De Galaxidhi à Navpaktos 24 décembre 2019

Lundi 23 décembre 2019. Consulté, l'équipage préfère quitter Porto Germeno très tôt, sans visiter le château, pour arriver en début de soirée à Galaxidhi. Une préférence que j'ai regrettée, mais que j'ai acceptée. Je reviendrai une autre fois à Porto Germeno avec au autre équipage. A 8h nous effectuons un départ du quai contre la garde montante pour dégager l'arrière de notre Cyclades 50.5 du quai - notre avant étant pratiquement scotché contre le bateau voisin. Une fois le port quitté, nous prenons plein ouest au près serré, sous GV et génois. A 10h40, nous remontons à 4 noeuds contre un vent d'ouest de 20 kt. La mer offre des vagues de soixante centimètres, et la visibilité est d'environ deux milles. Le baromètre du bord est remonté à 1025 hpa. Après avoir subi un premier grain, nous avons réduit la GV au deuxième ris. La journée se continuera sans autre incident jusqu'au soir. Après avoir soigneusement étudié les cartes et le guide Imray, je décide en début de soirée d'aller dormir à Galaxidhi, plus proche qu'Itea. Galaxidhi, que je ne connais pas encore, est situé pratiquement à la sortie du Golfe d'Itea, en rive droite de celui-ci. Il est présenté comme un des ports les plus agréables du Golfe de Corinthe ; son approche de nuit n'est pas recommandée. Cette solution nous fait gagner du temps ce soir, et nous en fera gagner le lendemain. J'établis un plan de navigation soigneux, et nous allons découvrir que l'approche - en respectant à la lettre les caps indiqués - se fait très facilement. Le feu à secteurs rouge et vert qui normalement devrait se trouver dans l'axe de la cathédrale n'existe plus (où était en panne ce soir-là), mais les lumières du port (en fait un chenal bordé de maisons et de bistrots) sont bien visibles, et aligner le bateau au 215° sur elles ne pose pas de réelle difficulté. L'amarrage se fait sur ancre et aussières. Le chenal n'étant pas si large que cela, nous allons mouiller l'ancre presque sur la rive E du chenal avant de reculer nous amarrer sur la rive opposée. Nous prenons la dernière place disponible, entre un petit bateau amarré cul au quai et un gros bateau de pêche rangé le long du quai, et à 20h le Sofia IV est amarré devant les tavernas de Galaxidhi.

Les manœuvres terminées, une longue conversation commence entre des équipiers qui parlent un peu grec, le patron du bateau de pêche voisin qui nous trouve trop proches de son étrave et une troisième personne, concersation dont il ressort que nous ne pouvons pas rester là. Ils ne changeront d'avis lorsqu'ils réaliseront que nous ne sommes là que pour la nuit. Tout étant rentré dans l'ordre, nous dînons, et, en fin de soirée, les autres équipiers ayant disparu, j'invite Emma à prendre un dernier café à la taverna de l'autre côté du quai. 

Galaxidhi le bar du port 1 241219

Galaxidhi le bar du port 1 241219 2

Il est déjà une heure du matin, et nous devrons nous contenter d'une eau gazeuse avec une rondelle de citron - les machines à café sont arrêtées depuis longtemps déjà. C'est aussi l'occasion pour moi de me brosser les dents aux lavabos de la taverna, plutôt qu'à bord où tout finit dans la mer (nous avons bien à bord une cuve à eaux noires, mais aucun des ports où nous allons n'est équipé pour récupérer celles-ci). Bien que le lendemain le réveil ait été fixé à huit heures (presque une grasse matinée !), nous ne nous attarderons pas et rentrerons assez rapidement à bord.

