Tour des deux Amériques sur un voilier

11 juin 2021

Panneaux solaires flottants en Thaïlande — Floating solar panels in Thailand

Thaïlande panneaux solairessur lac de barrage DSCN0545

Cent terrains de football (700.000 mètres carrés), c'est la place qu'occupent ces 144.417 panneaux solaires flottants, installés en Thaïlande sur un grand lac de barrage (province d'Ubon Ratchathani, dans le nord-est de la Thaïlande). Très efficaces, ils sont refroidis directement par l'eau du lac. Dans quelques semaines, ces panneaux alimenteront en électricité une ville de 100.000 personnes. Ces centrales flottantes pourraient à terme fournir trois fois la consommation totale d'un pays comme la France. Avec huit autres projets du même type pour les seize années à venir, la Thaïlande ambitionne de produire 35 % de son électricité en se passant des énergies fossiles (elle est aujourd'hui majoritairement issue du charbon) d'ici 2037 (sources : France-Info, 07/06/2021, Antenne 2 10/06/2021, Lepetitjournal.com avec Reuters, 21/04/2021).

Des questions me viennent naturellement à l'esprit en voyant cela : 1. Quid du système de refroidissement qui va réchauffer l'eau du barrage ? Ce réchauffement va-t-il détruire ou perturber gravement les écosystèmes du lac ? 2. Quid de la perte de la lumière solaire dans les eaux du barrage ? Les végétaux qui ont besoin de faire de la photosynthèse pour se développer vont-ils disparaître, et avec eux toute forme de vie dans les eaux du barrage ? 

Si la réponse est : "il faut bien fournir de l'énergie à tout le monde", elle n'est pas satisfaisante. En effet, si on n'arrête pas la croissance de notre population mondiale, quand nous aurons recouvert tous les lacs et détruit la plupart des formes de vie lacustre, à quoi faudra-t-il s'attaquer au nom du "il faut bien fournir l'humanité" ? Au nom de cet adage qui sert de justificatif à tous les crimes contre la vie sur la planète, on a déjà détruit 90 % des requins, les coraux sont en train de mourir partout dans le monde, la plupart des espèces marines sont menacées, 80 % des insectes en Europe ont disparu. On tolère au nom de cet adage une pêche qui n'a rien de durable, puisqu'on consomme aujourd'hui deux fois plus de tonnes de produits de la mer que ce que l'océan produit.

On a vidé les mers et les océans, on a pollué les rivières, on s'apprête à détruire les lacs. Personne n'a l'air de réaliser que l'homme en tant qu'espèce vit dans un écosystème dont il a besoin, et qu'il est en train de scier la branche sur laquelle il est assis. Le problème aujourd'hui n'est pas de produire plus (de métaux, d'électricité, etc.) ou à meilleur prix. Le problème est de réduire notre consommation de façon drastique, et pour cela il faut impérativement être moins nombreux,ramener avec des politiques malthusiennes la population mondiale à un seuil écologiquement acceptable, et s'y tenir.

En ce sens, l'attitude de la Chine qui encourage aujourd'hui la naissance d'un troisième enfant par couple est complètement irresponsable, relevant d'une vision égocentrée et court-termiste. Celle-là même qui a mené l'humanité devant le mur où elle se trouve aujourd'hui.

_________________

One hundred football fields (700,000 square meters) is the space occupied by these 144,417 floating solar panels, installed in Thailand on a large dam lake (Ubon Ratchathani province, in the northeast of Thailand). Very efficient, they are cooled directly by the water from the lake. In a few weeks, these panels will supply electricity to a city of 100,000 people. These floating power plants could eventually provide three times the total consumption of a country like France. With eight other projects of the same type for the next sixteen years, Thaïland aims to produce 35% of its electricity without using fossil fuels (now its electricity is mainly producted from coal) by 2037 (sources: France-Info, 07 / 06/2021, Antenne 2 10/06/2021, Lepetitjournal.com with Reuters, 04/21/2021).
Questions come to mind naturally when I see this: 1. What about the cooling system that will heat the water in the dam? Will this warming destroy or seriously disrupt the lake's ecosystems? 2. What about the loss of sunlight in the waters of the dam? Will the plants that need photosynthesis to develop disappear, and with them all life in the water of the dam?
If the answer is: "we must provide energy to everyone", it is not satisfactory. Indeed, if we do not stop the growth of our world population, when we have covered all the lakes and destroyed most forms of lake life, what will we have to tackle in the name of "we must? provide humanity "? In the name of this adage which serves as justification for all crimes against life on the planet, we have already destroyed 90% of sharks, corals are dying all over the world, most marine species are threatened, 80 % of insects in Europe have disappeared. In the name of this adage, we tolerate fishing that is in no way sustainable, since today we consume twice as many tonnes of seafood than the ocean produces. 

We have emptied the seas and oceans, we have polluted the rivers, we are preparing to destroy the lakes. No one seems to realize that man as a species lives in an ecosystem that he needs, and that he is sawing off the branch he is sitting on. The problem today is not to produce more (metals, electricity, etc.) or at a better price. The problem is to reduce our consumption drastically, and for that it is imperative to be less numerous, to bring the world population back to an ecologically acceptable threshold with Malthusian policies, and to stick to it. In this sense, the attitude of China which today encourages the birth of a third child per couple is completely irresponsible, stemming from an egocentric and short-termist vision. The very one that led humanity to the wall where it stands today.

 


10 juin 2021

Le réchauffement climatique en marche : inondations et sécheresse — Global warming at work : floods and drought

Vue du glacier de la Baque et du cirque du Portillon depuis le pic de Quayrat (Auteur:author Saoussat, 8 septembre 2009)

La semaine dernière, la village de Thieux (Haut-Rhin) a vu tomber en quelques heures l'équivalent de quatre mois de précipitations. A Reims, les rues étaient sous l'eau. Un phénomène qu'on rencontre de plus en plus souvent, iié au réchauffement climatique et à l'accélération du cycle de l'eau. Trop d'eau, tombée en trop peu de temps.

Pas assez d'eau, c'est la crainte des agriculteurs de la région toulousaine. Avec la fonte des neiges intervenue beaucoup plus tôt que d'habitude cette année dans les Pyrénées, les cours d'eau qui alimentent la Haute-Garonne sont au plus bas depuis dix ans en ce début juin. Une situation qui inquiète les agriculteurs, d'autant plus que l'été s'annonce particulièrement chaud, et que le réchauffement climatique a fait disparaître les glaciers des Pyrénées, réserve d'eau naturelle dont la présence régulait le niveau des cours d'eau en période estivale. (Sources : JT A2 04/06/2021 20:20 et 10/06/2021 13:07).

" En 1876, lorsque Franz Schrader établit sa cartographie des glaciers pyrénéens, ceux-ci occupaient une surface proche de 2300 hectares. En 2007, cette même surface était d'environ 350 hectares.

Au cours des dernières décennies, la rapidité de la fonte a donc considérablement augmenté : la surface des glaciers pyrénéens s'est trouvée réduite de plus de moitié entre 1990 et 2007. En outre, leur épaisseur diminue rapidement : d'1,5 mètre par an pour le glacier d'Ossoue, de presque 2 mètres en 2006 pour le glacier de la Maladeta. Au cours des neuf années précédant 2011, ces deux glaciers ont perdu respectivement 13 et 10 m d'épaisseur. Selon l'association Moraine qui fait des mesures depuis 2001 sur les glaciers français des Pyrénées, le glacier d'Ossoue a perdu plus de 27 mètres d'épaisseur entre 2001 et 2018. L'ensemble des glaciers pyrénéens d'Espagne et de France qui représentaient une superficie de 23 km2 en 1850 n'en représentaient plus que 12,8 km2 en 1950 et 2,6 km2 en 2016.

Autre exemple parlant, la dernière cascade de séracs des Pyrénées, au glacier du Petit Vignemale, s'est effondrée à l'été 2007. " (Source : Wikipédia).

Sur 48 glaciers identifiés dans les Pyrénées, 38 ont aujourd'hui disparu ou sont réduits à l'état de simples névés. Sur les 10 glaciers restant aujourd'hui, trois sont situés sur le versant espagnol des Pyrénées ; il ne reste donc plus que sept glaciers pour alimenter eu eau douce le sud-ouest de la France durant la période sèche ; c'est nettement insuffisant. A Toulouse, la Garonne est déjà à un niveau anormalement bas.

________________________

Last week, the village of Thieux saw the equivalent of four months of precipitation fall in a few hours. In Reims, the streets were under water. A phenomenon that we encounter more and more often, linked to global warming and the acceleration of the water cycle. Too much water, Fell in too little time.

Not enough water is the fear of farmers in the Toulouse region. With the snowmelt occurring much earlier than usual this year in the Pyrenees, the rivers that feed the Haute-Garonne are at their lowest for ten years at the beginning of June. A situation that worries farmers, especially since the summer promises to be particularly hot, and that global warming has caused the glaciers of the Pyrenees to disappear, a natural water reserve whose presence regulated the level of watercourses. in summer. (sources: JT A2 06/04/2021 20:20 and 06/10/2021 13:07).

"In 1876, when Franz Schrader established his cartography of the Pyrenean glaciers, they occupied an area close to 2300 hectares. In 2007, this same area was around 350 hectares.

During the last decades, the speed of the melting has therefore increased considerably: the surface of the Pyrenean glaciers has been reduced by more than half between 1990 and 2007. In addition, their thickness is decreasing rapidly: by 1.5 meters per year for the Ossoue glacier, almost 2 meters in 2006 for the Maladeta glacier. During the nine years preceding 2011, these two glaciers lost 13 and 10 m in thickness respectively. According to the Moraine association, which has been taking measurements since 2001 on the French glaciers in the Pyrenees, the Ossoue glacier lost more than 27 meters in thickness between 2001 and 2018. All the Pyrenean glaciers of Spain and France which accounted for an area of ​​23 km2 in 1850, only 12.8 km2 in 1950 and 2.6 km2 in 2016.

Another telling example, the last serac cascade in the Pyrenees, at the Petit Vignemale glacier, collapsed in the summer of 2007."(Source: Wikipedia).

Out of 48 glaciers identified in the Pyrenees, 38 have now disappeared or are reduced to the state of simple snowfields. Of the 10 glaciers remaining today, three are located on the Spanish side of the Pyrenees; there are therefore only seven glaciers left to supply fresh water to the south-west of France during the dry period; this is clearly insufficient. In Toulouse, the Garonne is already at an abnormally low level.

Photo : Vue du glacier de la Baque et du cirque du Portillon depuis le pic de Quayrat (auteur/author : Saoussat, 8 septembre 2009) 

08 juin 2021

De Trget (Rasa Zaljev, Istrie, Croatie) à Trget (Istrie) - Jeudi 18 mars 2021 - Training cruise from Biograd na Moru to Venice

Trget, les nouveaux pontons, jeudi 18 mars 2021 (1)

Trget, Rasa Zaljev, Croatie. Réveil à 8 h. Une partie de l'équipage a pris une demi-heure de retard. J'en profite pour tourner quelques panoramiques. La table du cokpit est encore toute couverte du givre de la nuit. L'objectif de la journée est double : passer la matinée à faire des exercices, et rallier ensuite Pula dans la soirée.

Trget, les nouveaux pontons, jeudi 18 mars 2021 (2)

Trget, le cockpit est couvert de givre, jeudi 18 mars 2021

Nous finissons le petit déjeuner et la tarte aux pommes à 9h30. Nous avons prévu de passer la matinée à faire des exercices dans la baie au sud de Trget : récupération de l'hmme à la mer à la voile, accostage à la voile au ponton de Trget (un exercice qu'on a rarement les conditions requises pour l'effectuer), et navigation en aveugle à partir de la table à cartes.

Trget, exercice d'accostage à la voile, jeudi 18 mars 2021

Descente du Rasa Zaljev, jeudi 18 mars 2021

A 12h30 nous quittons la baie de Trget pour descendre le Rasa Zaljev et ses méandres. Les voiles sont rentrées, et le moteur est réglé sur 1.100 trs/mn de façon a procurer une vitesse constante de 4 noeuds. Depuis la table à cartes, Michel nous guide en se fiant à son chronomètre, à la carte marine et aux indications de profondeur que nous lui procurons. Après une heure et demie de navigation en aveugle, il nous amène ainsi à 14h à l'embouchure du Rasa Zaljev. De là, nous prenons la route de Pula.

A 16h45 nous passons au sud de Hrd Pohrer et de son phare. De là, nous prenons au cap 326°. Nous avons 6 kt de vent, qui vient du 320, quasiment debout. Nous avançons au moteur ; à 1.800 trs/mn, il nous procure 6 nœuds de vitesse fond. Le ciel est bleu, la visibilité totale ; les vagues atteignent une cinquantaine de centimètres de haut. Le baromètre du bord indique 1.019 hpa, en baisse par rapport à la veille (1.024 hpa). C'est conforme aux prévisions de la météo, qui nous prédit pour notre traversée de l'Adriatique demain soir un vent d'est d'une dizaine de noeuds forcissant durant la nuit en tournant au NE pour atteindre 20kt en début de matinée. Une allure qui devrait être plutôt confortable.

Senneurs devant Pula, jeudi 18 mars 2021 (1)

Senneurs devant Pula, jeudi 18 mars 2021 (2)

Au coucher du soleil nous arrivons à hauteur du brise-lames semi-immergé qui protège la baie de Pula. Nous croisons une série de senneurs qui, vraisembleblement, partent pour leur pêche nocturne. Nous nous engageons dans le large chenal délimité par le brise-lames et la presqu'île continentale. Nous remontons celui-ci jusqu'à passer au sud de l'îlot Sv Andrija, pour gagner ensuite la zone de mouillage située à quelques encablures au nord de l'amphithéâtre romain de Pula.Pula, le brise-lames semi-immergé, jeudi 18 mars 2021

Dans le chenal d'accès à Pula, jeudi 18 mars 2021

Pula, l'amphithéâtre éclairé vu de la zone de mouillage, jeudi 18 mars 2021

 A 19h05 nous mouillons par 7 m de fond une cinquantaine de mètres de chaîne, reliée par une main de fer au taquet avant tribord du bateau.

Pula, apéritif dans le carré au mouilllage, jeudi 18 mars 2021

 _________________________

Trget, Rasa Zaljev, Croatia. Wake up at 8 a.m. Part of the crew was half an hour late. I take this opportunity to shoot some panoramas. The cockpit table is still covered with the frost of the night. The objective of the day is twofold: to spend the morning doing exercises, and then join Pula in the evening.

