Tour des deux Amériques sur un voilier

Venez fêter Noël avec nous dans les Cyclades sur un grand voilier ! - Come celebrate Xmas with us in Cyclades on a tall sailboat

Oia 261217 T2A4511

Santorin, le village d'Oia 19 octobre 2015Nous irons fêter Noël en Grèce cette année, sur un Bavaria 50 de 15,43m, doté de cinq cabines doubles et de tout le confort à bord. Au programme : départ d'Athènes le samedi 22 décembre 2018, puis escales à Cap Sounio, Livadhi (petit port blotti au fond d'un fjord de l'île de Sérifos), Milos (où a été trouvée la Vénus de Milo), Santorin où nous passerons toute la journée de Noël, Mykonos (une journée et une nuit), puis retour à Ak Fonia près de Cap Sounio (où nous irons visiter le Temple de Poséidon) et Athènes. Nous quitterons le bateau à Athènes le samedi 29 décembre en début de matinée. Cette très belle croisière de Noël servira d'entraînement aux diverses manœuvres : prises de quai et de corps-morts de jour comme de nuit, navigation de nuit, manœuvres de récupération de l'homme à la mer à la vile comme au moteur, recueil de données en sciences participatives, etc. Elle est ouverte aux membres de l'expédition qui souhaitent se former à la voile, et aussi aux équipiers extérieurs à l'expédition. Nous aurons du temps pour les visites et la baignade ; l'eau sera à 18°C à Santorin. Plusieurs cabines doubles sont encore disponibles. Nous serons en période de Noël, et les enfants et les débutants sont les bienvenus à bord. Les conditions d'embarquement sur cette très belle croisière sont disponibles sur ce même blog :

We will celebrate Christmas in Greece this year, on a 15.43m Bavaria 50 with five double cabins and all the comforts on board. On the program: departure from Athens on Saturday, December 22, 2018, then stops at Cape Sounio, Livadhi (small harbor nestled in the fjord of the island of Serifos), Milos (where was found the Venus of Milo), Santorini where we will spend the whole Christmas day, Mykonos (a day and a night), then return to Ak Fonia near Cape Sounio (where we will visit the Temple of Poseidon) and Athens. We will leave the boat in Athens on Saturday, December 29 in the early morning. This beautiful Christmas cruise will serve as a training for the various maneuvers: taken from the dock and moorings day and night, night navigation, maneuvers recovery man to the sea in the city as the engine, collection participatory science data, etc. It is open to members of the expedition who wish to train in sailing, and also to members outside the expedition. Several double cabins are still available. We will be in Christmas time, and children and beginners are welcome on board. The conditions of embarkation on this beautiful cruise are available on this same blog: http://www.ameriquesvoilier-expeditions.org/archives/2018/08/22/36646260.htmlBavaria 50 de Noël 2018 Capture d’écran 2018-11-06 à 10

Photos : Oia 261217 T2A4511 (Auteur : Evelyne Chadaigne) ; Santorin, le village d'Oia 19 octobre 2015 (Auteur : Philippe Bensimon) ; Bavaria 50 (DR)


13 novembre 2018

Le réchauffement climatique à l'œuvre - Alerte à Malibu - Paradise and Malibu destroyed by Camp Fire and Woolsey Fire

Malibu (Auteur Tillman, 2008-08-03)

Malibu est une ville située à l'ouest de Los Angeles, en Californie. Célèbre pour ses maisons de stars et ses plages, notamment la vaste plage de sable Zuma Beach, la ville est aujourd’hui en cendres, sa population évacuée. Parmi les nombreux people qui ont perdu leur maison à Malibu, la chanteuse Miley Cyrus et l’acteur Gérard Butler. De sa maison, on devine encore les fondations. En tout, ce sont 250.000 personnes qui ont reçu l’ordre d’évacuer les lieux dans la région de Sacramento. Dimanche matin, Woolsey Fire, l’incendie responsable depuis jeudi dernier de ce désastre, avait déjà détruit 30.000 hectares et n’était maîtrisé qu’à 10 %. Les pompiers s’attendaient à une recrudescence de l’incendie avec la reprise des vents qui s’étaient un peu calmés ce week-end. La Californie en flammes, c’est un air connu. Depuis quelques années, chaque été elle brûle, et des dizaines de milliers d’hectares sont la proie des flammes. Régulièrement on entend le refrain : « c’est le pire incendie qu’ait connu la Californie depuis… ». En ce moment,  c’est depuis 1933. 

Kim_Kardashian_portrait_2009 (auteur David Shankbone)

Là où la chanson est nouvelle, c’est que nous sommes en novembre, et non en été. Avant hier, les flammes avançaient à 80 km/h, et menaçaient les villas de Madona et Kim Kardashian. Celle-ci explique avoir eu une heure pour faire ses bagages et partir de sa maison de Calabasas. Plus au nord, la ville de Paradise (27.000 habitants) est dévastée par l’incendie Camp Fire, le plus violent qu’ait connu la Californie ; 6.700 habitations ont été détruites, il ne reste pratiquement plus aucune maison debout. Camp Fire a déjà ravagé plus de 40.000 hectares. Les autorités estiment qu’il faudra trois semaines pour venir à bout des flammes dans cette zone. On compte aujourd’hui 31 personnes mortes dans les incendies, faute d’avoir pu s’échapper à temps, et 220 personnes disparues.

En cause, le réchauffement climatique : la température moyenne de la Californie a gagné 3°C en un siècle d'après le climatologue Jean Jouzel, et le nombre des « journées chaudes » y augmente de 1 à 2 jours par an. Après cinq années de sécheresse et plusieurs mois sans avoir vu une goutte d’eau, la végétation ne demande qu’à s’enflammer, et de nombreux arbres secs sont au sol. 

La configuration des sols, creusés de nombreux canyons, ne facilite pas la tâche des pompiers, pas plus que les architectures en bois des maisons. Néanmoins, entre les incendies à répétition qui dévorent la Côte ouest et les ouragans qui dévastent régulièrement la Côte est, on peut aujourd’hui se demander combien de temps les Américains supporteront un président climato-négationniste qui contribue à mettre chaque jour un peu plus leurs vies et leurs biens en péril – les nôtres aussi par la même occasion. (Sources : JTA2 10,11 et 12 nov., AFP reprise par l’Express 12 nov. 2018)

 

Malibu is a city located west of Los Angeles, California. Famous for its star houses and beaches, including the wide sandy beach Zuma Beach, the city is now in ashes, its population evacuated. Among the many people who lost their home in Malibu, singer Miley Cyrus and actor Gérard Butler. From his house, we can still guess the foundations. In all, 250,000 people were ordered to evacuate in the Sacramento area. Sunday morning, Wolsey Fire, the fire responsible since last Thursday of this disaster, had already destroyed 30,000 hectares and was controlled only 10%. Firefighters expected a resurgence of the fire with the resumption of winds that had calmed a little this weekend. California in flames, it is a known air. In recent years, every summer it burns, and tens of thousands of hectares are the prey of the flames. Regularly we hear the chorus: "This is the worst fire that California has known since ...". Right now, regarding Woolsey Fire, it's been since 1933. Where the song is new is that we are in November, not in summer. Before yesterday, the flames advanced at 80 km / h, and threatened the villas of Madona and Kim Kardashian. She explains having had an hour to pack and leave her house in Calabasas. Further north, the city of Paradise (27,000 inhabitants) is devastated by the Camp Fire fire, the most violent in California; 6,700 homes have been destroyed, there is almost no house left. Camp Fire has already ravaged more than 40,000 hectares. Today, there are 31 people dead in the fires, for lack of having escaped in time, and 220 missing persons. The authorities estimate that it will take three weeks to deal with the flames in this area. Involved, global warming: the average temperature of California has increased 3 ° C in a century, and the number of "hot days" increases from 1 to 2 days per year. After five years of drought and several months without having seen a drop of water, the vegetation just needs to ignite, and many dry trees are on the ground. The configuration of the ground, dug many canyons, does not facilitate the task of firefighters, any more than the wooden architectures of the houses. Nevertheless, between the repeated fires devouring the West Coast and the hurricanes that regularly devastate the East Coast, we can now wonder how long the Americans will support a climate-negationist president who helps to put a little more each day their lives and their property at risk - ours too. (Sources: JTA2 Nov. 10,11 and Nov. 12, AFP taken over by Express Nov. 12, 2018)

Photos : Malibu (auteur/author Tillman, 2008-08-03) ; Kim_Kardashian_portrait_2009 (auteur/author David Shankbone).

10 novembre 2018

Expédition Tour des deux Amériques en Grèce : d'Epidaure à Corinthe - T2A Expedition in Greece: from Epidhavros to Corinth

Lever de soleil sur la baie d'Epidhavros 281018 DSCN8513

Epidhavros Epidaure, réveil sur le Hellas Fos 281118 DSCN8517 :

Lever de soleil sur Epidhavros 281018 DSCN8516

Dimanche 28 octobre. Réveil à 7h, le bateau est resté sagement à côté de son corps-mort. Quelques cumulus épars animent le lever du soleil. Il y a des endroits où le lever du soleil est plus beau qu'ailleurs ; la baie d'Epidaure en fait assurément partie. L'équipage est un peu long à se réveiller ; et le petit déjeuner achève de mettre à mal les horaires. Pour gagner du temps je regonfle l'annexe et je la mets à l'eau. A 8h50 on entame le transbordement vers le rivage ; le point le plus pratique pour aborder avec l'annexe semble un escalier sur la petite jetée côté nord.

Epidhavros, Nino et Thibaud démarrent le moteur de l'annexe 281018 IMG_8185

Le café est servi accompagné d'une petite douceur Epidhavros, 281018 DSCN8528

Le café sur la place du port d'Epidhavros est toujours aussi sympathique. La patronne du bar me trouve en terrasse une place avec une prise de courant qui va me permettre de travailler avec mon ordinateur pendant que mes équipiers vont visiter le site antique de Delphes, son superbe amphithéâtre et son joli musée. Le temps me manque comme toujours pour visiter.  

