Blue Manifesto Design Timeline V1

Plusieurs ONG européennes travaillant sur la conservation de l'environnement marin (WWF, Oceana, Birdlife, ClientEarth, Surfrider and Seas At Risk) se sont réunies afin de rédiger un "Blue Manifesto" portant une vision pour des mers saines et un océan restauré d'ici 2030. Cette feuille de route, dont vous trouverez une première version en PJ et une traduction sous le texte initial rédigé en anglais, sera portée auprès des décideurs européens dans le cadre de l'agenda politique européen dont vous trouverez également la timeline en PJ de cet article. L'expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier soutient le Blue Manifesto. Nous vous demandons de donner la plus large diffusion possible à ce document. 

Blue Manifesto – The Roadmap to a Healthy Ocean in 2030 

We need thriving marine and coastal ecosystems to support a climate-resilient future. 

In past decades, we have witnessed a succession of strategies and action plans for safeguarding the ocean. While these plans were needed, they have never been fully implemented. In 2008, European governments committed to have “ecologically diverse and dynamic oceans and seas which are clean, healthy and productive” by 2020. They are nowhere near achieving this. On any given day, a dolphin in the ocean has to navigate warming and more acidic seas, while also dodging trawling nets, offshore drilling, noisy and heavily polluting ships, invasive species, diseases from farmed fish, dead zones, construction, tourism, and swathes of pollutant-laden plastics and microplastics. 

But the tide is turning. Citizens young and old took to the streets, urging European governments to take global leadership on an ecological transition. In response, the European Commission has committed to ambitious climate and biodiversity strategies that will shift investment and legislation towards a climate-resilient and ecologically diverse future. The ocean must be integral part of these strategies. 

We need marine and coastal ecosystems to be rich in fauna, flora, and genetic biodiversity so that they can perform their natural functions and support life on earth. The ocean acts as a vital carbon sink, regulates weather patterns and provides oxygen. We depend on it – even if we live inland. 

We have a rescue plan for the next ten years. 

Timeline 

Pre-2020 

- EU countries adopt the necessary measures to ensure that EU seas are in good environmental status. 

- EU countries adopt the necessary measures to ensure that EU freshwater is in good status. 

- EU countries designate and protect all marine Natura 2000 sites from harmful activities. 

- EU countries end overfishing of all harvested stocks. 

- EU countries take measures to end illegal fishing in their waters, by their fleet or by their citizens. 

 

2020: 

- EU adopts a Biodiversity Strategy 2030 that protects marine sensitive species and habitats and fish stock recovery areas, eliminates destructive fishing and includes legally binding ocean restoration targets. 

- EU adopts a Farm to Fork strategy that fully takes into account the ecological and climate impacts of fisheries and aquaculture and addresses responsible consumption and sustainably sourced and traceable seafood. 

- EU adopts a new Circular Economy Action Plan that includes measures to increase resource efficiency, reduce plastic use and prevents leakage of plastics and microplastics in the sea. 

- EU adopts an Offshore Wind Strategy which fully takes into account the impacts on marine ecosystems of the development of offshore wind energy production plants. 

- EU allocates at least 21 billion of the Multiannual Financial Framework for 2021-2027 to protect nature, with at least 50% of the European Maritime Fisheries Fund to restore the marine environment, collect data and control fisheries, and revises the State Aid guidelines for fisheries and aquaculture to prohibit granting of fisheries harmful subsidies. 

- EU removes fuel tax exceptions for fishing vessels and shipping under the revised Energy Taxation Directive. 

- EU pushes for the adoption of a Global Deal for Nature and People under the Convention on Biological Diversity with protection and restoration targets for marine ecosystems globally. 

- EU pushes for the adoption of urgent short-term climate measures at the International Maritime Organization to reduce ship speed and ban Heavy Fuel Oils in the Arctic. 

