Rovinj, l'église Ste Euphémia, 25 octobre 2019

Rovinj, vue depuis la cathédrale 25 octobre 2019

Rovinj, l'entrée de la cathédrale 25 octobre 2019

 

Rovinj est dominée par la cathédrale-basilique Sainte-Euphémie. Cette cathédrale catholique est située au point le plus élevé de la presqu'île qui constitue le coeur historique de la ville. Elle est dédiée à Sainte-Euphémie, la sainte patronne de la ville, martyrisée sous Dioclétien. Après avoir traversé la mer, ses reliques ont atterri à Rovinj dans un sarcophage de marbre le 13 juillet 800. Ce sarcophage est exposé à l'intérieur de la cathédrale.

Édifiée sur les ruines d'une église romane, la cathédrale est pourvue d'un campanile bâti sur le modèle de celui de la place Saint-Marc à Venise. 26 ans ont été nécessaires pour construire ce campanile qui, avec ses 63 mètres, est le plus haut de toute l'Istrie. Il est dominé par une statue mobile de sainte Euphémie, sorte de girouette qui tourne en indiquant la direction du vent. La statue tient une palme et une roue (la sainte ayant été torturée en vain sur la roue). "À l'intérieur de l'église, un autel en marbre, une statue de saint Georges au dragon, des tableaux de Giovanni Contarini. Les reliques de Sainte-Euphémie reposent dans un sarcophage en marbre. L'édifice illustre l'âge d'or de la ville : le xviiie siècle, prospère grâce au commerce avec la Sérénissime" (source : Wikipedia).

Rovinj, la porte d'entrée de la cathédrale 25 octobre 2019

Rovinj, Sainte Euphémie et sa roue au sommet de la cathédrale 25 octobre 2019

Rovinj, dans la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019

Rovinj, mouette sur le parvis de la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019

Rovinj, dans la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 (2)

Rovinj, plaque dans lacathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019

Rovinj, la cathédrale, biographie de Sainte Euphémie 25 octobre 2019

Rovinj, la cathédrale, toile présentant le miracle de Sainte-Euphémie 25 octobre 2019

Rovinj, le sarcophage de Sainte-Euphémie dans la cathédrale 25 octobre 2019 

Sainte Euphémie est née à Chalcédoine vers 284, d'une riche famille chrétienne. Elle est morte martyre en 305. Elle est qualifiée de « mégalomartyre », ce qui signifie qu'elle répond à quatre critères bien précis :

  • 1. l'ancienneté, martyrs antérieurs à 313 ;
  • 2. la popularité ;
  • 3. la laïcité (évêques et prêtres martyrs sont quant à eux hiéromartyrs, les diacres martyrs sont désignés autrement) ;
  • 4. le fait de ne pas être "protomartyr" (premier martyr).

Selon Wikipédia, "Euphémie était fille de sénateur au temps de Dioclétien. Elle pleurait les tortures subies par les chrétiens, d'autant plus cruelles que le juge Priscus obligeait les autres à y assister afin de les obliger à revenir au culte des idoles.

Elle se précipita donc chez le juge pour lui dire qu'elle aussi était chrétienne et qu'il lui faisait un affront. « Puisque je suis de noble race, pourquoi donnes-tu la préférence à des inconnus, et les fais-tu aller les premiers rejoindre Jésus Christ ? » Priscus la fit alors jeter en prison, et lui fit subir de nombreuses tortures auxquelles elle résista jusqu'à ce qu'elle fût décapitée ". Selon d'autres sources, après avoir résisté à la faim, à la roue et aux lions, l'irréductible martyre aurait fini le flanc percé par l'épée de son bourreau (http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/vie-des-saints/juillet/sainte-euphemie-de-chalcedoine-martyre-en-bithynie-305-fete-le-11-juillet.html)