Philippe bensimon au travail, Eîdhavros 281018 DSCN8520L'équipage de T2A de repour de la visite du site antique d'Epidaure, Epidhavros 281018 DSCN8530A onze heures mes équipiers sont de retour ; la visite du site antique ne leur a pas pris beaucoup de temps. Il est vrai que mes estimations des temps de visite sont biaisées : je mets énormément de temps à m'attarder sur des détails qui n'intéressent sans doute que moi, à faire des photos et des vidéos, et ma première visite du site d'Epidaure, voici quelques années, m'a pris beaucoup plus de temps. Rassemblés à la terrasse du café, nous savourons des pâtisseries grecques, sortes de petits beignets. J'ai prévu de travailler jusqu'à midi, ne pensant pas que l'équipage du Hellas Fos serait de retour avant ; Stéphane va ramener l'équipage au bateau avec l'annexe, ce qui permettra à ceux qui le souhaitent de se baigner tranquillement avant le départ pour le canal de Corinthe. Il viendra ensuite me rechercher.

A midi je me trouve au bout de la jetée. Je découvre l'annexe au milieu de l'eau, ses occupants ramant pour rejoindre le Hellas Fos. Je me reproche d'avoir laissé Stéphane prendre l'annexe ; en cas de problème, j'aurais préféré être aux commandes. Après avoir rejoint le Hellas Fos, l'annexe revient me chercher. Je découvre que nos équipiers ont oublié de rouvrir l'arrivée d'essence du moteur, que j'avais fermée de même que l'arrivée d'air en amarrant l'annexe à la jetée. Le moteur a accepté de démarrer avec le peu d'essence contenu dans les cylindres, puis après quelques dizaines de secondes de fonctionnement s'est éteint naturellement, les laissant à mi-chemin du bateau. Rien de grave donc.Préparation du déjeuner à bord du Hellas Fos, T2A expedition en Grèce, Epidhavros 281018DSCN8533

Quand je regagne le bord, Chloé, Nino et Cathy sont en train de préparer le déjeuner. Nous remettons le moteur de l'annexe sur sa chaise, et ré-amarrons l'annexe à plat pont à l'avant de l'étai de la trinquette. A 13h, nous récupérons l'aussière qui relie l'avant du bateau aux corps-morts, et, désormais libre, le Hellas Fos file en direction de Corinthe et se son canal. Un petit air nous permet de sortir la grand-voile et le génois, sans toutefois nous permettre de nous abstraire du moteur qui ronronne doucement. Les manœuvres sont fluides, rapides et sans à-coup ; chacun à bord sait désormais ce qu'il a à faire et les ordres sont exécutés à la perfection. Nous recevons le vent de travers, tribord amures. Le moment est venu de passer à l'apéritif.En route vers le canal de Corinthe, 13h36 le 281018 IMG_8186

En route pour Isthmia et le canal de Corinthe, belote pour une partie de l'équipage, 281018 DSCN8534

Le vent va ensuite tourner durant l'après-midi, passant du travers au largue, puis du largue au vent arrière, tandis qu'une partie de l'équipage belote dans le carré. La grande carte marine du Shom est déroulée sur la table du carré, et sert de tapis aux joueurs de belote. De temps en temps, je les dérange pour inscrire un point sur la carte.

Entre Epidhavros et Isthmia, belote à bord du Hellas Fos pour les membres de T2A expedition 281118

T2A expedition en Grèce, Isthmia, en route pour la capitainerie 281018 DSCN8539A 17h nous sommes au moteur devant Isthmia. Nous nous posons des questions sur la possibilité de passer la nuit au quai d'Isthmia, ou dans un abri à proximité : le guide Vagnon dans son édition de 2012 (la dernière à ma connaissance) parle d'une augmentation de 70 % des tarifs du canal le dimanche, et peut-être ferons-nous des économies importantes en passant la nuit ici plutôt qu'à Corinthe, de l'autre côté du canal. Interrogée à la VHF la capitainerie nous dit simplement de passer les voir. 

T2A expedition en Grèce, Chloé sympathise avec les chiens de la capitainerie d'Isthmia 281018 DSCN8537

Nous accostons à 17h25, accueillis chaleureusement par des toutous demandeurs de caresses. Le soir tombe doucement (nous avons été victimes la veille du changement d'heure) quand Chloé et moi gagnons la capitainerie. Le responsable nous accueille avec un sourire et nous rassure : pour nous ce sera le même tarif aujourd'hui qu'hier, lors de notre passage aller. J'entends quelques mots concernant la fête nationale grecque, sans parvenir à comprendre si nous bénéficions d'un tarif spécial, ou si la surtaxe dominicale a été supprimée depuis 2012. Chloé est dans le même cas que moi. Ma carte bleue ne fonctionne pas mieux aujourd'hui qu'hier, mais je n'ai plus assez de d'argent dans la caisse de bord pour payer le passage du bateau. Chloé fera l'avance en liquide (je l'en remercie au passage), et nous regagnons le bord. T2A expedition en Grèce, Isthmia, Chloé fait les formalités à la capitainerie acant le passage du canal de Corinthe 281018 DSCN8540Le "Jour du Non" (en grec moderne Επέτειος του « 'Οχι »Epétios tou «Ókhi») est une des deux fêtes nationales de la Grèce. Elle commémore le rejet par le dictateur grec Metaxás de l'ultimatum de Mussolini du 28 octobre 1940 (permettre à l'armée italienne de pénétrer sur le territoire grec et d'occuper tous ses sites stratégiques sous peine de guerre). Devant l'ultimatum présenté à quatre heures du matin après une fête à l'ambassade d'Allemagne à Athènes, le général Ioannis Metaxás aurait répondu en français "Alors, c'est la guerre", réponse héroïque que la légende populaire a transformée en "Non". A cinq heures et demie, l'armée italienne envahit la Grèce à partir de son protectorat d'Albanie, mais fut repoussée par les Grecs jusqu'à ce que la Wehrmacht vienne au secours de Mussolini.
Dans le canal de Corinthe, Cathy, Véronique et Virginie, T2A expedition en Grèce 281018 DSCN8544

Canal de Corinthe de nuit, Cathy à la barre, avec Virginie et Véronique Derrière elle, les feux :

La nuit tombe dans le canal de Corinthe, T2A expedition en Grèce à bord du Hellas Fos 281018 DSCN8547

La consigne donnée par la capitainerie est d'écouter la VHF qui donnera le signal du départ. Dans la pratique, le temps de revenir au bateau et d'ôter les gardes du Hellas Fos, quelqu'un nous a déjà fait signe de partir. Il est 17h47 lorsque nous nous engageons dans le canal de Corinthe. Les feux sur les parois sont allumés et fournissent un éclairage suffisant pour que le bateau puisse avancer sans encombre entre les parois. Cathy est à la barre. J'essaye de faire en sorte que chacun à tour de rôle tienne la barre du bateau et fasse complètement au moins une ou deux manœuvres de port.

La nuit tombe dans le canal de Corinthe, T2A expedition en Grèce à bord du Hellas Fos, 281018 DSCN8548Cathy à la barre dans le canal de Corinthe, belote à la frontale dans le cockpit du Hellas Fos 281018 DSCN8556Le canal de Corinthe de nuit, à bord du Bavaria 49 Hellas Fos, 281018 DSCN8557

La traversée est rapide. A 18h20 nous sommes à Poseidonia, à la sortie du canal de Corinthe. Elle est marquée pour nous par deux feux verts, chacun au bout d'un môle. Lorsque nous passons au-dessus du pont submersible, nous entendons les cliquetis de la machinerie de celui-ci : à peine serons-nous passés qu'il remontera à la surface pour permettre la reprise du trafic routier. De là, le retour au port de Corinthe est très rapide. L'entrée du port de plaisance est délicate, en rase-cailloux, et je préfère l'assurer. A l'intérieur du port, la place que nous avions l'avant-veille en bout du premier ponton est prise par un catamaran ; la place en bout du second ponton est cependant libre, bien qu'un peu plus petite. Je demande si quelqu'un souhaite assurer la manœuvre d'accostage, le long du bout du ponton côté bâbord. Personne ne répondant "présent" à l'appel, c'est moi qui garerai le bateau. A 18h50 le bateau est amarré, et je m'attaque à la préparation du repas de ce soir : ce sera un poulet au curry, cuit avec une abondance de légumes qui régaleront les végétariens de l'équipage. En l'absence de cocotte-minute, les repas du soir sont naturellement longs à cuire. A bord du Hellas Fos, un problème non identifié dans le circuit du gaz ne nous procure à la gazinière que l'équivalent d'un "feu doux". Amener un liquide à ébullition prend un temps fou, et nous dégustons notre poulet au curry à 21h40.

La sortie du canal de Corinthe (Poseidonia) 281018 DSCN8558

Dîner dans le carré du Hellas Fos pour l'équipage, Corinthe 281018 DSCN8564

Poulet au curry à bord du Hellas Fos, T2A expedition en Grèce, 281018 DSCN8565

Sunday, October 28th. Waking up at 7 am, the boat remained quietly beside her mooring. A few scattered cumulus enliven the sunrise. There are places where the sunrise is more beautiful than elsewhere; the bay of Epidaurus is certainly part of it. The crew is a bit long to wake up; and the breakfast completes to put in bad schedules. To save time I reinflate the appendix and put it in the water. At 8:50 we begin transhipment to the shore; the most convenient point to approach with the annex seems a staircase on the small pier north side. The cafe on Epidhavros port is always so nice. The boss of the bar finds me on the terrace a place with a plug that will allow me to work with my computer while my teammates will visit the ancient site of Delphi, its beautiful amphitheater and its beautiful museum. I miss time as always to visit.

At eleven am. my teammates was back; visiting the ancient site did not take much time. It is true that my estimates of visiting times are biased: I spend a lot of time focusing on details that are probably only interesting to me, to take pictures and videos, and my first visit to the site. Epidaurus, a few years ago, tooked me a lot longer. Gathered on the terrace of the cafe, we savored Greek pastries, kinds of small donuts. I planned to work until noon, not thinking that the Hellas Fos crew would be back before; Stéphane will bring the crew back to the boat with the tender, which will allow those who wish to swim quietly before leaving for the Corinth Canal. He will come after me.

At noon I was at the end of the pier. I discovered the annex in the middle of the water, its occupants rowing to join the Hellas Fos. I reproached myself for letting Stéphane take the annex; in case of problems, I would have preferred to be at the controls. After joining Hellas Fos, the annex comes back to get me. I discovered that our crew have forgotten to reopen the gasoline engine, which I had closed and the air supply by mooring the annex to the jetty. The engine agreed to start with the little gasoline contained in the cylinders, then after a few tens of seconds of operation went off naturally, leaving them halfway to the boat. Nothing serious therefore.

