Marée noire à l'île Maurice : plus d'efforts sont nécessaires pour sauvegarder les écosystèmes des récifs coralliens

Le 25 juillet 2020, un cargo japonais a heurté un récif sur la côte sud-est de l'île Maurice : des tonnes de pétrole se sont échappées des soutes du navire dans les récifs coralliens, les lagons aux eaux turquoises et les écosystèmes uniques de l'île nation.

https://www.unenvironment.org

Le vraquier MV Wakashio, appartenant à la compagnie japonaise Nagashiki kisen, s'est échoué le 25 juillet sur un récif à la Pointe d'Esny, au sud-est de l'île Maurice, avec 3.800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel à bord. L'épave de trois cent mètres s'est ensuite brisée en deux le samedi 15 août vers 15h40. En heurtant un récif corallien de l'île Maurice, le Wakashio a déclenché une marée noire qui menace toute l'île Maurice, mettant en jeu à la fois la survie des écosystèmes marins pollués par le pétrole, et aussi la sécurité alimentaire des Mauriciens et l'équilibre économique de l'île (le tourisme international est un secteur économique essentiel pour la République de Maurice, petit pays insulaire de l'océan Indien qui ne dispose que de peu de ressources naturelles).

Cette catastrophe écologique est l'occasion de mettre en avant l'importance de la protection des récifs coralliens, pour l'ensemble de la biodiversité marine, et pour l'homme qui a un besoin vital de cette biodiversité pour son alimentation et pour le maintien du climat. Or, les travaux de Tara ont mis en évidence la vulnérabilité des coraux, victimes de la pollution, de l'acidification, et du réchauffement climatique. Nos coraux sont en train de disparaître, et avec eux, c'est la vie océanique et la vie des hommes qui est menacée. Lisez l'article que le Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE) vient de publier (cf supra)Selon la presse mauricienne, reprise par le site Imazpress, l'équipage fêtait un anniversaire lorsque le naufrage s'est produit (http://www.ipreunion.com/actualites-reunion/reportage/2020/08/15/maree-noire-maurice-du-fioul-recommence-a-s-ecouler-du-wakashio,123182.html).

Environ un tiers du pétrole contenu dans le vraquier s'est déversé dans la mer et les lagons. Le 16 août 2020, il a été décidé de remorquer les deux tiers avant de l'épave et de les couler au large. Cette partie contient les moteurs du vraquier et environ 30 m3 de pétrole que les conditions météo empêchent de pomper. Le 21 août, les opérations de sabordage de la partie avant du Wakashio (la plus importante) ont commencé, la partie arrière (le "château" et la poupe) restant sur le récif. Le 24 août la proue - la partie avant - du MV Wakashio a été coulée comme prévu à 3 600 mètres de profondeur (source : wikipédia). Selon l'Express, ce sabordage n'était pas l'option favorite du gouvernement français. Greenpeace dénonce la pire des options. (https://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/maree-noire-a-maurice-tensions-diplomatiques-autour-de-l-avenir-du-navire-wakashio_2133311.html).

Mauritius_oil_spill_ESA22170164 (auteur:author European Space Agency)

The bulk carrier MV Wakashio, owned by a Japanese shipowner, ran aground on July 25 on a reef at Pointe d'Esny, in the south-east of Mauritius, with 3,800 tonnes of fuel oil and 200 tonnes of diesel on board . The wreckage then broke in two on Saturday August 15 around 3:40 p.m. By hitting a coral reef in Mauritius, the Wakashio triggered an oil spill that threatens the whole of Mauritius, jeopardizing both the survival of marine ecosystems polluted by oil, and also the food security of Mauritians and the island's economic balance (international tourism is an essential economic sector for the Republic of Mauritius, a small island country in the Indian Ocean which has only few natural resources). This ecological disaster is the opportunity to highlight the importance of the protection of coral reefs, for all marine biodiversity, and for man who has a vital need for this biodiversity for its food and for the maintenance of the climate. However, Tara's work has highlighted the vulnerability of corals, victims of pollution, acidification, and global warming. Our corals are disappearing, and with them, ocean life and human life is threatened. Read the article that the United Nations Environment Program (UNEP) has just published (see above). According to the Mauritian press, taken up by the Imazpress site, the crew was celebrating an anniversary when the sinking occurred (http://www.ipreunion.com/actualites-reunion/reportage/2020/08/15/maree-noire -maurice-du-fuel-recommence-as-pour-du-wakashio, 123182.html).

About a third of the oil in the bulk carrier spilled into the sea and lagoons. On August 16, 2020, it was decided to tow the front two-thirds of the wreckage and sink them offshore. This part contains the engines of the bulk carrier and about 30 m3 of oil that the weather conditions prevent from pumping. On August 21, scuttling operations of the front part of the Wakashio (the most important) began, the aft part (the "castle" and the stern) remaining on the reef. On August 24, the bow - he front part - of the MV Wakashio was sunk as planned at 3,600 meters deep (source: Wikipedia). According to the Express, this scuttling was not the preferred option of the French government. Greenpeace denounces the worst option. (https://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/maree-noire-a-maurice-tensions-diplomatique-autour-de-l-avenir-du-navire-wakashio_2133311.html).

Photo : Mauritius_oil_spill_ESA22170164 (auteur/author European Space Agency)