Masque FFP2 23 avril 2020 Philippe Bensimon

Covid-19 et responsabilité des politiques

Le 20 janvier dernier, j'ai publié sur ce blog un article de prospective sur le monde (2020-2030, 2030-2050, 2050-1100, après 2100, http://www.ameriquesvoilier-expeditions.org/archives/2020/01/20/37945443.html). J'y parlais à l'horizon 2020-2030 d'épidémies. J'y décrivais pour la fin du siècle des cités où « de façon générale les gens évitent de sortir de chez eux lorsqu'ils n'y sont pas obligés - lorsqu'ils le font, c'est en portant des masques. De ce fait, les habitants privilégient les commandes sur internet et les livraisons par drones, et les petits commerces ont pratiquement disparu. Le télétravail est devenu la norme pour une grande partie de la population. Le développement de petits véhicules collectifs volants, l'interdiction des véhicules individuels privés dans les villes et l'automatisation totale de la circulation aérienne et terrestre dans les centres urbains ont résolu - de façon provisoire - le problème du trafic dans les grandes villes ».

Je regrette aujourd'hui que ces analyses – qui reposent sur des analyses scientifiques à la disposition de tous – se soient révélées si justes quelques semaines plus tard.

De façon générale, les politiques attendent que les catastrophes arrivent pour agir – même si ces catastrophes sont amplement prévisibles et si les scientifiques tirent depuis longtemps déjà les sonnettes d'alarme. On a vu le cas en France, où pour des raisons purement économiques, le gouvernement a baissé de façon drastique le niveau des stocks de masques (cf infra). Une telle attitude est inacceptable et devra forcément un jour où l'autre être sanctionnée à partir d'un certain niveau de mécontentement dans les populations. Elle le sera soit de manière légale (reconnaissance de la responsabilité pénale et civile des politiques pour inaction, les condamnations servant un temps de soupapes de sécurité à la vindicte populaire), soit de façon violente. Lorsque les victimes seront suffisamment nombreuses, les crises économiques se transformeront alors en crises politiques, celles-ci pouvant aller dans certains pays jusqu'au soulèvement des populations et aux révolutions.

L'exemple des masques en France

Francois_Hollande_2015

En 2011, « la France dispose de près d’un milliard de masques chirurgicaux et de plus de 700 millions de modèles FFP2, offrant une meilleure protection. Mais entreposer ces cartons dans un grand hangar à Vitry-le-François (Marne) a un coût, sachant que les masques se périment peu à peu, après 4 ou 5 ans. En mai 2013, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) qui dépend de Matignon, décide de passer d'un système de gestion des stocks à un système d'approvisionnement en flux tendus (NB : moins coûteux quand tout va bien mais totalement illusoire en cas de pandémie lorsque les fournisseurs font défaut ou bien sont débordés)

En 2015, le sénateur Francis Delattre alerte dans un rapport sur la baisse des stocks dont la valeur « est passée d’un maximum de 992 millions d’euros à la fin de l’année 2010 à (…) à 416 millions d’euros » en mars 2015. Bien conscient du problème, le sénateur précise : « la réservation de capacités de production ne peut constituer une solution unique pour prévenir les situations sanitaires exceptionnelles ». Il ne sera pas écouté.

« Début 2020, alors que l’épidémie de coronavirus commence à se propager, les stocks ont fondu. L’Etat ne dispose d’aucune réserve en masques FFP2, de 117 millions de masques chirurgicaux adultes et de 40 millions de masques pédiatriques enfants. Dans ses entrepôts d’Orléans, l’armée « identifie » 5 millions de masques qu’elle distribue le 19 mars. » (Source : 20 minutes, https://www.20minutes.fr/societe/2745539-20200322-coronavirus-comment-france-laisse-fondre-stock-masques-fil-annees).

Il sera intéressant de faire le calcul du nombre des morts causées par la décision au plus haut niveau de l'Etat d'abandonner la politique de stockage des masques. Et de se souvenir qu'en 1979, Jacques Mesrine a été abattu sans sommation, comme un chien. Mais comme l'a écrit Tucholski : « Der Tod eines Menschen: das ist eine Katastrophe. Hunderttausend Tote: das ist eine Statistik! ».