We finish the breakfast and the apple pie at 9:30 am. We planned to spend the morning doing exercises in the bay south of Trget: recovery of the man overboard under sail, docking with the sail at the pontoon of Trget (an exercise that we rarely have the conditions for. required to do so), and blind navigation.

At 12:30 pm we leave the bay of Trget to descend the Rasa Zaljev and its meanders. The sails are retracted, and the engine is set to 1,100 rpm to provide a constant speed of 4 knots. From the chart table, Michel guides us by relying on his chronometer, the nautical chart and the depth indications that we give him. After an hour and a half of blind navigation, it brings us at 2 p.m. to the mouth of the Rasa Zaljev. From there we take the road to Pula.
At 4.45 p.m. we pass south of Hrd Pohrer and its lighthouse. From there, we take heading 326 °. We have 6 kt of wind, coming from the 320, almost upright. We move forward with the motor; at 1,800 rpm, it gives us 6 knots of bottom speed. The sky is blue, the visibility is total; the waves reach about fifty centimeters high. The onboard barometer reads 1.019 hpa, down from the previous day (1.024 hpa). This is in accordance with the weather forecast, which predicts us for our crossing of the Adriatic tomorrow evening an easterly wind of around ten knots increasing overnight while turning to the NE to reach 20kt in the early morning. A look that should be quite comfortable.

At sunset we arrive at the semi-submerged breakwater that protects the bay of Pula. We meet a series of purse seiners which, in all likelihood, are leaving for their night fishing. We enter the wide channel delimited by the breakwater and the mainland peninsula. We go up this one until passing to the south of the Sv Andrija islet, to then reach the anchorage area located a few cables north of the Roman amphitheater of Pula.Pula, the semi-submerged breakwater, Thursday March 18, 2021

At 7:05 p.m. we anchor at a depth of 7 m about fifty meters of chain, connected by an iron hand to the starboard forward cleat of the boat. Pula, aperitif in the square at the anchorage, Thursday March 18, 2021

Pula, diner dans le carré du Quint II au mouillage jeudi 18 mars 2021

 

01 juin 2021

Croisière d'entraînement en Grèce, d'Athènes à Corfou & Preveza par le Golfe de Corinthe - 23 au 30 octobre 2021 - Sail with us!

Athènes- Corfou - Preveza AR Open CPN

C'est en avril 2018 que j'ai eu l'idée de cette croisière d'entraînement reliant Corfou au Golfe Saronique, en passant par des endroits extraordinaires, riches d'histoire et de beauté, avec le passage du Canal de Corinthe et la visite d'Epidaure, celle de Delphes et de Pargas, une nuit à Ithaque,etc. Cette croisière s'est avérée si belle que je l'ai refaite à plusieurs reprises depuis, en hiver et à l'automne. En cas de mauvais temps elle offre de nombreuses possibilités de repli, toutes plus belles les unes que les autres.

Vous pouvez passer avec nous au choix :

- la semaine du samedi 23 au samedi 30 octobre 2021 : Athènes — Canal de Corinthe — Trizonia — Vathi (Ithaque) — Pargas — Mourtos — Corfou — Gaios — Preveza (335 M), ou/et

- la semaine du samedi 30 octobre au samedi 6 novembre 2021 : Preveza — Nisis Oxia —Navpaktos —Itea — Corinthe — Epidhavros — Athènes (234 M). 

Vous trouveres ci-dessous le plan de navigation détaillé de la première semaine, d'Athènes à Preveza. Le plan de navigation détaillé de la seconde semaine sera publié dans quelques jours.  

Easter_in_Corfu_2011__Kett_

CorfouSatellite__auteur_Siren_at_French_Wikipedia_

Du samedi 23 octobre au samedi 30 octobre 2021 j'offre à des équipiers une superbe croisière d'entraînement à la découverte de la Grèce, du Golde fe Corinthe et de la Mer Ionienne. Nous aurons un Bavaria 50 Cruiser (15,24 m) doté de tout le confort : ci!nq cabines doubles, trois cabinets WC/douches, convertisseur 220V, réfrigérateur, accès internet à bord possible, grand-voile sur enrouleur et génois sur enrouleur, propulseur d'étrave, prise MP3 - iPod, etc. Depuis la marina d'Alimos-Kalamaki (Athènes) nous traverserons le canal de Corinthe, et ferons escale à Trizonia, Vathi (Ithaque, l'île d'Ulysse), Pargas (très belle citadelle bâtie par les Normands), Mourtos et les très jolies baies des îles Sivota, Corfou, puis le joli village très protégé de Gaïos et enfin Preveza, station balnéaire près de laquelle a eu lieu la bataille d'Actium entre les galères d'Octave et celles de Cléopâtre et de Marc Antoine.

NB : Pour ceux qui souhaitent une croisière de deux semaines, le retour de Preveza à Athènes nous permettra de découvrir Navpaktos (l'ancienne Lépante), Delphes et Epidaure (plan de navigation publié dans quelques jours).

Cette croisière d'entraînement est aujourd'hui presque complète. Ambiance cool (découvrir, s'entraîner, se perfectionner dans une ambiance agréable et joyeuse). Participation aux frais : 450 euros pour un équipier occupant seul une cabine double, le même prix pour un couple ou deux amis (soit 225 euros par personne), plus la nourriture et les frais de passage du Canal de Corinthe. On fera un peu plus de 335 M dans les paysages superbes et très variés du Golfe de Corinthe et de la mer Ionienne : ports, mouillages, visites, etc. Nous aurons deux nuits de navigation qui vous permettront de découvrir ce type de navigation ; les quarts (facultatifs) se feront toujours à trois. Participation aux manœuvres demandée, mais rien n'est imposé. Nous participerons également à un programme de comptage d'animaux marins. Venez découvrir la Grèce sur un beau voilier et profitez de son climat méditerranéen : en couple, en famille – on sera en pleine période de vacances scolaires - ou avec des amis, c'est encore plus sympa ! Enfants et débutants bienvenus. Cette croisière est ouverte à tous ; elle est cependant destinée en priorité à la formation des équipiers de l'expédition Tour des deux Amériques aux côtés desquels vous manœuvrerez. Cela signifie que les étapes sont longues, et les exercices de manoeuvres fréquents. Nous ne vous demandons pas d'être particulièrement sportif, mais d'être en bonne condition physique. Ne nous demandez pas une fois à bord de raccourcir les étapes, cela ne correspondrait pas du tout à l'esprit de ces superbes croisières d'entraînement.

Bavaria_49

Voici le plan de navigation de la première semaine :

Samedi 23 octobre : Embarquement à Athènes (Marina Alimos-Kalamaki). Installation à bord, check-in du bateau à 14h, avitaillement à 15h30. Apéritif et dîner à la pizzeria de la marina à 18h. Départ de la pizzeria à 20h. Départ du port à 20h30. 

De la sortie du port d'Alimos-Kalamaki, cap au 255° sur 12,4 M. On passe au sud du feu de Konchi Pt (extrémité sud de l'île de Salamine) à 22h54 (fonds de 94 m). De là on oblique à tribord au 279° sur 21,1 M pour voir d'abord au 360 le Fl 6s 17m sur l'îlot à l'est de Kanakia à 23h26 (extrémité ouest de Salamine, portée non indiquée, on ne le verra peut-être pas – Salamine est le lieu de la victoire inespérée des Grecs de Thémistocle contre les Perses de Xerxès 1er, qui a marqué le point culminant de l'invasion perse et permis le développement du monde grec et occidental, 29 septembre 480 av. JC)...

L'entrée du canl de Corinthe, Posidonia 271018 IMG_8154

Canal de Corinthe 18h05 le 281018 IMG_8187

Cathy à la barre dans le canal de Corinthe, belote à la frontale dans le cockpit du Hellas Fos 281018 DSCN8556

Dimanche 24 octobre : … Une heure plus tard on voit apparaître au 259° le Fl W 10s 48m 7Nm « visually conspicuous » sur l'îlot Evraios (à 11h du bateau, 7 M, 0h56). On voit ce même feu au 180 à 2h22 (fonds entre 175 et 195m). On continue sur ce même cap...On voit ensuite au 360 le feu vert Fl G 10s 9m 12Nm de Sousaki Pt (on passe à 0,16 M, fonds de 37 m, petite agglomération, attention aux zones de mouillage des cargos, 2h40). On arrive ainsi à 3h15 légèrement à l'ouest de la tourelle verte d'entrée d'Isthmia qu'on laisse à tribord. Isthmia est l'entrée S du canal de Corinthe, côté Golfe Saronique. De là on prend au 299° sur 0,11 M pour se ranger une minute après le long du quai de la capitainerie d'Isthmia (si brouillard attention à ne pas percuter le bout du quai, poster un équipier à l'avant et obliquer toujours à tribord tant que le quai est devant l'étrave). On compte une heure pour les formalités et attendre notre tour de passer. Départ à 4h15 du quai d'Isthmia. Le canal de Corinthe fait 3,27 M de long de la capitainerie d'Isthmia jusqu'à la ligne des 10 m après la sortie de Posidonia (côté Golfe de Corinthe). Son percement a été commencé par Néron en 67 après JC, et son inauguration a eu lieu en 1893 ; sa longueur officielle est de 6,343 km pour une largeur de 25 m et un tirant d'eau maximal de 8 m. On atteint la ligne des 10 m après la sortie de Posidonia à 4h54.

Le canal de Corinthe de nuit, à bord du Bavaria 49 Hellas Fos, 281018 DSCN8557
La sortie du canal de Corinthe (Poseidonia) 281018 DSCN8558

Corinthe_010714De la sortie de Posidonia, cap au 310° sur 7 M pour passer au 270 du feu Fl 10s 60m 19Nm d'Ak Melangavi sur la ligne de fond des 100 m (6h20). On voit aussi au 258 le Fl G 5s 9m 6Nm de Kiato sur la côte sud du Golfe de Corinthe. De là, on prend au 298° sur 40,7 M. A 6h41 on voit le feu vert de Kiato au 180. On voit ensuite apparaître au 246 vers 7h41 le feu F R 8m 3Nm de Kilokastron, en limite de visibilité. On verra ce même feu au 180 à 8h42. On continue toujours sur le même cap pour relever à 8h58 au 270 le Fl (2) W 16s 17m 10Nm d'Ak Likoporia. A 10h09 on relève ce même phare au 180. A 13h29 on passe dans le 180 du phare d'Ak Psaromita (on frôle la ligne des 50 m à l'WSW de ce cap sans y rentrer), et à 13h38 on est à l'entrée de la passe entre Nisis Trizonia et l'îlot sans nom à sa droite (fonds d'environ 55 m, on voit au 090 la pointe sud de l'îlot). 10 mn pour rentrer les voiles. De là, on oblique au 316° sur 0,78 M en direction du feu à la pointe NW de la baie du port. 0,12 M avant celui-ci (13h57) on prend au 287° sur 0,30 M pour arriver devant l'entrée du port de Trizonia (3 minutes, 14h00, attention à ne pas aller trop loin par temps de brouillard, les fonds passent ensuite à 2 m).

Total depuis Athènes : 86  M. Le village de pêcheurs a peu changé, et les alentours de la baie sont verdoyants. Rod Heikell conseille d’aller prendre un café brandy ou un ouzo sur la petite place donnant sur le port. Ayant tenté l'expérience, je sais qu'il n'est pas toujours possible d'avoir un café, surtout le soir. Le Metaxa (brandy grec) est plus facile à obtenir.

Entre_Corinthe_et_Ithea_010714

Dans le golfe de Corinthe, 25 décembre 2019

Trizonia1__Costas78_

Départ de Nisis Trizonia à 23h. Cap 090° à 4 kt sur 0,55 M jusqu’à voir au 180 la pointe est de Nisis Trizomia (8 mn). De là on vire au 324° sur 0,57 M en visant l’extrémité nord du village de Trizonia sur le continent. Quand on voit plein sud le feu de Nisis Trizonia (il se ferme après dans la côte, 20m, 8 mn, 23h16), on oblique au 284° sur 1,03 M jusqu’à voir au 180 l’extrémité ouest de l’îlot à l’ouest de Nisis Trizonia (20m, 10 mn en passant à 6 kt entre Nisis Trizonia et le continent, 23h26). 10 mn pour hisser les voiles et on prend le cap 260° sur 10,6 M...

Lundi 25 octobre : ...A 0h54 on passe au sud du phare d’Ak Mornos, et à 1h05 au nord  du phare d’Ak Dhrepanon. 

Le_pont_Rion_Andirion_020714_

17 minutes après on aligne ce phare avec la bouée verte FlG 3s (fonds de 102m, 1h22). On est à 3,55 M du pont (35 mn à 6 kt), leur téléphoner pour savoir sous quelle arche passer. On prend alors au 242° sur 5,6 M pour passer sous le pont (génois roulé juste pour le passage) jusqu’à voir au sud l’entrée du port de Patrai, et la tour au nord du pont au 045 (fonds de 61m, 3h18). De là on prend au 259° sur 12 M jusqu’à laisser au nord la cardinale sud Evanos (5h18). 

D_part_de_Nisos_Oxa_040714

R_veil___Nisos_Oxia_040714

Ithaque, 27 décembre 2019T_te_d_Ulysse__sculpture_grecque_du_iie_si_cle_av

De là on passe au 270° sur 18,3 M jusqu’à arriver au sud de Nisis Oxia 8h21, fonds de 69 m). On vire au 296° sur 17,5 M jusqu’à voir au 180 le feu sur l’extrémité sud-est d’Ithaque (Perachorion, Ag Ioannis Pt., FlW 10s 12m 10 Nm+, 11h16). De là on prend au 270° sur 3,06 M jusqu’à découvrir au 180 le phare de Ag Andreas FlW 3s 24m 5Nm et voir s’ouvrir la cote droite de la baie (11h46, on roule le génois). On prend alors au 186° sur 1,36 M en visant le phare FlG 4s 9m 3Nm sur le petit îlot Skartsoupo island, jusqu’à couper la ligne des 50m devant lui (11h59, on amène partiellement la GV). De là on prend au 123° à 4 kt sur 1,04 M pour arriver dans la zone de mouillage (vase). Arrivée à Vathi (Ithaque) à 12h14. Total de la journée 71 M. Vathi (Bathy ou Vathy selon les cartes) est le port principal d’Ithaque, à une heure de route de Stavros, l’emplacement probable du palais d’Ulysse.