When I get back, Chloe, Nino and Cathy was preparing lunch. We put the engine of the tender back on its chair, and re-rig the flat deck annex at the front of the staysail stay. At 13:00, we recovered the hawser that connects the front of the boat to the mooring, and now free, Hellas Fos file towards Corinth and its channel. A small air allowed us to get out the mainsail and the genoa, without however allowing us to be abstracted from the engine which purrs gently. The maneuvers was fluid, fast and smoothly; everyone on board now know what to do and orders was executed perfectly. We received the crosswind, starboard tack. The moment had come to go to the aperitif. 

The wind will then turn during the afternoon, passing from the cross to the drop, then from the drop to the tailwind, while part of the crew belote in the square. The large marine map of the Shom was unrolled on the table of the square, and served as a carpet belote players. From time to time, I bothered them to enter a point on the map. 

At 17:00 we was in front of Isthmia. We wondered about the possibility of spending the night at the Isthmia wharf, or in a nearby shelter: the guide Vagnon in its edition of 2012 (the last to my knowledge) spoke of a 70% increase in rates of the canal on Sunday, and perhaps we will save a lot of money by spending the night here rather than in Corinth, on the other side of the canal. When questioned at the VHF the captaincy simply told us to go see them. 

We docked at 17:25, warmly welcomed by doggies seeking caresses. The evening falls gently (we were victims the day before the change of time) when Chloe and I win the captaincy. The manager greets us with a smile and reassured us: for us it will be the same price today as yesterday, during our passage to go. I heard some words about the Greek national holiday, without understanding whether we had a special rate, or whether the Sunday surtax had been removed since 2012. Chloé was in the same situation as me. My credit card did not work better today than yesterday, but I did not have enough money in the board to pay for the passage of the boat. Chloe advanced in cash (I thank him), and we regained the edge.

The "Day of No" (in modern Greek Επέτειος του "'Οχι", Epétios tou "Ókhi") is one of two parties Greece. It commemorates the rejection by the Greek dictator Metaxás of Mussolini's ultimatum of October 28, 1940 (allowing the Italian army to enter Greek territory and occupy all its strategic sites under the threat of war). In front of the utimatum presented at four o'clock in the morning after a party at the German Embassy in Athens, General Ioannis Metaxás reportedly replied in French "So, this is war", heroic answer that the popular legend has transformed into "No". At half-past five the Italian army invaded Greece from its protectorate in Albania, but was repulsed by the Greeks until the Wehrmacht came to Mussolini's rescue.
In the Corinth Canal, Cathy, Veronique and Virginia, T2A expedition to Greece 281018 DSCN8544

The instruction given by the captaincy was to listen to the VHF which will give the signal of departure. In practice, the time to return to the boat and remove the guards of Hellas Fos, someone had already signaled to leave. It is 5:47 pm when we entered the Corinth Canal. The lights on the walls was lit and provided sufficient lighting for the boat to move safely between the walls. Cathy was at the helm. I tryed to make sure that everyone takes turns controlling the boat and doing at least one or two maneuvers.

Canal de Corinthe 18h05 le 281018 IMG_8187

The crossing was fast. At 18:20 we was in Poseidonia, at the exit of the Corinth Canal. It was marked for us by two green lights, each at the behest of a mole. When we passed over the submersible bridge, we heard the clatter of the machinery of the latter: we will hardly be past that it will rise to the surface to allow the resumption of road traffic. From there, the return to the port of Corinth was very fast. The entrance to the marina is tricky, in a pebble, and I prefered to insure it. Inside the harbor, the place we had the day before yesterday at the end of the first pontoon was taken by a catamaran; the end position of the second pontoon was however free, although a little smaller. I was asking if anyone wants to do the docking maneuver along the end of the port side pontoon. Nobody answering "present" to the call, I parked the boat. At 18:50 the boat was mooring, and I was attacking the preparation of the meal tonight: a chicken curry, cooked with an abundance of vegetables that will treat the vegetarians of the crew. In the absence of pressure cooker, evening meals was naturally long to cook. Aboard the Hellas Fos, an unidentified problem in the gas circuit only give us the equivalent of a "soft fire". Bringing a liquid to a boil took a long time, and we savored our chicken curry at 21:40.

Poseidonia, sortie de nuit du canal de Corinthe 281018 :

Photos : Lever de soleil sur Epidhavros 281018 (1 et 2) ; Préparation de l'annexe, baie d'Epidhavros 281118 ; Café au bar d'Epidhavros, 281018 ; Cadre de travail pour Philippe, Epidhavros 281018 ; L'équipage de retour de la visite du site d'Epidaure, bar d'Epidhavros, 281018 ; Chloé, Cathy et Nino préparent le repas à bord du Hellas Fos, baie d'Epidhavros 281018 ; En route pour le Canal de Corinthe, Bavaria 49 Hellas Fos 281018 ; En route pour le canal de Corinthe, belote à bord du Hellas Fos 281018 ; Arrivée à Isthmia, Hellas Fos 281018 ; Chloé sympathise avec les toutous d'Isthmia, 281018 ; Chloé règle le passage du Hellas Fos à la capitainerie d'Isthmia 281018 ; Passage de nuit du Canal de Corinthe d'Isthmia à Poseidonia, Bavaria 49 Hellas Fos 291018 (1 à 5) ; Sortie de nuit du canal de Corinthe à Poseidonia, Bavaria 49 Hellas Fos, 291018 ; Dîner à Corinthe à bord du Hellas Fos pour les membres de T2A expedition, 281018 ; Le poulet au curry à bord du Hellas Fos 281018 ; Passage de nuit du Canal de Corinthe, T2A expedition 281018 ; Lever du soleil sur la baie d'Epidhavros, T2A expedition en Grèce 281018. Photos & vidéos : auteur/author : Philippe Bensimon.

Lever de soleil sur la baie d'Epidhavros 281018 DSCN8514

04 novembre 2018

Expédition Tour des deux Amériques en Grèce : de Corinthe à Epidaure - T2A Expedition in Greece: from Corinth to Epidhavros

Corinthe, 271017 IMG_8148

Corinthe, le port - Corinth, the harbour 271018

 

Samedi 27 octobre 2018. 8h45 : nous accueillons à bord Virginie et son frère Stéphane. Nous procédons dans la foulée à une "remise à zéro" de la caisse de bord, ce qui facilitera les comptes avec le nouvel équipage. Véronique a trouvé de l'eau sur le quai en face de nous, et un pêcheur a accepté de nous prêter son tuyau. Déménagement, le bateau change de place dans le port.

Pendant que les uns font le plein d'eau et se chargent de la restitution du tuyau, j'emmène les autres faire l'avitaillement pour la seconde semaine de la croisière. La boulangerie devant laquelle nous passons, située dans la rue principale qui aboutit à la statue de Pégase, n'offre pas grand’chose d'appétissant et nous achèterons nos brioches pour le petit déjeuner au supermarché. Nous sommes nombreux, et chacun a en charge une petite partie de la liste de course, imprimée sur deux feuilles A4 que je viens de découper. Le supermarché, construit comme beaucoup en Grèce sur deux étages, accepte comme au mois d'avril de nous prêter ses charriots. Nous rentrons au bateau avec quatre d'entre eux, et une chaîne s'organise pour tout transférer de puis le quai jusqu'au équipets du bateau.

Corinthe, préparatifs 271018 DSCN8463

Avitaillement à Corinthe 271017 IMG_8149 Avitaillement à Corinthe, retour au bateau avec les caddies pleins Plein d'eau pour le Hellas Fos, Corinthe, 251018 IMG_8147

Corinthe, 271018 DSCN8466

A 12h30, nous quittons le port de plaisance et de pêche de Corinthe. Le ciel est bleu, les vents quasiment inexistants. En sortant du port, il faut faire très attention à raser sur bâbord le môle et à suivre ses enrochements : si on tente de s'éloigner de suite de l'entrée du port, on tombe vite sur les fonds de 2m..
L'entrée du canl de Corinthe, Posidonia 271018 IMG_8151

L'entrée du canl de Corinthe, Posidonia 271018 IMG_8152

A 13h, nous sommes devant l'entrée du canal de Corinthe, initié par Néron puis terminé par les Français puis les Grecs à la fin du XIXe siècle (inauguration officielle le 25 juillet 1893). L'entrée du canal côté Golfe de Corinthe s'appelle Poseidonia. Nous faisons des ronds dans l'eau en appelant Isthmia Pilot - la capitainerie sise côté golfe Saronique - sur le canal 14. Isthmia Pilot nous promet très peu d'attente, cinq minutes environ, avant de nous rappeler. De fait, les feux d'entrée du canal passent très vite au vert, et nous nous engageons dans le canal mythique.

Entrée du canal de Corinthe, Posidonia 271018 DSCN8467

L'entrée du canl de Corinthe, Posidonia 271018 IMG_8154

L'entrée du canl de Corinthe, Posidonia 271018IMG_8155

L'entrée du canl de Corinthe, Posidonia 271018 IMG_8153La vitesse est fixée dans la canal entre 6 et 7 nœuds ; il faut en gros une demi-heure pour rallier Isthmia, de l'autre côté du canal.  Virginie est à la barre, dans ce chenal large de 23m et dragué à 6,5 m. Au plus haut, les falaises que nous contemplons font plus de 75m. De temps en temps, des trous, voire de petites grottes, émaillent les parois basses ; certaines servent d'abri à des oiseaux qui ont choisi d'y nicher.

