Otok Murter, baie de Hrmina, 30 octobre 2019Marina Hrmina, mercredi 30 octobre 2019. Nous avons navigué presque sans interruption depuis notre départ de Cres avant hier matin, et nous avons tous apprécié la nuit de sommeil à la marina et le confort de ses sanitaires. Je suis à 8h dans le bâtiment de la marina. A la réception de celle-ci on me tend la facture : 660 kunas (88,56 euros au cours du jour). Je prends un petit café rapide avec Alice et Alessandro à la marina, et à huit heures trente je suis de retour à bord. Le plein d'eau a déjà été fait par les équipiers. 

Otok Murter, départ de la marina, Robert Soriano à la barre, 30 octobre 2019

Je demande à Robert d'organiser le départ avec ses équipiers de quart, et quinze minutes après nous sommes dans la baie. Alessandro va faire un exercice intéressant : nous conduire en aveugle hors des passes depuis la table à cartes, en donnant les caps à suivre au barreur avec pour tout équipement la carte, la règle de navigation, un chronomètre et les indications de profondeur transmises par le barreur depuis le cockpit. Nous laissons à Alessandro quelques minutes pour préparer sa navigation, et, pour qu'il ait un point de départ précis, je demande à Robert de positionner le bateau à proximité immédiate du feu rouge de sortie de la marina. A 9h Alessandro est prêt et nous donne le top du départ, avec au début une vitesse à 3 kt puis 5 kt sous GV et génois, avec le moteur à 1.800 trs/mn. Alessandro se sortira à merveille de l'exercice et conduira le bateau sans anicroche jusqu'aux eaux libres au nord de l'îlot Arctica. A 10h30, nous sommes dans la passe entre celui-ci et Vrgada. Alessandro donne l'ordre au barreur de prendre le cap 180° et nous arrêtons l'exercice.
Blind navigation pour Alessandro au départ de Hrmina, 30 octobre 2019 (2)

Otok Murter, baie de Hrmina, Beryl rentre les pare-battages, 30 octobre 2019

Ce matin le ciel est couvert, et le vent s'est levé. Nous marchons confortablement sous voiles bâbord amures. Vers 11h15 nous laissons à bâbord le sud de Murter. Nous sortirons du Murtersko More par le Zmajanski Kanal, la passe entre les îles Zmajan à tribord et Tivat à bâbord, avant de rejoindre la tourelle rouge Zlarin et l'entrée du canal Sv Ante qui mène à Sibenik. A l'entrée du canal Sv Ante, nous passons devant le fort autrichien, qui occupe la totalité d'un récif, un peu à la manière de Fort Boyard. J'avais initialement prévu d'emmener mes équipiers le visiter le lendemain matin en quittant Sibenik ; je découvre des cordons de petites bouées jaunes qui barrent l'accès à l'unique quai du fort, et deux grandes oriflammes sur la muraille, dont l'une aux armes de l'Europe. Une manifestation doit sans doute y être prochainement organisée et, cette année, nous ne pourrons pas visiter la fortification. 

Murtersko More, les passes au sud-est, , 30 octobre 2019

Iles flottantes (2)

Arrivés devant la ville médiévale de Sibenik, nous commençons à remonter la rivière Krka. Pour certains des équipiers qui ont rejoint le bord ce samedi à Pula, c'est le premier passage sous un pont. Un moment toujours impressionnant, même si le premier pont que nous franchissons autorise quarante mètres de tirant d'air. Nous remontons de jour la rivière et son lac ; lorsque nous franchissons le second pont qui mène au joli village de Skradin, les lumières du pont sont déjà allumées. Il est 16h30. Dix minutes plus tard, nous sommes devant Skradin. Cette fois-ci, nous ne prendrons pas le temps de débarquer pour visiter la petite cité et son église bâtie sur une ancienne mosquée ; la nuit va tomber, et je préfère que nous n'arrivions pas trop tard à Sibenik. Michel et Fatemeh sont à la barre ; ils bénéficient des derniers rayons du soleil en arrivant au lac. La traversée de celui-ci se fait entre chien et loup, avec à la fin beaucoup plus du loup que du chien. Seul le faible feu qui indique le déversoir du lac nous permet de trouver l'entrée de la gorge où coule celui-ci. C'est la première fois que je descends de nuit la rivière Krka, entourée de ses collines et falaises ; très belle ambiance ! 