Ithaki_Vathy__originally_posted_to_Flickr_

Mardi 26 octobre : Départ de Vathi à 10h. Mettre un équipier à l’avant au début. Cap à 6 kt au 303° sur 1,04 M jusqu’à passer au nord du phare FlG 4s 9m 3Nm sur le petit îlot Skartsoupo island, en coupant la ligne des 50m (10h10). Cap ensuite au 360° sur 0,9 M jusqu’à voir plein est la bordure nord de l’île (Ithaque) à tribord (10h19). On hisse les voiles dès que possible si ce n’est déjà fait (10 mn). De là on prend au 018° sur 2,58 M jusqu’à passer à l’est d’Ag Ilias, pointe la plus à l’est de la côte d’Ithaque à bâbord (10h54, 2,5 mn auparavant on aura vu se découvrir et s’aligner tous les points significatifs de la côte nord-est d’Ithaque). On suit cette côte au 338° sur 3,58 M jusqu’à voir au 270 le feu Ag Nikolaas (ligne des 100 m, 11h29). 

Ile_de_Panagia_dans_la_baie_de_Parga__Theudbald_

On prend alors au 305° sur 2,28 M (toujours pour suivre la côte à bâbord) jusqu’à voir au 180 le clocher de l’église sur la pointe Ag Joannis (point le plus au nord d’Ithaque, 11h51). De là on prend au 293° sur 8,11 M pour passer au sud (12h46) puis à l’ouest (13h12) du phare le plus au sud de Lefkas (Doukato pt). Virer au 354° sur 43,2 M pour voir à tribord au 090 le phare sur l’îlot Nisos Sessoula (14h32) puis le nord de l’île de Lefkada (15h57), à bâbord au 270 le sud de l’île Andipaxoi (18h59, deux feux à secteur, fréquence illisible), et arriver directement à l’entrée du port de Pargas (Parga). 10 mn pour ferler les voiles. Arrivée à Pargas à 20h34. Soirée de Noël à bord. Total de la journée 62 M. Le château sur le promontoire entre les deux baies a été construit en 1337 par les Normands, et les Vénitiens le considéraient comme « l’œil et l’oreille de Corfou ». Passant de la main des Françsis à celle des Anglais puis à celle des Turcs d’Ali Pacha au XIXe siècle, Pargas ne devint grecque qu’en 1913.

Parga__panorama____________________

Mercredi 27 octobre : 8h, départ en annexe pour la plage. Visite de Pargas et de son château. Départ de Pargas à 11h45. Hisser les voiles hors du port (10 mn). Prendre au 261° sur 4,73 M jusqu’à voir le phare de Nisos Sivota au 334 à 9,3 M (visible à 12 M, 12h12). Prendre ensuite au 336° sur 8,3 M, jusqu’à arriver à l’entrée du chenal entre Nisis Sivota et l’îlot qui la sépare de Mourtos (13h35). Mouiller là ou aller avec le bateau ou l’annexe à Mourtos (043°, 0,29 M, à 4 kt 13h39). Cadre enchanteur. Visite, etc.

Départ du port de Mourtos, 21 octobre 2018

Solution 1 : nuit au port de Mourtos (trouver une place le long du môle côté intérieur) et on va le lendemain à Corfou-Town en longeant la côte E de Corfou (solution non décrite ici, avec baignade et déjeuner au mouillage à Piriti sur la côte est de Corfou ; c'est la solution adoptée au cours des deux croisières précédentes et sans doute celle qu'on adoptera) ; solution 2 : départ après le dîner (22h30) pour le tour de Corfou par la côte ouest. Dans ce cas : depuis le mouillage prendre au 22° sur 5,3 M jusqu’à voir alignés et disparaître derrière la côte sud de Corfou les feux rouges de Kala Potomoulevkimmis Fl R 2s 8m 3Nm et Ak Levkimmis FlW 6s 8m 7Nm, ligne des 20m (23h23). De là on prend au 289° sur 16,5 M pour longer la côte sud-ouest de Corfou...

La_baie_de_Gouvia__auteur_Marc_Ryckaert__MJJR_

Jeudi 28 octobre : ...On passe à 1h27 au sud de l’îlot Lagoudia (Fl(3)W 14s 12m 7Nm, rester dans le secteur à plus de 50m de fond). A 3h09 on passe au 270 de ce même feu, et on oblique au 331° sur 24 M. A 4h59 on voit au 360 le feu Fl W 3s 25m 5Nm de la baie de Liapades ; à 5h53 on voit au 360le LFl W 7,5s 29m 4Nm sur Arilla pt. A 6h27 on laisse ce même feu au 090. Le jour commence. On suit le cap en gardant toujours au moins 20m de fond avec un veilleur à l’avant jusqu’à laisser la pointe nord de l’île Diaplo rk au 090 (fonds d’environ 30m, 7h09). De là on prend au 058° sur 6,5 M jusqu’à voir à 8h09 le feu qui marque la pointe nord de Corfou au 090 (St Aikaterini). On continue 5mn sur ce cap, et à 8h14 on passe au 090° sur 8,9 M pour longer la côte nord de Corfou et dépasser cette pointe. A 9h43 on prend au 128° sur 4,46 M jusqu’à voir au 180 la cardinale est sous la pointe St Stefanoy (10h27, fonds de 50m). On prend alors au 150° sur 0,90 M pour voir cette même cardinale (tourelle) au 270 (fonds de 61m, 10h36). De là virer au 196° sur 6,5 M pour descendre le Kerkyra Northern Strait jusqu’à voir au 270 Kommeno pt (ligne des 50m, peut être difficile à identifier, 11h41). On baisse les voiles (10 mn). On pique ensuite au 266° sur 3,19 M pour passer sous la pointe Foustanopidima et arriver dans des fonds de 15m (12h22). De là on aligne la première verte et la deuxième rouge pour rentrer à 4 kt au 225° sur 039 M dans le chenal sans risque (3 minutes). Le chenal mène à l’entrée de la marina de Gouvia (234°, 037 M, 12h28).  Total de la journée 81 M. Si on ralentit la vitesse à 5 kt en navigation de nuit, on arrive à Gouvia vers 15h. Taxi pour Corfou-Town (la ville est à 7 km de la marina de Gouvia), soirée dans la vieille ville de Corfou, dernière nuit à bord. 

Quelque soit la solution adoptée (longer la côte est de Corfou où en faire le tour), ce peut être intéressant d'aller voir si une place est disponible au Vieux Port de Corfou-Town, le long du côté intérieur du môle plutôt que passer la nuit à Gouvia. On passe pratiquement devant le Vieux Port si on vient du sud (après avoir longé la côte est). S'il n'y a pas de place, la marina de Gouvia est à 4,08 M (48 mn environ, compter une heure avec le temps de rentrer les voiles et la vitesse ralentie dans le chenal d'accès à Gouvia. Attention au chenal d'accès, on talonne vite dans la vase si on ne le respecte pas ; de nuit les bouées R et G du chenal ne sont pas toutes bien éclairées, mettre un équipier avec un projecteur à l'avant).

Vendredi 29 octobre : départ à 7h30. Prendre le chenal balisé au cap 057° sur 0,6 M jusqu’à couper la ligne des 10m (9 minutes). Prendre au 090° sur 3,1 M à la vitesse de croisière de 6 kt et hisser les voiles (31 mn, 10 mn pour les voiles). On arrive à 8h20 au nord de la côte est de l’île Vido. On oblique alors au 139° sur 15,8 M. A 8h49 on laisse au 270 le phare de la pointe Sideros (78m). On continue jusqu’à être au sud du phare de Pasoud Island (30m), et à l’est de celui d’Ak Levkimminis (8m), vers 10h58 et dans des fonds de 70m. On prend alors au 160° sur 8,1M jusqu’à être au sud du phare de Nisos Sivota (87m, 12h19, on n’a normalement pas encore coupé la ligne des 50m située plus à l’ouest.). On prend au 121° sur 7,2 M jusqu’à voir au 125 le phare de Lakka (64m, 13h31) au nord de Nisos Paxoi. Paxoi est une île célèbre pour la qualité de son huile d’olive ; c’est aussi près de ses côtes que le capitaine égyptien Thamus annonça la mort du dieu Pan. 

Paxos_gaios_town_bgiu__Bogdan_Giu_c__

On vire au 165° sur 1,65 M jusqu’à couper la ligne de sonde des 100M (on longe la côte ouest de Paxos qui semble abrupte sur la carte jusqu’à Lakka, 13h48 ). On suit alors la ligne des 100m en longeant la côte jusqu’à voir plein est le milieu du chenal entre Paxoi et Andipaxoi (3,7M, 14h25). On oblique au 090° pour passer au nord de la pointe d’Ak Khedros qui ferme au sud le passage (2,42M, 14h49), puis au 019° sur 0,4M (4 minutes, on doit voir se fermer la côte sud de Paxoi) avant de prendre au 321° sur 1,97 M et arriver ainsi à l’est du grand phare de Nisis Panayia (26m, 15h12). On continue sur ce même cap jusqu’à aligner l’écueil Nisos Lithari et le phare dans le 225° (une minute), puis on prend au 270° jusqu’à aligner la tourelle rouge sur la côte de Panaya et le phare (on touche la ligne des 50m à ce moment-là, 0,22 M, 2 minutes). Réduire à 4 kt. De là on aligne au 206° l’église et la tour sur Nisis Ay Nikolaos (0,24 M, 3,2 minutes) jusqu’aux fonds de 25m. A partir de là on n’a plus d’alignement. Mettre un veilleur à l’avant pour surveiller les fonds. Aller au 251° sur 0,23 M (3,1 mn) jusqu’à dépasser la tourelle bâbord rouge ; 168m au 170° nous mènent au quai de Gaios. Arrivée à Gaios (Paxoi) à 15h20. Total de la journée : 47 M. Avitaillement incertain (dimanche).

 

Port_of_Gaios_in_Paxos__NikoSilver_

Samedi 30 octobre : départ à 7h30. 166m au 347 pour rejoindre la tourelle rouge bâbord d’entrée du port. Penser à sonner de la corne de brume avant le virage. On prend ensuite au 068° sur 0,24 M jusqu’à rejoindre le back transit entre l’église et la tour d’Ay Nikolaos (3,1 mn à 4 kt) puis on suit ce même back transit jusqu’à couper la ligne des 50 m ou voir largement ouverte à l’est la côte nord de Nisos Panaya (0,24 M, 3,1 mn, on aligne alors la tourelle rouge en bord de côte et le phare de Panayia). On prend alors au 090° sur 0,21 M pour déborder largement l’écueil de Nisos Lithari jusqu’à sortir par le haut de la ligne des 20m (environ 9 à 10 mn depuis le départ, 7h40). On prend alors sur 29,8 M au 123° à 6 kt. 10 mn pour hisser les voiles. A 8h58 on voit au 270 le feu au sud d’Andipaxoi.  A 12h37 on arrive à l’entrée du chenal qui mène à Preveza. 10 mn pour baisser les voiles. 

The_Battle_of_Actium__by_Laureys_a_Castro__1672___Oil_Paint_in_National_Maritime_Museum_of_Greenwich__London__Director_s_Office_

On suit à 4 kt l’alignement des phares au 066° sur 1,52 M – on est dans le chenal entre les bouées, 23 mn à 4 kt, 13h10. De là on sort de l’alignement au 026° sur 0,46 M en visant la dernière bouée rouge (pas de verte en face) et en ne touchant jamais la ligne des 10m (6 minutes). On laisse à bâbord la bouée rouge pour viser l’entrée du port (339° sur 0,58 M, par brouillard ou de nuit transit entre la rouge et la verte d’entrée de port, laisser la verte légèrement à droite de la rouge, 8 minutes). Arrivée à Preveza à 13h25. Total de la journée 32,1 M. Avitaillement possible, pain frais. A 3 M au nord de Preveza se trouvent les ruines de Nikopolis, cité construite par Octave pour célébrer sa victoire sur Marc Antoine et Cléopâtre à la bataille d’Actium (31 av. JC), qui règle le sort des guerres civiles romaines. De cette ville importante dotée de trois ports il reste un grand théâtre, une villa, des murs et un intéressant musée.

IMG_9455Changement d'équipage à 14h30. Avitaillement à 15h avec le nouvel équipage. Safety brief à 18h, dîner à 20h30, nuit à bord. NB : si des places sont disponibles, nous garerons probablement le bateau sur le quai municipal face à la National Bank.

Total de la semaine : 333 M en pasant par la côte est de Corfou et Piriti, 378 M en faisant le tour complet de Corfou.

The_Roman_Odeon_of_Nicopolis__Bgabel_

My first contact with Greece was a "one-way" from Lavrio in the Aegean Sea to Lefkada via the Gulf of Corinth. It was late June / early July 2014. Since I have often returned sailing in Greece: it is a country that I love, rich in history and where people are welcoming. I explored many sectors: Peloponnese, Cyclades, Dodecanese, etc. It was in April 2018 that I had the idea of ​​this cruise connecting Corfu to the Saronic Gulf, passing by extraordinary places, rich of history and beauty, with the passage of the Canal of Corinth and the visit of Epidaurus, that of Delphi and Pargas, a night in Ithaca, etc. This cruise was so beautiful that I made it a second time in the fall of 2018, and that I wanted to offer it for Christmas and New Year's Day 2019. You can spend with us two weeks:

- the week from Saturday, October 23 to Saturday, October 30 2021: Athens - Corinth Canal - Trisonia - Vathi (Ithaca) - Pargas - Mourthos - Corfu - Gaios - Preveza (335 M), and / or

- the week from Saturday, October 30 to Saturday, November 6, 2021: Preveza - Nisis Oxia - Navpaktos - Itea - Corinth - Epidhavros - Athens (234 M).

Below you will find the detailed navigation plan of the first week, from Athens to Preveza. The detailed navigation plan for the second week will be published in a few days.

Corfou-Town 3 novembre 2018

From Saturday, October 23 to Saturday, October 30, 2021 I offer to crew a superb cruise to discover Greece, the Gulf of Corinth and the Ionian Sea. We will have a Bavaria 50 Cruiser (15.24 m) equipped with all comforts: ci! Nq double cabins, three cabinets WC / showers, 220V converter, refrigerator, internet access on board possible, mainsail batten with electric winch and genoa on reel, bow thruster, MP3 plug - iPod, etc. From the Marina of Alimos-Kalamaki (Athens) we will cross the Corinth Canal, and will stop at Corinth, Trisonia, Vathy (Ithaca, the island of Ulysses), Pargas (beautiful citadel built by the Normans), Mourthos and the very beautiful bays of the Sivota Islands, Corfu, then the pretty protected village of Gaios and finally Preveza, seaside resort near which took place the battle of Actium between the galleys of Octave and those of Cleopatra..

