Storm Alex, the first storm of the 2020–21 European windstorm season, making landfall in Brittany, France on 2 October 2020 while at peak intensity (auteur author Nasa Worldview)

Avec des vents atteignant à Belle-Ile des pointes à 186 km/h et des précipitations torrentielles, la tempête extra-tropicale Alex a durement secoué la France et les pays voisins dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 octobre 2020.

L'ampleur des dégâts mérite qu'on s'intéresse aux causes de ces phénomènes. Tout d'abord, il s'agit d'une tempête extra-tropicale du même type que Xynthia, qui avait frappé nos côtes en février 2010.

Ce sont des tempêtes à caractère explosif (bombe météorologique) associées avec un courant-jet d'occlusion. Le département du Morbihan avait été placé en vigilance rouge pour des vents violents, fait assez remarquable en tout début d'automne. Au plus fort de la tempête, plus de 100.000 foyers en Bretagne ont été privés d'électricité. Les vents les plus forts ont été enregistrés dans le Morbihan, avec 157 km/h à Groix et 186 km/h à Belle-Ile-en-Mer. Dans les terres les vents étaient plus faibles, allant de 100 à 130 km/h.

En se décalant vers l'est, la tempête a servi le vendredi soir de déclencheur à un épisode méditerranéen extrêmement violent.

Le bilan est lourd et les dégâts ont été exceptionnels : au moins quatre morts en France (trois dans les Alpes-Maritimes, un dans le Finistère) et huit personnes disparues, une centaine de maisons endommagées ou détruites dans l'ouest de la France, 1.600 bâtiments touchés dans les Alpes-Maritimes, des ponts et des routes détruits dans les vallées de la Roya et de la Vésubie où les réseaux d'eau, d'électricité et de téléphone sont coupés.

On estime qu'à partir de 200 mm d'eau tombés en une journée, une pluie méditerranéenne peut entraîner des crues éclair. Il est tombé 500 millimètres en 10 heures à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), ce qui représente environ trois mois et demi de précipitations locales (l'équivalent d'un an de pluies à Paris, soit 50 millions de tonnes d'eau sur un territoire de 100 km2. Une pluie que Jérôme Cerisier, prévisionniste DTN n'hésite pas à qualifier de « tropicale »). Près de 15.000 foyers ont été privés d'électricité ce week-end. Situées dans l'ancien comté de Nice au pied du massif du Mercantour, la Vésubie, la Tinée et la Roya sont des vallées encaissées, qui ont collecté massivement les eaux de ruissellement. Les longs mois de sécheresse qui ont précédé ont durci les sols, transformés en toboggans et accélérant le débit des eaux. Les crues enregistrées entre vendredi matin et vendredi soir ont été spectaculaires : près de sept mètres à Tournefort, huit mètres à Saint-Martin-Vésubie.

Depuis quelques années, ces intempéries se multiplient, et le réchauffement climatique est clairement en cause. La température se réchauffe, l'eau s'évapore en grande quantité, provoquant des orages de plus en plus violents.

Selon François Lalaurette, directeur des opérations pour la prévision à Météo France, « Ce type de phénomène sera de plus en plus dévastateur dans les années qui viennent. Le réchauffement climatique est très largement responsable des évènements de ce type-là ». 

Dans les régions méditerranéennes, la fréquence et l'intensité des pluies extrêmes ont augmenté de 20 % depuis le milieu du XXe siècle. Pour Robert Vautard, climatologue et directeur de l'Institut Pierre-Simon-Laplace, « Il faut prendre en compte le réchauffement climatique dans les plans de prévention des risques ». Selon lui, il faut tenir compte cette évolution et adapter l'activité à cette nouvelle réalité.

Dans les villages de Fontan et de Tende des maisons ont été détruites, le cimetière de Tende a vu 150 corps emportés par les flots, et la piscine de Tende ont été endommagés. L'unique route très escarpée qui relie le village de Saorge au reste du monde a été coupée. Les cimetières de Saint-Dalmas de Tende et de Saint-Martin-Vésubie ont eux aussi été submergés et ravinés. Certains habitants des vallées de la Roya et de la Vésubie ont perdu l'espoir, et envisagent de quitter définitivement ces vallées où les ponts et les routes sont détruits, de même que les réseaux. Un bureau d'études a estimé à 35 km les routes détruites ou endommagées. Cinq jours après la catastrophe, la commune de Fontan reste toujours coupée du reste du monde.