Krka river, le pont avant Skradin, 30 octobre 2019

Skradin, 30 octobre 2019

Krka river, coucher de soleil sur le lac, 30 octobre 2019

Krka river, navigation de nuit sur le lac 30 octobre 2019

Krka river, navigation de nuit sur le lac, 30 octobre 2019

A 18h30, après être repassée sous le pont aval de la rivière, Fatemeh réalise la manœuvre d'amarrage du bateau au quai d'honneur de Sibenik, juste en-dessous de la cathédrale. Un employé de la municipalité vient encaisser le prix de la nuitée : 440 kunas, la moitié du prix de la nuit payée la veille à la marina de Hrmina. L'eau est disponible sur le quai ; nous ne l'utiliserons pas. Alice et Alessandro ont envie d'aller dîner au restaurant ce soir, une idée à laquelle tout le monde se rallie. En attendant, je prépare pour l'apéritif des irish coffees. La technique de montée de la crème chantilly à la fourchette est toujours aussi efficace, et la boisson obtenue est délicieuse. Je réussis au passage à me roussir quelques cheveux sur le feu, mais j'en ai beaucoup et ce n'est pas trop grave. 

Irish coffees en apéritif à Sibenik, 30 octobre 2019Nous partons ensuite marcher un peu dans la ville, officiellement à la recherche d'un restaurant pour la soirée trouvé sur un guide ("l'Azimut"), en fait pour visiter. Michel et moi avons pris un peu de retard sur le groupe, et montons tous deux par les petites rues en direction des jardins du monastère, avant de redescendre ; nous retrouverons le groupe un peu plus bas. L'Azimut est en fait un endroit que je connaissait déjà mais dont j'avais oublié le nom, situé sous l'escalier qui mène depuis les quais au parvis la cathédrale. Lors de ma première croisière en Croatie en avril 2012 des jeunes avaient repris des caves voutées et en avaient fait un bar, avec l'intention d'y organiser des soirées et des concerts. Ils venaient alors d'ouvrir. 

Ce soir le restaurant est fermé, mais le lieu est ouvert et abrite du 30 octobre au 24 novembre une exposition de photographies de papillons dues à Toni Koren. L'exposition est organisée par l'association Hyla (Croatian Herpetological Society – Hyla), fondée en 1997. Cette association dont l'objet est la conservation des espèces animales est plus particulièrement active dans les domaines des amphibiens, des reptiles, et la protection des habitats dans les Balkans. Ksenija Labor, que j'ai connue en janvier 2014, accueille les invités. Cette grande et belle femme travaillait alors par Adriatic Yacht Charter à Vodice, à une quinzaine de kilomètres de Sibenik. Elle avait été aux petits soins pour moi et j'avais apprécié sa sollicitude et sa générosité ; elle était alors l'un des grands atouts de l'agence AYC de Vodice. J'apprends ce soir qu'elle n'y travaille plus, et s'occupe désormais de la sauvegarde de l'environnement. 

