Dupe, dictionnaire de l'Académie française, 9e édition, 08 décembre 2020

Avoir été dupés, c'est sans doute aujourd'hui le sentiment qu'ont les membres de la Convention citoyenne pour le climat. A la demande du Gouvernement français, ces braves gens ont été recrutés par tirage au sort par un institut de sondage grassement payé (dont je tairai le nom par charité. Ils sont censés être représentatifs de la population française, sans aucune formation préalable ayant trait aux multiples aspects du réchauffement climatique, avec des niveaux d'étude disparates mais très faibles (en 2017 70 % des Français en 1977 ne dépassent pas le bac, et 54 % ont au plus un BEP). Le gouvernement d'Edouard Philippe et du président Macron leur a fait croire qu'à eux seuls, avec l'aide de quelques scientifiques venus répondre à leurs questions, ces braves gens en quelques semaines allaient être capables de dresser un plan d'action tel qu'aucun gouvernement sur la planète n'a été capable d'en élaborer depuis 1972.

Il est vrai que l'apparente crédibilité de la source renforçait alors le message. Il n'empêche que depuis le début nous dénonçons cette mascarade, cette opération de communication destinée à gagner du temps dans l'inaction climatique.

Au début, Emmanuel Macron, pour renforcer l'illusion dont les membres de la convention citoyenne et l'ensemble des Français étaient les victimes, annonçait : "Ce qui sortira de cette convention, je m'y engage, sera soumis sans filtre". Pour donner un peu plus aux gens l'envie d'y croire, on a payé à ces 150 membres durant 9 week-ends de trois jours des aller-retour de Paris à leur domicile, avec les nuits d'hôtel à Paris, les repas, et même la garde de leurs enfants. Plus les salles de réunion, les animateurs, et tout ce qu'il fallait pour que les participants se sentent importants et voient leur ego flatté. Comme cela, personne n'a hurlé à la manipulation, et tous les participants ont voulu y croire. Personne ne s'est demandé pourquoi on ne l'avait pas recruté pour faire partie de la Commission pour la covid-19, qu'on aurait du charger depuis longtemps de mettre fin à la pandémie mondiale.

On l'a déjà dit dans ces pages, le seul résultat qu'on pouvait attendre de cette commission était de mesurer le niveau d'acceptabilité par la population de certaines dispositions, dans une optique purement électorale. La lutte contre le réchauffement climatique oui, mais après les finances publiques, après la paix sociale, après la popularité du chef de l'Etat, après... Il y a tellement d'"après" que seules des mesurettes sans odeur ni saveur ont été prises par le passé et seront prises à court terme. Les choses vraiment importantes, mais qui touchent aux lobbys, à l'emploi ou au confort de la vie quotidienne sont et seront évincées. Certes, on avance, mais on est très, très loin du calendrier des accords de Paris, autre mensonge d'Etat puisqu'à ma connaissance ce traité, le plus universellement signé et ratifié au monde, est aussi celui trahi par le plus grand nombre de pays (seuls quelques Etats l'ont respecté, sur les 196 Etats signataires. Tous les autres ont trahi leurs engagements, à commencer par la France qui jusqu'en 2017 a continué à augmenter ses émissions de gaz à effet de serre comme si de rien était. Depuis, la France les diminue tout doucement, mais à un rythme sans commune mesure avec ses engagements. On peut dire sans crainte de se tromper que les Accords de Paris ont été là aussi une gigantesque et coûteuse opération de communication.  Mike Pompeo, secrétaire d'Etat américain, justifie le retrait des USA des Accords de Paris en estimant qu'il s’agit d'un "fardeau économique" trop lourd. Et c'est bien là qu'est le problème : investir sur du long terme est beaucoup moins payant en terme électoral que dépenser sur du court terme. Ce qui est vrai pour les USA l'est aussi pour la France, au point que l'ONG Notre affaire à tous, en partenariat avec la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France, a attaqué en 2018 l'Etat français pour "inaction climatique". 

La création de la Convention citoyenne pour le climat fait partie de cette inaction, en remplaçant de vraies mesures par des opérations de communication. Ces opérations sont de véritables écrans de fumée qui masquent au grand public la dégradation accélérée du climat, et les empêchent de voir l'avenir catastrophique vers lequel les emmènent leurs dirigeants.

Pour revenir à la promesse d'Emmanuel Macron "Ce qui sortira de cette convention, je m'y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe", elle a été prononcée lors d'une conférence de presse le 25 avril 2019. Depuis, les bémols s'enchaînent dans le discours du Président : ""Plus c'est précis, clair et détaillé, plus ça peut être sans filtre" (entendez : tout ne sera pas sans filtre) ; "Il y a un cas de figure qui peut être, moi, de vous dire : 'Je ne suis pas d'accord." (devant la Commission citoyenne, janvier 2020). France-Info note dans un article daté du 7 décembre 2012 : " le 29 juin, huit jours après l'adoption de 149 propositions par la convention (avec deux mois de retard du fait du premier confinement contre leCovid19). Emmanuel Macron révèle qu'il s'est finalement accordé trois "jokers", des propositions auxquelles il s'est personnellement opposé : une modification du préambule de la Constitution, une taxe sur les dividendes et la baisse de la vitesse maximale autorisée sur autoroute à 110 km/h. Emmanuel Macron annonce qu'il transmet les 146 propositions restantes aux acteurs concernés, pour qu'elles se concrétisent "au plus vite". Ainsi, il promet que "l’ensemble [des] mesures qui relèvent du champ législatif" seront reprises dans un projet de loi.

