Mont_Blanc_003 (auteur Zulu)

La canicule frappe désormais l'ensemble de l'Europe. Après le nord de l'Europe à la mi-juillet (Suède, Lettonie), c'est maintenant l'Espagne et le Portugal qui sont victimes des incendies. Il est vrai qu'il fait chaud partout : de 41°C à Tokyo le 25 juillet, on est passés ce week-end à plus de 40°C à Madrid, et 45,8°C ce samedi à Badajoz, dans le Sud-Ouest de l’Espagne où trois personnes sont mortes la semaine dernières victimes de la canicule. Des températures dignes de Marrakech en plein mois d'août, qui sont 11°C au-dessus de la moyenne saisonnière. Toute la péninsule ibérique est touchée par l'air chaud venu du Sahara, les records se trouvant au Portugal, lui aussi victime de nouveaux incendies : 47,4°C à Santarem (record national déjà atteint à Amareleja lors de la canicule de 2003). Le Dauphiné.com note sous la plume d'Anthony Kaczmarek : "La ville a même flirté avec le record absolu européen de chaleur, détenu par Athènes avec 48 degrés relevés le 11 juillet 1977" (source : Dauphiné.com, 5 août 2018). 

Si on tient compte de l'humidité, qui accroit les sensations de chaleur, les températures ressenties en Algarve ont dépassé les 50°C.

Rappellons qu'en 2003, la canicule avait tué en France 20.000 personnes, victimes bien sûr de la chaleur, mais aussi d'une absence totale de prise en compte du réchauffement climatique mis en évidence depuis 1972 par le Club de Rome. Aujourd'hui, la vague de chaleur entraîne une pollution à l'ozone qui risque d'entraîner des crises d'asthme, des détresses respiratoires et cardiovasculaires chez les personnes souffrant d'asthme, de pathologies respiratoires, et les jeunes enfants et les personnes âgées. En 2016, on estimait à 500 décès les conséquences de la pollution à l'ozone, avec un fort gradient nord-sud (source : Santé Publique France, 25/08/2016).

Enfin, le JT de 20h d'Antenne 2, qui parle désormais tous les jours des effets du réchauffement climatique, nous offrait hier soir une nouvelle réconfortante : nous n'aurons bientôt plus besoin de crampons pour pratiquer l'alpinisme. En effet, en 2100 80 % des glaciers auront disparu. Actuellement, la Mer de Glace perd cinq mètres d'épaisseur et trente mètres de longueur par an, un rythme qui s'est accéléré depuis la fin du vingtième siècle.

The heat wave is now affecting all of Europe. After northern Europe in mid-July (Sweden, Latvia), Spain and Portugal are now the victims of the fires. It is true that it is hot everywhere: from 41 ° C in Tokyo on July 25, we spent this weekend more than 40 ° C in Madrid, 45.8 ° C this Saturday in Badajoz, in the South. Western Spain where three people died last week victims of the heat wave. Temperatures worthy of Marrakech in the middle of August, which are 11 ° C above the seasonal average. The entire Iberian Peninsula is affected by the hot air coming from the Sahara, the records being in Portugal, also victim of new fires: 47.4 ° C in Santarem (national record already reached in Amareleja during the heat wave of 2003) . The Dauphiné.com note under the pen of Anthony Kaczmarek: "The city has even flirted with the absolute European heat record, held by Athens with 48 degrees recorded July 11, 1977" (source: Dauphine.com, August 5, 2018) . If we take into account humidity, which increases the sensations of heat, temperatures felt in the Algarve have exceeded 50 ° C. Recall that in 2003, the heat wave had killed 20,000 people in France, victims of the heat, but also a total lack of consideration of global warming highlighted since 1972 by the Club of Rome. Today, the heat wave causes ozone pollution that can lead to asthma attacks, respiratory and cardiovascular distress in people with asthma, respiratory diseases, and young children and old people. In 2016, the consequences of ozone pollution were estimated at 500 deaths, with a strong north-south gradient (source: Santé Publique France, 25/08/2016). Finally, the Antenne 2 20:00 GMT, which is now talking every day about the effects of global warming, offered us a new comfort last night: we will soon not need climbing-irons to practice mountaineering. Indeed, in 2100 80% of the glaciers will be gone. Currently, the Sea of ​​Ice loses five meters thick and thirty meters long per year, a pace that has accelerated since the end of the twentieth century.

Photo : Le massif du Mont-Blanc et la Mer de Glace (photo sans doute antérieure au 12 janvier 2003) ; auteur/author : Zulu.