Si la résistance de la sainte tient déjà du miracle, le miracle que l'on célèbre désormais le 11 juillet est arrivé bien après le décès de celle-ci, et c'est son tombeau qui en fut le lieu, lors du quatrième concile œcuménique de l’Église chrétienne, qui s’est déroulé dans la ville de Chalcédoine en 451. Le concile de Chalcédoine devait alors trancher entre la doctrine monophysite de l'Archimandrite Eutychès, soutenu par l'Archevêque d'Alexandrie Dioscore pour laquelle la personne du Christ est uniquement divine et la foi des Pères Théophores réunis à Chalcédoine pour le Concile, soutenant le credo calcédonien établi, qui décrit «la pleine humanité», et la pleine divinité » de Jésus-Christ, la deuxième personne de la Sainte Trinité. Selon wikipédia qui décrit ainsi le miracle de Sainte-Euphémie, "Le conseil s'est tenu dans la cathédrale consacrée à son nom. 630 représentants de toutes les églises chrétiennes locales étaient présents au conseil. Le monophysisme et les orthodoxes étant bien représentés au conseil, les réunions ont été très controversées et aucun consensus n'a pu être atteint. Le patriarche de Constantinople, Anatolian a suggéré au conseil que la décision soit laissée à l'Esprit Saint, par Sainte-Euphémie. Les deux parties ont alors écrit une confession de leur foi et l'ont placée dans la tombe de Sainte-Euphémie, qui a été scellée en présence de l'empereur Marciano (450-457), y apposant le sceau impérial et la mise en place d'un garde pour la surveiller pendant trois jours. Pendant ces jours, les deux camps ont jeûné et prié. Au bout de trois jours, la tombe s'ouvrit et le rouleau avec la confession orthodoxe se trouvait dans la main droite de Sainte-Euphémie, tandis que le rouleau des monophysistes était à ses pieds. Ce miracle a été observé dans une lettre adressée par le Conseil au pape Léon Ier :

"Car c’est Dieu qui a travaillé et Sainte-Euphémie triomphante qui a couronné la réunion comme une mariée et qui, prenant notre définition de la Foi comme sa propre confession, l’a présentée à son Époux par notre très religieux empereur et impératrice épris du Christ, apaisant tout le tumulte des opposants et établissant notre confession de la Vérité comme étant acceptable pour Lui, et avec la main et la langue mettant son sceau au sceau de notre vote à tous lors de sa proclamation. Ce sont les choses que nous avons faites, avec vous présents dans l'esprit et connus pour nous approuver en tant que frères, et que nous ne voyons presque pas à travers la sagesse de vos représentants. "

Wikipédia précise que " Le culte de Sainte-Euphémie se répandit considérablement et une église fut construite sur sa tombe où se tint le concile de Chalcédoine en l'an 451. Saint-Astier a composé un sermon en l'honneur de la Sainte, lu en 787 lors du deuxième concile de Nicée dans une église qui lui est dédiée. Lorsque la Chalcédoine fut conquise par les Perses en 620, son corps fut transféré à Constantinople où l'empereur Constantin III construisit une nouvelle église pour la vénérer. 

Au XIXe siècle, selon la tradition, le sarcophage contenant les reliques de la Sainte disparut mystérieusement de Constantinople et réapparut presque miraculeusement sur une plage de Rovinj en Istrie. Les restes ont probablement été sauvés par des bateliers fidèles. Selon la légende, les habitants de Rovinj ont tenté de diverses manières, avec les animaux les plus puissants, d'amener le sarcophage dans la ville, en vain. Finalement, un garçon a réussi avec l'aide de deux juments seulement, démontrant ainsi que le christianisme n'est pas basé sur la force ou la vigueur, mais sur la douceur et la simplicité.

Le culte de la Sainte à Rovinj, dont elle devient le saint patron, est très fort et les reliques sont vénérées à l’église qui lui est dédiée.