Mais dans le détail, certaines sont déjà altérées. La création d'un crime d'écocide, par exemple, sera étudiée "avec l'appui de juristes", explique Emmanuel Macron. Il faut une nouvelle rédaction, car celle des 150 citoyens ne respecte pas, selon lui, "nos principes fondamentaux". Sur l'interdiction des vols intérieurs, il dit avoir décidé de s'en tenir à ce que proposait déjà le gouvernement, en se limitant aux trajets possibles en train en moins de deux heures et demie, contre quatre heures dans le projet de la convention. "Je crois qu'il faut savoir raison garder", tranche le président de la République." (source : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/convention-citoyenne-sur-le-climat/convention-citoyenne-pour-le-climat-comment-le-discours-d-emmanuel-macron-sur-les-propositions-a-t-il-evolue_4209195.html).

A défaut de perdre la raison, Emmanuel Macron semble aujourd'hui avoir complètement perdu la mémoire de ses engagements d'avril 2019. Ce vendredi 4 décembre, il a affirmé avec énervement au micro de Brut : 

"On est en train de travailler d’arrache-pied pour aller au bout ! (...) J'ai 150 citoyens, je les respecte, comme des parlementaires. Mais je ne vais pas dire, parce que ces 150 citoyens ont écrit un truc : 'C'est la Bible !', ou le Coran, ou que sais-je !" "Je suis vraiment très en colère contre des activistes qui m’ont aidé au début et qui disent maintenant qu'il faudrait tout prendre".

Bref, le masque est tombé, dévoilant une duperie supplémentaire. Dans un tableau daté du 23 octobre, le gouvernement affirmait que sur les 149 propositions, 50 ont été ""totalement ou partiellement" mises en œuvre. On est complètement à l'opposé du discours initial. Maintenant que la commission a rendu son rapport et qu'on sait ce que les Français sont prêts à entendre d'ici les prochaines élections, il s'agit de dire aux braves gens réunis pour le brain storming le plus cher dont j'ai entendu parler de retourner calmement dans leurs foyers, et surtout de ne plus faire de vagues. Le problème est qu'on a fini par faire croire aux membres de la commission qu'ils détenaient des clés qu'ils ne possédaient pas. On a fini par leur faire croire qu'ils avaient un pouvoir qu'ils n'ont jamais possédé. Pire encore, on a fini par leur faire croire en la valeur des solutions qu'ils proposaient, alors qu'ils n'avaient ni les moyens, ni les connaissances, ni le temps pour en évaluer les conséquences climatiques, économiques et sociales. 

Symbole de la frustration de tous ces gens découvrant qu'ils ont été dupés, manipulés, le réalisateur Cyril Dion, un des "garants" de la convention, a lancé le 16 novembre 2020 la pétition "Sauvons la Convention citoyenne pour le climat". La pétition a recueilli quelque 330 000 signatures depuis.

Philippe Bensimon.

Philippe Bensimon devant Santorin 25 décembre 2017

 

 

 

 