NB: For those who want a two-week cruise, the return of Preveza to Athens will allow us to discover Navpaktos (the old Lepanto), Delphi and Epidaurus (navigation plan published in a few days).

This training cruise is now almost complete. Cool atmosphere (discover, improve in a pleasant and joyful atmosphere). Participation costs: 450 euros for a team member occupying a double cabin, the same price for a couple or two friends (225 euros per person), plus food and price of Corinth Canal. We will do a little over 335 M in the beautiful and varied landscapes of the Gulf of Corinth and the Ionian Sea: ports, anchorages, visits, swimming, etc. We will have two nights of navigation; shifts (optional) will always be two or three. Discovery of astro navigation, night navigation, etc. Participation in the maneuvers requested, but nothing is imposed. This voyage of initiation and discovery of the world of sailing trip is intended primarily for the training of team members of the T2A expedition. Very varied, it will allow them to discover the different maneuvers of port, day and night, the dead bodies, the anchorages, maneuvers of man with the sea with the sail as with the engine (we will recover all that will float on our way), etc. The boat being large, we also open this cruise to non-members of the expedition. We will be in school holidays, children and beginners are welcome. Sailing with your family is always happiness! We will also participate in a marine animal counting program.

Corfou, le port de Mandraki, 27 avril 2018 (Ph Bensimon)

Photos : Itinéraire de la croisière d'Athènes à Corfou puis Preveza et retour sur OpenCPN ; Maisons décorées de l'Esplanade et cruches peintes prêtes à être jetées des balcons, tradition du Samedi Saint à Corfou ; CorfouSatellite ; Le Bavaria 49 Hellas Fos utilisé lors de nos deux précédentes croisières de Corfou à Epidaure et retour (2018) ; L'entrée du canal de Corinthe côté Posidonia, 27 octobre 2018 ; Navigation de nuit dans le canal de Corinthe, 28 octobre 2018 (1 à 3) ; Canal de Corinthe, sortie de nuit côté Posidonia, 28 octobre 2018 ; Corinthe, le port 010714 ; En route vers Ak Melangavi, 1er juillet 2014 ; Navigation dans le golfe de Corinthe, 25 décembre 2019  ; Trizonia ; Le pont entre Rion et Andirion 020714 ; Mouillage dans la baie Est de Nisis Oxia, 4 juillet 2014 ; Lever du jour dans la baie Est de Nisis Oxia, 4 juillet 2014 ; Ithaque, 27 décembre 2019 ;Tête d’Ulysse, sculpture grecque du iie siècle av. J.-C., trouvée dans la Villa de Tibère à Sperlonga ; Ithaki-Vathy (Bathy) ; Ile de Panagia dans la baie de Parga ; Parga, panorama ; Départ du port de Mourtos, 21 octobre 2018 ; La baie de Gouvia ; Paxos Gaios town ; Port of Gaios in Paxos ; The Battle of Actium, by Laureys a Castro (1672), Oil Paint in National Maritime Museum of Greenwich, London (Director's Office) ; Preveza, le quai devant la National Bank ; The Roman Odeon of Nicopolis ; Ruelle de Corfou ; La forteresse de Corfou vue de la mer.

Auteurs : Maisons décorées de l'Esplanade et cruches peintes prêtes à être jetées des balcons, tradition du Samedi Saint à Corfou : Kett ; CorfouSatellite : Siren at French Wikipedia ; Paxos_gaios_town_bgiu : Bogdan Giuşcă ; Port of Gaios in Paxos : NikoSilver ; The Roman Odeon of Nicopolis : Bgabel ; Trizonia1 : Costas78 ; Tête d’Ulysse, sculpture grecque du iie siècle av. J.-C., trouvée dans la Villa de Tibère à Sperlonga : Jastrow ; Ithaki-Vathy : originally posted to Flickr ; Ile de Panagia dans la baie de Parga : Theudbald ; Parga, panorama : Γιάννης Χουβαρδάς ; La baie de Gouvia : auteur Marc Ryckaert (MJJR). Autres photos : Philippe Bensimon.

31 mai 2021

Croisière d'entraînement en Grèce, de Preveza à Athènes par le Golfe de Corinthe - 30 octobre au 6 novembre 2021 - Sail with us!

 

Athènes- Corfou - Preveza AR Open CPN

Ceci est la suite de l'article publié le 1er juin 2021. Mon premier contact avec la Grèce a été un "one-way" de Lavrio en Mer Egée à Lefkada en passant par le Golfe de Corinthe. C'était fin juin/début juillet 2014. Depuis je suis souvent retourné naviguer en Grèce : c'est un pays que j'aime, riche d'histoire et où les gens sont accueillants. J'y ai exploré beaucoup de secteurs : Péloponèse, Cyclades, Dodécanèse, etc. 

La semaine de croisière que je vous propose ici fait partie d'un itinéraire plus important reliant Corfou au Golfe Saronique, en passant par des endroits extraordinaires, riches d'histoire et de beauté, avec le passage du Canal de Corinthe et la visite d'Epidaure, celle de Delphes et de Pargas, une nuit à Ithaque, etc. C'est à ce jour la plus belle croisière que j'ai faite en Méditerranée.

Vous pouvez passer avec nous au choix :

- la semaine du samedi 23 au samedi 30 octobre 2021 : Athènes — Canal de Corinthe — Trizonia — Vathi (Ithaque) — Pargas — Mourtos — Corfou — Gaios — Preveza (335 M), ou/et

- la semaine du samedi 30 octobre au samedi 6 novembre 2021 : Preveza — Nisis Oxia —Navpaktos — Itea — Corinthe — Epidhavros — Athènes (234 M). 

Vous trouveres ci-dessous le plan de navigation détaillé de la seconde semaine, de Preveza à Athènes. Le plan de navigation détaillé de la première semaine a été publié le 1er juin 2021 : http://www.ameriquesvoilier-expeditions.org/archives/2021/06/01/38996129.html

Navpaktos au lever du jour

Ithaque, Départ de Vathi 31 octobre 2018

Du samedi 30 octobre au samedi 6 novembre 2021 j'offre à des équipiers une superbe croisière à la découverte de la Grèce, du Golfe de Corinthe et de la Mer Ionienne. Nous aurons un Bavaria 50 Cruiser (15,24 m) doté de tout le confort : cinq cabines doubles, trois cabinets WC/douches, convertisseur 220V, réfrigérateur, accès internet à bord possible, grand-voile sur enrouleur et génois sur enrouleur, propulseur d'étrave, prise MP3 - iPod, etc. Depuis Preveza, station balnéaire près de laquelle a eu lieu la bataille d'Actium entre les galères d'Octave et celles de Cléopâtre et de Marc Antoine, nous passerons le chenal de Lefkada, et irons à Nisis Oxia, petite île très sauvage, puis Navpaktos (Lépante), Itéa (visite de Delphes), Corinthe et le Canal de Corinthe, Epidhavros (visite du site antique d'Epidaure), pour arriver enfin à Athènes.

NB : Pour ceux qui souhaitent une croisière de deux semaines, l'aller d'Athènes à Preveza permet de découvrir Trizonia, Ithaque (l'île d'Ulysse), Parga et sa forteresse construite par les Normands, le cadre enchanteur de Mourtos et des îles Sivota, Corfou et Gaïos (plan de navigation publié le 2 mai 2021, cf. supra).

Cette croisière est presque complète. Ambiance cool (découvrir, se perfectionner dans une ambiance agréable et joyeuse). Participation aux frais : 450 euros pour un équipier occupant seul une cabine double, le même prix pour un couple ou deux amis (soit 225 euros par personne), plus la caisse de bord : nourriture, frais de passage du canal de Corinthe, diesel et ports. On fera un peu plus de 225 M dans les paysages superbes et très variés du Golfe de Corinthe et de la mer Ionienne : ports, mouillages, visites, etc. Nous n'aurons pas de nuit complète de navigation, mais des arrivées au port et un mouillage de nuit qui vous permettront de découvrir ce type de navigation ; les quarts (facultatifs) se feront toujours à trois. Participation aux manœuvres demandée, mais rien n'est imposé. Vous participerez également avec nous à un programme de comptage d'animaux marins. Venez découvrir la Grèce sur un beau voilier et profitez de son climat méditerranéen : en couple, en famille – on sera en pleine période de vacances scolaires - ou avec des amis, c'est encore plus sympa ! Enfants et débutants bienvenus. Cette croisière est ouverte à tous ; elle est cependant destinée en priorité à la formation des équipiers de l'expédition Tour des deux Amériques, aux côtés desquels vous manœuvrerez : tenue de barre, réglage des voiles, manœuvres d'aussières, départs sur gardes, amarrages sur pendilles et le long du quai, mouillages sur ancre et orin, calculs de caps à la table à cartes, etc. Cela signifie que les étapes sont longues, et les exercices et manoeuvres fréquents. Nous ne vous demandons pas d'être particulièrement sportif, mais d'être en bonne condition physique. Ne nous demandez pas une fois à bord de raccourcir les étapes, cela ne correspondrait pas du tout à l'esprit de ces superbes croisières d'entraînement.

Hellas Fos à Gaïos (Paxoï)

Voici le plan de navigation de la seconde semaine, de Preveza à Athènes :

IMG_9455

Samedi 30 octobre 2021 : nous arriverons avec le bateau à Preveza à 13h25. Si la place est disponible, nous garerons sans doute le bateau au quai municipal, devant la National Bank (photo ci-contre). A 3 M au nord de Preveza se trouvent les ruines de Nikopolis, cité construite par Octave pour célébrer sa victoire sur Marc Antoine et Cléopâtre à la bataille d’Actium (31 av. JC), qui règle le sort des guerres civiles romaines. De cette ville importante dotée de trois ports il reste un grand théâtre, une villa, des murs et un intéressant musée.

Changement d'équipage à 14h30. Avitaillement à 15h avec le nouvel équipage. Safety brief à 18h, dîner à 20h30, nuit à bord.

The_Roman_Odeon_of_Nicopolis__Bgabel_

Dimanche 31 octobre : départ à 7h (ne pas prendre de retard à cause des ouvertures du pont de Lefkas), cap au 154° sur 0,61 M à 4 kt (cap sur la tour de 71m sur Aktion jusqu’à aligner la tourelle blanche et la bouée rouge au nord-est, 9 minutes), puis à hauteur de la bouée rouge de sortie du chenal prendre au 206° sur 0,49 M (7 minutes, 7h16. On rejoint ainsi l’entrée du chenal (bouées rouges et vertes, back transit dans l’alignement des phares, cap au 248° sur 1,57 M). A la sortie du chenal (ligne de sonde des 10m, 7h39), on hisse les voiles (10 mn) et on prend le cap 182° sur 5,1 M à 6 kt. Le_chenal_de_Lefkada_040714On arrive ainsi à 8h40 devant l’entrée de la passe qui mène à Lefkas (Lefkada). Attention au banc de sable qui ferme le chenal. A l’entrée nord du canal, le grand fort de Santa Maura, du nom d’une petite chapelle qu’il abrite, date du Moyen-âge (vers 1300, source Rod Heikell). On baisse les voiles ; à 9h le passage doit s’ouvrir pour nous laisser passer (heures rondes, la circulation vers le sud a priorité – contrairement aux habitudes). Il peut il y avoir 1,5 nœuds de courant. 3,5 M de chenal balisé (murs puis perches au milieu du marais) nous mènent à 4 kt à la sortie au sud de laquelle on coupe très vite la ligne des 10m (9h52).

Aristotle_Onassis

On hisse les voiles (10 mn), puis on prend au 164° sur 6,1 M à 6 kt jusqu’à voir au 270 se fermer la côte nord de Skorpios, île privée achetée 11.000 € en 1962 par Aristote Onassis et vendue contre sa volonté par sa petite-fille et dernière descendante Athina Onassis Roussel à Ekaterina Rybolovleva, fille de l'oligarque Dmitri Rybolovlev, pour 100.000.000 £. On frise alors la ligne des 10 m à tribord (sinon la rejoindre, 11h03). Attention ensuite aux écueils affleurant à bâbord lorsqu’on prend au 208° sur 1,72 M pour laisser Skorpios à tribord et les écueils à bâbord (mettre un veilleur à l’avant du bateau). 10 mn pour ferler les voiles. On suit ensuite (11h20) à 4 kt la côte nord de Nisos Meganisi en visitant les calanques jusqu’au phare d’Akra Elia (extrémité est de la côte nord de Nisos Meganisi, 8,9 M, veilleur à l’avant, fonds incertains dans les calanques bordées de cyprès et d’oliviers, eaux bleues et limpides, 13h43). On hisse ensuite les voiles (10 mn) et on prend au 154° sur 6,3 M à 6 kt jusqu’à voir au 090 la pointe sud de Nisos Kalamos (14h56, l’île comporte plusieurs vieux moulins à vent). 2 mn au 064° pour voir la très jolie baie voisine (14h58), et on repart au 159° sur 2,34 M pour laisser à bâbord la pointe sud de l’île Kastos (ligne des 100 m, 15h21, jolie île où figuiers de Barbarie et oliviers voisinent avec les vaches et les chèvres). 

Mouillage___Nisos_Oxia_040714

On prend ensuite au 143° sur 16 M. A 16h04 on laisse à bâbord au 090 l’écueil Praso – veilleur, normalement nous sommes à plus de 100 m de fond et le sondeur suffit à nous protéger de l’écueil. A 17h24 on laisse au 270 le feu sur la pointe nord de l’îlot Makri. A 18h on voit au 090° le milieu de la passe entre le continent et Nisos Oxia. On franchit cette passe au 090° sur 1,59 M (quinze minutes) jusqu’à voir complètement la côte est de Nisos Oxia (fonds de 47 m). On prend alors au 180° sur 1,83 M jusqu’à voir au 270 la zone de mouillage (18 minutes, 18h33). On roule le génois durant ce bord. 0,86 M au 270° nous mènent à la zone de mouillage (18h41). A 19h le bateau devrait être à l’ancre dans un cadre spectaculaire. Portage d’une amarre à terre avec l’annexe. Nuit au mouillage. Total de la journée : 56 M.

