Baie de Klimno, reflets du ciel dans l'eau, 8h38, 11 mars 2020 (1)Baie de Klimno, mercredi 11 mars 2020. Réveil à 8h sur la banquette du carré du Quint II. La banquette est confortable et j'y ai élu domicile, la préférant à la cabine skipper à l'avant qui reste inoccupée. Comme à chaque fois lorsque je me réveille à un mouillage, je contrôle les deux Anchor watch dont je dispose, l'un sur mon iPhone et l'autre sur mon iPad. Le bateau n'a quasiment pas bougé durant la nuit. A 8h05 Claude sort de sa cabine ; Loïc et Sébastien nous rejoignent un quart d'heure après dans le carré. Nous dressons les confitures, pain, brioche et jus d'orange sur la table du cockpit.  Les quelques nuages matinaux qui se reflètent sur l'eau immobile de la baie vont disparaître pendant que nous prendrons le petit déjeuner, laissant place au soleil et à un grand ciel bleu qui nous accompagnera jusqu'en fin d'après-midi. 

Baie de Klimno, Loïc et Sébastien lèvent l'ancre, 11 mars 2020

Arrivée au port de Klimno, 11 mars 2020

Nous levons l'ancre à 9h45. Sébastien et Loïc sont au guindeau, et Olivier est à la barre. Notre première étape est Klimno, le village tout proche. Notre étape du jour - de la baie de Klimno à Opatija - est courte, et nous avons décidé de consacrer une partie de la journée à faire des exercices d'amarrage. Dans ce cadre, aller découvrir le village de Klimno que ne je connais pas encore paraît très indiqué, et j'ai promis d'y offrir le café à mes équipiers. Un rapide tour d'honneur révèle à 10h08 qu'une place est libre au bout du quai. Je désigne Claude pour prendre la barre et gérer la manœuvre, avec pour consigne d'accoster sur le côté tribord du bateau. Pendant que Claude effectue un cercling pour mettre le bateau dans le bon axe pour accoster, le reste de l'équipage et moi installons les pare-battages sur tribord. Sur le Quint II, accoster sur le côté tribord n'est pas le plus facile ; en effet la commande des gaz est sur le poste de barre côté bâbord, et la vue y est moins bonne sur le bord du quai lorsque celui-ci est à tribord. 

Le Sun Odyssey amarré à Klimno, 11 mars 2020

 La manœuvre se fait de façon impeccable, et à 10h15 le Sun Odyssey est amarré au quai. Nous débarquons en quête d'un café, sans trop d'espoir. Loïc a déjà repéré que tout dans le village paraît fermé. Nous finissons par trouver une petite épicerie ouverte ; je crois me souvenir que l'un d'entre nous y a acheté une tablette de chocolat. La caissière ne connaît aucun bar ouvert ; interrogés quelques mètres en contrebas, des ouvriers en train de travailler nous confirment que tout est fermé. 

Klimno, 11 mars 2020

Départ de Klimno, 11 mars 2020

Nous rentrons à bord et quittons le quai de Klimno à 10h40. Notre prochaine étape est Omisalj, un port de la côte Nord de Krk que je ne connais pas encore et que j'ai envie de découvrir. Je suis toujours aussi guidé par l'envie de prendre un chocolat chaud ou un bon café expresso. Après avoir laissé à tribord l'îlot Soline et sa bouée rouge, nous sortons de la baie de Klimno et rejoignons le Vinodolski Kanal. Nous suivons celui-ci en remontant vers le NNE, et nous passons devant le petit port de Jadranovo où j'ai fait escale en 2019. Un peu plus haut, le Vinodolski Kanal est barré par l'île Sv Marko. Petite mais assez haute (102 m), l'île Sv Marko est reliée par deux ponts routiers avec Krk à l'ouest et avec le continent à l'ouest. Il semblerait que ces ponts soient à péage, mais je n'en suis pas certain. 