Selon une journaliste d'Antenne 2 (JT 20h, 6 octobre 2020, 20h07), « Avec le réchauffement climatique, évacuer définitivement ces secteurs (les secteurs de la Vésubie et de la Roya, NDR) pourrait être un jour la solution ».

Plus en aval, les dégâts existent aussi. Charriés jusqu'au Var par la Tinée et la Vésubie, puis par le Var lui même, les déchets, branchages et débris divers sont arrivés à la mer et souillent aujourd'hui les plages des Alpes-Maritimes. On estime qu'il faudra plusieurs semaines pour nettoyer ces plages. Des vues aériennes ont montré à l'embouchure du fleuve une nappe de boue très étendue.

Le gouvernement français a ce mercredi matin annoncé en Conseil des ministres qu'un arrêté reconnaissant l'état de catastrophe naturelle dans 55 communes serait publié dans la journée du jeudi 7 octobre.

Alex dans les autres départements français :

Météo-France a signalé de 60 à 100 millimètres de pluie dans les départements de la Drôme, de l'Ardèche, du Rhône, de l'Ain, de la Saône-et-Loire, du Jura et de la Côte-d'Or avec un maximum de 104 millimètres en 24 heures à La Rochepot, établissant un nouveau record pour la Bourgogne en octobre.

Alex à l'étranger : 

En Grande-Bretagne, le Met Office a signalé que les accumulations maximales était de 78 millimètres à Liss (Hampshire), avec une rafale maximale de 114 km/hà Berry Head, Devon. En Italie les régions du Piémont et de la Ligurie ont été mises en état d’urgence alors que deux personnes sont mortes et des villages sont coupés du monde par les les pluies diluviennes suivies de crues soudaines à la frontière française. La pluie a aussi touché le reste du nord de l'Italie dont la Lombardie et la Vénétie.

Selon Météo Suisse, dans l'ouest du Tessin les cumuls de précipitations ont voisiné les 400 mm en 24 heures. Le niveau des lacs et des cours d’eau a augmenté et les sols ont également été saturés, causant des glissements de terrain, des coulées de boue et de l’érosion. Dans le canton de Valais, des routes en montagne furent fermées en raison d’éboulements. Dans le canton d'Uri, une alarme de crue s’est déclenchée dans la nuit. Ailleurs dans le pays, des autoroutes ont dû être fermées et le trafic ferroviaire a également été interrompu dans plusieurs régions.

La note en France était estimée hier à 1,5 milliards d'euros.

(Sources : JT 20h A2, 5 et 6 octobre 2020, Wikipédia, France-info, LCI 7 octobre 2020).

Xynthia_animated_small

With winds reaching peaks at 186 km / h in Belle-Ile and torrential precipitation, extra-tropical storm Alex severely shook France and neighboring countries during the night of Thursday 1 to Friday 2 October 2020. The extent of the damage deserves our attention to the causes of these phenomena. First of all, it is an extra-tropical storm of the same type of Xynthia, which hit our coasts in February 2010. These are explosive storms (weather bomb) associated with an occlusion jet stream. The department of Morbihan had been placed in red vigilance for strong winds, quite remarkable fact at the very beginning of autumn. At the height of the storm, more than 100,000 homes in Brittany were deprived of electricity. The strongest winds were recorded in Morbihan, with 157 km / h at Groix and 186 km / h at Belle-Ile-en-Mer. Inland the winds were weaker, ranging from 100 to 130 km / h.

By shifting eastward, the storm served as the trigger for an extremely violent Mediterranean episode on Friday evening. The toll is heavy and the damage was exceptional: at least four dead in France (three in the Alpes-Maritimes, one in Finistère) and eight people missing, around a hundred houses damaged or destroyed in western France, 1,600 buildings affected in the Alpes-Maritimes, bridges and roads destroyed in the Roya and Vésubie valleys, where the water, electricity and telephone networks are cut.