Klub Azimut, Sibelik, 30 octobre 2019

Papillons de Toni Koren, Klub Azimut de Sibenik, 30 octobre 2019

Philippe Bensimon et Ksenija Labor au Club Azimut de Sibenik, 30 octobre 2019

Après avoir échangé quelques mots avec Ksenija, je la laisse à ses invités, et pars visiter l'exposition. Le cadre est très chaleureux, et l'ambiance est assurée par un couple de musiciens, une chanteuse et un guitariste. La chanteuse à une jolie voix. Je découvre avec effarement que mes équipiers (à l'exception de Fatemeh qui est restée à bord et de Michel qui l'a rejointe) ont décidé de piller le buffet de l'exposition - à laquelle ils n'étaient pas invités - plutôt qu'aller au restaurant. Un comportement dont j'ai honte et dont il faudra qu'un jour je m'excuse auprès de Ksenija. De mon côté, je n'envisage pas de me rassasier aux frais d'une association à laquelle je sais ne pas pouvoir contribuer. Après avoir salué une dernière fois Ksenija qui prend un verre sur la terrasse de l'exposition avec des amis, je décide de repartir à la recherche d'un restaurant. Je dînerai ce soir-là en face d'une assiette de spaghettis bolognaise dans un petit restaurant situé plus au nord sur les quais, en méditant sur l'image que peuvent donner les Français lorsqu'ils sont à l'étranger.

Sibenik, le front de mer, 30 octobre 2019

Marina Hrmina, Thursday October 31, 2019. We sailed almost continuously since we left Cres yesterday morning, and we all enjoyed the night's sleep at the marina and the comfort of her sanitary facilities. I am at 8 am in the marina building. At the reception of this one is handed me the bill: 660 kuna (88.56 euros in the course of the day). I take a quick coffee with Alice and Alessandro at the marina, and at eight thirty I'm back on board. Full of water has already been done by the teammates. I ask Robert to organize the departure with his shift crew, and fifteen minutes later we are in the bay. Alessandro will do an interesting exercise: lead us blind out of the passes from the chart table, giving the cap to follow to the helmsman with for all equipment the map, the navigation rule, a chronometer and depth indications transmitted by the helmsman from the cockpit. We leave Alessandro a few minutes to prepare his navigation, and, so that he has a precise starting point, I ask Robert to position the boat in the immediate vicinity of the red light out of the marina. At 9 am Alessandro is ready and gives us the top of the start, with a speed of 3 kt and then 5 kt under GV and Genoa, with the engine at 1,800 rpm. Alessandro will come out of the exercise well and lead the boat without a hitch to the open waters north of Arctica Island. At 10:30, we are in the path between this one and Vrgada. Alessandro gives the command to the helmsman to take the heading 180 ° and we stop the exercise.

Blind navigation pour Alessandro au départ de Hrmina, 30 octobre 2019 (1)

This morning the sky is overcast, and the wind has risen. We sail comfortably under port tack sails. Around 11:15 we leave to the port south of Murter. We will leave the Murtersko More by the Zmajanski Kanal, the pass between the islands Zmajan to starboard and Tivat to port, before reaching the red turret Zlarin and the entrance of the Sv Ante canal that leads to Sibenik. At the entrance of the Sv Ante canal, we pass the Austrian fort, which occupies the whole of a reef, a little like Fort Boyard. I had originally planned to bring my teammates to visit the next morning leaving Sibenik; I discover cords of little yellow buoys blocking the access to the only wharf of the fort, and two large banners on the wall, one of which has the arms of Europe. A demonstration must probably be organized soon and this year we will not be able to visit the fortification.Arrived in front of the medieval town of Sibenik, we start to go up the river Krka. For some of the teammates who joined the board this Saturday in Pula, this is the first crossing under a bridge. A moment always impressive, even if the first bridge that we cross allows forty meters of draft. We go up by day the river and its lake; as we cross the second bridge to the pretty village of Skradin, the bridge lights are already on. It is 16:30. Ten minutes later, we are in front of Skradin. This time, we will not take the time to disembark to visit the small city and its church built on an old mosque; the night will fall, and I prefer that we do not arrive too late in Sibenik. Michel and Fatemeh are at the helm; they enjoy the last rays of the sun when arriving at the lake. The crossing of it is between dog and wolf, with in the end much more of the wolf than the dog. Only the faint light that indicates the outlet of the lake allows us to find the entrance to the throat where it flows. This is the first time I go down at night the river Krka, surrounded by its hills and cliffs; very nice atmosphere!
At 18:30, after being ironed under the river's downstream bridge, Fatemeh carries out the mooring maneuver of the boat at the Sibenik quay, just below the cathedral. An employee of the municipality comes to cash the price of the night: 440 kuna, the
We then leave to walk a little in the city, officially looking for a restaurant for the evening found on a guide ("Azimut"), in fact to visit. Michel and I took a little time behind the group, and we went up the little streets towards the gardens of the monastery, before going down again; we will find the group a little lower. The Azimuth is actually a place I already knew but whose name I had forgotten, located under the stairs leading from the quays to the forecourt of the cathedral. During my first cruise in Croatia in April 2012 young people had taken vaulted cellars and made a bar, with the intention of organizing parties and concerts. They had just opened.Tonight the restaurant is closed, but the place is open and houses from October 30 to November 24 an exhibition of butterfly photographs by Toni Koren. 