R_veil___Nisos_Oxia_040714

D_part_de_Nisos_Oxa_040714

Lundi 1er novembre : départ à 7h, 2,75 M au 127° à 6 kt. 10 mn pour hisser les voiles. A 7h37, proches de la ligne des 50 m on prend au 090° sur 15,7 M jusqu’au sud de la cardinale sud d’Ak Evimos (10h04). On prend alors sur 12 M au 080° pour rejoindre l’entrée de la zone su pont (12h14). Penser à appeler à l’avance la capitainerie d’Andirion pour savoir sous quelle arche passer. Cap au 060° sur 3,96 M pour le passage sous le pont entre Rion et Andirion (sortie de la zone à 12h53). 3,62 M au 016° nous mènent devant le vieux port médiéval de Navpaktos. 

Navpaktos__le_port_m_di_val_020714

En comptant 10 mn pour les manœuvres de voile, arrivée à Navpaktos à 13h39. Amarrage devant le vieux port médiéval. Déjeuner devant un paysage superbe. Visite, plage de sable, apéritif sur le port, dîner à Navpaktos (poulet à l’ouzo) ou à bord. Total de la journée : 38 M. Avitaillement possible, pain frais. Navpaktos est l’ancienne Lépante, où se joua le sort des Turcs en Méditerranée le 7 octobre 1571, face à une coalition rassemblant l’Espagne, Venise, les États Pontificaux, la république de Gênes, le duché de Savoie, l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et quelques autres puissances : 117 galères et 13 galiotes turques sont capturées, 62 galères coulées, 20.000 morts ou blessés et 3.500 prisonniers du côté ottoman, L’écrivain espagnol Cervantès y perdit l’usage de sa main gauche, mais y gagna une statue de lui qui domine l’entrée du port. La France était absente de la coalition chrétienne, ce qui explique peut-être pourquoi la seule rue Lépante en France se trouve à Nice. Le port médiéval est un des plus beaux de la Méditerranée, il ne faut pas le manquer.

Navpaktos_vu_du_ch_teau_020714

Navpaktos__la_plage_020714

Mont_e_au_ch_teau_de_Navpaktos_020714

Mardi 2 novembre : Réveil à 7h, départ du bord à 7h30 en annexe. Visite du joli château vénitien de Navpaktos le matin, montée en taxi au château, descente à pied, départ à 12h. 10 mn pour hisser les voiles, puis 1,79 M à 6 kt au 137° jusqu’à couper la ligne des 50 m et voir le phare d’Ak Mornos au 080 (12h27). De là on prend au 101° sur 15,8 M. A 12h37 on recoupe légèrement la ligne des 50 M au sud du phare d’Ak Mornos, puis à 15h15 on arrive au sud du phare d’Ak Psaromita (fonds de 200 m). On oblique alors au 086° sur 9,2 M pour voir à 16h47 le feu d’Ak Andromakhi au 360. De là,  4,74 M au 041° nous font entrer dans le Krissaios Kolpos. Vers 17h34 on voit la tourelle blanche Gal Aksidion disparaître derrière la pointe sud de la petite île Ayios Yeoryios (fonds de 76 m). On prend alors au 340° sur 2,88 M pour arriver à 0,14 M à l’ESE de l’entrée du port d’Ithea en ayant laissé à bâbord tous les dangers (18h02, fonds de 13-14 m). 10 mn pour ferler les voiles, puis 0,14 M au 304°nous mènent au sud de l’entrée du port (18h14). En comptant les manœuvres d’amarrage le long du quai, arrivée à Ithea : 18h30. Total de la journée : 35 M. Avitaillement possible, pain frais s’il en reste.

Ithea__020714

Delphes__amphith__tre_et_temple_d_Apollon__Leonidtsvetkov__

Oreste___Delphes__la_Pythie__le_tr_pied

Mercredi 3 novembre : visite de Delphes, le centre du monde grec du VIe au IVe siècle av. JC. C’est un des sites les plus beaux et les plus spectaculaires de la Grèce, au pied des gorges et des à-pic rocheux du Mont Parnasse. Départ d’Ithea à 18h. De la sortie du port, prendre au 124° sur 0,16 M (2 mn à 4 kt, fonds de 13-14 m), puis hisser les voiles dès que possible (10 mn) et prendre au 152° sur 9,7 M. A 19h49 on est à l’ouest du phare Nikolaos d’Ak Makri FlW 4.5s 17m 5Nm. On oblique au 136° sur 21,4 M. On passe ainsi au sud de ce même phare vers 20h11, et on arrive à l’ouest du FlW 10s 60m 19Nm (pointe Ak Melangavi) à 23h23. De là on oblique très légèrement au 135° sur 7,1 M pour arriver devant l’entrée de Corinthe à 0h34. 10 mn pour baisser les voiles et quinze pour l’amarrage, à 0h59 le bateau est au port. Total de la journée : 39 M. 

Jeudi 4 novembre : Départ de Corinthe à 10h. Corinthe était autrefois une des plus importantes cités marchandes grecques. Bâtie à l’intérieur des terres au pied de son acropole, l’Acrocorinthe, elle contrôlait l’accès au Golfe de Corinthe. Le diolkos, chemin de traction dallé de 6 km permettait aux navires d’éviter de faire le tour du Péloponnèse. Les tremblements de terre font que la cité moderne, reconstruite au bord de la mer, n’offre que peu de monuments anciens. Prendre au 051° sur 1,05 M (10 mn) puis obliquer au 135° sur 0,35 M pour rejoindre la capitainerie du canal (Poseidonia, faire un arc de cercle entre Corinthe et Poseidonia pour éviter les haut-fonds s’étendant plus loin que sur la carte). 

Canal_de_Corinthe_300614

Passage du canal de Corinthe vers midi et sortie du canal vers 13h. Creusé partiellement par l’empereur Néron qui y consacra 6.000 esclaves juifs sans arriver jusqu’au rocher, le canal fut achevé par une entreprise française puis par les grecs en 1893. Les falaises qui le bordent atteignent par endroits 79 m de haut.On hisse les voiles à la sortie du canal (10 mn). Cap au 125° sur 12,1 M jusqu’à voir au 090 le sud de l’îlot Ledou Island (le plus au sud d’un groupe d’îlots à bâbord, 15h11). On prend alors au 193° sur 10 M. Vers 16h12 on laisse au 090 le phare sur l’îlot Sparathronisi, et vers 16h51 on voit au 330 le feu (10 m) qui marque l’entrée de la baie d’Epidhavros (on est sur la ligne des 50 m).  On baisse les voiles (10 mn). 0,45 M au cap 262° nous mènent en 4 mn entre les bouées verte et rouge qui marquent le passage du chenal. De là on va directement sur les corps morts de Limini Palaios ou à la zone de mouillage. 

DSCN5162

DSCN4973

Arrivée vers 17h06. Avitaillement avec l’annexe à Epidhavros. Total de la journée : 36 M. 

DSCN4967

Epidaure__d_part_en_annexe_pour_le_port_300614

DSCN5004

Vendredi 5 novembre : Réveil à 7h, débarquement avec l’annexe. Café au bar du port en attendant un taxi. Visite du site d’Epidaure entre 9h et 11h. Retour à 11h30 à Epidhavros, et retour à bord. Départ d’Epidhavros à 12h30. De la zone de mouillage, 0,11 M au 062° amènent entre les bouées verte et rouge à l’entrée du chenal (1,3 mn). 0,39 M au 087° amènent ensuite à sortir par le haut des 50 m et à voir en même temps au 360 le feu (10 m) qui marque l’entrée de la baie d’Epidhavros (fonds de 55-57 m environ, 5 mn à 4 kt, 12h37). On hisse les voiles (10 mn). De  là, on prend au 054° sur 14,7 M. On passe ainsi successivement au 180 de la colonne visually conspicuous (37 m, 2 m de métal) sur l'îlot Spalathronisi (3,88 M, 13h33), puis dans le 180 de la pointe E de Kyra Island (2,02 M de plus, 13h57), puis on voit au 180 la bordure W de l'îlot Dorousa Island qui borde à l'W Agkistri Island (2,3 M de plus, 14h25), pour arriver enfin au nord de Plakakia Pt. (hauteur 11 m, 15h43, fonds de 40 m), sur la grande île Aigina. De là, on oblique au 059° sur 15,5 M. On passe ainsi à 16h19 à 0,36 M au sud du feu de l'îlot Lagousa (12 m, fonds estimés à environ 60 m). 4,90 M plus loin (17h17) on est en limite de visibilité du feu de Tourlos Pt. Fl W 3 6s 28 m 5Nm qui marque la bordure E d'Aigina (on est à 5,2 M du feu, fonds de 94 m). A 17h58 on arrive dans l'axe de la sortie N du TSS d'Athènes, qu'on mettra un quart d'heure à traverser (même si on va être au nord du TSS, la vigilance est de mise, fonds de 95 m environ au début du passage, 80 m vers la sortie). En gardant toujours le même  cap on arrive ainsi directement sur l'entrée de la marina Alimos-Kalamaki dont on enroulera le feu vert d'entrée de port Fl G 3s 10m 9Nm en le laissant sur tribord (18h49, 18h59 en comptant 10 mn pour rentrer les voiles). Réduire à 3 kt. L'entrée du port se fait sensiblement au 132° en se faufilant sur environ 150m (1'40") entre les deux môles, jusqu'à voir au 031 le Fl R 3s 10m 9Nm. De là, obliquer au 071° sur 0,12 M ( environ 2'24" à 3 kt) pour arriver au cœur de la marina (19h03). A 19h20 le bateau devrait être amarré définitivement. Total de la journée : 27 M. 

Dîner à bord ou dans un restaurant traditionnel voisin. Dernière nuit à bord.

Samedi 6 novembre : Petit déjeuner à bord. Départ du bateau avant 9 neures.

Total de la semaine : 224 M.

Mus_e_d_Epidaure__2014

Drap___Mus_e_d_Epidaure_101116

My first contact with Greece was a "one-way" from Lavrio in the Aegean Sea to Lefkada via the Gulf of Corinth. It was late June / early July 2014. Since I have often returned sailing in Greece: it is a country that I love, rich in history and where people are welcoming. I explored many sectors: Peloponnese, Cyclades, Dodecanese, etc. The cruising week that I propose here is part of a larger route connecting Corfu to the Saronic Gulf, passing by extraordinary places, rich in history and beauty, with the passage of the Corinth Canal and the visit of Epidaurus, that of Delphi and Pargas, a night at Ithaca, & c. It is to this day the most beautiful cruise that I made in the Mediterranean. You can choose to spend with us:

- the week from Saturday, February 13 to Saturday February 20, 2021: Athens - Corinth Canal - Trizonia - Vathi (Ithaca) - Pargas - Mourtos - Corfu - Gaios - Preveza (335 M), and / or

- the week from Saturday February 20 to Saturday February 27, 2021: Preveza - Nisis Oxia -Navpaktos -Itea - Corinth - Epidhavros - Athens (234 M).

Below you will find the detailed navigation plan for the second week, from Preveza to Athens. The detailed navigation plan for the first week was published on June 1st, 2021: http://www.ameriquesvoilier-expeditions.org/archives/2021/06/01/38996129.html

From Saturday, October 30 to Saturday, November 6, 2021, I offer to crew a superb cruise to discover Greece, the Gulf of Corinth and the Ionian Sea. We will have a Cyclades 50.5 (15.62 m) equipped with all the comforts: six double cabins, three toilets / showers toilets plus a toilet dedicated to the front cabin, 220V converter, refrigerator, internet access on board possible, mainsail lathed with electric winch and furling genoa, bow thruster, MP3 - iPod jack, etc. From Preveza, the seaside resort near which took place the battle of Actium between the galleys of Octavian and those of Cleopatra and Mark Antony we will pass the channel of Lefkada, and go to Nisis Oxia, a very small wild island, then Navpaktos (Lepanto), Itea (visit Delphi), Corinth and the Corinth Canal, Epidhavros (visit the ancient site of Epidaurus), to finally arrive in Athens.

NB: For those who want a two-week cruise, the trip from Athens to Preveza will discover Trizonia, Ithaca (the island of Ulysses), Parga and its fortress built by the Normans, the enchanting setting of Mourtos and of the Sivota, Corfu and Gaios Islands (navigation plan published on June 4, 2021, see above).

We are looking for team members. Cool atmosphere (discover, improve in a pleasant and happy atmosphere). Contribution to costs: 450 euros for a crew member occupying a double cabin alone, the same price for a couple or two friends (or 225 euros per person), plus food. We will do a little more than 225 M in the superb and very varied landscapes of the Gulf of Corinth and the Ionian Sea: ports, anchorages, visits, etc. We will not have a full night of navigation, but arrivals at the port and a night anchorage which will allow you to discover this type of navigation; shifts (optional) will always be three. Participation in maneuvers requested, but nothing is imposed. We will also participate in a marine animal counting program. Come and discover Greece on a beautiful sailboat and enjoy its Mediterranean climate: as a couple, with the family - we will be in the middle of the school holidays - or with friends, it's even more fun! Children and beginners welcome. This cruise is open to everyone; however, it is primarily intended for the training of the crew of the Tour of the Two Americas expedition alongside whom you will maneuver: helm control, setting of sails, hawser maneuvers, departures on guard, moorings on moorings and along the quay , anchorages on anchor and line, navigation at the chart table, etc. This means that the steps are long, and the exercises and maneuvers frequent. We do not ask you to be particularly athletic, but to be in good physical condition. Do not ask us once on board to shorten the stages, that would not correspond at all to the spirit of these superb training cruises.

Hestiatorion_et_propylon_d_Epidaure_101116

Photos : Itinéraire de la croisière de Corfou à Epidaure et retour sur OpenCPN ; Navpaktos au lever du jour ; Ithaque, Départ de Vathi 31 octobre 2018 ; Au quai de Gaios à Paxos ; Preveza, le quai devant la National Bank ; The Roman Odeon of Nicopolis ; Le chenal de Lefkada 040714 ; Aristote Onassis ; Mouillage à Nisos Oxia 040714 ; Réveil à Nisos Oxia 040714 ;  Départ de Nisos Oxa 040714 ; Navpaktos, le port médiéval 020714 ; Navpaktos vu du château 020714 ; Navpaktos, la plage 020714 ; Montée au château de Navpaktos 020714 ; Ithea, le port 020714 ; Delphes, amphithéâtre et temple d'Apollon ; Oreste à Delphes, la Pythie, le trépied. Cratère à figures rouges, vers 330 av. J.-C. ; Canal de Corinthe 300614 ; Epidhavros (Epidaure) 300614 (1 et 2) ; Lever de soleil à Epidaure, novembre 2016 ; Epidaure, départ en annexe pour le port 300614 ; Amphithéâtre d'Epidaure, novembre 2016 ; Entre Corinthe et Ithea 010714 ; Corinthe, le port 010714 ; Trizonia ; Le pont entre Rion et Andirion 020714 ; Tête d’Ulysse, sculpture grecque du iie siècle av. J.-C., trouvée dans la Villa de Tibère à Sperlonga ; Ithaki-Vathy (Bathy) ; Ile de Panagia dans la baie de Parga ; Parga, panorama ; La baie de Gouvia (auteur Marc Ryckaert ; Musée d'Epidaure, reconstitutions de bâtiments, novembre 2016 ; Drapé, Musée d'Epidaure 101116 ; Hestiatorion et propylon d'Epidaure 101116.