Dans le canal de Corinthe, 271018 IMG_8156Virginie dans le canal de Corinthe 271018 IMG_8158

Virginie dans le canal de Corinthe 271018 IMG_8159

DEntrée du canal de Corinthe, Posidonia DSCN8469

Canal de Corinthe 271018 DSCN8472

Canal de Corinthe, trous dans la paroi 271018 DSCN8482

Dans le Canal de Corinthe 271018 DSCN8477Dans le canal de Corinthe, 271018 DSCN8479

Dans le canal de Corinthe, 271018 DSCN8478

Grotte dans le canal de Corinthe, 271018 DSCN8473

Canal de Corinthe 2710178 DSCN8485

Dans le canal de Corinthe 271018 DSCN8493 Grotte dans le canal de Corinthe, 271018 DSCN8486

Dans le canal de Corinthe, 271018 DSCN8491

Canal de Corinthe, Virginie à la barre 271018 DSCN8488

Arrivée à Isthmian sortie côté golfe saronique du canal de Corinthe 271018 DSCN8495

A 13h35 nous arrivons à Isthmia, la sortie du canal de Corinthe côté golfe Saronique. C'est là qu'est située la capitainerie qui gère l'ensemble du canal de Corinthe. Le quai est libre et nous garons le bateau côté tribord le long du quai. Je fonce avec Chloé à la capitainerie ; notre traversée du canal nous coûte aujourd'hui 215,75 euros. Ma carte bleue garantie fonctionner à l'étranger par la Banque populaire ne marche pas. A 14h les formalités sont faites, et notre écot payé en liquide sur la caisse de bord. De retour au bateau, l’équipage nous propose de déjeuner dans la tranquillité du quai d’Isthmia.

Coucher de soleil entre isthmia et Epidhavros DSCN8499

Isthmia, le camion citerne pour la livraison du fuel IMG_8160Nous avons, garé sur le quai à hauteur de notre bateau, un petit camion citerne qui livre le fuel ; de temps à autre le conducteur du camion fait une courte apparition. Faire le plein de fuel peut être une bonne idée ; nous avons encore pour plusieurs jours d’autonomie en carburant, mais autant profiter de la présence de ce livreur. Je m’enquiert de l’endroit où il est passé auprès d’une femme marin-pêcheur à bord d’un petit bateau de pêche blanc stationné au bout du quai. Elle a son numéro enregistré sur son téléphone portable et elle l’appelle pour nous. Hélas, quand cinq minutes plus tard le livreur réapparait, ce n’est pas pour nous, mais pour une grosse vedette qui s’apprête à s’amarrer au quai. Renseignements pris, le livreur en a pour au moins une demi-heure avant de pouvoir s’occuper de nous. Je décide de quitter le port sans attendre, de manière à naviguer au maximum de jour en direction d’Epidhavros. A 15h nous larguons les amarres et quittons le quai d’Isthmia.

Déjeuner au quai d'Isthmia - lunch at Isthmia, T2A expedition's crews on Hellas Fos :

Côté golfe Saronique, la mer est d’huile, les vagues longues ne dépassent pas 10 cm, le vent est inexistant. Nous naviguons cap au 139° à 6 nœuds, sous GV pour équilibrer le bateau, moteur à 1800 trs/mn, et génois roulé. Notre pauvre génois fait pitié. Il n’est pas déchiré, cependant en fin de saison ses bordures bleues sont décousues en de nombreux endroits.

En route pour Epidhavros, à la tombée du jour 271018 2 IMG_8165

Récupération de plastique en mer, ici une pochette plastique 271018 IMG_8178Stéphane est à la barre. Plongeur et ancien pompier, il a l’habitude des bateaux à moteur et n’est pas trop dépaysé par l’inertie du Hellas Fos. Nous nous transformons en récupérateurs de plastique : une bonne occasion de voir les manœuvres de récupération de l’Homme à la mer au moteur. Nous verrons un autre jour ces mêmes manœuvres à la voile, moteur coupé. Pour cela nous aurons besoin d’un peu plus de vent.

Les eaux du golfe de Corinthe étaient à peu près propres ; ici le plastique abonde, flottant à la surface. Chaque crique de la côte est occupée par une ferme marine. Nous  avons l’impression que celles-ci perdent régulièrement des sacs ayant contenu des farines animales destinées aux poissons d’élevage, à moins qu’elles ne s’en débarrassent carrément dans l’eau une fois ceux-ci vidés. Toujours est-il que nous avons récupéré nombre de ces sacs, en morceaux voire presque entiers durant notre croisière. Armé de ce qui nous reste de gaffe (nous avons découvert très vite que le manche de la gaffe du bateau est brisé en deux), Thibaud fait une vraie pêche miraculeuse : sacs, pochettes plastiques, bouteilles d’eau minérale, plaques de polyuréthane, tout flotte en abondance autour de nous. En remontant un sac plastique, Thibault trouve même à l’intérieur un tout petit poisson noir prisonnier du sac ; nous le prenons en photo et lui rendons sa liberté.

Récupération de plastiques en mer 271018 IMG_8170

Récupération de plastique en mer, 271018 IMG_8174

Récupération de plastiques en mer, ici un emballage de farine animale utilisé par les fermes marines 271018

Récupération de plastiques en mer, ici un emballage de farine animale utilisé par les fermes marines 271018

 

Un petit poisson récupéré dans un sac plastique, 271018 IMG_8171

Récupération de plastique en mer entre Isthmia et Epidaure, Plastic recovery at sea

En route pour Epidhavros, à la tombée du jour 271018IMG_8166

Coucher de soleil peu avant Epidhavros - Sunshine near Epidhavros

 

 

Le jour baisse, et nous avons un joli coucher de soleil sur les collines du nord-est du Péloponnèse. A 19h10 nous entrons dans la baie d’Epidhavros (Epidaure). Là, il faut faire attention aux deux tourelles bétonnées plantées en pleine eau, l’une rouge et l’autre verte, dont les feux marquent l’entrée du chenal qui mène au port. Nous passons entre les deux tourelles, et peu avant d’arriver au port, pour prenons à bâbord vers la zone « Palaia » où se trouvent les corps-morts. Nous en trouvons trois, regroupés en un solide bouquet, qui me paraissent suffisamment solides pour y passer la nuit. Je profite de l’occasion pour faire voir à mes équipiers comment on s’amarre par l’arrière sur un corps-mort. Quand on dispose comme nous d’une jupe, c’est beaucoup plus facile et beaucoup plus agréable que la méthode traditionnelle consistant à ramper sur l’avant du pont pour tenter de passer un bout dans un anneau. C’est particulièrement vrai avec un grand voilier où l’avant est haut sur l’eau. Quant à la méthode du lasso, je ne suis pas certain qu'elle ait pu fonctionner de façon aisée avec le bouquet de trois bouées qui nous font face ce soir.

Coucher de soleil entre isthmia et Epidhavros, Stéphane à la barreDSCN8503La prise de corps-mort par l’arrière requiert une longue aussière (au moins deux fois la longueur du bateau). Un équipier frappe un bout de l’aussière sur le taquet ad hoc à l’avant du bateau (côté corps-mort), et fait courir le restant de celle-ci le long du bateau à l’extérieur des filières et du balcon jusqu’à la jupe arrière. Pendant ce temps, le barreur recule sur le corps-mort jusqu’à ce que celui-ci arrive contre la jupe. Là, confortablement installé au ras de l’eau, l’équipier va passer le bout libre de l’aussière dans l’anneau du corps-mort. Toujours par l’extérieur du balcon arrière et des filières, il va ensuite ramener ce qui est devenu désormais une amarre passée en double jusqu’à l’avant du bateau. Il ne lui reste plus qu’à ramener à lui la longueur de cordage désirée, pour que la distance du bateau au corps-mort ainsi réglée reste suffisante pour permettre au bateau d’éviter sans que sa coque ne tape sur le corps-mort. L’équipier bloque ensuite l’aussière par un nœud de taquet sur le taquet initial, le barreur coupe le moteur et la manœuvre est terminée, sans risque ni effort. 

A 19h45, le bateau est ainsi amarré, et je passe à la préparation du dîner de ce soir, des penne bolognese.

Epidhavros depuis les corps morts 271018 DSCN8506

Dîner à bord du Hellas Fos, 271018

Penne bolognaise 271018DSCN8508

Saturday, October 27, 2018. 8:45 am: we welcome on board Virginie and her brother Stéphane. We proceed in the wake of a "reset" of the board, which will facilitate the accounts with the new crew. Veronique found water on the dock in front of us, and a fisherman agreed to lend us his hose. Moving, the boat changes places in the port.While some fill up with water and take care of the restitution of the pipe, I take the others to make the supply for the second week of the cruise. The bakery in front of us, located in the main street that leads to the statue of Pegasus, does not offer much appetizing and we will buy our brioches for breakfast at the supermarket. We are many, and everyone is in charge of a small part of the race list, printed on two A4 sheets that I just cut. The supermarket, built as many in Greece on two floors, accepts as in April to lend us his carts. We return to the boat with four of them, and a chain is organized to transfer everything from the dock to the boat's equipment. At 12:30, we leave the marina of Corinth. The sky is blue, the winds almost nonexistent. Leaving the port, you must be very careful to shave the port on the port side and to follow its rip raps: if you try to get away from the entrance to the port, you quickly fall on the funds of 2m. At 13h, we are at the entrance of the Corinth Canal, initiated by Néron and finished by the French and the Greeks at the end of the 19th century. The entrance to the Gulf of Corinth side of the Canal is called Poseidonia. We make circles in the water by calling Isthmia Pilot - the harbor master's office located on the Saronic Gulf side - on channel 14. Isthmia Pilot promises us little wait, about five minutes, before we call back. In fact, the entrance lights of the canal pass very quickly to green, and we enter the mythical channel.

DSCN8505

The speed is fixed in the channel between 6 and 7 knots; it takes roughly half an hour to reach Isthmia, on the other side of the Corinth Canal. Virginie is at the helm, in this canal 23m wide and dredged to 6.5m. At the highest, the cliffs that we contemplate are more than 75m. From time to time, holes, even small caves, enamel the low walls; some serve as shelter for birds that have chosen to nest there. At 13:35 we arrive at Isthmia. The wharf is free and we park the boat on the starboard side along the wharf. I go with Chloe to the captaincy; our crossing of the Canal now costs us 215.75 euros. My credit card guaranteed to work abroad by the Banque Populaire does not work. At 14h the formalities are done, and our ecot paid in cash on the cash register. Back at the boat, the crew proposes to have lunch in the tranquility of the Isthmia wharf. We parked on the platform near our boat, a small tanker truck that delivers fuel; from time to time the driver of the truck makes a short appearance. Refueling can be a good idea; we still have several days of fuel autonomy, but as many enjoy the presence of this driver. I ask where he went with a fisherman-woman aboard a small white fishing boat parked at the end of the wharf. She has her number on her mobile phone and she calls for us. Alas, when five minutes later the delivery man reappears, it's not for us, but for a big star who is preparing to dock at the dock. Information taken, the driver has at least half an hour before we can take care of us. I decide to leave the port without waiting, so as to navigate at most day in the direction of Epidhavros. At 15h we cast off the moorings and leave the dock at Isthmia. Side Saronic Gulf, the sea is oil, the long waves do not exceed 10 cm, the wind is nonexistent. We sail heading to 139 ° at 6 knots, under GV to balance the boat, engine at 1800 rpm, and genoa rolled. Our poor Genoese is sorry. It is not torn, however at the end of the season its blue borders are disjointed in many places. Stéphane is at the helm. Diver and former firefighter, he is used to motor boats and is not too distressed by the inertia of Hellas Fos. We are transforming ourselves into plastic recuperators: a good opportunity to see the maneuvers of recovery of the Man overboard engine. We will see another day these same maneuvers in sailing, engine cut. For that we will need a little more wind. The waters of the Gulf of Corinth were nearly clean; here the plastic abounds, floating on the surface. 