- EU pushes for the adoption of a High Seas Treaty at the 4th session of the Intergovernmental Conference on Biodiversity Beyond National Jurisdiction that results in effective global protection for marine biological diversity in the high seas. 

- EU establishes moratorium on deep sea mining, stops financial support to research and technology development and, with EU countries, pushes for the adoption of a global moratorium in the International Seabed Authority. 

 

2021: 

- EU revises the Control Regulation to ensure full compliance of the fishing sector with fisheries and nature laws, requiring fully documented and transparent fisheries, and to ensure that no products from IUU fisheries reach the EU market. 

- EU adopts a Zero-pollution strategy with clear goals to prevent exposure to harmful chemicals in air, soil and water (through the Water Quality Action Plan) to ensure a non-toxic environment for current and future generations. 

- EU countries adopt rules to tackle fishing of by-catch of sensitive species under the Technical Measures regulation. 

- EU countries adopt Maritime Spatial Plans which include 30% of highly or fully protected MPAs and areas for human activities allocated based on ecosystem sensitivity. 

- EU adopts a fundamental reform of the Common Agricultural Policy which ensures that runoff of pesticides, fertilizers and manure into the sea are phased out. 

- EU adopts a revised Bathing Waters Directive, which ensures good quality of, and safe access to, bathing waters with high environmental and health standards. 

- EU addresses chemicals of emerging concern, such as pharmaceuticals and microplastics, in the revised Urban Wastewater Treatment Directive. 

- EU countries transpose into national law the Directives on Port Reception Facilities and on Single Use Plastics with ambitious consumption reduction targets for food containers and beverage cups. 

- EU bans all new offshore oil and gas exploration and production, and adopts a strategy to phase-out current offshore oil and gas extraction. 

- EU includes shipping in its Emissions Trading System. 

- EU countries ratify and implement the High Seas Treaty. 

 

2023: 

- Based on the evaluation of the Common Fisheries Policy, EU adopts an Action Plan to ensure its effective implementation resulting in a full transition to low impact EU fisheries. 

- EU protects the whole EU coast up to six nautical mile and all EU Marine Protected Areas from the impacts of bottom-trawling. 

- EU bans deep-sea bottom-trawling beyond -400m depth. 

- EU opens infringements on all governments not applying rules to tackle fishing bycatch of sensitive species. 

- EU adopts legislative measures to reduce the main sources of unintentionally released microplastics and pre-production pellets. 

- EU pushes for an objective of 70% improvement in carbon intensity by 2030 and full decarbonisation of the shipping sector by 2050 at latest at the IMO. 

- EU pushes for the adoption of measures to restrict flags of convenience to close the net on pirate fishers and improve international ocean governance. 

 

2025: 

- EU countries designate at least 20% of EU seas as marine protected areas and make at least 50% of them no-take zones. 

- EU countries set up binding schemes for Extended Producer Responsibility for single-use plastics and fishing gear to maximise eco-design and prevention. 

- EU countries adopt legally-binding measures to achieve a constant and measurable reduction in underwater noise emissions. 

- EU adopts regulations that ensures that all aquaculture production in EU seas is non-polluting and does not rely on marine-derived feed ingredients. 

 

2027: 

- EU dedicates all of the new European Maritime and Fisheries Fund to activities aimed at restoring and managing the marine environment, collecting data and controlling fisheries. 

- EU bans the use of bottom trawling as a fishing gear by EU vessels, include distant-water fishing fleets. 

- EU bans all deep-sea fisheries. 

 

2030: Vision for Healthy Seas 

By 2030, at least 30% of the ocean will be highly or fully protected. We need vulnerable marine and coastal areas to be kept pristine and wild: they will act as safe havens for animals and plants to have a break from harmful human activities and where coastal communities can enjoy a preserved nature. These areas must be restricted to most human activities. They must form a continuous network to allow species to travel from one to the other and have long-term budgets, monitoring and management plans. 