Saint Apollinaire, évêque de Ravenne, a probablement ramassé des reliques de la Sainte et les a accompagnées dans son travail d'évangélisation en Romagne. Les restes de Sainte-Euphémie et de Sainte-Agathe ont été retrouvés en 1686 sous la dalle de l'autel de l'église dédiée au Saint, comme en témoigne une inscription sur du papier de mouton en romain archaïque trouvée avec les restes.

Une partie des reliques est située à Istanbul, dans la cathédrale Saint-Georges."

Selon d'autres auteurs, il fut un temps où du sang frais coulait périodiquement du tombeau, provoquant des guérisons miraculeuses chez les fidèles, et plus régulièrement s'en échappaient des odeurs suaves attribuées aux liens de la sainte avec l'univers céleste (source : Réflexions chrétiennes)

Rovinj, toile de la cathédrale Sainte-Euphémie, 25 octobre 2019

Rovinj, l'autel de la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019

Rovinj is dominated by the cathedral-basilica Holy Euphemia. This Catholic cathedral is located at the highest point of the peninsula which is the historic heart of the city. It is dedicated to Saint Euphemia. Patron saint of the city, Saint Euphemia was martyred under Diocletian. After crossing the sea, his relics landed in Rovinj in a marble sarcophagus on July 13, 800. This sarcophagus is exposed inside the cathedral.

Built on the ruins of a Romanesque church, the cathedral is equipped with a campanile built on the model of that of St. Mark's Square in Venice. 26 years were needed to build this campanile which, with its 63 meters, is the highest of all Istria. It is dominated by a moving statue of Saint Euphemia, a kind of wind vane that turns indicating the direction of the wind. The statue holds a palm and a wheel (the saint having been tortured in vain on the wheel). "Inside the church, a marble altar, a statue of St. George in the dragon, paintings by Giovanni Contarini, the relics of St. Euphemia lie in a marble sarcophagus.The building illustrates the age of gold of the city: the eighteenth century, prosperous thanks to trade with the Serenissima "(source: Wikipedia).

Rovinj, dans la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 (3)

Rovinj, l'intérieur de la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019

Saint Euphemia was born in Chalcedon around 284, from a wealthy Christian family. She died a martyr in 305. She is described as "megalomartyr", which means that she meets four specific criteria:

1. seniority, martyrs prior to 313;
2. popularity;
3. secularism (bishops and martyred priests are hieromartyrs, deacons martyrs are designated differently);
4. not being "protomartyr" (first martyr).
According to Wikipedia, "Euphemia was the daughter of a senator in Diocletian's time." She mourned the tortures suffered by Christians, all the more cruel as Judge Priscus forced others to attend to force them to return to the cult of idols.