Vinodolski Kanal, 11 mars 2020

Vinodolski Kanal, les ponts de l'île Sv Marko, 11 mars 2020 (1)

Vinodolski Kanal, les ponts de l'île Sv Marko, 11 mars 2020 (2)

En attendant d'y arriver, la fin de matinée se passe dans une opération de bricolage délicate. L'écoute de GV (ou pour être plus exact l'écoute de la bôme), dépourvue de nœud en huit à son extrémité, a filé à travers le piano. Ce n'est généralement pas  très grave, sauf que là, en sortie de piano l'écoute disparaît complètement sous un capot plastique, où elle rencontre une première poulie, et bifurque vers une seconde poulie avant de ressortir à l'air libre. Le capot plastique masque complètement l'accès à ces poulies, et nous ne sommes pas capables de retirer ce capot sans démonter beaucoup de choses sur un bateau qui n'est pas le nôtre. A tour de rôle, nous passerons beaucoup de temps à tenter de remettre en place et de faire tenir sur la première poulie l'écoute du palan de bôme. Je bricolerai même un instrument permettant de trifouiller sous le capot, en me servant de la rallonge du compas de géométrie que j'ai apporté à bord. Peine perdue : à la moindre tension, l'écoute sort de la gorge de la poulie et va se nicher contre le plastique du capot qu'elle menace de faire éclater. Nous choisirons de naviguer les dix jours suivants avec l'écoute de GV complètement sortie du piano et du capot. Rallongée par un bout de diamètre 11, elle sera frappée sur les taquets latéraux du bateau après chaque réglage.

Vinodolski Kanal, le pont entre Krk et Sv Marko, 11 mars 2020

Nous passerons vers 12h20 sous l'arche du pont ouest de Sv Marko. Le tirant d'air est de cinquante mètres, et l'effet est moindre que sous le pont du Ljubacka Vrata qui ne fait "que" trente mètres où nous sommes passés le dimanche précédent. Le cadre reste tout de même magnifique ! Une cinquantaine de minutes plus tard, en longeant les maisonnettes et les cyprès de la côte nord de Krk, nous arrivons au fond de la longue calanque qui mène à Omisalj. Après un premier amarrage sur pendille, La ville parait aussi déserte que Klimno. Nous nous y installons pour le déjeuner. A 14h30 les menemen sont prêts à être dégustés, servis à la table du cockpit accompagnés d'une salade de roquette, avec quelques pommes de terre en entrée.

Krk, la baie qui mène à Omisalj, 11 mars 2020

Krk, dans la baie qui conduit à Omisalj, 11 mars 2020

Omisalj, déjeuner à quai, 11 mars 2020

Menemen au déjeuner

Nous finirons de déjeuner vers 15h. Il nous reste 12,8 M à parcourir pour traverser le Rijecki Zaljev, la partie la plus septentrionale du Kvarner Zaljev, et arriver à Opatija. Comme nous ne sommes pas pressés par le temps, nous passerons encore environ une heure et demie à Omisalj à faire des exercices d'amarrage sur pendille, chacun tenant à tour de rôle la barre, jusqu'à ce que chacun ait réussi une fois la manœuvre.

Omisalj, l'approche du quai, 11 mars 2020

Omisalj, exercices d'amarrage sur pendille, 11 mars 2020

A 18h05, nous avons pratiquement fini notre traversée du Rijecki Zaljev, et nous sommes très proches d'Opatija. Le soleil vient de se coucher ; nous voyons passer à tribord un des petits senneurs typiques de la Croatie, parti pour sa pêche de nuit. Doté d'un éclairage à la puissance démesurée, il attire de ses lumières les poissons vers la surface, où il les prend dans ses filets. Cette technique ancestrale, dite "pêche au lamparo", est aujourd'hui interdite en France, mais ne semble pas l'être en Croatie.

Devant Opatija, 11 mars 2020

Senneur devant Opatija, 11 mars 2020 (1)

Peu avant Opatija, 11 mars 2020

A 18h30, dans les dernières lueurs du jour, le bateau accoste sur bâbord au quai d'Opatija. Les pointes et les gardes sont installées pour la nuit, et le cockpit rangé. Quelques brumes vespérales estompent les contours de le côte vers le nord. Depuis deux jours, l'absence de vent nous a condamnés à faire pas mal de moteur pour appuyer les voiles : neuf heures hier, sept heures aujourd'hui. Après avoir noté quelques indications dans le journal de bord, nous passons à la préparation du repas du soir. J'ai choisi de faire un couscous fazli (variante du tfaya que j'ai un peu personnalisée), aux oignons confits et aux raisins.  A 20h20, les légumes et le poulet mijotent dans le grand fait-tout, et les oignons commencent à confire dans une petite casserole séparée. Nous prenons tranquillement l'apéritif pendant que les épices embaument le carré et que je prépare la semoule. A 22 h, c'est Claude qui fait le service. 