Auteurs/Authors : The Roman Odeon of Nicopolis : Bgabel ; Aristote Onassis : unknown ; Delphes, amphithéâtre et temple d'Apollon : Leonidtsvetkov ; Oreste à Delphes, la Pythie, le trépied. Cratère à figures rouges, vers 330 av. J.-C. : Jastrow ; Trizonia1 : Costas78 ; Tête d’Ulysse, sculpture grecque du iie siècle av. J.-C., trouvée dans la Villa de Tibère à Sperlonga : Jastrow ; Ithaki-Vathy : originally posted to Flickr ; Ile de Panagia dans la baie de Parga : Theudbald ; Parga, panorama : Γιάννης Χουβαρδάς ; La baie de Gouvia : auteur Marc Ryckaert (MJJR). Autres photos : Philippe Bensimon.


NoPlasticChallenge solidaire du Sri Lanka

Nous relayons sans aucune modification le contenu d'un mail reçu ce matin : 
Pièce jointe.png
 
Les-billes-de-plastique-recouvrent-le-sable - copie.jpg
 31 mai -15 juin
Un #NoPlasticChallenge déterminé
et solidaire du Sri Lanka
Au moment où le Sri Lanka voit ses plages ravagées par  des millions de granulés plastiques échappés d'un porte-conteneurs, nous vous invitons à rejoindre avec encore plus d'implication le #NoPlasticChallenge.
 
Ces granulés qui se dispersent si facilement dans l'environnement et sont si difficiles à récupérer sont la base de tous les produits plastiques que nous consommons.
1 jour/ 1 geste  pour réduire l’usage unique et développer le réemploi 
A partir du 31 mai, chaque jour, une action de réduction du plastique sera mise en valeur (1 jour, 1 éco-geste). L’accent sera mis sur les solutions de réemploi et de « refill » qui se développent : fontaines, consigne,  recharge,… Voir le calendrier
La campagne développée sur les réseaux sociaux, sera également portée par 500 ambassadeurs qui mobiliseront leur entreprise, leur collectivité, leur établissement scolaire ou leur cercle privé. 
Les parrains de l’association, le navigateur Stéphane le Diraison et la kite-surfeuse Doris Wetzel, ainsi que ses partenaires, relaieront le #NoPlasticChallenge.
 
Calendrier No Plastic Challenge 2021 web DEF_page-0001.jpg
Ensemble des visuels disponibles ici
image_39524154631620138594414.jpg
 
image_53619927241620138594424.jpg
Prendre conscience de l'omniprésence du plastique  
L’association met  à disposition des particuliers et entreprises des outils pour les aider à prendre conscience de leur consommation, de la présence de plastique dans certains produits (vêtements, filtres de mégots…) et des changements liés à la période de pandémie. Elle propose :
  • un  questionnaire en ligne pour les consommateurs ;
  • une fiche conseil pour les entreprises qui recense les contextes de recours au plastique (pause déjeuner, pause café, fournitures, achat…) et renvoie vers des solutions (développement de points d’accès à l’eau en entreprise, réduction du plastique sur la chaîne logistique, solutions pour le e-commerce.

Focus bouteilles et mégots : 40% des déchets plastiques à usage unique retrouvés sur les plages européennes

Le #NoPlasticChallenge propose aux organisations et collectivités des affichettes et outils afin  :

  • d’accompagner le développement de points d’accès à l’eau potable dans les entreprises et établissements accueillant du public, prévu par la loi anti-gaspillage et pour l’économie circulaire ; 
  • de faire savoir que le filtre du mégot de cigarette est en plastique et génère une pollution considérable.
image_16076679731620389526012.png
 
image_78331140261620138594430.png

Quatre conférences pour rappeler les enjeux et hiérarchiser les solutions

Ce programme, qui réunit des experts ayant récemment publié des recommandations sur la pollution plastique, des entreprises et organisations, a pour but  de partager les enjeux et de hiérarchiser les solutions pour lutter contre la pollution plastique. 

Visionnage de la conférence du 27 et Inscription pour les suivantes en cliquant sur l'image.

Visuel Conf 1.png
 
2.jpg
3.png
 
4.png

  Quelques chiffres

  • 49 % : c’est la part des plastiques à usage unique dans les déchets marins retrouvés sur les plages européennes[1]
  • 2 produits sont à l’origine de 40% de ces déchets plastiques à usage unique[2] : la bouteille plastique (21%) et le mégot (19%)
  • 41% du plastique destiné à l’emballage alimentaire est utilisé pour les bouteillesen France (eau et boissons, hors lait), soit 340 000 tonnes de plastique par an [3]
  • Les emballages représentent 60% des déchets plastiques en France 
  • 1,5 milliard de masques ont déjà̀ rejoint les océans selon l’ONU. 6,8 à 13,7 milliards de masques jetables utilisés par an en France selon l’ADIT (l’Agence pour la diffusion de l’information technologique)[4]

[1] Etude d’impact de la commission européenne de 2018 , préalable à la directive européenne sur les plastiques à usage unique, menée sur 276 plages et 17 pays

[3] Rapport « Quel potentiel 3R pour les emballages en plastique ? » du Ministère de la transition écologique

[4] Mission flash de l’Assemblée Nationale sur le traitement des masques usagés, dont la première recommandation est de privilégier le masque réutilisable

28 mai 2021

Renoncez à vos achats de poisson - Santé - Pêche en Manche - Biodiversité - Give up your fish purchases - Health - Biodiversity

 

Atlantic mackerel at a fish store (auteur author Jastrow (2004))

L'association Bloom, très mobilisée ces dernières années contre la pêche électrique, écrit hier matin : "A la suite des 27 000 plaintes que vous avez déposées à l'automne 2020 et des quatre plaintes portées par BLOOM en 2017, 2018, 2019 et 2020 contre les Pays-Bas et l'Allemagne, la Commission européenne a fini par reconnaître les fraudes à la pêche électrique commises par les Pays-Bas. Cette position aurait dû entraîner une condamnation et des sanctions fortes pour mettre fin à l’impunité des industriels néerlandais. Mais au lieu d'assumer son rôle de gardienne des Traités et le respect de la Politique commune de la pêche, la Commission européenne, sous l'influence des lobbys néerlandais, a choisi de ne pas sanctionner les Pays-Bas. Cette application à géométrie variable des lois est révélatrice d’une corruption morale et d’une incompétence inacceptables."

Rappelons que la surpêche débouche sur un problème de sécurité alimentaire mondiale (et de sécurité tout court) qui nous touche tous, même si la plupart des gens dans le grand public n'en ont pas conscience.

Bloom se mobilise désormais contre la venue en Manche des pêcheurs néerlandais qui utilisent la senne danoise. La senne danoise ressemble à un chalut en forme d'entonnoir qui traîne sur le fond, tiré par deux cordages qui effraient le poisson et sont sensés le ramener vers le centre de l'entonnoir. Ayant épuisé chez eux leurs droits de pêche - et les ressources - certains armateurs changent de pavillon pour continuer le massacre avec les droits alloués au nouveau pavillon.

A côté de cela, vous avez tous suivi à la télévision les plaintes incessantes des pêcheurs français protestant contre les pêcheurs anglais et le Brexit qui les empêche désormais d'aller ravager les zones britanniques. 

Ce jeudi 27 mai 2021, on voyait au journal télévisé d'Antenne 2 lors d'un sujet consacré au label "Pavillon France" (marque collective impliquant tous les acteurs de la pêche française valorisant ses métiers, ses engagements et ses produits, portée par l’association France Filière Pêche) un pêcheur inquiet, qui vient de ramener 13 tonnes de maquereau après trois jours en mer. Soit plus de 17.000 individus dont il est à lui seul responsable de l'assassinat en trois jours. Et il n'a pas un très gros bateau. 

On sait aujourd'hui, après des années de lutte, qu'on n'arrivera pas à stopper ce génocide. Il y a trop d'intérêts économiques en jeu, et même les aires marines protégées (AMP) tant vantées par le président Macron qui a promis le 6 mars 2019 que 30 % de notre littoral passerait en AMP en 2022 se révèlent aujourd'hui une vaste supercherie : d'une part seules les AMP dites "en protection forte" ont une réelle efficacité et elles sont très rares - dans les autres ont peut faire à peu près n'importe quoi - d'autre part elles viennent de révéler leur vrai visage en proposant désormais que la "visite" de ces AMP devienne payante. L'Etat a simplement confisqué une partie du territoire jusque là ouvert au public pour gagner un peu plus d'argent en rackettant désormais les visiteurs. Et qu’on ne vienne pas dire que les AMP ont un coût qu'il convient de financer. La pandémie actuelle a montré que quand l'Etat veut financer quelque chose qui l'intéresse - même si cela coûte des centaines de milliards d'euros - les fonds sont vite trouvés. 

L'Etat - les Etats, car le problème est général en Europe et dans le monde - se refusant à réduire la pêche dans des conditions acceptables, et les pêcheurs voulant toujours pêcher plus, en privilégiant leur intérêt personnel immédiat au détriment du bien collectif à long terme, il convient de réaliser que dans ce génocide organisé les pêcheurs ne sont que les tueurs à gage au service de commanditaires. Ces commanditaires, véritables responsables de la mort des océans, c'est nous, les consommateurs. Un Terrien moyen mangeait il y a deux ans 20 kilos de produits de la mer par an, et un Français moyen en mangeait 34 kilos par an. Alors que l'océan ne produit actuellement que 11 kg de produits de la mer par habitant de la planète. On voit bien où est le problème. Quelque soit le moyen de pêche utilisé, la disparition de la biodiversité marine est inéluctable si les gens continuent à manger du poisson de façon irresponsable

Pensez quand vous passez devant l'étal du rayon "poissonnerie " de votre supermarché où sont joliment exposés les cadavres d'animaux qui ne demandaient qu'à vivre, que si vous achetez le produit de leur assassinat, vous contribuez un peu plus à dépeupler les mers, et à rompre un équilibre écologique désormais fragile dont nous dépendons tous. Renoncez à votre achat, 

Pensez aussi quand vous servirez leurs cadavres à votre famille et à vos invités, que ces poissons vivaient librement dans des eaux déjà polluées par l'homme. Ils contiennent des métaux lourds nocifs et des nanoplastiques. Renoncez à votre achat, pour le bien de l'océan, pour celui de vos invités, le vôtre et celui de vos enfants. 

Pensez aussi que les poissons vivent, souffrent et meurent comme vous. 17.000 habitants assassinés en trois jours par un seul petit bateau, c'est la population d'une ville comme Lons-le-Saunier (préfecture du Jura) rayée de la carte. 

Imaginez-vous habitant dans une zone chalutée depuis le ciel par des extra-terrestres avide de chair humaine, le filet détruisant tout sous son passage, et emportant votre famille, vos enfants, vos amis, vos voisins. Arrêtez le massacre, et renoncez à votre achat.

N'écoutez pas non plus ceux qui vous disent : "il faut manger de tout". Ou bien commencez par goûter au cyanure de potassium. Avoir une alimentation diversifiée et équilibrée ne veut pas dire manger du poisson. Vous avez des sportifs de très haut niveau qui sont végétariens. 

Carl Lewis championnats du monde 1983 Helsinki (auteur author finneye

L’Américain Carl Lewis est peut-être l’un des sportifs végétaliens les plus connus. Lewis est un sprinter et sauteur au palmarès extraordinaire : dix médailles olympiques dont neuf en or ainsi que dix médailles aux championnats du monde d'athlétisme dont huit en or. Il a remporté son dernier titre olympique à 35 ans, un âge « avancé » dans le sport de haut niveau. Il a aussi été reconnu comme « sportif du siècle » par le Comité international olympique (CIO) et « olympien du siècle » par Sports Illustrated. Carl Lewis dit avoir adopté un régime végétalien en 1990 et a, à plusieurs reprises, affirmé que celui-ci était son principal atout dans sa carrière d'athlète (source : Wikipédia). 

Parmi les autres très grands sportifs végétariens : les sœurs Venus et Serena Williams (tennis, respectivement 23 et 39 titres du Grand chelem), Scott Jurek (coureur 7 fois vainqueur de 160 km Endurance Race), Martina Navratilova (tennis, 168 titres en simple et 177 titres en double dames, 31 ans de carrière au plus haut niveau), Surya Bonali (patinage, 8 médailles mondiales), Isabelle Patissier (grimpeuse), Patrick Baboumian (quatre fois sacré "homme le plus fort du monde"), Alain Mimoun (médaille d'or au marathon olympique), Kendrick Farris (haltérophilie), Murray Rose (nageur, quadruple champion olympique), Bode Miller (record de victoires d'un Américain en Coupe du monde avec 33 succès), Edwin Moses (spécialiste du 400 m haies, Invaincu sur cette distance entre 1977 et 1987 avec 122 victoires consécutives), David Hayes (Boxe), etc. 

Beaucoup de grands intellectuels sont aussi des végétariens : Thomas Edison pionnier de l’électricité (plus de mille brevets à son actif) disait : « Je suis végétarien et anti-alcoolique : ainsi je peux faire un meilleur usage de mon cerveau. » En 530 avant notre ère, Pythagore, entre deux exercices de maths, théorise le végétarisme. Il est le premier homme à condamner les traitements réservés aux animaux. Isaac Newton, à qui on doit la loi universelle de la gravitation, faisait partie des philosophes qui affirmaient que le régime végétarien était celui qui convenait le mieux aux Hommes. Albert Einstein (théorie de la relativité) estimait que : « Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre que d’opter pour une diète végétarienne. » 

Bref, vous n'avez aucun besoin de manger du poisson. Respectez ces animaux, laissez-les vivre. Renoncez à vos achats de poisson hebdomadaires. Si vous voulez faire la fête autour d'un cadavre, faites-le uniquement dans les grandes occasions.   