The exhibition is organized by the association Hyla (Croatian Herpetological Society - Hyla), founded in 1997. This association whose object is the conservation of animal species is particularly active in the areas of amphibians, reptiles, and protection habitats in the Balkans. Ksenija Labor, whom I knew in January 2014, welcomes the guests. This tall and beautiful woman worked at Adriatic Yacht Charter in Vodice, about fifteen kilometers from Sibenik. She had cared for me and I appreciated her solicitude and generosity; it was then one of the great assets of the AYC agency of Vodice. I am learning tonight that she is no longer working there, and now takes care of the environment.
half the price of the night paid the day before at the marina of Hrmina. Water is available on the dock; we will not use it. Alice and Alessandro want to have dinner at the restaurant tonight, an idea that everyone rallies. Meanwhile, I prepare for the aperitif irish coffees. The technique of raising whipped cream with a fork is still as effective, and the resulting drink is delicious. I manage to get some hair on the fire, but I have a lot and it's not too serious. After exchanging a few words with Ksenija, I leave her to her guests, and leave to visit the exhibition. The setting is very warm, and the atmosphere is provided by a couple of musicians, a singer and a guitarist. The singer has a nice voice. I discover with dismay that my teammates (with the exception of Fatemeh who stayed on board and Michel who joined her) decided to loot the buffet of the exhibition - to which they were not invited - rather than 'go to the restaurant. A behavior of which I am ashamed and one day I will have to apologize to Ksenija. For my part, I do not plan to satisfy myself at the expense of an association that I know I can not contribute. After having greeted Ksenija one last time, who has a drink on the terrace of the exhibition with friends, I decide to go back in search of a restaurant. I will have dinner that night in front of a plate of spaghetti bolognese in a small restaurant located further north on the docks, meditating on the image that can give the French when they are abroad.

Krka river, coucher de soleil, 30 octobre 2019

Photos : Otok Murter, baie de Hrmina, 30 octobre 2019 ; Otok Murter, départ de la marina, Robert Soriano à la barre, 30 octobre 2019 ; Blind navigation pour Alessandro au départ de Hrmina, 30 octobre 2019 (1) ; Otok Murter, baie de Hrmina, Beryl rentre les pare-battages, 30 octobre 2019 : Murtersko More, les passes au sud-est, 30 octobre 2019 ; Murtersko More, Iles flottantes, 30 octobre 2019 ; Krka river, le pont avant Skradin, 30 octobre 2019 ; Skradin, 30 octobre 2019 ; Krka river, coucher de soleil sur le lac, 30 octobre 2019 (1) ; Krka river, navigation de nuit sur le lac 30 octobre 2019 (1 et 2) ; Irish coffees en apéritif à Sibenik, 30 octobre 2019 ; Klub Azimut, Sibelik, 30 octobre 2019  ; Papillons de Toni Koren, Klub Azimut de Sibenik, 30 octobre 2019 ; Philippe Bensimon et Ksenija Labor au Club Azimut de Sibenik, 30 octobre 2019 ; Sibenik, le front de mer, 30 octobre 2019 ; Blind navigation pour Alessandro au départ de Hrmina, 30 octobre 2019 (2) ; Krka river, coucher de soleil sur le lac, 30 octobre 2019 (2). Auteur/author : Philippe Bensimon