Coucher de soleil entre isthmia et Epidhavros

Each cove on the east coast is occupied by a marine farm. We have the impression that they regularly lose bags that have contained animal meal for farmed fish, unless they get rid of it in the water once it has been emptied. Still, we have recovered many of these bags, in pieces even almost whole during our cruise. Armed with what is left of us (we quickly discovered that the handle of the boat's gaff is broken in two), Thibault makes a real miraculous catch: bags, plastic bags, bottles of mineral water, polyurethane plates, everything floats in abundance around us. While putting up a plastic bag, Thibault finds even inside a very small black fish prisoner of the bag; we take a picture of him and give him his freedom. The day is falling, and we have a beautiful sunset on the hills of north-eastern Peloponnese. At 19:10 we enter the bay Epidhavros (Epidaurus). There, it is necessary to pay attention in full water to the two concrete turrets, one red and the other green, whose fires mark the entrance of the channel which leads to the port. We pass between the two turrets, and shortly before arriving at the port, to take port to the "Palaia" area where the mooring buoys are located. We find three, grouped into a solid bouquet, which seems to me solid enough to spend the night. I take the opportunity to show my teammates how to dock from behind on a mooring buoy. When we have a skirt like us, it's a lot easier and much more enjoyable than the traditional method of crawling on the front of the bridge to try to get through a ring. This is especially true with a tall sailboat where the front is high on the water. As for the lasso method, I'm not sure that tonight it was able to work well with the bouquet of three buoys facing us tonight.

Rear mooring requires a long hawser (at least twice the length of the boat). A crewman strikes one end of the hawser on the ad hoc cleat at the front of the boat (dead-end side), and runs the rest of it along the boat outside the dies and the balcony until 'to the rear skirt. During this time, the helmsman backs on the mooring buoy until it comes against the skirt. There, comfortably installed at the water's edge, the teammate will pass the free end of the hawser in the ring of the mooring buoy. Always outside the back balcony and dies, he will then bring back what has now become a mooring past double to the front of the boat. It only remains for him to bring back to him the length of rope desired, so that the distance from the boat to the mooring buoy remains sufficient to allow the boat to avoid without the hull does not hit the mooring buoy. The crew then blocks the hawser with a cleat knot, the helmsman cuts the engine and the maneuver is complete, without risk or effort.
At 19:45, the boat is moored, and I go to the preparation of dinner tonight, penne bolognese.

Dans le canal de Corinthe, 271018 DSCN8494

Photos : Le port de Corinthe au petit matin, 271018 ; Préparatifs de départ à bord du Hellas Fos, Corinthe 271018 ; L’avitaillement à Corinthe, T2A expedition, 271018 (1 et 2) ; Plein d’eau au port de Corinthe pour le Bavaria 49 Hellas Fos, 271018 ; Départ du port de Corinthe, 271018 ; Ronds dans l’eau devant l’entrée du canal de Corinthe côté Corinthe en attendant l’ouverture du passage (Posidonia), 271018 (1 et 2) ; Entrée dans le canal de Corinthe côté golfe de Corinthe (Poseidonia) pour l'équipage de T2A expedition, Hellas Fos 271018 ; Passage du pont submersible à l‘entrée du canal de Corinthe, côté Poseidonia, 271018  (1 et 2) ; Dans le canal de Corinthe 271018 (1 à 16) ; Arrivée à Isthmia, sortie côté golfe Saronique 271018 ; Déjeuner au quai d’Isthmia, T2A expedition à bord du Hellas Fos, 271018 ; Le camion citerne d’Isthmia avec son numéro de téléphone, 271018 ; En route depuis Isthmia vers Epidhavros, T2A expedition, 271018, Récupération de plastique en mer pour T2A expedition à bord du Hellas Fos, 271018 (1 à 6) ; Dernières lueurs du jour peu avant la baie d’Epidhavros, T2A expedition, Hellas Fos 271018 ; Epidhavros vue depuis la zone des corps-morts, T2A expedition, Hellas Fos 271018 (1) ; Dîner à bord du Bavaria 49 Hellas Fos, T2A expedition, 271018 ; Les penne bolognese à bord du Hellas Fos, T2A expedition en Grèce, Epidhavros 271018 ; Epidhavros vu du Hellas Fos et de la zone des corps-morts, 271018 ; Coucher de soleil peu avant Epidhavros, 271018 ; Dans le canal de Corinthe, 271018. Photos et vidéos : Philippe Bensimon.

30 octobre 2018

Expédition Tour des deux Amériques en Grèce : de Itea à Corinthe - T2A Expedition in Greece: from Itea to Corinth

Hellas Fos à Itea DSCN8421

Hellas Fos à Itea 261018 DSCN8422Vendredi 26 octobre 2018. Réveil à 6h30 pour l'équipage du Bavaria 49 Hellas Fos et les membres de T2A. Le car pour le site antique de Delphes part à 7h20, en face du quai où nous sommes amarrés. 

Vue panoramique d'Itea depuis le port 261018 DSCN8423 (ci-dessus) Vue panoramique d'Itea depuis le port 261018 2 DSCN8424 (ci-dessous)

La terrasse du café, Itea 261018

De mon côté, j'ai eu la chance de visiter le site extraordinaire de Delphes au mois d'avril 2018, lors d'une précédente croisière. Je choisis de sacrifier la visite pour passer la journée au bar très sympathique, avec vue sur le quai. J'y trouverai de l'électricité, de la wifi et du café pour travailller.Matinée de travail au café à IteaDSCN8425

 

Feta grillée et gâteau grec à l'orange, 261017

PhB au travail à Itea DSCN8429

L'équipage revient de sa visite de Delphes vers 15h, précédé de Véroique qui me rejoint au café. Comme convenu, nous allons nous retrouver vers 18h au bateau, et quitter le port pour une navigation de nuit en direction de Corinthe.DSCN7145 Delphes Le trésor des Athéniens

Delphes l'amphithéâtre et le temple d'Apollon 200418 2

Delphes l'amphithéâtre et le temple d'Apollon 200418 1

L'équipage de T2A en Grèce, 261018 DSCN8437

A 18h15, arès une photo de groupe devant le Hellas Fos, nous larguons les amarres et quittons le quai avec l'aide d'une garde montante. Le vent est faible et la manœuvre se fait sans aucune difficulté. Nous prenons la route pour sortir de la baie avec une visibilité totale, au près d'abord puis au largue.Départ du port d'Itea, 261018 18h15 IMG_8144Départ du port d'Itea, en route pour Corinthe, Chloé à la barre 261018 IMG_8145

A 20h nous sommes au moteur, il n'y a plus de vent. Des creux de un mètre inattendus nous arrivent du sud-ouest, sans doute provoqués par le tremblement de terre violent survenu la nuit précédente (épicentre à Zente, 6,4 sur l'échelle de Richter). Dans l'après-midi, la mère de Nino m'a appelé, pour me prévenir et me demander si j'étais au courant du phénomène dont les actualités françaises avaient parlé.Belote dans le carré du Hellas Fos, entre Itea et Corinthe 261017DSCN8452

A 0h15 on repère le feu d'Ak Melangavi au 010° ; on est en train de rentrer dans la grande baie au bout de laquelle se trouvent Corinthe et l'entrée du Canal de Corinthe. Chloé à la barre d Hellas Fos entre Itea et Corinthe 261017

Navigation de nuit avant Corinthe, 261018 DSCN8461_2

L'entrée du port de plaisance de Corinthe est délicate la première fois qu'on la prend : il faut vraiement faire du "rase-cailloux" pour avoir entre trois et quatre mètre de fond, et serrer de très près les enrochements de l'entrée, qui finalement n'avancent pas autant qu'on pourrait le craindre au regard des instructions du guide de Rod Heikell. Mais dès qu'on s'écarte un peu du môle, les fonds disparaissent, et le sondeur affiche des "2,3m" peu engageants. Si on respecte bien l'itinéraire, ça passe tout seul par mer calme. Je pense qu'en cas de mer très agitée, je préfèrerais essayer de me trouver une place au port de commerce. Attention aussi à la place très accueillante située immédiatement à gauche de l'entrée du port : elle est généralement libre en début de soirée, et pour cause : les pêcheurs qui l'occupent rentrent dans la nuit. Cette nuit, nous avons trouvé une place impeccable, en ravers de l'extrémité du premier ponton à main droite en rentrant dans le port de plaisance. 

L'équipage commence à être bien rôdé, et les manoeuvres s'exécutent de façon fluide. Top ! A 1h53 du matin, le bateau est amarré sur pointes et gardes, plus midship au ponton.

Wake up at 6:30 am for the crew of the Bavaria 49 Hellas Fos and the members of T2A. The bus to the ancient site of Delphi departs at 7:20, opposite the dock where we are moored. For my part, I had the chance to visit the extraordinary site of Delphi in April 2018, during a previous cruise. I choose to sacrifice the visit to spend the day at the bar very friendly, overlooking the dock. I will find electricity, wifi and coffee to work. The crew returns from his visit of Delphi around 15h, preceded by Veronique who joins me at the cafe. As agreed, we will meet at about 18h at the boat, and leave the port for a night navigation towards Corinth. At 18:15, with a group photo in front of Hellas Fos, we cast off and leave the dock with the help of a rising guard. The wind is weak and the maneuver is done without any difficulty. We take the road to get out of the bay with full visibility, first up and then off. At 8 pm we are at the engine, there is no wind. Unexpected 1-meter hollows are coming from the southwest, probably caused by the violent earthquake the night before (epicenter at Zente, 6.4 on the Richter scale). In the afternoon, Nino's mother called me, to warn me and ask me if I was aware of the phenomenon that the French news had talked about. At 0h15 we find the fire of Ak Melangavi at 010 °, we are entering the large bay at the end of which are Corinth and the entrance to the Corinth Canal. 