 _______________________

The Bloom association, very mobilized in recent years against electric fishing, wrote yesterday morning: "Following the 27,000 complaints that you filed in the fall of 2020 and the four complaints brought by BLOOM in 2017, 2018, 2019 and 2020 against the Netherlands and Germany, the European Commission has come to recognize the electrofishing frauds committed by the Netherlands. This position should have led to a condemnation and strong sanctions to end the impunity of Dutch industrialists.But instead of assuming its role of guardian of the Treaties and of respect for the Common Fisheries Policy, the European Commission, under the influence of Dutch lobbies, has chosen not to sanction the Netherlands. Variable geometry application of laws is indicative of unacceptable moral corruption and incompetence." Remember that overfishing leads to a problem of global food security (and security itself) that affects us all, even if most people in the general public are not aware of it. Bloom is now mobilizing against the arrival in the Channel of Dutch fishermen who use the Danish seine. The Danish seine is like a funnel-shaped trawl that trails on the bottom, pulled by two ropes that scare the fish and are supposed to bring them back to the center of the funnel. Having exhausted their fishing rights - and resources - at home, some shipowners change flag to continue the massacre with the rights allocated to the new flag. Besides that, you have all followed on television the incessant complaints of French fishermen protesting against English fishermen and Brexit which now prevents them from going to ravage the British areas. This Thursday, May 27, 2021, we saw on Antenne 2's television news during a subject devoted to the "Pavillon France" label (collective brand involving all players in French fishing promoting its trades, its commitments and its products, carried by the France Filière Pêche association) a worried fisherman, who has just brought back 13 tonnes of mackerel after three days at sea. That is more than 17,000 individuals for whom he alone is responsible for the murder in three days. And he doesn't have a very big boat. We know today, after years of struggle, that we will not be able to stop this genocide. There are too many economic interests at stake, and even the marine protected areas (MPAs) so vaunted by President Macron who promised on March 6, 2019 that 30% of our coastline would go into MPAs in 2022 are now turning out to be a vast deception: on the one hand only the so-called "strong protection" MPAs have a real effectiveness and they are very rare - in the others they can do almost anything - on the other hand they have just revealed their true face by now proposing that the "visit" of these MPAs becomes chargeable. The state simply confiscated part of the territory previously open to the public to earn a little more money by now extorting visitors. And let's not say that MPAs have a cost that needs to be funded. The current pandemic has shown that when the state wants to finance something that interests it - even if it costs hundreds of billions of euros - the funds are quickly found. The State - the States, because the problem is general in Europe and in the world - refusing to reduce fishing in acceptable conditions, and fishermen always wanting to fish more, by privileging their immediate personal interest to the detriment of the collective good in the long run. In the end, it should be realized that in this organized genocide the fishermen are only the hired killers in the service of sponsors. These sponsors, truly responsible for the death of the oceans, are us, the consumers. Two years ago, the average Terran ate 20 kilos of seafood per year, and an average French person ate 34 kilos per year. While the ocean currently produces only 11 kg of seafood per inhabitant of the planet. We can see where the problem is. Whatever the means of fishing used, the disappearance of marine biodiversity is inevitable if people continue to eat fish irresponsibly. Think when you pass in front of the stall of the “fishmonger” section of your supermarket where the corpses of animals are nicely exposed which only ask to live, that if you buy the product of their murder, you contribute a little more to depopulate seas, and to upset a now fragile ecological balance on which we all depend. Give up your purchase, Also consider when you serve their corpses to your family and guests, that these fish lived freely in waters already polluted by man. They contain harmful heavy metals and nanoplastics. Give up your purchase, for the good of the ocean, for that of your guests, yours and that of your children. Also think that fish live, suffer and die like you. 17,000 inhabitants murdered in three days by a single small boat, it is the population of a city like Lons-le-Saunier (prefecture of Jura) wiped off the map.

Imagine living in an area trawled from the sky by aliens eager for human flesh, the net destroying everything in its path, and taking your family, your children, your friends, your neighbors. Stop the massacre, and forfeit your purchase.

Do not listen to those who tell you: "you have to eat everything". Or start with a taste of potassium cyanide. Having a diversified and balanced diet does not mean eating fish. You have very high level athletes who are vegetarians.

Perhaps one of the most famous vegan athletes is American Carl Lewis. Lewis is a sprinter and jumper with an extraordinary track record: ten Olympic medals including nine gold as well as ten world athletics championship medals including eight gold. He won his last Olympic title at age 35, an “advanced” age. in high performance sport. He was also recognized as "sportsman of the century" by the International Olympic Committee (IOC) and "Olympian of the century" by Sports Illustrated. Carl Lewis says he adopted a vegan diet in 1990 and has repeatedly claimed that it was his main asset in his athletic career (source: Wikipedia).

Venus and Serena 1993 and 2001 (from Laurel Maryland, USA)

Among the other very great vegetarian sportsmen: the sisters Venus and Serena Williams (tennis, respectively 23 and 39 Grand Slam titles), Scott Jurek (7-time runner winner of 160 km Endurance Race), Martina Navratilova (tennis, 168 singles titles and 177 titles in women's doubles, 31 years of career at the highest level), Surya Bonali (skating, 8 world medals), Isabelle Patissier (climber), Patrick Baboumian (four times crowned "strongest man in the world"), Alain Mimoun (gold medal in the Olympic marathon), Kendrick Farris (weightlifting), Murray Rose (swimmer, quadruple Olympic champion), Bode Miller (record for an American's World Cup victories with 33 successes), Edwin Moses (specialist 400m hurdles, Unbeaten over this distance between 1977 and 1987 with 122 consecutive wins), David Hayes (Boxing), etc.

Many great intellectuals are also vegetarians: Thomas Edison, pioneer of electricity (more than a thousand patents to his credit) said: "I am vegetarian and anti-alcoholic: so I can make better use of my brain. »In 530 before our era, Pythagoras, between two math exercises, theorized vegetarianism. He is the first man to condemn the treatment of animals. Isaac Newton, to whom we owe the universal law of gravitation, was one of the philosophers who asserted that the vegetarian diet was the one that best suited men. Albert Einstein, whose theory of relativity was recently confirmed, believed that: “Nothing can be more beneficial to human health and increase the chances of survival of life on earth than opting for a vegetarian diet."

In short, you don't need to eat fish. Respect these animals, let them live. Forgo your weekly fish purchases. If you want to party around a dead body, only do it on special occasions.

Photo : Atlantic mackerel at a fish store, 2004 (auteur/author : Jastrow) ; Carl Lewis championnats du monde 1983 Helsinki (auteur author finneye) ; Venus and Serena 1993 and 2001 (from Laurel Maryland, USA). Source des citations d'intellectuels : https://www.ecoledujournalisme.com/edj-news/ces-personnalites-que-vous-nauriez-jamais-imagines-vegetariennes (Kelly Peyron) ; http://www.citation-theme.fr/citation-vegetarisme.php.

 

 

26 mai 2021

8.000 à 10.000 migrants arrivés à Ceuta la semaine dernière : un triste record - record of migrants in Ceuta last week

Ceuta_desde_el_mirador_de_Isabel_II (auteur author Ongayo)

Plus de 8.000 immigrants illégaux, dont 1.500 mineurs, sont arrivés entre lundi et mardi dans l'enclave espagnole de Ceuta en provenance du pays voisin, le Maroc, en bénéficiant du laxisme des autorités marocaines qui ont fermé les yeux. Un record qui montre la gravité de la situation, et la précarité des gens dans le quart nord-ouest de l'Afrique (ce qui ne veut pas dire pour autant que les autres régions d'Afrique soient mieux loties).

Mercredi 19 mai, les autorités espagnoles indiquaient que 5.600 personnes avaient déjà été renvoyées vers le Maroc.

Essentiellement, ces migrants sont des hommes jeunes, chassés de chez eux par les difficultés économiques ou les violences dans leur pays. Ne pouvant franchir les grilles qui ceinturent l'enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc, ils ont choisi de les contourner par la mer, certains s'aidant de flotteurs de fortune. On a vu un homme sachant à peine nager s'être bardé de bouteilles en plastique. Des familles entières ont aussi choisi de tenter l'aventure. Selon des sources marocaines citées par la BBC, au moins un homme est mort en ce début de semaine dans les eaux marocaines.

Certains accusent le Maroc d'avoir orchestré cet afflux en représailles contre le gouvernement espagnol qui accueille en ce moment sur son sol le leader du Fronte Polisario Brahim Ghamli, 73 ans, venu se faire soigner en Espagne après avoir contracté la covid-19. Le Maroc a démenti cette accusation. Rappelons que le Maroc a rompu début novembre 2020 un cessez-le-feu vieux de plus de trente ans au Sahara occidental lors d'une incursion de ses forces armées dans le territoire, Brahim Ghalil déclarant à la suite de cet événement l'état de guerre contre le Maroc le 14 novembre 2020.

Selon RFI, 8.000 à 10.000 migrants sont arrivés à Ceuta depuis le début de la semaine et on estime à 3.000 ceux qui restent encore à Ceuta – les autres étant repartis ou ayant été reconduits. Si les adultes sont rapidement expulsés, les jeunes ne sont effet ni réellement accueillis, ni expulsés, la loi espagnole interdisant toute reconduite « à chaud » d'un mineur. Résultat : des familles ont été séparées, certaines ont lancé des avis de recherche. «La priorité de la ville est de retrouver les parents. Elle a donc ouvert jeudi une «hotline», qui a reçu «plus de 4400 appels» en 24 heures», a déclaré María Isabel, un des membres du gouvernement autonome de Ceuta. «Beaucoup pleurent et veulent rentrer chez eux depuis leur arrivée»  (source : Figaro Live, samedi 22 mai). Beaucoup sont dans des centres où ils sont nourris et reçoivent les soins de base mais certains ne leur font pas confiance et ont fait le choix d'errer dans les rues de la ville ou sur les rochers en bordure de mer. Une certaine forme de solidarité s'organise, des habitants de l'enclave espagnole leurs distribuant des repas.

Au delà du chantage exercé par le gouvernement marocain qui réclame la souveraineté sur les territoires du Sahara occidental, encouragé en cela par la position de l'administration américaine de Donald Trump, se pose la question des flux migratoires. Comme nous l'avons annoncé depuis plus d'un an (cf. article et sources du 20 janvier 2020 sur ce blog), avec le réchauffement climatique ceux-ci vont aller en s'intensifiant jusqu'à atteindre plusieurs dizaines de millions de personnes condamnées à rejoindre l'Europe à l'horizon 2050. 

On ne peut plus aujourd'hui continuer à fermer les yeux en Europe sur la misère humaine de gens que nous avons la capacité d'accueillir, et sen servir comme monnaie d'échange (la Turquie d'Erdogan, la Libye de Khadafi et maintenant le Maroc), ou comme arguments électoraux pour des politiciens lorgnant vers les voix de l'extrême droite (Macron en France, en Espagne le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, qui annonçait mardi lors d'une conférence de presse : "Le gouvernement met en œuvre tous les moyens nécessaires pour protéger les frontières et procéder au retour immédiat des personnes qui entrent illégalement dans notre pays"). Il est plus que temps de se réveiller et d'ouvrir très largement les frontières aux migrants, sous peine de connaître un retour de flamme sans précédent.

Map of Spain with the Autonomous Community of Ceuta highlighted

_____________________

More than 8,000 illegal immigrants, including 1,500 minors, arrived between Monday and Tuesday in the Spanish enclave of Ceuta from the neighboring country, Morocco, benefiting from the laxity of the Moroccan authorities who turned a blind eye. A record which shows the gravity of the situation, and the precariousness of people in the northwest quarter of Africa (which does not mean that other regions of Africa are better off).

On Wednesday 19 May, the Spanish authorities indicated that 5,600 people had already been returned to Morocco.

Essentially, these migrants are young men, driven from their homes by economic hardship or violence in their country. Unable to cross the gates that surround the Spanish enclave of Ceuta, in northern Morocco, they chose to bypass them by sea, some using makeshift floats. We saw a man who barely knew how to swim wrapped himself in plastic bottles. Entire families have also chosen to try the adventure. According to Moroccan sources cited by the BBC, at least one man died in the begenning of this week in Moroccan waters.

Some accuse Morocco of having orchestrated this influx in retaliation against the Spanish government which is currently welcoming on its soil the Polisario Front leader Brahim Ghamli, 73, who came to Spain for treatment after contracting covid-19. Morocco denied this accusation. Recall that Morocco broke at the beginning of November 2020 a ceasefire dating back more than thirty years in Western Sahara during an incursion of its armed forces into the territory, Brahim Ghalil declaring following this event the state of war against Morocco on November 14, 2020.

According to RFI, 8,000 to 10,000 migrants have arrived in Ceuta since the start of the week and an estimated 3,000 remain in Ceuta - the others having left or having been returned. If the adults are quickly expelled, the young people are neither really welcomed nor expelled, Spanish law prohibiting any “hot” deportation of a minor. Result: families were separated, some launched wanted notices. “The city's priority is to find the parents. She therefore opened a "hotline" on Thursday, which received "more than 4,400 calls" in 24 hours, "said María Isabel, one of the members of the autonomous government of Ceuta. "Many cry and want to go home since their arrival" (source: Figaro Live, Saturday May 22). Many are in centers where they are fed and receive basic care, but some do not trust them and have chosen to wander the streets of the city or on the rocks by the sea. A certain form of solidarity is organized, inhabitants of the Spanish enclave distributing meals to them.

Beyond the blackmail exercised by the Moroccan government which claims sovereignty over the territories of Western Sahara, encouraged in this by the position of the American administration of Donald Trump, the question of migratory flows arises. As we have been announcing for more than a year (see article and sources of January 20, 2020 on this blog), with global warming these will intensify until reaching several tens of millions of people condemned to join Europe by 2050.

Today we can no longer continue to close our eyes in Europe to the human misery of people we have the capacity to welcome, and use it as a bargaining chip (Erdogan's Turkey, Gaddafi's Libya and now Morocco), or as electoral arguments for politicians eyeing the voices of the extreme right (Macron in France, in Spain the Minister of the Interior, Fernando Grande-Marlaska, who announced Tuesday at a press conference: "The government is implementing all necessary means to protect the borders and proceed with the immediate return of people who enter our country illegally"). It is high time to wake up and open the borders very widely to migrants, under penalty of experiencing an unprecedented flashback.

Photo : Ceuta desde el mirador de Isabel II (auteur/author : Ongayo). Map : Map of Spain with the Autonomous Community of Ceuta highlighted. Located in Noth Africa (auteurs/authors : Ichwan Palongengi, Magairlin).