By 2030, we will have shifted to low impact fishing. We have to put an end to the killing of seabirds, dolphins, whales, turtles and other untargeted animals, as well as the wreckage of habitats; shifting from fuel-intensive, non-selective and destructive fishing, such as bottom trawling to low impact fishing. Politicians, policy makers and industry will have to work together and abandon the narrow view of fish as stocks we can over-exploit, and instead consider them as vital parts of complex ecosystems, crucial for ocean resilience. Fish populations need to be restored to a level where they can reproduce safely with a surplus we can harvest. To do this, we must listen to scientific advice and stop fishing faster than fish can reproduce. The European Union must step up as a global leader to ensure illegal, unregulated and unreported fishing is eradicated in EU waters and globally. 

By 2030, we will have a clean, pollution-free ocean. For too long, we have assumed that we can treat the ocean as a giant trash bin without repercussions. Plastics, agricultural and chemical pollution are destroying freshwater and marine ecosystems. The waters we eat from, swim in, and enjoy in so many ways must be protected from the impacts of our polluting activities on land and at sea. Pollution must be stopped at source by changing the way we produce and consume. European policies must ensure that companies and communities stop releasing plastics and microplastics into the sea. We must put an end to the flow of organic pollutants, excess nutrients and hazardous substances from agriculture, aquaculture and industrial and household wastewaters that reach the sea. Shipping activities will also have to drastically reduce their emissions of greenhouse gas, noise and waste, ultimately becoming zero-emission. 

In the whole ocean, the planning of human activities will support the restoration of thriving marine ecosystems. Their cumulative impacts will not add to the pressure from climate change on the ocean. We will transition to an economy, on land and at sea, that allows a harmonious co-existence of humans and the environment we depend on. Certain activities, such as deep-sea mining and oil and gas extraction, are as incompatible with our climate as they are to marine life and will need to be stopped altogether. Other low-impact activities will remain as part of an ecosystem-based blue economy: an economy that respects and adapts to the ecosystem it takes place in. 

This vision for 2030 is not just wishful thinking. It is a pragmatic, well-researched plan to guide the work of Europe in the next decade. It addresses the need to restore marine life by putting an end to overexploitation, destructive practices and pollution. Europe has a chance to act as a global leader to inspire change worldwide. This will require systemic change, not only under the sea, but on land as well. 2030 is just ten years away. The coming decade will be decisive. With sufficient political commitment, we can deliver that change.

____________

Traduction : 

Blue Manifesto - La feuille de route pour un océan en bonne santé en 2030

Nous avons besoin d'écosystèmes marins et côtiers prospères pour soutenir un avenir résilient au climat.

Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à une succession de stratégies et de plans d'action pour la sauvegarde de l'océan. Bien que ces plans soient nécessaires, ils n'ont jamais été pleinement mis en œuvre. En 2008, les gouvernements européens se sont engagés à avoir «des océans et des mers écologiquement diversifiés et dynamiques, propres, sains et productifs» d'ici 2020. Ils sont loin d'y parvenir. Chaque jour, un dauphin dans l'océan doit naviguer dans des mers plus chaudes et plus acides, tout en évitant les filets de chalutage, le forage au large, les navires bruyants et très polluants, les espèces envahissantes, les maladies des poissons d'élevage, les zones mortes, la construction, le tourisme et des bandes de plastiques et de microplastiques chargés de polluants.

Mais la marée tourne. Les citoyens, jeunes et moins jeunes, sont descendus dans la rue, exhortant les gouvernements européens à prendre le leadership mondial sur la transition écologique. En réponse, la Commission européenne s'est engagée à mettre en œuvre des stratégies ambitieuses en matière de climat et de biodiversité qui orienteront les investissements et la législation vers un avenir résilient au changement climatique et écologiquement diversifié. L'océan doit faire partie intégrante de ces stratégies.