Petit déjeuner à bord du Sofia IV

Galaxidhi, le Cyclades 50

Mardi 24 décembre. Une partie importante de l'équipage a été assez fortement secouée par les deux derniers jours. Débutants découvrant la mer, ils ont navigué de nuit, traversé des grains, effectué un départ de nuit (Athènes) et deux arrivées de nuit et des des manœuvres de nuit dans des mouchoirs de poche (Porto Germano avant-hier et Galaxidhi hier soir, et tout cela les a sortis de leur zone de confort. Certains ont eu le mal de mer tout du long, et ont décidé de débarquer à Galaxidhi, entraînant avec eux d'autres équipiers qui se proposent de nous rejoindre à Preveza le samedi pour faire avec nous le retour à Athènes. C'est dommage, ils ont fait le plus dur, et la météo s'améliore nettement.

Galaxidhi, le port 241219

Galaxidhi le port 241219 2

Galaxidhi, rue et porte 241219

Galaxidhi, porte 241219

Galaxidhi 241219 1

Je profite de ce que nous ne sommes pas pressés pour noter dans le journal de bord tous les petits problèmes qu'on constate inévitablement sur un bateau de location en fin de saison : un joint est à refaire sur le capot de la cabine avant tribord, le bouton poussoir de l'évacuation d'eau dans la salle-de-bains avant tribord ne fonctionne pas, la poignée de la porte de la salle-de-bains arrière tribord fonctionne mal. Je signalerai tout cela par mail au loueur.

A 10h je me mets à l'eau, avec une combi en lycra très fine. J'ai un doute et je veux vérifier qu'hier nous n'avons pas embarqué une ligne dans notre gouvernail. L'eau est beaucoup moins froide que ce à quoi je m'attendais. Après avoir inspecté le gouvernail et l'hélice, je fais le tour du bateau et je tourne une vidéo de la coque avec la Gopro avant de remonter sur le quai, aidé en cela par un grand escalier qui descend jusqu'à l'eau, presque à côté de notre Cyclades 50.5.

Après avoir salué les personnes débarquant, Emma et moi partons visiter Galaxidhi, à la recherche d'une boulangerie. les maisons sont en pierre, les ruelles sympathiques, avec de superbes portes en bois. Nous trouvons une boulangerie, où Emma m'offre de déguster une spécialité locale. 

Galaxidhi, départ le 241220

Galaxidhi départ 241220 2

A 13h nous quittons Galaxidhi en équipage réduit. Emma est au guindeau et moi à la barre. L'ancre remonte sans difficulté, nous descendons le chenal et enroulons la tourelle qui signale un peu plus loin un écueil, en la laissant à tribord. Quelques minutes après nous sommes dans le Golfe de Corinthe. La météo confirme ce que nous savons déjà depuis plusieurs jours : Les vents de 25/30 kt de NW qui soufflent actuellement en mer Ionienne prendront fin mercredi à midi. D''ici là nous avons prévu de rester protégés dans le Golfe de Corinthe ; ce soir nous allons dormir à Navpaktos, considéré comme le plus joli port médiéval de Méditerranée.

Galaxidhi, la tourelle sur l'écueil 241219

Galaxidhi, Chapelle sur un ilôt proche 241219

Galaxidhi, la baie 241219 2A 15h20 nous faisons route à l'ouest dans le Golfe de Corinthe, sous génois et moteur 1800 trs/mn, dans des vagues de quatre-vingt centimètres environ. Le vent nous oblige à louvoyer entre le 258° et le 339°. Nous avançons au début à 5 noeuds ; notre vitesse augmentera une heure plus tard à 7 noeuds, passant à 7,6 noeuds à partir de 17h30. Dans le même temps les vagues ont diminué, ceci expliquant sans doute cela. A 18h, elles ne font plus qu'une trentaine de centimètres. 