She rushed to the judge to tell him that she too was a Christian and that he was an affront to her. "Since I am of noble race, why do you give preference to strangers, and make them go first to join Jesus Christ? Priscus then sent her to prison, and subjected her to many tortures, which she resisted until she was beheaded. "According to other sources, after having resisted hunger, wheel and lions, the irreducible martyr would have finished the flank pierced by the sword of his executioner (http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/vie-des-saints/juillet/sainte-euphemie-de-chalcedoine-martyre-en -bithynie-305-party-le-11-juillet.html) If the resistance of the saint is already a miracle, the miracle that is now celebrated July 11 has arrived well after the death of it, and its tomb was the place at the fourth Ecumenical Council of the Christian Church, which took place in the city of Chalcedon in 451. The Council of Chalcedon was then to decide between the monophysite doctrine of Archimandrite Eutyches, supported by the Archbishop of Alexandria Dioscore for which the person of Christ is only divine and the faith of the Theophoric Fathers gathered at Chalcedon for the Council, supporting the established Caledonian creed, which describes "the full humanity," and the full divinity, of Jesus Christ, the second person of the Holy Trinity. According to wikipedia who describes the miracle of St. Euphemia, "The council was held in the cathedral dedicated to his name." 630 representatives of all the local Christian churches were present on the council, Monophysitism and the Orthodox being well represented on the council. , the meetings were very controversial and no consensus could be reached.The patriarch of Constantinople, Anatolian suggested to the council that the decision be left to the Holy Spirit, by St. Euphemia.The two parties then wrote a confession of their faith and placed it in the tomb of St. Euphemia, which was sealed in the presence of Emperor Marciano (450-457), affixing the imperial seal and the establishment of a guard for the During these days, both camps fasted and prayed, and after three days the tomb opened and the Orthodox scroll was in the right hand of St. Euphemia. andis that the roll of monophysists was at his feet. This miracle was observed in a letter addressed by the Council to Pope Leo I: "For it was God who worked and the triumphant Saint Euphemia who crowned the meeting as a bride and who, taking our definition of the Faith as her own confession, presented it to her Husband by our very religious Emperor and Empress love of Christ, soothing all the tumult of the opponents and establishing our confession of the Truth as acceptable to Him, and with the hand and the tongue putting His seal on the seal of our vote to all at the time of His proclamation. we have made, with you present in the spirit and known to approve us as brothers, and whom we hardly see through the wisdom of your representatives. " Wikipedia says that "The cult of St. Eufemia spread considerably and a church was built on his tomb where the Council of Chalcedon was held in the year 451. Saint-Astier has composed a sermon in honor of the Holy, read in 787 during the Second Council of Nicaea in a church dedicated to him.When Chalcedon was conquered by the Persians in 620, his body was transferred to Constantinople where Emperor Constantine III built a new church to venerate. In the nineteenth century, according to tradition, the sarcophagus containing the relics of the Saint disappeared mysteriously from Constantinople and reappeared almost miraculously on a beach in Rovinj in Istria. The remains were probably saved by faithful boatmen. According to legend, the inhabitants of Rovinj have tried in various ways, with the most powerful animals, to bring the sarcophagus into the city, to no avail. Finally, a boy was successful with the help of only two mares, demonstrating that Christianity is not based on strength or vigor, but on gentleness and simplicity. The worship of the Saint in Rovinj, of which she becomes the patron saint, is very strong and the relics are venerated in the church dedicated to her. Saint Apollinaire, bishop of Ravenna, probably collected relics of the Saint and accompanied them in his work of evangelization in Romagna. The remains of St. Euphemia and St. Agatha were found in 1686 under the altar slab of the church dedicated to the Saint, as evidenced by an inscription on archaic Roman sheep paper found with the remains. Part of the relics is located in Istanbul, in St. George's Cathedral. " According to other authors, there was a time when fresh blood flowed periodically from the tomb, causing miraculous healings among the faithful, and more regularly escaped the sweet smells attributed to the links of the saint with the heavenly universe (source : Réflexions chrétiennes).

L'église Saint Euphémia (2), 25 octobre 2019

Photos : Rovinj, la cathédrale Sainte-Euphémie vue de la mer, 25 octobre 2019 ; Rovinj, vue depuis la cathédrale 25 octobre 2019 ; Rovinj, l'entrée de la cathédrale 25 octobre 2019 ; Rovinj, la porte d'entrée de la cathédrale 25 octobre 2019 ; Rovinj, Sainte Euphémie et sa roue au sommet de la cathédrale 25 octobre 2019 ; Rovinj, dans la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, mouette sur le parvis de la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, dans la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 (2) ; Rovinj, plaque dans lacathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, la cathédrale, biographie de Sainte Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, la cathédrale, toile présentant le miracle de Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, le sarcophage de Sainte-Euphémie dans la cathédrale 25 octobre 2019 ; Rovinj, toile de la cathédrale Sainte-Euphémie, 25 octobre 2019 ; Rovinj, l'autel de la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, l'intérieur de la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 ; Rovinj, dans la cathédrale Sainte-Euphémie 25 octobre 2019 (3) ; Rovinj, la façade de la cathédrale, 25 octobre 2019. Auteur/author : Philippe Bensimon.