Nous avons besoin que les écosystèmes marins et côtiers soient riches en faune, flore et biodiversité génétique afin qu'ils puissent remplir leurs fonctions naturelles et soutenir la vie sur terre. L'océan agit comme un puits de carbone vital, régule les conditions météorologiques et fournit de l'oxygène. Nous en dépendons - même si nous vivons à l'intérieur des terres.

Nous avons un plan de sauvetage pour les dix prochaines années.

Chronologie

Avant 2020

- Les pays de l'UE adoptent les mesures nécessaires pour garantir que les mers de l'UE sont en bon état environnemental.

- Les pays de l'UE adoptent les mesures nécessaires pour garantir le bon état de l'eau douce de l'UE.

- Les pays de l'UE désignent et protègent tous les sites marins Natura 2000 contre les activités nuisibles.

- Les pays de l'UE mettent fin à la surpêche de tous les stocks récoltés.

- Les pays de l'UE prennent des mesures pour mettre fin à la pêche illégale dans leurs eaux, par leur flotte ou par leurs citoyens.

 

2020:

- L'UE adopte une stratégie pour la biodiversité à l'horizon 2030 qui protège les espèces et habitats marins sensibles et les zones de reconstitution des stocks de poissons, élimine la pêche destructrice et inclut des objectifs de restauration des océans juridiquement contraignants.

- L'UE adopte une stratégie de la ferme à la fourchette qui tient pleinement compte des impacts écologiques et climatiques de la pêche et de l'aquaculture et aborde la consommation responsable et les produits de la mer provenant de sources durables et traçables.

- L'UE adopte un nouveau plan d'action pour l'économie circulaire qui comprend des mesures pour accroître l'efficacité des ressources, réduire l'utilisation des plastiques et empêcher les fuites de plastiques et de microplastiques dans la mer.

- L'UE adopte une stratégie éolienne offshore qui prend pleinement en compte les impacts sur les écosystèmes marins du développement des installations de production d'énergie éolienne offshore.

- L'UE alloue au moins 21 milliards du cadre financier pluriannuel pour 2021-2027 à la protection de la nature, avec au moins 50% du Fonds européen pour les pêches maritimes pour restaurer le milieu marin, collecter des données et contrôler la pêche, et révise les lignes directrices concernant les aides d'État pour la pêche et l'aquaculture pour interdire l'octroi de subventions nuisibles à la pêche.

- L'UE supprime les exonérations de taxe sur les carburants pour les navires de pêche et les transports maritimes en vertu de la directive révisée sur la taxation de l'énergie

- L'UE fait pression pour l'adoption d'un accord mondial pour la nature et les personnes au titre de la convention sur la diversité biologique, avec des objectifs de protection et de restauration des écosystèmes marins dans le monde.

- L'UE fait pression pour l'adoption de mesures climatiques urgentes à court terme au sein de l'Organisation maritime internationale afin de réduire la vitesse des navires et d'interdire les fiouls lourds dans l'Arctique.

- L'UE fait pression pour l'adoption d'un traité sur la haute mer lors de la 4e session de la conférence intergouvernementale sur la biodiversité au-delà des juridictions nationales, qui se traduit par une protection mondiale efficace de la diversité biologique marine en haute mer.

- L'UE établit un moratoire sur l'exploitation minière en haute mer, arrête le soutien financier à la recherche et au développement technologique et, avec les pays de l'UE, fait pression pour l'adoption d'un moratoire mondial au sein de l'Autorité internationale des fonds marins.

 

2021:

- L'UE révise le règlement de contrôle pour garantir la pleine conformité du secteur de la pêche avec les lois sur la pêche et la nature, exigeant des pêcheries entièrement documentées et transparentes, et pour garantir qu'aucun produit de la pêche INN n'atteigne le marché de l'UE.

- L'UE adopte une stratégie zéro pollution avec des objectifs clairs pour empêcher l'exposition à des produits chimiques nocifs dans l'air, le sol et l'eau (par le biais du plan d'action pour la qualité de l'eau) afin de garantir un environnement non toxique pour les générations actuelles et futures.

