Le point le plus intéressant pour nous du Salon Nautic 2017 a été la découverte sur son stand du Projet Bagaille Moon Fou. Une « bagaille », c’est une histoire folle en créole. Le Projet Bagaille Moon Fou, très inspiré du Solar Impulse Project de Bertrand Picard, consiste à terme à équiper les cargos de voiles rigides en carbone ultra léger (leur voile carbone pèse moins qu’une voile tissu) constituées de multiples panneaux pivotant sur des axes perpendiculaires au mât, dont la position par rapport au vent est gérée par un ordinateur, lui-même relié à des capteurs de vent.

Le principe est simple : le vent forcit, on veut réduire la pression du vent sur la voilure, l’ordinateur modifie l’angle d’attaque des panneaux en les inclinant progressivement jusqu’au réglage optimal. Le vent mollit, au contraire l’ordinateur va augmenter l’angle d’attaque, jusqu’à obtenir s’il le faut une pression maximale à 90° du vent. Les panneaux étant rigides, la question des lattes disparaît ; et les tensions sur la mâture étant contrôlées en permanence, les mâts ne sont plus haubanés. Le seul étai restant étant celui à l’avant du mât, qui sert de support à l’enrouleur de génois. Reste à trouver l’énergie nécessaire à la motorisation des multiples panneaux de la voile.

Rigides, les panneaux servent de supports à des cellules photovoltaïques. Leur surface est largement suffisante pour procurer non seulement l’énergie nécessaire au fonctionnement de la voile, mais aussi l’alimentation de la motorisation électrique du bateau (adieu le moteur thermique et les énergies fossiles), et une autosuffisance totale pour le reste du bateau : frigidaire, congélateur, guindeaux, etc… Et même pour alimenter l’annexe. A première vue, dans les régions polaires le soleil étant bas sur l’horizon les panneaux devraient récupérer un maximum d’énergie ; et aux latitudes normales, en cas de mauvais temps avec du vent, les panneaux mis à l’horizontale (équivalent d’une voilure arisée) devraient aussi générer le maximum de l’énergie possible. Le concept de voile/aile arisable capable de supporter des cellules photovoltaïques a valu à son inventeur Gilles Serre d’être primé au concours Lépine en 2014. Le stockage de l’énergie se fait à bord grâce à des accumulateurs d’énergie type Mavero de la société Kreisel ou Powerwall® de la société Tesla. Sur le projet actuel une autonomie d’environ 200 M supplémentaires est prévue en cas d’avarie. On peut envisager d’augmenter cette autonomie jusqu’à la distance de sécurité souhaitable par accroissement du parc de batteries.

BagailleMoonFou_au_Nautic_2017_1

Le but final est de fournir une autonomie énergétique complète à des navires de charge (transport maritime) ; les plaisanciers pourront aussi être équipés du système. Les inventeurs envisagent actuellement de tester durant six mois dans toutes les conditions possibles le futur Bagaille Moon Fou sur un petit bateau au 1/3 soit d’une douzaine de mètres. Le projet parait très intéressant dans le cadre d’une de la lutte pour une économie décarbonée limitant le réchauffement climatique et un transport maritime moins polluant. Notre expédition espère devenir la vitrine de cette technologie. Coût estimé à la louche pour la transformation totale d’un ketch de 22-24 mètres : 600.000 euros. Pour le moment nous ne disposons pas du budget ; nous recherchons un ou plusieurs sponsors intéressés par le projet. Il n’est pas impossible que nous partions avec un bateau équipé de voiles classiques et d’un moteur thermique, et que, les fonds arrivant au bout d’un an ou deux d’expédition, nous fassions une pause dans un chantier en Amérique du Sud pour effectuer une transformation complète du bateau (motorisation, mât et voilure, et installation du parc batteries). L’ensemble du matériel tient dans un conteneur livrable sur place, et les délais pour la modification sont de l’ordre d’un mois et demi de travail d’après les indications recueillies sur le stand. 

BagailleMoonFou_pour_blog

The most interesting point for us at Salon Nautic 2017 was the discovery on its stand of the Bagaille Moon Fou project. A "bagaille" is a crazy story in Creole. The Bagaille Moon Fou Project, very much inspired by Bertrand Picard's Solar Impulse Project, is ultimately to equip the cargo ships with rigid sails in ultra light carbon (their carbon sail weighs less than a classic sail) made up of multiple panels pivoting on axes perpendicular to the mast, whose position relative to the wind is managed by a computer, itself connected to wind sensors.

The principle is simple: the wind forces, we want to reduce the wind pressure on the wing, the computer modifies the angle of attack of the panels by tilting them gradually to the optimal setting. The wind softens, on the contrary the computer will increase the angle of attack, until it reaches if necessary a maximum pressure at 90 ° of the wind. The panels being rigid, the question of the slats disappears; and the tensions on the mast being constantly controlled, the masts are no longer guyed. The only remaining stay being the one at the front of the mast, which serves as a support for the genoa furler. It remains to find the energy necessary for the motorization of the multiple panels of the sail.

Rigid, the panels serve as supports for photovoltaic cells. Their surface is largely sufficient to provide not only the energy necessary for the operation of the sail, but also the power of the electric motorization of the boat (farewell the thermal engine and fossil fuels), and total self-sufficiency for the rest of the boat : fridge, freezer, windlasses, etc ... And even to supply the annex. At first sight, in the polar regions the sun is low on the horizon the panels should recover a maximum of energy; and at normal latitudes, in case of bad weather with wind, horizontally placed panels should also generate as much energy as possible. The concept of sail / wing able to support solar cells photovoltaic earned its inventor Gilles Serre to be awarded at the Lépine contest in 2014. The energy storage is done on board with energy accumulators type Mavero of Kreisel or Powerwall® from Tesla. On the current project an autonomy of about 200 M additional is provided in case of damage. It is possible to consider increasing this autonomy up to the desirable safety distance by increasing the number of batteries.

The ultimate goal is to provide complete energy self-sufficiency for cargo ships (maritime transport). The inventors are currently planning to test for six months in all possible conditions the future Bagaille Moon Fou on a small boat at 1/3 - it's a dozen meters. The project seems very interesting in the framework of one of the fight for a carbon-free economy limiting global warming and a less polluting maritime transport. Our expedition would become the showcase of this technology. Estimated cost for the total transformation of a ketch 22-24 meters: 600,000 euros. At the moment we do not have the budget and we are searching for a sponsor to install the Bagaille Moon Fou Project aboard.

Vidéo : Bagaille Moon Fou - Technologie SSRS® - "Ce projet « Bagaille Moon Fou » a pris forme il y a 5 ans d’une évidence et d’un besoin existentiel : La planète, ses mers et ses océans se meurent… Pourquoi principalement ? L’humanité dans son développement rapide et irrespectueux qui détruit son propre environnement. Notre projet « Bagaille Moon Fou », qui potentialise la technologie révolutionnaire SSRS®, répond avec une efficience totale et durable à une des causes les plus importantes de la pollution des mers & océans et du réchauffement climatique: Le transport maritime". Vidéo diffusée avec l'aimable autorisation du projet Bagaille Moon Fou.