The entry of the marina of Corinth is delicate the first time one takes it: it is really necessary to make "rase-pebbles" to have between three and four meter of bottom, and to tighten very close the rip raps of the entry, which finally do not advance as much as one might fear against the instructions of Rod Heikell's guide. But as soon as you get away from the pier, the funds disappear, and the sounder displays "2,3m" uninviting. If we respect the route, it goes alone by calm sea. I think that in case of very rough sea, I would prefer to try to find a place for me in the commercial port. Attention also to the very welcoming place located immediately to the left of the entrance of the port: it is generally free at the beginning of evening, and for good reason: the fishermen who occupy it return in the night. That night, we found a place impeccable, in ravers of the end of the first pontoon on the right hand while entering the marina. The crew begins to be well prowled, and the maneuvers run smoothly. At 1:53 in the morning, the boat is docked on points and guards, plus midship to the pontoon.

Photos : Hellas Fos at Itea DSCN8421 ; Hellas Fos at Itea 261018 DSCN8422 ; Panoramic view of Itea from port 261018 DSCN8423 (1 and 2) ; The coffee terrace, Itea 261018 (1 and 2) Grilled feta and Greek cake with orange, 261017 ; PhB at work at Itea DSCN8429 ; DSCN7145 Delphi The treasure of the Athenians ; Delphi the amphitheater and the temple of Apollo 200418 2 ; Delphi amphitheater and temple of Apollo 200418 1 ; The crew of T2A in Greece, 261018 DSCN8437 ; Departure from Itea, 261018 (1 and 2) ; Belote on Hellas Fos, 261018 ; Navigation by night from Itea to Corinth, 261018 (1and 2) ; The port of Itea, 261018 IMG_8141. Author / Auteur : Philippe Bensimon.

Le port d'Itea, 261018 IMG_8141


29 octobre 2018

CFOSAT - un satellite sino-français pour l'étude des vagues et des vents - A Sino-French satellite for study of waves and winds

L’AFP annonce que la Chine a lancé lundi un satellite construit avec la France appelé CFOSAT ("China-France Oceanography SATellite"). Le satellite est destiné à scruter les océans dans le but de mieux prédire les effets du changement climatique. « L'engin d'environ 650 kg sera chargé d'étudier le vent et les vagues à la surface des mers 24 heures sur 24, et ainsi d'améliorer les prévisions météorologiques marines. Il servira également à prévoir avec davantage de précision les fortes tempêtes ou les cyclones. Et permettra aux climatologues de mieux comprendre les interactions entre les océans et l'atmosphère, celles-ci jouant un rôle crucial dans le climat. »

Deux radars sont présents dans l’engin spatial : le SWIM français (qui mesure la direction et la longueur d'onde des vagues) et le SCAT chinois (qui analyse la force et la direction des vents). CFOSAT devrait permettre de mieux comprendre dans le futur les effets du réchauffement climatique.

_____________

AFP announces that China launched Monday a satellite built with France called CFOSAT ("China-France Oceanography SATellite"). The satellite is intended to scrutinize the oceans in order to better predict the effects of climate change. "The 650-kilogram craft will be responsible for studying wind and waves on the surface of the sea 24 hours a day, thereby improving marine weather forecasts. It will also be used to predict more accurately storms or cyclones. And will allow climatologists to better understand the interactions between the oceans and the atmosphere, which play a crucial role in the climate. " Two radars are present in the spacecraft: the French SWIM (which measures the direction and the wavelength of the waves) and the Chinese SCAT (which analyzes the force and direction of the winds). CFOSAT should help to better understand the effects of global warming in the future.

Posté par Ph Bensimon à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

28 octobre 2018

Expédition Tour des deux Amériques en Grèce : de Navpaktos à Itea - T2A Expedition in Greece: from Navpaktos to Itea

Lever du soleil à Navpaktos 251018 IMG_8134

Coucher de lune sur Navpaktos 251018 IMG_8132

 Jeudi 25 octobre 2018. En se réveillant, on découvre un paysage magnifique, avec à la fois le lever su soleil et le coucher d'une lube bien ronde au dessus des murailles du veux port médiéval de Navpaktos (Naupacte). Petit déjeuner pour l'équipage, puis débarquement avec l'annexe. Le moteur démarre au quart de tour. en deux voyages tout le monde est à terre, rendez-vous fixé à 11h30 au port. De mon côté je retourne avec l'annexe travailler à bord. Pendant ce temps, l'équipage part visiter le château et compléter l'avitaillement. A 11h, je suis à la table à cartes en train de travailler sur le dossier de presse de l'expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier quand le téléphone sonne : c'est Guillaume qui m'annonce que l'équipage est de retour au port avec un peu d'avance ; il me demande si je peux venir les chercher. Seules deux personnes auront fait la visite complète du château, qui est devenue payante : deux euros. Les autres sont montés jusqu'à la porte d'entrée des fortifications, une balade qu'ils ont déjà trouvée très belle, avec un excellent point de vue que le Golfe de Corinthe.

Navpaktos, l'entrée du port et le château, 251018 DSCN8391

Préparation du départ devant Navpaktos 25 octobre 2018 : 

A 13h35 l'ancre est relevée, nettoyée du paquet d'argile qui est revenue avec, et le Hellas Fos est en route pour Itea, le port de Delphes. Le nom de notre bateau est joli ; il signifie "Lumière de la Grèce". Un vent de N de 10,5 kt nous permet de dérouler toute la toile, et le bateau file de manière très agréable dans le Golfe de Corinthe, à un peu plus de 5,5 kt. La visibilité est totale, nous avons un grand ciel bleu au dessus de nos têtes.

T2A expedition en route pour Itea, Golfe de Corinthe 251018

Entre Navpaktos et Itea, course sur les passavants 25 octobre 2018

L'équipage de T2A expedition en mode veille attentive, S:Y Hellas Fos, Golfe de Corinthe 251018 DSCN8398Guillaume et Chloé, S:Y Hellas Fos, Golfe de Corinthe 251018 DSCN8396

Belote dans le Golfe de Corinthe entre Navpaktos et Itea sur le Hellas Fos,  25 octobre 2018 :

Belote pour l'équipage du Hellas Fos dans le Golfe de Corinthe, 251018 DSCN8399

En route pour Itea dans nle Golfe de Corinthe, 251018 IMG_8135

Belote pour l'équipage de T2A dans le Golfe de Corinthe DSCN8403A 13h, c'est l'heure de la belote. Le vent est tombé, et nous avançons génois roulé et moteur à 1800 trs/minutes, en attendant que le vent revienne. Pendant ce temps, on en profite pour faire une observation attentive pour le compte du programme de sciences participatives Cybelle Méditerranée (observation de cétacés et divers animaux marins). L'observation donne un résultat nul, hélas souvent observé : la Méditerranée devient une mer déserte. Cathy profite de ce moment de tranquillité pour nous servir le café dans le cockpit.Le Bavaria 49 S:Y Hellas Fos navigue génois roulé, il n'y a plus de vent 251018 DSCN8397Hellas Fos, Cathy sert le café à l'équipage de T2A expedition entre Navpaktos et Itea

Vers 14h45 nous croisons le petit cargo Nikolaosk. Nous sommes au début en route de collision. En stricte application des règles du Colreg, nous donnons 60° à la barre avant de reprendre notre cap.
Le S:Y Hellas Fos croise le Nikolaiosk dans le Golfe de CorintheDSCN8402

Le Nikolaosk, 25 octobre 2018 (1) 

Le Nikolaiosk dans le Golfe de Corinthe 251018 DSCN8404

 Le Nikolaosk, 25 octobre 2018 (2)

Nikolaiosk dans le Golfe de Corinthe 251018 DSCN8408

Le vent est revenu, et nous tirons deux très larges bords dans le Golfe de Corinthe, qui nous amènent directement dans la baie d'Itea. 
Farniente entre Navpaktos et Itea sur le Bavaria 49 Hellas Fos, Golfe de Corinthe 251018DSCN8412

Chloé bronze dans le Golfe de Corinthe sur le S:Y Hellas Fos 251018 DSCN8406

Bordez !

Belote pour l'équipage du Hellas Fos dans le Golfe de Corinthe, 251018 DSCN8399

Quand nous arrivons dans la baie très profonde d'Itea, la nuit est en train de tomber. La baie est divisée en deux par un axe nord-sud : la moitié ouest de la baie est dangereuse, peuplée de petits récifs sous-marins et d'écueils, tandis que la partie est est sûre. Nous entrons donc dans la baie très à droite, et prenons un cap en direction de la partie est de la ville dont les lumières sont bien visibles, avant de revenir sur l'entrée du port, entre celui-ci et le grand ilôt plus au sud. A 19h10, le bateau est amarré le long du quai. 

Avant l'entrée dans le golfe d'Ithea, 251018

Arrivée au port d'Itea 251018 DSCN8419

Thursday, October 25, 2018. Waking up, we discover a beautiful landscape, with both sunrise and sunset of a well round lube over the walls of the medieval port of Navpaktos (Naupact). Breakfast for the crew, then disembarkation with the annex. The engine starts a quarter turn. in two trips everyone is on the ground, rendez-vous at 11:30 at the port. On my side I return with the annex to work on board. During this time, the crew went to visit the castle and complete the refueling. At 11am, I am at the chart table working on the press kit of the Tour des Deux Amériques expedition in a sailboat when the phone rings: Guillaume tells me that the crew is back at the port with a little advance; he asks me if I can pick them up. Only two people will have made the complete visit of the castle, which has become paying: two euros. The others went up to the gateway of the fortifications, a ride they have already found very beautiful, with an excellent view that the Gulf of Corinth.

 

At 11:35 the anchor is raised, cleaned of the clay bundle that came back with it, and the Hellas Fos is on its way to Itea, the port of Delphi. The name of our boat is pretty; it means "Light of Greece". A wind of N of 10.5 kt allows us to unroll the entire canvas, and the boat makes a very pleasant run in the Gulf of Corinth, just over 5.5 kt. The visibility is total, we have a big blue sky above our heads.