- Les pays de l'UE adoptent des règles pour lutter contre la pêche accessoire des espèces sensibles dans le cadre du règlement sur les mesures techniques.

- Les pays de l'UE adoptent des plans d'aménagement du territoire maritime qui incluent 30% des AMP hautement ou entièrement protégées et des zones d'activités humaines attribuées en fonction de la sensibilité des écosystèmes.

- L'UE adopte une réforme fondamentale de la politique agricole commune qui garantit l'élimination progressive du ruissellement des pesticides, des engrais et du fumier dans la mer.

- L'UE adopte une directive révisée sur les eaux de baignade, qui garantit une bonne qualité et un accès sûr aux eaux de baignade avec des normes élevées en matière d'environnement et de santé.

- L'UE aborde les produits chimiques préoccupants émergents, tels que les produits pharmaceutiques et les microplastiques, dans la directive révisée sur le traitement des eaux urbaines résiduaires.

- Les pays de l'UE transposent dans leur législation nationale les directives sur les installations de réception portuaires et sur les plastiques à usage unique avec des objectifs de réduction de consommation ambitieux pour les récipients alimentaires et les gobelets.

- L'UE interdit toute nouvelle exploration et production de pétrole et de gaz en mer et adopte une stratégie pour éliminer progressivement l'extraction actuelle de pétrole et de gaz en mer.

- L'UE inclut l'expédition dans son système d'échange de quotas d'émission.

- Les pays de l'UE ratifient et mettent en œuvre le traité sur la haute mer.

 

2023:

- Sur la base de l'évaluation de la politique commune de la pêche, l'UE adopte un plan d'action pour garantir sa mise en œuvre effective, ce qui se traduira par une transition complète vers des pêcheries européennes à faible impact.

- L'UE protège toute la côte de l'UE jusqu'à six milles marins et toutes les zones de protection marines de l'UE contre les effets du chalutage de fond.

- L'UE interdit le chalutage de fond au-delà de -400 m de profondeur.

- L'UE ouvre des infractions à tous les gouvernements qui n'appliquent pas de règles pour lutter contre les prises accessoires de pêche des espèces sensibles.

- L'UE adopte des mesures législatives pour réduire les principales sources de microplastiques et de granulés de pré-production libérés involontairement.

- L'UE préconise un objectif d'amélioration de 70% de l'intensité carbone d'ici 2030 et une décarbonisation complète du secteur du transport maritime d'ici 2050 au plus tard à l'OMI.

- L'UE fait pression pour l'adoption de mesures visant à restreindre les pavillons de complaisance pour fermer le filet aux pirates et améliorer la gouvernance internationale des océans.

 

2025:

- Les pays de l'UE désignent au moins 20% des mers de l'UE en tant qu'aires marines protégées et en font au moins 50% de zones de non-capture.

- Les pays de l'UE ont mis en place des régimes contraignants de responsabilité élargie des producteurs pour les plastiques et les engins de pêche à usage unique afin de maximiser l'éco-conception et la prévention.

- Les pays de l'UE adoptent des mesures juridiquement contraignantes pour parvenir à une réduction constante et mesurable des émissions sonores sous-marines.

- L'UE adopte une réglementation garantissant que toute la production aquacole dans les mers de l'UE n'est pas polluante et ne dépend pas d'ingrédients d'origine animale d'origine marine.

 

2027:

- L'UE consacre la totalité du nouveau Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche aux activités visant à restaurer et à gérer le milieu marin, à collecter des données et à contrôler la pêche.

- L'UE interdit l'utilisation du chalutage de fond comme engin de pêche par les navires de l'UE, y compris les flottes de pêche hauturière.

- L'UE interdit toutes les pêcheries hauturières.

