique a été l’occasion de rencontres intéressantes, notamment avec Emmanuel Poisson-Quinton. Le Fonds Explore s’est donné trois axes : comprendre, innover et sensibiliser. Le Projet Tour des deux Amériques solidaire en voilier s’inscrit parfaitement (et statutairement) dans deux de ces axes : comprendre – c’est la participation à des recherches scientifiques, et la création d’une grande base d’interviews/biographies récoltées durant cinq ans mise à la disposition de la communauté des sociologues – et sensibiliser, grâce aux quelques quatre cent conférences prévues, et aux documentaires, livres et reportages créés lors de notre périple et destinés à informer le public de la nécessité de sauvegarder les milieux polaires, les océans et la vie qu’ils abritent. Nous aimerions aussi que le voilier serve de base de test à des produits innovants visant à réduire la pollution (par les hydrocarbures ou autres) ; mais ce volet n’a pas encore été développé. Autre contact intéressant, celui avec un auteur de documentaires que je recontacterai dans quelques jours ; je récupère aussi l’adresse d’un chantier ou se trouve un Chatam de 60 pieds qui est peut-être à vendre.

General assembly of the association Astrolabe, Saturday 11 March 2017. Presentation of the association, scientific research projects in which the association participates, presentation of the Roland Jourdain foundation for new explorers. Contacts, ideas, projects ...

Photos : Astrolabe expéditions scientifiques à la voile 110317 ; Accueil chaleureux du trésorier Yann Louault 110317 ; Gilles Reverdin présente ses recherches, 110317 ; Expédition familliale "Grand Maloya" 110317 ; La fondation Roland Jourdain 110317 ; Astrolabe, un plan à trois ans 110317 ; Cédric Courson montre les sondes à Gilles Reverdin 110317. Auteur : Philippe Bensimon.

Cedric Courson montre les sondes à Gilles Reverdin 110317 2