Golfe de Corinthe, Emma à la barre 241219

Galaxidhi, la baie 241219

Golfe de Corinthe, Cyclades 50

En route vers Navpaktos 241220

Golfe de Corinthe, Coucher de soleil 241219

A 18h15, nous sommes deux milles au sud de Nisis Trizonia, et à 21h nous sommes arrivés à Navpaktos. Nous mouillons par 7 mètres de fond avec cinquante mètres de chaîne devant les remparts de l'ancienne cité médiévale, lieu de la bataille de Lépante. A la VHF, un BMS annonce 27/28 kt secteur NW Corinthe, mais pour le moment ici tout est paisible. Par précaution je mets en route un anchor watch sur mon iPhone, qui me préviendra si l'ancre dérape durant la nuit. Le départ de nos équipiers fait qu'Emma et moi avons des vivres en quantité. Je me fais un poulet au curry (si je ne le mange pas, le poulet va s'abîmer ; c'est la première fois que je fais un poulet au curry pour une personne, lol), tandis qu'Emma qui est végétarienne se prépare son repas. La veillée de Noël est soft, accompagnée d'une bouteille de Montepulciano assez quelconque. Dommage, le Montepulciano est un vin des Abruzzes habituellement délicieux ! Cela dit, le décor de Navpaktos tout illuminé est somptueux, et cette veillée de Noël est une des plus belles que j'aie connues. 

Navpaktos, arrivée de nuit 241219

December 23, 2019. Consulted, the crew decided to leave Porto Germeno very early, without visiting the castle, to arrive at Galaxidhi in the early evening. A decision that I regretted, but that I accepted. I will return another time to Porto Germeno with the other crew. At 8 a.m. we leave the quay against the rising guard to clear the back of our Cyclades 50.5 from the quay - our front being practically taped against the neighboring boat. Once the port left, we take due west tight close, under GV and Genoa. At 10:40 am, we are going up to 4 knots against a west wind of 20 kt. The sea offers waves of sixty centimeters, and visibility is about two miles. The on-board barometer rose to 1025 hpa. After having undergone a first grain, we reduced the GV to the second reef. The day will continue without further incident until the evening. After carefully studying the maps and the Imray guide, I decided at the start of the evening to go to sleep in Galaxidhi, closer than Itea. Galaxidhi, which I do not yet know, is located practically at the exit of the Gulf of Itea, on the right bank of it. It is presented as one of the most pleasant ports in the Gulf of Corinth; its approach at night is not recommended. This solution saves us time this evening, and will save us the next day. I set up a careful navigation plan, and we will discover that the approach - by strictly respecting the directions indicated - is very easy. The red and green sector light which normally should be in the axis of the cathedral no longer exists (where was broken down that evening), but the lights of the port (in fact a channel lined with houses and bistros ) are clearly visible, and aligning the boat at 215 ° on them does not pose any real difficulty. Mooring is done on anchor and hawsers. The channel is not that wide, we will anchor almost on the E bank of the channel before going back to moor on the opposite bank. We take the last available place, between a small boat moored at the quay and a large fishing boat stowed along the quay, and at 8 p.m. the Sofia IV is moored in front of the Galaxidhi tavernas.
The maneuvers completed, a long conversation begins between team members who speak a little Greek, the owner of the neighboring fishing boat who finds us too close to his bow and a third person, from whom it turns out that we cannot stay there. They will not change their mind when they realize that we are only there for the night. Everything is back to normal, we have dinner, and at the end of the evening, the other team members having disappeared, I invite Emma to have a last coffee at the taverna on the other side of the quay.

It is already one o'clock in the morning, and we will have to settle for a sparkling water with a slice of lemon - the coffee machines have been stopped for a long time. It is also an opportunity for me to brush my teeth at the taverna sinks, rather than on board where everything ends up in the sea (we do have a black water tank on board, but none of the ports where we go is not equipped to recover them). Although the alarm clock was set for the next day at eight o'clock (almost a sleep!), We will not linger and get on board quickly enough.

Tuesday December 24. A significant part of the crew has been quite shaken by the last two days. Beginners discovering the sea, they sailed at night, crossed grains, made a departure at night (Athens) and two arrivals at night and maneuvers at night in pocket handkerchiefs (Porto Germano the day before yesterday and Galaxidhi last night, and all that got them out of their comfort zone. Some of them had seasickness all along, and decided to disembark in Galaxidhi, taking with them other team members who propose to join us in Preveza on Saturday to do with us the return to Athens. It's a shame, they worked the hardest, and the weather is improving significantly.

