Vue de Lyon depuis le Rhône, à l'arrière-plan la colline de la Croix-Rousse

Avec une quarantaine de degrés dans le Lyonnais, et 41 à 42°C attendus en Auvergne et dans l'Allier, on va frôler cette semaine, voire dépasser les records de chaleur en France : on va vers la plus forte vague de chaleur enregistrée depuis 1947 en cette saison. Une dépression qui agit un peu comme une pompe aspire en effet vers nous un air chaud venu du Sahara. Nous avons enregistré deux fois plus de canicules depuis 1980 que durant la période identique précédente : c'est la marque du réchauffement climatique. Ce qui est extraordinaire dans la canicule que nous allons vivre cette semaine, c'est sa précocité. A l'horizon 2100, si on continue à ne rien faire pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre, ces vagues de chaleur pourraient survenir de fin mai à début octobre. 

Nous avons tous en mémoire la canicule de 2003. Cette fois-ci, nous y sommes un peu mieux préparés, et le nombre des morts devrait être moins important. Les conseils donnés passent en grande partie par de l'hydratation : boire beaucoup, utiliser les brumisateurs, etc. Et éviter les trop gros efforts. S'il vaut mieux ne tenir aucun compte des visuels d'Antenne 2 passant en fond d'écran de leurs conseils d'hydratation une partie de beach volley, il est intéressant de noter qu'en Allemagne, à partir de 35°C il est conseillé de cesser le travail.  En France, la seule obligation en droit du travail, quelque soit la température, est de fournir de l'eau potable aux salariés de l'entreprise. Pour nous autres Européens privilégiés, qui n'avons qu'à tourner le robinet pour avoir de l'eau, les choses sont encore faciles. Dans les pays secs (Afrique subsahélienne, Kenya, etc.) les choses vont aller en se compliquant au fil des années, notamment pour les tribus d'éleveurs. Un bref sujet du Journal de 20h d'Antenne 2 rappelait ce lundi 24 juin que cette semaine une vache française aurait besoin de boire en moyenne 100 litres d'eau par jour. 

La consommation de viende de bovins, dont l'élevage est extrêment gourmand en eau, est en constante augmentation sur une planète où l'eau potable va devenir une ressource de plus en plus rare. C'est peut-être le moment pour ceux qui ne l'ont pas encore fait de ralentir leur consommation de viande et de passer à des modes d'alimentation plus écologiques et plus adaptés au monde de demain.

_________________

With forty degrees in the Lyonnais, and 41 to 42 ° C expected in Auvergne and Allier, it will be close to this week, even exceed the record heat in France: we are going to the largest heat wave recorded since 1947 in this season. A depression that acts a bit like a pump sucks us to hot air from the Sahara. We have recorded twice as many heat waves since 1980 as during the previous identical period: it is the mark of global warming. What is extraordinary in the heat wave that we will live this week is its precocity. By 2100, if we continue to do nothing to limit our emissions of greenhouse gases, these heat waves could occur from late May to early October. We all remember the heat wave of 2003. This time, we are a little better prepared, and the number of deaths should be less important. Much of the advice is given by hydration: drink a lot, use the foggers, etc. And avoid too much effort. If it is better to ignore the visuals of Antenna 2 in the background of their advice of young people playing Beach Volley, it is interesting to note that in Germany, from 35 ° C it is advisable to stop work. In France, the only obligation in labor law, whatever the temperature, is to provide drinking water to employees of the company. For us privileged Europeans, who have only to tap the tap to get water, things are still easy. In dry countries (sub-Sahelian Africa, Kenya, etc.) things will get complicated over the years, especially for the tribes of pastoralists. A brief subject of the Journal de 20h d'Antenne 2 recalled Monday, June 24 that this week a French cow would need to drink an average of 100 liters of water per day. The consumption of cattle, whose livestock is extremely water-hungry, is constantly increasing on a planet where drinking water will become an increasingly scarce resource. This may be the time for those who have not yet done so to slow down their consumption of meat and move to greener eating habits that are better adapted to the world of tomorrow.

Photo : Vue de Lyon depuis le Rhône, à l'arrière-plan la colline de la Croix-Rousse. Auteur/author : Nicolas.F, avril 2007.