It is estimated that from 200 mm of water fallen in one day, a Mediterranean rain can lead to flash floods. It fell 500 millimeters in 10 hours in Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), which represents about three and a half months of local precipitation (the equivalent of a year of rain in Paris, or 50 million tons of (water in an area of ​​100 km2. Rain that Jérôme Cerisier, a DTN forecaster does not hesitate to describe as "tropical"). Nearly 15,000 homes were deprived of electricity this weekend. Located in the former county of Nice at the foot of the Mercantour massif, the Vésubie, the Tinée and the Roya are steep-sided valleys, which have massively collected runoff. The long months of drought which preceded it hardened the grounds, transformed into toboggans and accelerated the flow of water. The floods recorded between Friday morning and Friday evening were spectacular: nearly seven meters at Tournefort, eight meters at Saint-Martin-Vésubie.

In recent years, these bad weather have been on the increase, and global warming is clearly the cause. The temperature heats up, the water evaporates in large quantities, causing increasingly violent thunderstorms. According to François Lalaurette, director of operations for forecasting at Météo France, “This type of phenomenon will be more and more devastating in the years to come. Global warming is largely responsible for events of this type ”. In the Mediterranean regions, the frequency and intensity of extreme rains have increased by 20% since the middle of the 20th century. For Robert Vautard, climatologist and director of the Pierre-Simon-Laplace Institute, “Global warming must be taken into account in risk prevention plans”. According to him, we must take this development into account and adapt the activity to this new reality.

In the villages of Fontan and Tende houses were destroyed, the cemetery of Tende saw 150 bodies washed away, and the swimming pool of Tende was damaged. The only very steep road that connects the village of Saorge to the rest of the world has been cut. The cemeteries of Saint-Dalmas de Tende and Saint-Martin-Vésubie were also submerged and gutted. Some inhabitants of the Roya and Vésubie valleys have lost hope, and plan to permanently leave these valleys where bridges and roads are destroyed, as well as networks. A design office estimated the destroyed or damaged roads at 35 km. Five days after the disaster, the town of Fontan is still cut off from the rest of the world. According to a journalist from Antenne 2 (JT 8pm, October 6, 2020, 8:07 pm), "With global warming, permanently evacuating these sectors (the Vésubie and Roya sectors, NDR) could one day be the solution". Further downstream, the damage also exists. Carried as far as the Var by the Tinée and the Vésubie, then by the Var itself, the waste, branches and various debris arrived at the sea and today soil the beaches of the Alpes-Maritimes. It is estimated that it will take several weeks to clean up these beaches. Aerial views showed a very extensive sheet of mud at the mouth of the river. The French government announced this Wednesday morning in the Council of Ministers that a decree recognizing the state of natural disaster in 55 municipalities would be published tomorrow. 

Alex in the other French departments: Météo-France reported 60 to 100 millimeters of rain in the departments of Drôme, Ardèche, Rhône, Ain, Saône-et-Loire, Jura and Côte-d'Or with a maximum of 104 millimeters in 24 hours at La Rochepot, setting a new record for Burgundy in October.

Alex abroad: In Britain, the Met Office reported that maximum accumulations were 78 millimeters at Liss (Hampshire), with a maximum gust of 114 km / h at Berry Head, Devon. In Italy the regions of Piedmont and Liguria have been put in a state of emergency as two people have died and villages are cut off from the world by torrential rains followed by flash floods at the French border. The rain also affected the rest of northern Italy including Lombardy and Veneto. According to Météo Suisse, in the west of Ticino the accumulations of precipitation approached 400 mm in 24 hours. The levels of lakes and rivers have risen, and soils have also been saturated, causing landslides, mudslides and erosion. In the canton of Valais, mountain roads were closed due to landslides. In the canton of Uri, a flood alarm went off overnight. Elsewhere in the country, highways had to be closed and rail traffic was also interrupted in several areas. The note in France was estimated yesterday at 1.5 billion euros.

(Sources: JT 20h A2, October 5 and 6, 2020, Wikipedia, France-info, LCI October 7, 2020).

 

Photos : Storm Alex, the first storm of the 2020–21 European windstorm season, making landfall in Brittany, France on 2 October 2020 while at peak intensity (auteur/author : Nasa Worldview) ; Animation showing Xynthia (storm) as it passed over Western Europe from 17:00 on 27 February 2010 to 16:00 on 28 February (auteur/author : Eumetsat).