A 13h, it's belote time. The wind has fallen, and we advance genoa rolled and engine at 1800 rpm, waiting for the wind to come back. During this time, we take the opportunity to make a careful observation on behalf of the Cybelle Mediterranean participatory science program (cetaceans and various marine animals). The observation gives a null result, unfortunately often observed: the Mediterranean becomes a deserted sea. Cathy enjoys this moment of tranquility to serve us coffee in the cockpit. Around 14:45 we cross the small cargo Nikolaosk. We are early on the collision course. In strict application of the rules of Colreg, we give 60 ° to the bar before resuming our course. The wind has returned, and we shoot two very broad shores in the Gulf of Corinth, which take us directly to the bay of Itea. When we arrive in the very deep bay of Itea, the night is falling. The bay is divided in two by a north-south axis: the western half of the bay is dangerous, populated by small underwater reefs and reefs, while the eastern part is safe. So we enter the bay very right, and take a heading towards the eastern part of the city whose lights are clearly visible, before returning to the entrance of the port, between it and the big island more to South. At 19:10, the boat is moored along the wharf. 

Navpaktos, the harbor entrance and the castle, 251018 ; Preparation of the departure in front of Navpaktos October 25, 2018 : Navpaktos, the harbor entrance and the castle, 251018 ; Preparation of the departure in front of Navpaktos October 25, 2018 ; T2A expedition on the way to Itea, Gulf of Corinth 251018 ; Between Navpaktos and Itea, Passengers race October 25, 2018 ; The crew of T2A expedition in attentive standby mode, S: Y Hellas Fos, Gulf of Corinth 251018 ; Guillaume and Chloe, S: Y Hellas Fos, Gulf of Corinth 251018 : Belote for the crew of Hellas Fos in the Gulf of Corinth, 251018 ; On the way to Itea in the Gulf of Corinth, 251018 ; Belote for the T2A crew in the Gulf of Corinth ; The Bavaria 49 S: Y Hellas Fos sails genoa rolled, there is no wind 251018 ; On Hellas Fos, Cathy serves coffee to the crew of T2A expedition between Navpaktos and IteaThe S: Y Hellas Fos crosses the Nikolaiosk in the Gulf of Corinth ; Nikolaiosk in the Gulf of Corinth 251018 (1 et 2) ; Lazing between Navpaktos and Itea on the Bavaria 49 Hellas Fos, Gulf of Corinth 251018 ; Chloé tan in the Gulf of Corinth on the S: Y Hellas Fos 251018 ; Border! ; Belote for the crew of Hellas Fos in the Gulf of Corinth, 251018 ; Before entering the Gulf of Ithea, 251018 ; Arrival at the port of Itea 251018 ; Chloe with cooking pots in Itea 251018

Chloé aux marmites à Itea 251018 DSCN8416

27 octobre 2018

Expédition Tour des deux Amériques en Grèce : de Nisis Oxia à Navpaktos - T2A Expedition in Greece: from Nisis Oxia to Navpaktos

Nisis Oxia, le phare au sud de l'île 241018 1

Nisis Oxia, le phare au sud de l'île 241018 4

Mercredi 24 octobre 2018. Réveil à 8h, le cadre est superbe. Arrivés de nuit, nous le découvrons ce matin, alors que le soleil n'est pas encore levé au-dessus de l'île de Nisis Oxia. L'île nous a abrités du vent d'est durant la nuit. Le ciel, couvert hier, est aujourd'hui complètement dégagé. C'est notre première journée de grand beau.   Le vent est tombé durant la nuit, et il subsiste juste un vent faible de NE, qui lève quelques vagues d'une dizaine de centimètres de haut. L'équipage se baigne avant le départ, l'eau est à 23°C. Véronique nous annonce que le génois est déchiré, et à 9h nous quittons le mouillage au moteur, de crainte d'accentuer la déchirure ; l'ancre ne fait aucune difficulté pour regagner son poste. Nous tirons une demi-heure au 180°, avant de prendre le 90° une fois dépassée la pointe sud de l'île. Un joli phare blanc émerge de la verdure. Nous hissons la GV, plus pour stabiliser le bateau que pour sa puissance vélique. Un peu plus tard dans la matinée, l'absence de vent nous permet de sortir le génois pour une inspection plus approfondie. La voile est simplement stressée, et les bandes anti-UV sont décousues en de nombreux endroits ; mais rien n'est déchiré. A 11h30, nous sommes sous GV+génois+moteur ; nous parviendrons à garder le génois une heure environ avant que le vent faiblissant nous contraigne à le rouler.

Entre Nisis Oxia et Navpaktos, noeuds et déjeuner 241018

Arrivée au pont entre Rio en Andirion, T2A expedition, Hellas Fos 241018 2

Hellas Fos, farniente en attendant le pont entre Rio en Andirion 241018

 

Arrivée au pont entre Rio en Andirion, T2A expedition, Hellas Fos 241018

A 14h45 nous sommes à 5 M du pont entre Rion et Andirion. J'appelle Riom Traffic à la VHF sur le canal 14 et leur indique notre direction, la taille du bateau, son nom et la hauteur du mât, que j'estime ne pas dépasser 22m avec une bonne marge de sécurité. Comme à l'habitude, on me demande de rappeler quand je serai à un mille du pont. Nous rappellons Riom Traffic à 15h15 ; de façon inhabituelle, ils me demandent de passer à "one pile left, three piles right", autrement dit par la gauche du pont. A 15h30 nous sommes sous le pont en train de prendre des photos, et nous piquons au 036° sur Navpaktos. 

Passage sous le pont entre Rion et Andirion 241018

Eglise peu avant Navpaktos 241018

En route pour Navpaktos, Hellas Fos 241018

Voiles en ciseaux devant Navpaktos 241018

Le Golfe de Corinthe devant Navpaktos 241018

 Le temps est superbe,  le paysage magnifique ; à bord, l'ambiance est au farniente, certains lisent pendant que d'autres bronzent. Notre cap nous autorise à naviguer les voiles en ciseaux jusqu'à Navpaktos. La première manoeuvre de mouillage échouera, l'orin ayant été mal positionné. La seconde manœuvre sera la bonne, et nous mouillons juste devant les remparts, à peine à l'est de l'entrée du port médiéval, en étalant 35 mètres de chaîne dans cinq mètres d'eau. Un petit test en marche arrière montre que l'ancre est bien crochée, rien ne dérape. Seul bémol de la journée, le bidon blanc de l'orin aura été explosé au cours de la remontée de l'ancre ; c'est le deuxième bidon d'oringage que je perds à cet endroit cette année. L'orin est d'un emploi un peu difficile avec des équipages qui l'utilisent pour la première fois.

Arrivée devant le port médiéval de Navpaktos 231018

Navpaktos, l'entrée du port médiéval

Mise en place de l'orin

Arrivée à Navpaktos, mise en place de l'orin et rentrée du génois 241018

Mouillage devant Navpaktos, 24 octobre 2018 :

Mise en place de l'orin

Repas du soir dans le carré au mouillage de Navpaktos 241018

Nous sortons pour la première fois l'annexe, dont le moteur est un peu rétif à démarrer ; peut être me suis-je un peu trop habitué aux petits Honda Intercooler qui démarrent au quart de tour quoi qu'il arrive. Notre moteur est quand même un "quatre temps" agréable à manier. Nous faisons deux voyages pour débarquer dans le petit port médiéval de Navpaktos ; la patronne du supermarché offre à tout l'équipage des clémentines une fois nos courses faites. Nous nous installons à une des terrasses côté est du port ; de là nous voyons très bien un couple de mariés (vrais mariés ? mannaquins de mode ?) posant pour des photos en face, au bout du quai de débarquement tout près de l'entrée du port. Nous rentrons au clair de lune avec l'annexe. Des menemen turcs et du riz basmati feront le repas du soir. 

Menemen 241018 DSCN8373

Wednesday, October 24, 2018. Wake up at 8 am, the setting is superb. Arrived at night, we find out this morning, while the sun is not yet raised above the island of Nisis Oxia that sheltered us from the east wind during the night. The sky, covered yesterday, is now completely cleared. This is our first day of great beauty. The wind has fallen during the night, and there remains just a weak wind of NE, which raises some waves about ten centimeters high. The crew bathes before the departure, the water is at 23 ° C. Veronique announces that the genoa is torn, and at 9 o'clock we leave the anchorage to the engine, for fear of accentuating the tear; the anchor makes no difficulty to return to his post. We shoot half an hour at 180 °, before taking the 90 ° when past the southern tip of the island. A beautiful white lighthouse emerges from the greenery. We hoist the GV, more to stabilize the boat than for its sailing power. A little later in the morning, the lack of wind allows us to take out the genoa for further inspection. The sail is simply stressed, and the anti-UV strips are disjointed in many places; but nothing is torn. At 11:30, we are under GV + genoa + engine; we will manage to keep the genoa for about an hour before the weakening wind forces us to roll it. At 14:45 we are 5 M from the bridge between Rion and Andirion. I call Riom Traffic on the VHF channel 14 and tells them our direction, the size of the boat, its name and the height of the mast, which I estimate not to exceed 22m with a good margin of safety. Classically, I am asked to remember when I will be one mile from the bridge. We remind Riom Traffic at 15:15; In an unusual way, they ask me to switch to "one pile left, three stacks right", ie from the left of the bridge. At 15:30 we are under the bridge taking pictures, and we stitch at 036 ° Navpaktos. The weather is superb, the landscape beautiful; on board, the atmosphere is idle, some read while others tan. Our heading allows us to sail scissor sails to Navpaktos. The first mooring maneuver will fail, the orin having been poorly positioned. The second maneuver will be good, and we anchor just in front of the ramparts, just east of the entrance to the medieval port, spreading 35 meters of chain in five meters of water. A small test in reverse shows that the anchor is well hooked, nothing skidding. The only downside of the day, the white can of the orin was exploded during the ascent of the anchor; this is the second can of oringage that I lose at this place this year. The orin is a job a little difficult with crews who use it for the first time. We leave for the first time the annex, whose engine is a bit reluctant to start; maybe I'm a little too used to the small Honda Intercooler that starts a quarter turn whatever happens. Our engine is still a "four time" pleasant to handle. We make two trips to land in the small medieval port of Navpaktos; the patronne of the supermarket offers to the whole crew of clementines once our shopping is done. We settle at one of the east side terraces of the port; from there we see very well a married couple (real married fashion mannaquins?) posing for photos in front, at the end of the landing dock near the port entrance. We return to the moonlight with the annex. Turkish menemen and basmati rice will make the evening meal.

