Athènes, Acropole (auteur nl LennieZ)

Les environs d’Athènes embrasés : plus de 80 morts. Alors que la Suède réclamait l'aide internationale, avouant qu'il manquait 2.500 pompiers pour lutter contre les incendies ravageant le pays scandinave, une ceinture de feu entourait Athènes. Au même moment, des incendies jugés pires que ceux qui ont dévasté le Péloponnèse en 2007 emflammaient la région. Attisés par des vents de plus de 100 km/h et des températures supérieures à 40°C, les feux ont ravagé Mati, une station balnéaire située à 40 km au nord-est d’Athènes, faisant au moins 83 morts et près de 200 blessés selon une estimation provisoire des pompiers grecs. Le 24 juillet les feux n’étaient pas encore maîtrisés (ils le sont aujourd'hui, NDR). La Grèce a également fait appel à l’aide internationale (source : FranceInfo, 25 juillet 2018). 300 habitations ont été détruites dans ces incendies. Le manque de moyens et d'organisation est mis en cause par les pompiers grecs.

Photo : le Parthénon et l'Acropole d'Athènes ; auteur/author : nl:User:LennieZ. 

The area of Athens was burning last week: more than 80 dead. While Sweden was demanding international aid to fight against fires devastating the scandinavian country, a ring of fire surrounded Athens. At the same time, fires considered worse than those that devastated the Peloponnese in 2007 ignited the region. Increased by winds of more than 100 km / h and temperatures above 40 ° C, the fires ravaged Mati, a seaside resort located 40 km northeast of Athens, killing at least 83 people and nearly 200 injured according to a provisional estimate of Greek firefighters. On July 24 fires were not yet under control (they are today, NDR). Greece has also appealed for international aid (source: FranceInfo, July 25, 2018). 300 homes were destroyed in these fires. The lack of means and organization is questioned by the Greek firefighters.