Zaliv Marina, à 2 M de Marina, vendredi 20 mars 2020

Vendredi 20 mars 2020, Marina (Croatie). Réveil à 8h, lessive et douche dans les sanitaires de la Marina Agana. Les sanitaires sont impeccables. Le visage dissimulé derrière un masque FFP2, je vais questionner le shipchandler de la marina, qui me dit ne pas vendre de gaz. Il nous conseille d'aller en acheter à Trogir. Cela ne nous aide pas beaucoup : on nous a refusé l'accès aux quais de Trogir hier après-midi. La crainte du covid-19 s'est installée aussi en Croatie. Quelques minutes après mon retour au bateau, un employé vient nous indiquer que la marina est désormais en quarantaine : nous devons partir immédiatement. A 9h25, nous quittons Marina. Nous mettons le cap plein est d'abord, puis au 105° en direction des îlots Hrid Celice et de leur tourelle blanche. Le but de la journée est d'aller dormir dans la calanque de Vela Garska, sur la côte sud de Hvar, en faisant escale à Split et à Hvar, le village capitale de l'île du même nom.

Trogirski Zaiiv, petit déjeuner devant Vranjica, vendredi 20 mars 2020

Claude est allé ce matin au supermarché Timy. Il y a acheté du pain frais et des pains au chocolat. A 10h, Olivier, Claude et moi sommes réunis dans le cockpit pour un copieux petit déjeuner : en plus des viennoiseries, il nous reste des parts de la tarte aux pommes cuisinée hier après-midi. le vent est nul, et la mer est un miroir. Il n'y a pas l'ombre d'un thermique pour gonfler nos voiles, et nous avançons au moteur.

Hrid Celice, vendredi 20 mars 2020

Hrid Celice, vendredi 20 mars 2020 (3)

Quelques minutes après, alors que nous savourons encore les chocolatines achetées par Claude, nous passons au sud de Hrid Celice (10h08). De là, nous obliquons vers le sud, au cap 164°, pour franchir le Trogirski Zaliv et passer la "porte" entre les écueils Hrid Balkun et Otocic Zaporinovac. Le Quint II file à six nœuds sur une mer que n'anime aucun souffle d'air.

Splitski Kanal, navire militaire entre Ciovo et Solta, vendredi 20 mars 2020

Splitski Kanal, navire militaire entre Ciovo et Solta, vendredi 20 mars 2020 (2)

Après avoir passé la "porte", nous entrons à 10h25 dans le Splitski Kanal. C'est le grand chenal qui sépare les deux grandes îles Ciovo au nord et Solta au sud. Nous y prenons une route plein est, et une très légère brise nous autorise à hisser nos voiles, sans toutefois nous permettre de couper le moteur. A 11h20, nous y sommes rattrapés, puis dépassés par un navire militaire. Son étrave montre qu'il est destiné au débarquement sur les plages. La météo annonce pour la journée des vents de sud faibles à modérés - le vent devrait arriver lundi. Pour l'heure, c'est totalement vérifié. La mer est plate. notre bateau avance toujours à six nœuds sur le fond.

Split, vendredi 20 mars 2020 (1)

Arrivée à Split, vendredi 20 mars 2020

 A 12h30, nous sommes devant l'entrée de la rade de Split. C'est une grand baie circulaire, avec la ville au fond bordée d'une promenade ornée de palmiers. La ville est encadrée à l'est par le port des ferries, et à l'ouest par sa marina. Je n'ai jamais utilisé celle-ci, préférant dormir au quai d'honneur de la ville, plus sympathique même s'il lui manque les commodités offertes par la marina. Ces dernières années, ce quai s'est néanmoins doté un tarif prohibitif, avec l'ouverture d'une capitainerie face au quai. Split est une très jolie ville, avec un cœur médiéval construit dans l'enceinte du Palais de Dioclétien. De cet empereur romain qui avait préféré Split à Rome après son abdication, il reste les remparts du Palais, le péristyle, le temple, et son mausolée dont le campanile construit au XIIe siècle domine la ville. 