 

2030: Vision pour une mer saine

D'ici 2030, au moins 30% de l'océan sera hautement ou entièrement protégé. Nous avons besoin que les zones marines et côtières vulnérables soient préservées et sauvages: elles serviront de refuge aux animaux et aux plantes pour échapper aux activités humaines nuisibles et où les communautés côtières pourront profiter d'une nature préservée. Ces zones doivent être limitées à la plupart des activités humaines. Ils doivent former un réseau continu pour permettre aux espèces de voyager de l'une à l'autre et avoir des budgets à long terme, des plans de suivi et de gestion.

D'ici 2030, nous serons passés à la pêche à faible impact. Nous devons mettre fin au massacre des oiseaux de mer, des dauphins, des baleines, des tortues et d'autres animaux non ciblés, ainsi qu'à la destruction des habitats; passer d'une pêche à forte intensité de carburant, non sélective et destructrice, comme le chalutage de fond, à une pêche à faible impact. Les politiciens, les décideurs politiques et l'industrie devront travailler ensemble et abandonner la vision étroite des poissons en tant que stocks que nous pouvons surexploiter, et les considérer plutôt comme des éléments vitaux d'écosystèmes complexes, cruciaux pour la résilience des océans. Les populations de poissons doivent être restaurées à un niveau où elles peuvent se reproduire en toute sécurité avec un surplus que nous pouvons récolter. Pour ce faire, nous devons écouter les avis scientifiques et arrêter de pêcher plus vite que les poissons ne peuvent se reproduire. L'Union européenne doit devenir un leader mondial pour garantir que la pêche illégale, non réglementée et non déclarée soit éradiquée dans les eaux de l'UE et dans le monde.

D'ici 2030, nous aurons un océan propre et sans pollution. Pendant trop longtemps, nous avons supposé que nous pouvions traiter l'océan comme une poubelle géante sans répercussions. Les plastiques, la pollution agricole et chimique détruisent les écosystèmes d'eau douce et marins. Les eaux dans lesquelles nous mangeons, nageons et apprécions à bien des égards doivent être protégées des impacts de nos activités polluantes sur terre et en mer. La pollution doit être stoppée à la source en modifiant la façon dont nous produisons et consommons. Les politiques européennes doivent garantir que les entreprises et les communautés cessent de rejeter des plastiques et des microplastiques dans la mer. Nous devons mettre fin au flux de polluants organiques, de nutriments en excès et de substances dangereuses provenant de l'agriculture, de l'aquaculture et des eaux usées industrielles et ménagères qui atteignent la mer. Les activités de navigation devront également réduire considérablement leurs émissions de gaz à effet de serre, de bruit et de déchets, pour finalement devenir zéro émission.

Dans tout l'océan, la planification des activités humaines soutiendra la restauration d'écosystèmes marins prospères. Leurs effets cumulatifs n'augmenteront pas la pression du changement climatique sur l'océan. Nous passerons à une économie, sur terre et en mer, qui permettra une coexistence harmonieuse des humains et de l'environnement dont nous dépendons. Certaines activités, telles que l'exploitation minière en haute mer et l'extraction de pétrole et de gaz, sont aussi incompatibles avec notre climat qu'elles le sont à la vie marine et devront être arrêtées complètement. D'autres activités à faible impact resteront dans le cadre d'une économie bleue basée sur les écosystèmes: une économie qui respecte et s'adapte à l'écosystème dans lequel elle se déroule.

Cette vision pour 2030 n'est pas seulement un vœu pieux. Il s'agit d'un plan pragmatique et bien documenté pour guider le travail de l'Europe au cours de la prochaine décennie. Il répond à la nécessité de restaurer la vie marine en mettant fin à la surexploitation, aux pratiques destructrices et à la pollution. L'Europe a la possibilité d'agir en tant que leader mondial pour inspirer le changement dans le monde entier. Cela nécessitera des changements systémiques, non seulement sous la mer, mais aussi sur terre. 2030 n'est que dans dix ans. La prochaine décennie sera décisive. Avec un engagement politique suffisant, nous pouvons apporter ce changement.

_____________________

Blue_Manifesto_Design_Timeline_V1_light