En attendant, pour protéger les autres et vous protéger, restez chez vous. Même vous habitez dans le 8e arrondissement de Paris, n'allez pas vous balader dans les supermarchés du Finistère pour des opérations de communication qui mettent des vies en danger (même si vous n'en n'avez pas conscience). N'allez pas travailler à l'extérieur alors que vous pouvez le faire depuis votre domicile. Ne refusez pas de mettre un masque en public (y compris au supermarché) quand l'Académie de médecine vous le demande. Respectez les gens qui respireront le même air que vous. Respectez les consignes du gouvernement et autant que possible évitez de sortir de chez vous. Pensez que 915.000 procès-verbaux ont déjà été dressés par des gendarmes et des policiers pour non-respect du confinement (Source : A2, JT de 13h, 22 avril 2020). Ce serait quand même dommage que vous soyez verbalisé, non ? Donnez l'exemple. Sauvez des vies.

______________

Covid-19 and policy responsibility

On January 20, I published a prospective article on the world on this blog (2020-2030, 2030-2050, 2050-1100, after 2100, http://www.ameriquesvoilier-expeditions.org/archives/2020/01/20/37945443.html). I was talking about epidemics by 2020-2030. I described for the end of the century cities where "generally people avoid leaving their homes when they are not obliged to - when they do, it is by wearing masks. As a result, locals favor internet orders and drone deliveries, and small businesses have practically disappeared. Telework has become the norm for a large part of the population. The development of small flying collective vehicles, the ban on private individual vehicles in cities and the total automation of air and land traffic in urban centers have solved - temporarily - the problem of traffic in big cities ”. I regret today that these analyzes - which are based on scientific analyzes available to everyone - turned out to be so accurate a few weeks later. In general, politicians wait for disasters to happen before they can act - even if these disasters are amply predictable and scientists have long been sounding the alarm. We have seen the case in France, where for purely economic reasons, the government has drastically lowered the level of mask stocks (see below). Such an attitude is unacceptable and will necessarily have one day when the other will be punished for a certain level of discontent among the populations. It will be either legally (recognition of the criminal and civil responsibility of politicians for inaction, the convictions serving a time of safety valves to popular retribution), or in a violent manner. When the victims are sufficiently numerous, the economic crises will then turn into political crises, which can go as far as raising populations and revolutions in some countries.

The example of masks in France

In 2011, "France has nearly one billion surgical masks and more than 700 million FFP2 models, offering better protection. But storing these boxes in a large hangar in Vitry-le-François (Marne) comes at a cost, knowing that the masks will expire little by little, after 4 or 5 years. In May 2013, the General Secretariat of Defense and National Security (SGDSN) which depends on Matignon, decides to move from an inventory management system to a just-in-time supply system (NB: less expensive when all is going well but totally illusory in the event of a pandemic when suppliers are lacking or are overwhelmed). In 2015, Senator Francis Delattre alerted in a report on the decline in stocks whose value "went from a maximum of 992 million euros at the end of 2010 to (…) to 416 million euros In March 2015. Well aware of the problem, the senator clarified: "reserving production capacity cannot be the only solution to prevent exceptional health situations". It will not be listened to. "In early 2020, as the coronavirus epidemic began to spread, stocks ran out. The state has no reserves of FFP2 masks, 117 million adult surgical masks, and 40 million pediatric children's masks. In its warehouses in Orleans, the army "identifies" 5 million masks which it distributes on March 19. »(Source: 20 minutes, https://www.20minutes.fr/societe/2745539-20200322-coronavirus-comment-france-laisse-fondre-stock-masques-fil-annees). It will be interesting to calculate the number of deaths caused by the decision at the highest level of the state to abandon the policy of storing masks. And to remember that in 1979, Jacques Mesrine was shot without warning, like a dog. But as Tucholski wrote: “Der Tod eines Menschen: das ist eine Katastrophe. Hunderttausend Tote: das ist eine Statistik! ". In the meantime, to protect others and protect yourself, stay at home. Even you live in the 8th arrondissement of Paris, do not go for a walk in the supermarkets of Finistère for communications operations that put lives in danger (even if you are not aware of it). Do not go outside to work when you can do it from home. Do not refuse to put on a mask in public (including at the supermarket) when the Academy of Medicine asks you to. Respect people who will breathe the same air as you. Follow government instructions and avoid going outside as much as possible. Think that 915,000 minutes have already been drawn up by gendarmes and police for non-compliance with the confinement (Source: A2, JT at 1 p.m., April 22, 2020). It would still be a shame if you were verbalized, right? Set an example. Save lives.

 

Photos : Masque FFP2, 23 avril 2020, auteur : Philippe Bensimon. François Hollande, président de la République française en 2013, Conférence des Nations unies sur les changements climatiques - COP21 (Paris, Le Bourget), 30 novembre 2015, auteur : COP.