Split, au quai des carburants, vendredi 20 mars 2020 (2)

Aujourd'hui, nous sommes surtout à Split pour faire le plein des réservoirs de carburant. Mes compagnons préfèrent la voile à la visite des sites, et nous ne nous attarderons pas une fois le plein de carburant effectué. Nous arrivons à 12h50 au quai des carburants. Là, mauvaise nouvelle. On nous regarde comme des intrus, et l'employé nous refuse le droit de nous amarrer. il veut bien que nous restions là, mais sans toucher à ses bittes d'amarrage. Et pas question de nous servir du carburant tant qu'il n'en n'a pas reçu l'autorisation. Il n'est même pas certain que nous ayons la permission de quitter Split. Il repart chercher un téléphone dans sa boutique pour obtenir les autorisations nécessaires. Après avoir manœuvré au moteur un bon quart d'heure pour maintenir notre bateau contre le quai, Claude a l'idée de fixer discrètement le Quint II par des bouts aux gros tubes de caoutchouc qui bordent le quai. Mise en application, son idée nous permet de couper le moteur. Le pompiste revient, en s'excusant du temps qui qu'il a mis. Ses supérieurs n'ont pas de réponse à ses questions ; la capitainerie qu'il a eue au téléphone n'a aucune idée de ce qu'il faut faire de nous. Il va tenter de joindre la police. Nous lui précisons bien que nous ne sommes pas là pour débarquer et visiter Split, mais que nous repartirons dès le plein de carburant effectué. Il repart dans sa boutique pour une nouvelle campagne téléphonique. Une quarantaine de quatorze jours a été mise en place en Croatie pour les étrangers, et cela ne fait que treize jours que nous sommes dans le pays. Cela doit rajouter encore une difficulté supplémentaire. Nous sommes les premiers Français à arriver en voilier au quai des carburants de Split depuis le début de la crise... Finalement, il obtient peu avant quatorze heures l'autorisation de nous servir. Comme prévu, nous faisons le plein et nous repartons immédiatement, avec un "Ouf !" de soulagement. Nous aurions pu nous retrouver immobilisés définitivement au quai.

Déjeuner 3 M au sud de Split, vendredi 20 mars 2020

Durant notre heure et demie passée dans la rade de Split, le vent ne s'est pas levé. La mer est plate, puis se ride légèrement. Nous naviguons au moteur, grand-voile sortie - plus pour stabiliser le bateau que pour le propulser. Nous faisons route au 188°, pour franchir la passe entre les grandes îles Brac et Solta, située à onze milles de Split. Quand nous y serons, il nous restera encore 8,3 M, presque sur le même cap, pour atteindre et contourner la pointe ouest de Hvar. A 14h58, nous dégustons une salade composée, à l'ombre du bimini que nous avons mis en place. Sans lui, le soleil qui plombe rendrait le cockpit intenable. Nous avançons doucement, moteur au ralenti ; le peu d'air qui souffle vient du sud, et joue contre nous. En un peu moins d'une heure, nous avons parcouru à peine trois milles sur le fond. L'absence de vent et le temps perdu à Split nous ont conduits à réviser os objectifs : nous irons ce soir directement à Vela Garska, nous réservant de prendre demain matin le temps de visiter le très joli petit port de Hvar.

Ferry près de Rt Gomilica à l’ouest de Brac

A 15h40, nous avons fait 3,8 milles de plus, la sortie de la rade nous ayant permis de gagner un peu en vitesse. Nous ne sommes pas encore à la passe, mais nous sommes déjà à la hauteur de la pointe Gomilica, qui marque le début de la côte ouest de Brac. Nous y croisons un Ferry de la compagnie croate Jadrolinija, selon toute vraisemblance en route pour Split. Peut-être vient-il de Vis ou de Stari Grad, la plus vieille ville de Croatie, située au nord-ouest de Hvar.

Selfie 3 M au sud de Split, vendredi 20 mars 2020 (2)

La tourelle blanche de Rt Pelegrin (pointe ouest de Hvar), vendredi 20 mars 2020

A 16h30 nous franchissons la passe entre Brac (à bâbord) et Solta que nous laissons à tribord. Nous obliquons légèrement à tribord pour prendre le cap 195°. Le baromètre, qui hier indiquait 1027 hpa, est tombé à 1021 hpa ; le vent est passé de faible à modéré dans l'après-midi. Une heure plus tard, nous atteignons la tourelle blanche de Rt Pelegrin (pointe ouest de Hvar, ci-dessus). Le soleil est en train de décliner, et les teintes dorées dont se parent les rochers nous promettent un coucher de soleil magnifique.