Opatija, préparation du couscous fazli à bord du Quint II, 11 mars 2020

Opatija, Claude sert le couscous à bord du Quint II, 11 mars 2020

 

Klimno Bay, Wednesday March 11, 2020. Wake up at 8 am on the bench in the Quint II saloon. The seat is comfortable and I took up residence there, preferably in the skipper cabin at the front which remains unoccupied. As always when I wake up at anchor, I check the two Anchor watches I have, one on my iPhone and the other on my iPad. The boat hardly moved during the night. At 8:05 am Claude leaves his cabin; Loïc and Sébastien join us a quarter of an hour later in the saloon. We put the jams, bread, brioche and orange juice on the cockpit table. The few morning clouds that reflect on the still water of the bay will disappear while we have breakfast, giving way to the sun and a big blue sky that will accompany us until the end of the afternoon. We weigh anchor at 9.45 am. Sébastien and Loïc are at the windlass, and Olivier is at the helm. Our first stop is Klimno, the nearby village. Our stage of the day - from Klimno Bay to Opatija - is short, and we decided to spend part of the day doing mooring exercises. In this context, going to discover the village of Klimno that I do not know yet seems very appropriate, and I promised to offer coffee to my teammates. A quick lap of honor reveals at 10:08 a.m. that a place is available at the end of the platform. I designate Claude to take the helm and manage the maneuver, with the order to land on the starboard side of the boat. While Claude is circling to put the boat in the right axis to dock, the rest of the crew and I install the fenders on the starboard side. On the Quint II, docking on the starboard side is not the easiest; in fact the throttle control is on the helm station on the port side, and the view is worse there on the edge of the quay when it is on starboard. The maneuver was flawless, and at 10:15 a.m. the Sun Odyssey was docked at the quay. We disembark in search of a coffee, without too much hope. Loïc has already noticed that everything in the village seems closed. We end up finding a small open grocery store; I think I remember that Olivier bought a chocolate bar there. The cashier does not know of any open bar; interviewed a few meters below, workers at work confirming that everything is closed. We get back on board and leave the quay of Klimno at 10:40 am. Our next stop is Omisalj, a port on the North coast of Krk that I don't know yet and that I want to discover. I am still guided by the desire to have hot chocolate or a good espresso coffee. After leaving starboard the Soline islet and its red buoy, we leave Klimno bay and join the Vinodolski Kanal. We follow this one going up towards the NNE, and we pass in front of the small port of Jadranovo where I stopped in 2019. A little higher, the Vinodolski Kanal is barred by the island Sv Marko. Small but fairly high (102 m), it is connected by two road bridges with Krk to the west and with the mainland to the west. It looks like these bridges are toll, but I'm not sure.

While waiting to get there, the end of the morning is spent in a delicate DIY operation. Listening to GV (or to be more precise, listening to the boom), devoid of an eight-knot at its end, spun across the piano. This is generally not very serious, except that there, at the exit of the piano, the sheet disappears completely under a plastic cover, where it encounters a first pulley, and branches off to a second pulley before coming out in the open air. The plastic cover completely hides access to these pulleys, and we are not able to remove this cover without dismantling many things on a boat that is not ours. In turn, we will spend a lot of time trying to put back in place and keep the boom block listening on the first pulley. I will even tinker with an instrument allowing tampering under the hood, using the extension of the geometry compass that I brought on board. Pain lost: at the slightest tension, the sheet comes out of the throat of the pulley and will nestle against the plastic of the hood that it threatens to burst. We will choose to sail the next ten days with the listening of GV completely removed from the piano and the hood. Extended by a 12-diameter tip, it will be struck on the side cleats of the boat after each adjustment. 