____________________

To have been duped, it is undoubtedly today the feeling which the members of the Citizen's Convention for the climate have. At the request of the French Government, these good people were recruited by lot by a highly paid polling institute (whose name I will not mention out of charity. They are supposed to be representative of the French population, without any prior training relating to multiple aspects of global warming, with disparate but very low levels of study (in 2017 70% of French people in 1977 did not pass the baccalaureate, and 54% had at most a BEP). The government of Edouard Philippe and the president Macron made them believe that by themselves, with the help of a few scientists who had come to answer their questions, these good people in a few weeks would be able to draw up an action plan such that no government on the planet could. has been able to develop them since 1972. It is true that all the experiments show that the credulity is inversely proportional to the level of studies (see for example the people who believed that the Martians went on the attack on hearing Orson Welles read the book of his namesake). It is also true that the apparent credibility of the source then reinforced the message. Nevertheless, from the start we have denounced this masquerade, this communication operation intended to save time in climate inaction. At the beginning, Emmanuel Macron, to reinforce the illusion of which the members of the Citizens' Convention and all the French were the victims, announced: "What will come out of this convention, I agree to it, will be submitted without filter". To make people want to believe it a little more, we paid these 150 members for 9 three-day weekends round trips from Paris to their homes, with hotel nights in Paris, meals, and even custody of their children. Plus meeting rooms, facilitators, and whatever it takes to make attendees feel important and see their egos flattered. Like that, no one yelled at the manipulation. No one wondered why he had not been recruited to be part of the Commission for covid-19, which should have been tasked long ago with ending the global pandemic. As we have already said in these pages, the only result that could be expected from this commission was to measure the level of acceptance by the population of certain provisions, from a purely electoral perspective. The fight against global warming yes, but after public finances, after social peace, after the popularity of the Head of State, after ... There are so many "after" that only scoops without smell or flavor have been taken in the past and will be taken in the short term. The really important things, but which touch on lobbying, employment or the comfort of everyday life are and will be squeezed out. Of course, we are moving forward, but we are very, very far from the calendar of the Paris agreements, another state lie since to my knowledge this treaty, the most universally signed and ratified in the world, is also the one betrayed by the greatest number. of countries (only a few states have respected it, out of the 196 signatory states. All the others have betrayed their commitments, starting with France which until 2017 continued to increase as if nothing had happened in its greenhouse gas emissions Since then, France has been slowly reducing them, but at a rate out of all proportion to its commitments. We can safely say that the Paris Accords were again a gigantic and costly communication operation. Mike Pompeo , US Secretary of State, justifies the withdrawal of the USA from the Paris Agreements by considering that it is too heavy an "economic burden". And that is where the problem lies: investing for the long term term is much less profitable in electoral terms than e spend on the short term. What is true for the USA is also true for France, to the point that the NGO Notre affaires à tous, in partnership with the Foundation for Nature and Man, Greenpeace France and Oxfam France, attacked in 2018 l 'French state for "climate inaction". The creation of the Citizen's Climate Convention is part of this inaction, by replacing real measures with communication operations. These operations are real smoke screens that hide the accelerated degradation of the climate from the general public, and prevent them from seeing the catastrophic future towards which their leaders are leading them.

To return to the promise of Emmanuel Macron "What will come out of this convention, I commit myself to it, will be submitted without filter either to the vote of the Parliament, or to referendum, or to direct regulatory application", it was pronounced during 'a press conference on April 25, 2019. Since then, the caveats are linked in the President's speech: "" The more precise, clear and detailed it is, the more it can be without filter "(hear: everything will not be without filter); "There is a scenario that can be, me, to tell you: 'I do not agree." (before the Citizens' Commission, January 2020). France-Info notes in an article dated December 7, 2012: "June 29, eight days after the adoption of 149 proposals by the convention (two months late due to the first confinement against leCovid19). Emmanuel Macron reveals that he finally granted himself three "jokers", proposals which he personally opposed: a modification of the preamble to the Constitution, a tax on dividends and the reduction of the maximum speed authorized on the motorway in 110 km / h. Emmanuel Macron announces that he is sending the 146 remaining proposals to the actors concerned, so that they materialize "as soon as possible". Thus, he promises that "all [of] the measures which fall within the legislative field" will be included in a bill. But in detail, some are already altered. The creation of a crime of ecocide, for example, will be studied "with the support of lawyers", explains Emmanuel Macron. We need a new drafting, because that of the 150 citizens does not respect, according to him, "our fundamental principles". On the ban on domestic flights, he says he decided to stick to what the government was already proposing, by limiting himself to possible train journeys in less than two and a half hours, against four hours in the draft convention. . "I believe that we must know how to keep reason," slice the President of the Republic. "(Source: https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/convention-citoyenne-sur-le-climat/convention-citoyenne -for-the-climate-how-Emmanuel-Macron -'s-discourse-on-proposals-has-evolved_4209195.html). Failing to lose his mind, Emmanuel Macron seems today to have completely lost the memory of his commitments of April 2019. This Friday, December 4, he said with irritation at the microphone of Brut: "We are working hard to get to the end! (...) I have 150 citizens, I respect them, like parliamentarians. But I will not say, because these 150 citizens have written something: 'It's the Bible!', or the Koran, or whatever! " "I'm really, really angry with activists who helped me in the beginning and now say take it all." In short, the mask fell, revealing an additional deception. In a table dated October 23, the government said that of the 149 proposals, 50 have been "" fully or partially "implemented. We are completely the opposite of the initial speech. Now that the commission has issued its report and that we know what the French are ready to hear by the next election, it's about telling the good people gathered for the most expensive brainstorming I've heard of to calmly return to their homes, and especially not to make waves. The problem is that we ended up making the members of the commission believe that they had keys that they did not have. We ended up making them believe that they had a power. Worse still, we ended up making them believe in the value of the solutions they proposed, when they had neither the means, nor the knowledge, nor the time to evaluate them. climatic, economic and social consequences. Symbol of the frustration of all these people discovering that they have been duped, manipulated, the director Cyril Dion, one of the "guarantors" of the convention, launched on November 16, 2020 the petition "Save the Citizen's Convention for the climate". The petition has collected some 330,000 signatures since.

Philippe Bensimon.