Entre Hvar à gauche et Sv Klement à droite, le Pakleni Kanal vendredi 20 mars 2020

Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (1)

Les falaises au sud de Hvar, vendredi 20 mars 2020 (1)

A 18h, nous sommes à quelques encablures de l'entrée de la calanque de Vela Garska. Nous longeons doucement les falaises de la côte sud de Hvar, en faisant des photos. Le soleil n'est plus qu'à un ou deux degrés au dessus de l'horizon, et le coucher de soleil tient toutes ses promesses. Un quart d'heure après, nous rentrons dans la calanque de Vela Garska. C'est une calanque bifide, en forme de "Y". Pratiquement à l'intersection des deux branches se trouve un bollard blanc cimenté dans les rochers qui sert aux amarrages. Quand on rentre dans la calanque, en surveillant le sondeur on passe sur deux fonds de douze mètres. Le second met le bateau un peu trop près de la côte. Le premier convient à merveille, mais il est facile  d'y rater son mouillage et de se retrouver trop près des rochers. Après deux tentatives infructueuses, l'ancre croche au bon endroit. Le temps de mettre l'annexe à l'eau et d'y fixer le petit moteur hors-bord, il fait nuit. Claude restera sur le bateau, tandis qu'Olivier et moi irons porter une amarre à terre. Nous aboutons trois des aussières présentes à bord - dont une très longue qui nous sert à poser les gardes - pour avoir une longueur suffisante. Je prends la barre de l'annexe. Dans le noir, on perd vite ses repères quand on quitte la côte des yeux, et c'est Olivier qui me guide jusqu'au bollard. Comme toujours lorsque je viens ici, la longueur d'aussière dont je dispose est très juste. Il faut batailler avec le moteur de l'annexe pour obtenir les derniers mètres nécessaires à atteindre la côte. Je suis équipé avec des bottes Le Chameau très hautes, et c'est moi qui débarque à terre pour tourner l'amarre autour du bollard. Pendant ce temps, Olivier maintient le dinghy au bord des rochers. Le retour au bateau se fait beaucoup plus vite et beaucoup plus facilement que l'aller : il nous suffit de hisser l'annexe le long de l'amarre qui relie désormais la côte à l'arrière de notre voilier pour arriver au bateau en quelques instants. A 19h30, nous sommes de retour à bord du Quint II, l'annexe est soigneusement amarrée à l'arrière du bateau, et je me lance dans la préparation de la pizza qui nous régalera ce soir. 

Les falaises au sud de Hvar, vendredi 20 mars 2020 (3)

Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (3)

Friday March 20, 2020, Marina (Croatia). Wake up at 8am, laundry and shower in the sanitary facilities of Marina Agana. The sanitary facilities are impeccable. Questioned, the shipchandler of the marina declares not to sell gas. He advises us to go and buy some at Trogir. That does not help us much: we were refused access to the Trogir docks yesterday afternoon. Fear of covid-19 has also taken hold in Croatia. A few minutes after my return to the boat, an employee comes to tell us that the marina is now in quarantine: we must leave immediately. At 9:25 am, we leave Marina. We are heading due east first, then at 105 ° towards the Hrid Celice islets and their white turret. The goal of the day is to go to sleep in the cove of Vela Garska, on the south coast of Hvar, stopping over in Split and Hvar, the capital village of the island of the same name. Claude went to the Timy supermarket this morning. He bought fresh bread and chocolate rolls there. 

Trogirski Zaiiv, petit déjeuner devant Vranjica, vendredi 20 mars 2020 (2)

At 10 am, Olivier, Claude and I are gathered in the cockpit for a hearty breakfast: in addition to the pastries, we have some apple pie baked yesterday afternoon. the wind is zero, and the sea is a mirror. There is not the shadow of a thermal to inflate our sails, and we are moving forward with the engine. A few minutes later, while we are still savoring the chocolates bought by Claude, we pass south of Hrid Celice (10h08).