We will pass around 12:20 pm under the arch of the west bridge of Sv Marko. The draft is fifty meters, and the effect is less than under the bridge of Ljubacka Vrata which is "only" thirty meters where we passed the previous Sunday. The setting is still magnificent! Fifty minutes later, along the small houses and cypresses of the north coast of Krk, we arrive at the bottom of the long cove that leads to Omisalj. After a first mooring on a pendulum, the city seems as deserted as Klimno. We settle there for lunch. At 2:30 p.m. the menemen are ready to be tasted, served at the cockpit table accompanied by an arugula salad, with a few potatoes as a starter. We will finish lunch around 3 p.m. We still have 12.8 M to go to cross the Rijecki Zaljev (the northernmost part of Kvarner Zaljev) and reach Opatija. As we are not pressed for time, we will spend another hour and a half at Omisalj doing mooring exercises on a pendulum, each taking turns, until everyone has succeeded once maneuver. At 6:05 p.m., we practically finished our crossing of Rijecki Zaljev, and we are very close to Opatija. 

Senneur devant Opatija, 11 mars 2020 (2

The sun has just set; we see passing to starboard one of the small purse seiners typical of Croatia, which has left for its night fishing. With excessive lighting, it attracts fish with its lights to the surface, where it takes them in its nets. This ancestral technique, called "lamparo fishing", is now prohibited in France, but does not seem to be in Croatia. At 6.30 p.m., in the last light of the day, the boat docked on the port side at the Opatija quay. Spikes and guards are installed for the night, and the cockpit put away. Some evening mists blur the contours of the coast to the north. For two days, the absence of wind has condemned us to do a lot of engine to support the sails: nine hours yesterday, seven hours today. After having noted some indications in the logbook, we move on to the preparation of the evening meal. I chose to make a fazli couscous (a variant of the tfaya that I personalized a little), with candied onions and grapes. At 8:20 p.m., the vegetables and the chicken simmer in the large pot, and the onions start to cook in a small separate pan. We quietly take the aperitif while the spices scent the square and I prepare the semolina. At 10 p.m., Claude does the service.

Philippe en fin de soirée, lol

Photos : Baie de Klimno, reflets de nuages dans l'eau, 11 mars 2020 (1) ; Baie de Klimno, Loïc et Sébastien relèvent l'ancre, 11 mars 2020 ; Klimno, arivée au port, 11 mars 2020 ; Klimno, le Sun Odyssey Quint II amarré au quai, 11 mars 2020 ; Klimno, un des quais, 11 mars 2020 ; Baie de Klimno, départ vers le Vinodolski Kanal, 11 mars 2020 ; Vinodolski Kanal, 11 mars 2020 ; Vinodolski Kanal, les ponts de Sv Marko, 11 mars 2020 (1 et 2) ; Vinodolski Kanal, le pont entre Krk et Sv Marko, 11 mars 2020 ; Côte Nord de Krk, peu avant Omisalj, 11 mars 2020 (1 et 2) ; Omisalj, déjeuner au ponton, 11 mars 2020 ; Omisalj, les tomates mozarella, 11 mars 2020 ; Omisalj, manœuvres d'amarrage sur pendille, 11 mars 2020 (1 et 2) ; Kvarner Zaljev, peu avant Opatija, 11 mars 2020 (1) ; Kvarner Zaljev, senneur partant pêcher, 11 mars 2020 (1) ; Kvarner Zaljev, peu avant Opatija, 11 mars 2020 (2) ; Opatija, le couscous mijote à bord du Quint II, 11 mars 2020 ; Claude sert le couscous à bord du Quint II, 11 mars 2020 ; Kvarner Zaljev, senneur partant pêcher, 11 mars 2020 (2) ; Opatija, Philippe en fin de soirée, 11 mars 2020 ; Baie de Klimno, reflets de nuages dans l'eau, 11 mars 2020 (2). Auteur/author : Philippe Bensimon. Vidéo : De Klimno à Opatija, 11 mars 2020. Réalisation : Philippe Bensimon.

Baie de Klimno, reflets du ciel dans l'eau, 8h38, 11 mars 2020 (2)

Cet article et ces photos vous ont plu ? Faites un don à l'expédition Tour des deux Amériques pour nous permettre de poursuivre notre action :

https://www.helloasso.com/associations/association-tour-des-deux-ameriques-solidaire-en-voilier/formulaires/2/widget