I take advantage of the fact that we are in no hurry to note in the logbook all the small problems that we inevitably observe on a rental boat at the end of the season: a seal must be redone on the hood of the forward starboard cabin, the starboard water drain push button does not work, the starboard aft bathroom door handle does not work. I will report all this by email to the rental company.
At 10am I put myself in the water, with a very fine lycra jumpsuit. I have a doubt and I want to verify that yesterday we did not put a line in our rudder. The water is much cooler than I expected. After having inspected the rudder and the propeller, I go around the boat and I shoot a video of the hull with the Gopro before going up on the quay, helped in this by a big staircase which goes down to the water, almost next to our Cyclades 50.5.

After greeting the people disembarking, Emma and I leave to visit Galaxidhi, looking for a bakery. the houses are made of stone, the lanes pleasant, with superb wooden doors. We find a bakery, where Emma offers me to taste a local specialty.
At 1 p.m. we leave Galaxidhi with a reduced crew. Emma is at the windlass and I at the helm. The anchor goes back without difficulty, we descend the channel and wind the turret which signals a little further a reef, leaving it to starboard. A few minutes later we are in the Gulf of Corinth. The weather confirms what we have already known for several days: The winds of 25/30 kt from the NW which are currently blowing in the Ionian Sea will end on Wednesday at noon. Until then we plan to stay protected in the Gulf of Corinth; tonight we're going to sleep in Navpaktos.

At 3:20 pm we head west in the Gulf of Corinth, under genoa and engine 1800 rpm, in waves of about eighty centimeters. The wind forces us to weave between 258 ° and 339 °. We are advancing at the beginning at 5 knots; our speed will increase an hour later to 7 knots, going to 7.6 knots from 5.30 p.m. At the same time the waves decreased, this undoubtedly explaining that. At 6 p.m., they are only about thirty centimeters.
At 6:15 p.m., we are two miles south of Nisis Trizonia, and at 9:00 p.m. we arrived at Navpaktos. We anchor at 7 meters depth with fifty meters of chain in front of the ramparts of medieval city, place of the battle of Lepanto. The VHF radio announces 27/28 kt sector NW Corinth, but for the moment here everything is peaceful. As a precaution I put on an anchor watch on my iPhone, which will warn me if the anchor slips during the night. The departure of our team members means that Emma and I have plenty of food. I'm making a curry chicken (if I don't eat it, the chicken will spoil; it's the first time I make a curry chicken for one person, lol), while Emma who is a vegetarian prepare his meal. The Christmas Eve is soft, accompanied by a fairly arbitrary bottle of Montepulciano. Too bad, Montepulciano is a wine from Abruzzo usually delicious! That said, the decor of Navpaktos all lit up is sumptuous, and this Christmas Eve is one of the most beautiful I have ever known.

Golfe de Corinthe, 24 décembre 2019

Photos : Galaxidhi, fin de soirée à la taverna, 23 décembre 2019 (1 et 2) ; Galaxidhi, petit déjeuner à bord du Sofia IV, 24 décembre 2019 ; Le Cyclades 50.50 Sofia IV amarré à Galaxidhi, 24 décembre 2019 ; Galaxidhi, le quai, 24 décembre 2019 (1 et 2) ; Galaxidhi, rue et porte, 24 décembre 2019 (1 et 2) ;  Galaxidhi, petite église, 24 décembre 2019 ; Galaxidhi, départ du quai, 24 décembre 2019 (1 et 2) ; Galaxidhi, la tourelle après le chenal, 24 décembre 2019 ; Galaxidhi, chapelle sur un des îlots voisins, 24 décembre 2019 ; La baie de Galaxidhi, 24 décembre 2019 ; Emma à la barre du Sofia IV, 24 décembre 2019 ; Golfe de Corinthe, entre Galaxidhi et Navpaktos, 24 décembre 2019 (1 à 4) ; Navpaktos, mouillage devant le port illuminé, 24 décembre 2019. Dans le Golfe de Corinthe, 24 décembre 2019. Auteur.author : Philippe Bensimon. Vidéo : de Galaxidhi à Navpaktos, 24 décembre 2019. Réalisation/realization : Philippe Bensimon.