Hrid Celice, vendredi 20 mars 2020 (2)

 

From there, we turn south, at heading 164 °, to cross the Trogirski Zaliv and pass the "door" between Hrid Balkun and Otocic Zaporinovac. The Quint II takes off at six knots on a sea that does not breathe in any breath of air. After passing the "door", we enter at 10:25 am into the Splitski Kanal. It is the great channel which separates the two big islands Ciovo in the north and Solta in the south. We take a road due east, and a very light breeze allows us to hoist our sails, without however allowing us to stop the engine. At 11:20 am, we were caught there, then overtaken by a military ship. Its bow shows that it is intended for landing on the beaches. The forecast for the day is light to moderate southerly winds - the wind is expected to arrive on Monday. For the time being, it has been fully verified. The sea is flat. our boat is still advancing at six knots on the bottom.

Split, vendredi 20 mars 2020 (2)

At 12:30 p.m., we are in front of the entrance to the harbor of Split. It is a large circular bay, with the city at the bottom bordered by a promenade decorated with palm trees. The city is bordered to the east by the ferry port, and to the west by its marina. I have never used this one, preferring to sleep at the city's honor quay, which is more pleasant even if it lacks the amenities offered by the marina. In recent years, this quay has nevertheless acquired a prohibitive price, with the opening of a harbor master's office opposite the quay. Split is a very pretty city, with a medieval heart built within the walls of the Palace of Diocletian. Of this Roman emperor who preferred Split to Rome after his abdication, there remains the ramparts of the Palace, the peristyle, the temple, and its mausoleum, whose campanile built in the 12th century dominates the city. Today, we are mainly in Split to fill up the fuel tanks. My companions prefer sailing to the site visit, and we will not linger after the fuel is full. We arrive at 12:50 p.m. at the fuel quay. There, bad news. We are looked at as intruders, and the employee denies us the right to moor. he wants us to stay there, but without touching his moorings. And there is no question of using fuel until he has received authorization. It is not even certain that we are allowed to leave Split. He goes back to find a phone in his shop to obtain the necessary authorizations. 

Split, au quai des carburants vendredi 20 mars 2020 (1)

After having maneuvered the engine for a good quarter of an hour, Claude had the idea of ​​discreetly fixing the boat by ends to the large rubber tubes which line the quay. Implemented, his idea allows us to cut the engine. The pump attendant returns, apologizing for the passage of time. His superiors have no answers to his questions, the harbor master has no idea what to do with us. He will try to reach the police. We make it clear that we are not there to disembark and visit Split, but that we will leave as soon as the fuel is full. He goes back to his shop for a new telephone campaign. Forty fourteen days have been set up in Croatia for foreigners, and we have only been in the country for thirteen days. This must add yet another difficulty. We are the first French to arrive by sailboat at the fuel quay in Split since the start of the crisis ... Finally, he obtained authorization to serve us shortly before two o'clock. As expected, we fill up and leave immediately, with an "Phew!" of relief. We could have found ourselves permanently immobilized at the wharf. During our hour and a half spent in the harbor of Split, the wind did not lift. The sea is flat, then slightly wrinkled, and we sail with the engine, GV exit - more to stabilize the boat than to propel it. We set off at 188 ° to cross the pass between the large Brac and Solta islands, eleven miles from Split. When we are there, we will still have 8.3 M, almost on the same course, to reach and bypass the western point of Hvar. At 2:58 p.m., we savor a mixed salad, in the shade of the bimini that we have set up. Without it, the beating sun would make the cockpit untenable. We move slowly, engine idling; the little air that blows comes from the south, and plays against us. In a little less than an hour, we barely covered three miles on the bottom. The absence of wind and the time lost in Split led us to revise our objectives: we will go this evening directly to Vela Garska, reserving us to take tomorrow morning time to visit the very pretty little port of Hvar. At 3:40 pm, we made 3.8 more miles, the exit of the harbor allowed us to gain a little speed. We are not at the pass yet, but we are already at the height of the Gomilica point, which marks the beginning of the west coast of Brac. 

Ferry près de Rt Gomilica à l’ouest de Brac

We come across a ferry from the Croatian company Jadrolinija, in all likelihood en route to Split. Perhaps he is from Vis or Stari Grad, the oldest town in Croatia, located northwest of Hvar. At 4.30 p.m. we cross the pass between Brac (to port) and Solta which we leave to starboard. We turn slightly to starboard to take the 195 ° course. The barometer, which yesterday indicated 1027 hpa, fell to 1021 hpa; the wind went from light to moderate in the afternoon. An hour later, we reach the white turret of Rt Pelegrin (western point of Hvar, above). The sun is waning, and the golden hues which adorn the rocks promise us a magnificent sunset.

Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (2)At 6 p.m., we are a stone's throw from the entrance to the Vela Garska cove. We gently walk along the cliffs of the south coast of Hvar, taking photos. The sun is only one or two degrees above the horizon, and the sunset keeps all its promises. A quarter of an hour later, we return to the cove of Vela Garska. It is a bifid calanque, in the shape of "Y". Near the intersection of the two branches is a white bollard cemented into the rocks, which is used for shore moorings. When you enter the cove, by monitoring the sounder you pass over two funds of twelve meters. The second puts the boat a little too close to the shore. The former is great, but it's easy to miss your anchorage and get too close to the rocks. 

Les falaises au sud de Hvar, vendredi 20 mars 2020 (2)

After two unsuccessful attempts, the anchor hangs in the right place. By the time you put the dinghy in the water and fix the small outboard motor in it, it's dark. Claude will remain on the boat, while Olivier and I will carry a hawser ashore. We abut three of the hawsers on board - including a very long one which we use to pose the guards - to have sufficient length. I take the helm of the annex. In the dark, you quickly lose your bearings when you leave the side of your eyes, and it is Olivier who guides me to the bollard. As always when I come here, the length of hawsers I have is very fair, and you have to fight with the engine of the tender to get the last few meters necessary to reach the coast. 

Les falaises au sud de Hvar, vendredi 20 mars 2020 (4)

I am equipped with very high Le Chameau boots, and it is I who land ashore to turn the mooring around the bollard. Meanwhile, Olivier keeps the dinghy at the edge of the rocks. The return to the boat is much faster and much easier than the outward journey: we just have to hoist the tender along the mooring line which now connects the coast to the back of the boat to get to the boat in a few moments . At 7:30 p.m., we are back on board the Quint II, the tender is carefully moored at the back of the boat, and I start preparing the pizza which will delight us this evening.

 

Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal juste avant Vela Garska, vendredi 20 mars 2020 (2)

Photos : Zaliv Marina, à 2 M de Marina, vendredi 20 mars 2020 ; Trogirski Zaiiv, petit déjeuner devant Vranjica, vendredi 20 mars 2020 (1) ; Hrid Celice, vendredi 20 mars 2020 (1 et 2) ; Splitski Kanal, navire militaire entre Ciovo et Solta, vendredi 20 mars 2020 (1 et 2) ; Arrivée à Split, vendredi 20 mars 2020 (1 et 2) ; Split, le quai des carburants, vendredi 20 mars 2020 (1) ; Déjeuner à 3 M au sud de Split, vendredi 20 mars 2020 ; Ferry près de Rt Gomilica  à l’ouest de Brac. L’île au fond est Solta, vendredi 20 mars 2020 (1) ; Autoportrait 3 M au sud de Split, vendredi 20 mars 2020 ; La tourelle blanche de Rt Pelegrin (pointe ouest de Hvar), vendredi 20 mars 2020 ; Entre Hvar à gauche et Sv Klement à droite, le Pakleni Kanal vendredi 20 mars 2020 ; Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (1) ; Les falaises au sud de Hvar, vendredi 20 mars 2020 (1 et 2) ; Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (2) ; Trogirski Zaiiv, petit déjeuner devant Vranjica, vendredi 20 mars 2020 (2) ; Hrid Celice, vendredi 20 mars 2020 (3) ; Arrivée à Split, vendredi 20 mars 2020 (3) ; Split, le quai des carburants, vendredi 20 mars 2020 (2) ; Ferry près de Rt ovoGomilica  à l’ouest de Brac. L’île au fond est Solta, vendredi 20 mars 2020 (2) ;  Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (3) ; Les falaises au sud de Hvar, vendredi 20 mars 2020 (3 et 4) ; Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal, vendredi 20 mars 2020 (4 et 5). Auteur/author : Philippe Bensimon. Video : De Marina (Marina Agana) à Vela Garska, vendredi 20 mars 2020. Réalisation : © Philippe Bensimon 2020.

Coucher de soleil dans le Pakleni Kanal juste avant Vela Garska, vendredi 20 mars 2020