21 mai 2021

De Klimno (Croatie, île Krk) à Trget (Istrie) via Opatija - Mercredi 17 mars 2021 - Training cruise from Biograd to Venice

Baie de Klimno, côte est de Krk (Croatie), mercredi 17 mars 2021. Réveil à 6 h. Maxime, Guive et moi sommes de quart, remontons l'ancre et prenons le départ, cap à vue sur le petit port de Klimno. A titre d'exercice, Maxime et Guive y réalisent un accostage à deux au bout du môle. Celui-ci rapidement effectué, nous reprenons la route. Le but de la journée est d'aller passer la nuit à Trget, tout au nord du Rasa Zaljev, un grand fjord de l'Istrie. Mais avant cela, notre premier objectif est d'aller à Omisalj sur la côte nord de Krk, d'y effectuer quelques amarrages sur pendille, puis de traverser le Rijecki Zaljev pour aller visiter Opatija et y déjeuner. 

Sortie de la baie de Klimno, dans le Vinodolski Kanal

A 6h48, nous sommes à la sortie de la baie de Kilmno et nous prenons la route pour Omisalj. Nous remontons la fin du Vinodolski Kanal (qui fait suite au Velebitski Kanal), puis le Tihi Kanal, jusqu'à la petite île Sv Marko, gros bloc de rocher planté au milieu du canal, et qui sert de pilier à deux ponts qui relient à l'ouest l'île de Krk, et à l'est le continent. J'inscris sur le journal de bord : "La mer est plate, le vent faible, la visibilité totale". Nous avançons toutes voiles dehors, le moteur en appui réglé à 1.800 trs/mn. 

Vinodolski Kanal, repérage sur la carte

Vinodolski Kanal

Notre carte marine nous recommandant d'aller voir les instructions spéciales concernant la navigation dans le Tihi Kanal sur le site de l'Amirauté britannique, je descends dans le carré consulter mon ordinateur. La consigne est simple : les bateaux arrivant du sud (dont nous faisons partie) doivent se signaler en sonnant un coup long toutes les deux minutes. Je remonte donc la corne de brume. Ca tombe bien, on se sert rarement de ce petit instrument en plastique rouge en Méditerranée. J'ai toujours des doutes quand à sa portée, par rapport à un sifflet que j'ai toujours à portée de main. Mais pour aujourd'hui, le minimum légal fera l'affaire.
Le pont entre Krk (à bâbord) et Sv Marko

Le Rijecki Zaljev vu de Sv Marko

A 7h48 nous passons sous le pont, ou plus exactement sous l'arche reliant Krk à Sv Marko. Devant nous s'ouvre le Rijecki Zaljev (Golfe de Rijecka), avec au premier plan les grandes raffineries proches de l'entrée du fjord qui mène à Bakar. Hier soir, nous avions repéré les torchères de la raffinerie, en les confondant un temps avec un feu dont la période ne correspondait à rien sur nos cartes. Aujourd'hui, elles nous apparaissent simplement comme de grandes cheminées plantées sur la rive.

La rive gauche du fjord d'Omisalj et le terminal pétrolier

Le Nordrose à quai à l'entrée du fjord d'Omisalj (2)

En suivant la côte, nous arrivons à 8h30 au grand fjord qui conduit à Omisalj. Le port est bondé, et il n'y a plus une place de libre pour effectuer des exercices d'amarrage sur pendille. C'est un peu décevant ; nous repartons en espérant trouver par la suite des endroits plus favorables. En partant, nous longeons des citernes en rive gauche du fjord, et un cargo à l'arrêt le long de la berge, le Nordrose. Sans doute d'autres installations pétrolières. 

Nous prenons le cap 307° pour traverser le Rijecki Zaljev sur 11 milles nautiques. Nous prenons le petit déjeuner en faisant route directe sur Opatija, dans des vagues d'une vingtaine de centimètres de haut. Le baromètre du bord est remonté à 1.023 hpa, gagnant 8 hpa depuis hier. 

Petit déjeuner en quittant le fjord d'Omisalj

Arrivée à OpatijaA 11 h nous arrivons à Opatija, où nous amarrons le bateau comme d'habitude, le  long du quai extérieur du môle. Nous le garons sur tribord, le nez du bateau face au vent d'ouest ; Guive est à la barre. La manœuvre terminée et les amarres vérifiées, nous partons visiter la ville ; nous nous scindons en plusieurs groupes, chacun marchant à son rythme, avec ses impératifs. De mon côté, je dois acheter des écouteurs, pour remplacer ceux qui m'ont été volés la semaine précédente à la gare de Milan Lampugnano. avec deux autres équipiers, nous montons un peu dans la colline au flanc de laquelle est bâtie Opatija, un temps station balnéaire favorite de la Cour d'Autriche. Le temps nous manquera pour aller jusqu'à la basilique au toit vert, que je n'ai jamais encore visitée.Opatija, le bar du port

Opatija, visite

Opatija, restaurant La Pergola (2)

Après avoir hésité entre plusieurs restaurants, nos groupes finissent par se rassembler vers 12h15 à la pizzéria Roko, qui donne sur la rue principale ; elle bénéficie d'une véranda assimilée à une terrasse - seules les terrasses peuvent accueillir des clients en ces temps de covid-19. Toujours pour des raisons sanitaires, l'équipage du Quint II s'y trouve réparti en deux groupes, à deux tables séparées.

Opatija, pizzeria Roko, deux tables pour l'équipage (1)

Nous quitterons le quai d'Opatija à 14h40. Le départ s'effectue contre une garde arrière, le bateau poussé par le vent se déhalant sans l'aide du moteur. Sadaf est à la barre pour le départ. Nous effectuons ensuite à tour de rôle des exercices de récupération de l'homme à la mer à la voile devant Opatija, stoppés à 15h30 faute de vent. Nous prenons alors le cap 198°, pour nous diriger vers le chenal qui sépare Cres du continent. Le vent est nul, la mer a un peu forci (les vagues font ici une cinquantaine de centimètres de haut). Nous réglons le moteur sur 1.800 trs/mn, en nous contentant d'un demi-génois et d'une demi-grand-voile : une précaution destinée à parer un grain menaçant qui semble venir de l'est.

A 16h55 nous pénétrons dans l'Inshore traffic zone nord du TSS régissant la circulation maritime entre Cres et la péninsule d'Istrie. Cinq minutes plus tard, le nouveau quart composé de Malow, Guive et Michel prend ses fonctions.

A 21h30, nous arrivons à Trget, après avoir remonté pratiquement tout le Rasa Zaljev, un long fjord qui s'ouvre à tribord peu après la fin du TSS. Nous nous amarrons sur bâbord le long du quai extérieur, désert. Je prépare pour le repas du soir une tarte aux pommes, un risotto du Sud, et je lance la cuisson d'un pain dont j'ai pétri la pâte en fin d'après-midi. Il sera frais pour le petit déjeuner de demain. Le repas sera servi ce soir un peu tard, à 22h50.

Trget, risotto du sud et tarte aux pommes et aux poires (2)

_______________

Klimno bay, east coast of Krk (Croatia), Wednesday March 17, 2021. Wake up at 6 am. Maxime, Guive and I are on watch, weighing anchor and setting off, heading towards the small port of Klimno. As an exercise, Maxime and Guive dock there for two at the end of the pier. This quickly done, we hit the road. The goal of the day is to spend the night in Trget, a tour north of Rasa Zaljev, a large fjord in Istria. But before that, our first objective is to go to Omisalj on the north coast of Krk, to make some moorings on the dangle there, then to cross the Rijecki Zaljev to visit Opatija and have lunch there.

At 6:48 am, we are at the exit of the bay of Kilmno and we take the road to Omisalj. We go up the end of the Vinodolski Kanal (which follows the Velebitski Kanal), then the Tihi Kanal, to the small island Sv Marko, a large block of rock planted in the middle of the channel, and which serves as a pillar for two bridges that connect to the west the island of Krk, and to the east the mainland. I wrote in the logbook: "the sea is flat, the wind weak, the visibility is total". We are advancing with all sails out, the engine in downforce set at 1,800 rpm.

Our nautical chart recommending us to go see the special instructions concerning navigation in the Tihi Kanal on the site of the British Admiralty, I go down in the square to consult my computer. The instructions are simple: boats arriving from the south (of which we are a part) must signal themselves by sounding a long blow every two minutes. So I go up the foghorn. Good thing, we rarely use this little red plastic instrument in the Mediterranean. I always have doubts about its reach, compared to a whistle that I always have at hand. But for today, the legal minimum will do.

At 7.48 am we pass under the bridge, or more exactly under the arch connecting Krk to Sv Marko. In front of us opens the Rijecki Zaljev (Gulf of Rijecka), with in the foreground the large refineries near the entrance to the fjord which leads to Bakar. Yesterday evening, we spotted the refinery flares, mistaking them for a time with a fire whose period did not correspond to anything on our maps. Today, they appear to us simply as large chimneys planted on the shore.

Le Rijecki Zaljev et les raffineries (1)

Following the coast, we arrive at 8:30 am at the large fjord which leads to Omisalj. The port is crowded, and there is no longer a free space for mooring exercises on the dangle. It's a bit disappointing; we leave hoping to find more favorable places later. On leaving, we walk along cisterns on the left bank of the fjord, and a freighter stopped along the bank, the Nordrose. No doubt other oil installations.

Le Nordrose à quai à l'entrée du fjord d'Omisalj

We take heading 307 ° to cross the Rijecki Zaljev for 11 nautical miles. We are heading directly to Opatija, in waves about twenty centimeters high. The onboard barometer rose to 1.023 hpa, gaining 8 hpa since yesterday.

Breakfast leaving the Omisalj fjord. At 11 am we arrive in Opatija, where we moor the boat as usual, along the outer quay of the pier. We park it on starboard, the nose of the boat facing the west wind; Guive is at the helm. The maneuver finished and the moorings checked, we leave to visit the city; we split up into several groups, each walking at their own pace, with their imperatives. For my part, I have to buy headphones, to replace the ones that were stolen from me the previous week at the Milan Lampugnano station. with two other team members, we climb a little in the hill on the side of which is built Opatija, a time favorite seaside resort of the Court of Austria. We will be running out of time to go to the basilica with the green roof, which I have never visited before.

Opatija, restaurant La Pergola (1)

After having hesitated between several restaurants, our groups end up gathering around 12:15 pm at the Roko pizzeria, which overlooks the main street; it has a veranda similar to a terrace - only the terraces can accommodate customers in these times of covid-19. Also for health reasons, the Quint II crew is there divided into two groups, with two separate tables.

We will leave Opatija pier at 2:40 p.m. The start is made against a rear guard, the boat pushed by the wind moving without the help of the engine. Sadaf is at the helm for the start. We then take turns to perform man overboard recovery exercises under sail in front of Opatija, stopped at 3.30 p.m. due to lack of wind. We then take a heading of 198 °, to head towards the channel which separates Cres from the mainland. The wind is zero, the sea has grown a little stronger (the waves here are about fifty centimeters high). We set the engine to 1,800 rpm, making do with a half-genoa and a half-mainsail: a precaution intended to ward off a threatening squall which seemed to come from the east.

At 4:55 pm we enter the North TSS offshore traffic zone governing maritime traffic between Cres and the Istrian peninsula. Five minutes later, the new quarterback composed of Malow, Guive and Michel takes office.

At 9:30 p.m., we arrive in Trget, after having ascended almost all of the Rasa Zaljev, a long fjord which opens to starboard shortly after the end of the TSS. We moored on the port side along the deserted outer quay. I prepare for the evening meal an apple pie, a southern risotto, and I start baking a bread whose dough I kneaded at the end of the afternoon. It will be fresh for breakfast tomorrow. The meal will be served this evening a little late, at 10:50 p.m.

Trget, risotto du sud et tarte aux pommes et aux poires (1)

Vidéo : De Klimno à Trget via Opatija, mercredi 17 mars 2021. Réalisation : © Philippe Bensimon. Photos : A la sortie de la baie de Klimno, mercredi 17 mars 2021 ; Repérage sur la carte dans le Vinodoslki Kanal, mercredi 17 mars 2021 ; Tihi Kanal, mercredi 17 mars 2021 ; Tihi Kanal, le pont entre Krk et Sv Marko, mercredi 17 mars 2021 ; Le Rijecki Zaljev et les raffineries, vus de Sv Marko, mercredi 17 mars 2021 (1) ; Les citernes d'Omisalj, mercredi 17 mars 2021 ; Le Nordrose à quai au pied des citernes d'Omisalj, mercredi 17 mars 2021 (1) ; Petit déjeuner dans le Rijecki Zaljev, mercredi 17 mars 2021 ; Arrivée à Opatija, mercredi 17 mars 2021 ; Le bar du port d'Opatija, mercredi 17 mars 2021 ; Opatija, visite de la ville, mercredi 17 mars 2021 ; Opatija, piscine d'eau de mer au restaurant La Pergola, mercredi 17 mars 2021 (1) ; Opatija, déjeuner à deux tables à la pizzeria Roko, mercredi 17 mars 2021 ; Trget, risotto du Sud et tarte aux pommes pour l'équipage dans le carré du Quint II, mercredi 17 mars 2021 (1) ;Le Rijecki Zaljev et les raffineries, vus de Sv Marko, mercredi 17 mars 2021 (2) ; Le Nordrose à quai au pied des citernes d'Omisalj, mercredi 17 mars 2021 (2) ; Opatija, piscine d'eau de mer au restaurant La Pergola, mercredi 17 mars 2021 (2) ; Trget, risotto du Sud et tarte aux pommes pour l'équipage dans le carré du Quint II, mercredi 17 mars 2021 (2) ; Le Rijecki Zaljev, en route pour Opatija, mercredi 17 mars 2021. Auteur/author : Philippe Bensimon
Le Rijecki Zaljev vu du fjord d'Omisalj

 

 

 

 

18 mai 2021

Comité France Océan - réunion du 11 mai - Réforme Zéro artificialisation nette (Zan)

Comité France Océan
@ComiteOcean
Le CFO a réuni hier (le 11 mai, NDR) sa communauté pour un point d'actualité autour de la réforme Zéro Artificialisation nette (ZAN), marquant ainsi la première session de son groupe de travail artificialisation. Merci à la DGALN du pour ses présentations !
Image
(source : relais d'un message du CFO publié sur Tweeterle 12 mai 2021 à 11:31)