Photos : Nisis Oxia, the lighthouse south of the island 241018 (1 et 2) ; L'approche du pont entre Rion et Andirion, Bavaria 49 Hellas Fos 241018 (1 à 3) ; Entre le pont qui relie Rion et Andirion et Navpaktos, la côte nord du Golfe de Corinthe 241018 ; Entre le pont qui relie Rion et Andirion et Navpaktos, ambiance farniente à bord du Bavaria 49 Hellas Fos, 241018 ; Arrivée devant Navpaktos, 241018 (1 et 2). Mise en place de l'orin sur le Bavaria 49 Hellas Fos, 241018 ; Dîner à bord du Hellas Fos 241018 ; Les menemen à bord du Bavaria 49 Hellas Fos. Nisis Oxia, the lighthouse south of the island 241018 (3). Auteur des photos et vidéos : Philippe Bensimon.

Nisis Oxia, le phare au sud de l'île 241018 2

26 octobre 2018

Message de Tewfik Tahraoui - balade jurassienne - Message from Tewfik Tahraoui - Jura walk -

Bonjour Philippe 

je ne te remercierai jamais assez pour ton invitation. Je savoure chaque moment ici, cet environnement me parle beaucoup, je suis dans mon élément.
j'ai fais une randonnée pédestre aujourd’hui, outre de  très belles choses, jai vu :

blaireau

DSC00648En bord de route un blaireau percuté par une voiture. A force de tracer des routes et autoroutes l'Homme barre des routes d'autres espèces leur rendant difficile l’accès à la nourriture et à l'eau, en mettant leurs vies en danger.
Plus loin j'ai vu un épouvantail avec un casque en plastique. Comme une épouvante, ce casque semble écraser l’épouvantail  en lui rappelant que bientôt il prendra sa retraite, tant les oiseaux auront disparu par cause de cette autre épouvante qu'est le plastique.

DSC00663

Plus loin encore j'ai vu des bananiers, alocasias et yuccas resplendissants en plein octobre jurassien au milieu d’épicéas, sapins  et autres conifères qui observent ces régimes de bananes, et qui se disent sûrement  "nous allons bientôt changer de régime" .

DSC00693

DSC00702

Quant à moi nonobstant cette conscience écologique j'aurais été infiniment heureux si ce n'est les écriteaux  sur les fontaines qui mettent en garde contre la consomation de l'eau.
(Ces textes sont accompagnés par les photos prises aujourd'hui)
-- 

Tewfik Tahraoui

Pour l’océan, pour le climat, pour les hommes

Expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier

DSC00714

_____________

Hello Philippe


I will never thank you enough for your invitation. I savor every moment here, this environment speaks to me a lot, I'm in my element.

I did a hike today, besides very beautiful things, I saw:

At the roadside a badger hit by a car. By tracing roads and highways, Man blocks roads of other species making it difficult for them to access food and water, putting their lives at risk.

Further on I saw a scarecrow with a plastic helmet. Like a horror, this helmet seems to crush the scarecrow by reminding him that soon he will retire, so much the birds will have disappeared because of this other fear that is the plastic.

Further afield I saw banana trees, alocasias and yuccas resplendent in the middle of October in the middle of spruce, fir and other conifers that observe these banana diets, and who say to themselves "we will soon change the diet".

As for me, notwithstanding this ecological consciousness, I would have been infinitely happy except for the signs on the fountains that warn against the consumption of water.

(These texts are accompanied by the pictures taken today)

-
Tewfik Tahraoui

For ocean, for climate, for men

Tour des deux Amériques Expedition

Photos : auteur/author Tewfik Tahraoui

DSC00682

25 octobre 2018

Expédition Tour des deux Amériques en Grèce : de Preveza à Nisis Oxia - T2A Expedition in Greece: from Preveza to Nisis Oxia

IMG_8086

Mardi 23 octobre 2018. Réveil à 6h, départ à 6h30. Le vent fort qui nous plaque contre le quai de la zone "no safe" nous oblige à un départ sur garde descendante. L'équipage à découvert hier la manœuvre à Mourthos, et l'avant de notre "quinze mètres" décolle du quai sans la moindre hésitation. Une fois sorti du port de Preveza, le bateau rencontre des vents plus faibles, et des vagues d'environ cinquante à quatre-vingt centimètres de haut. La visibilité est totale, même si le ciel reste couvert. Nous avançons avec le moteur et la GV au début ; plus tard, nous mettrons le génois et couperons le moteur ; le but est de naviguer à la voile sans pour autant perdre notre vitesse prévue de 5 kt sur notre route fond. 

A 8h15 nous arrivons devant le pont tournant qui, après le fort vénitien, ferme l'entrée du chenal de Lefkada. Ce pont s'ouvrant aux heures fixes, nous avons trois quarts d'heure devant nous, que nous mettons à profit pour faire des exercices d'accostage sur le quai nord, bien protégé par des boudins en caoutchouc noir.

Passage du pont tournant de Lefkada 231018 - Revolving bridge at Lefkada

 

Dans le chenal de Lefkada 231018 3Dans le chenal de Lefkada 231018 2Dans le chenal de Lefkada 231018

A 9h, le pont s'ouvre, et nous entamons la descente du chenal. Peu après l'entrée de la marina de Lefkas, nous passons devant la décharge de la ville, qui se jette presque directement dans le chenal. Des colonies d'oiseaux y sont installés, y trouvant sans doute une pitance que la mer ne leur offre plus.

La décharge de Lefkas marina 231018

Les oiseaux de la déc harge de Lefkas marina 231018

Passage devant la marina de Lefkas, 231018 - Passage in front of Lefkas marina

L'entrée de Lefkas marinaPassage devant Lefkas marinaVéronique à la barre devant Lefkas marina

Un peu plus au sud, après avoir quitté la zone des marécages que parcourt le chenal, nous passons devant Skorpios, l'ile d'Aristote Onassis revendue depuis sa mort à la fille d'un oligarque russe, puis suivons d'ouest en est la très belle côte nord de Méganisi et ses petites criques ornées de jolies villas. 

En route vers Skorpios, 231018

En route vers Skorpios 231018 2, Cathy à la barreEn route vers Skorpios 4En route vers Skorpios 5

Nous déjeunons à Osmos Vathi, sur la côte nord de Méganisi. Le mouillage dans les deux ports qui occupent le fond de la baie est interdit, et nous prenons notre repas de midi en faisant des ronds dans l'eau dans la jolie baie très protégée.

Véronique prépare le repas de midi, 231018

IMG_8088

IMG_8087

Vers 13h30 nous reprenons notre route vers Nisis Oxia. Le vent tourne à l'est, nous alternons la voile pure et la voile+moteur. A 19h nous arrivons sur le banc au NNW de Nisis Oxia ; la couleur de l'eau nous indique que les fonds sont nettement remontés. Le vent d'est, devenu violent, nous dissuade d'aller mouiller dans la baie E de l'île, où j'ai déjà passé plusieurs nuits : en cas de dérapage de l'ancre nous nous retrouverions sur les cailloux. Nous partons donc en exploration le long de la côte ouest. Le crépuscule nautique est en train de s'installer. Les falaises tombent à-pic dans l'eau, et il n'y a guère d'endroit où mouiller sans risque. On à quinze mètres de fond à quinze mètres des rochers, et dès qu'on s'écarte un peu on passe dans la zone des 25-30 mètres. la plus grande baie est occupée en totalité par une ferme marine encore occupée en cette saison ; la cabane qui la borde sur le côté sud de la baie est éclairée. Plus au sud, nous repérons un petit fjord étroit ou des aussières portées à terre de chaque côté du bateau pourraient le stabiliser ; de nuit, la manœuvre semble risquée. Nous sommes en train de discuter de la possibilité de continuer par une navigation de nuit, quand, longeant la côte ouest encore plus au sud, nous passons sur un banc assez étroit à 8-10 m de profondeur, partant vers le SW à partir d'une indentation bien marquée de la côte. Nos cartes ne sont pas assez détaillées pour le mentionner, et le guide Rod Heikell ne le considère pas comme un mouillage et n'en parle pas. Néanmoins, il apparaît bien sur les photos Google Earth. Nous y sommes complètement à l'abri du vent d'est, nous mouillons 65 m de chaîne (la totalité de ce dont dispose le bateau) dans ce qui doit être dix mètres d'eau et l'ancre croche bien sur le fond. Nous installons une main de fer sur la chaîne d'ancre. Vers 20h30 les manœuvres sont terminées, et nous installons une main de fer sur la chaîne d'ancre pour soulager le guindeau. Avec mon alarme anchorwatch en protection et un œil de temps en temps sur la position du bateau sur la photo google earth, nous passerons une excellente nuit dans ce mouillage de secours à connaître.

IMG_8082

Tuesday, October 23, 2018. Wake up at 6am, departure at 6:30. The strong wind that plagues us against the platform of the zone "no safe" obliges us to a departure on guard down. The crew discovered yesterday the maneuver at Mourthos, and the front of our "fifteen meters" takes off from the dock without any hesitation. Once out of the port of Preveza, the boat encounters weaker winds, and waves about fifty centimeters high. The visibility is total, even if the sky remains covered. We move forward with the engine and SGS at the beginning; later, we will put the genoa and cut the engine; the goal is to sail without losing our planned speed of 5 kt on our road background.
At 8:15 we arrive at the turning bridge which, after the Venetian fort, closes the entrance to the channel of Lefkada. This bridge opening at fixed times, we have three quarters of an hour in front of us, we use to do exercises docking on the north hgequai, well protected by black rubber rods.

A little further south, after having left the swamp area covered by the channel, we pass Skorpios, the island of Aristotle Onassis resold since its death to the daughter of a Russian oligarch, then follow from west to is the beautiful north coast of Meganisi and its small coves adorned with beautiful villas.
Around 13:30 we resume our journey to Nisis Oxia. The wind turns to the east, we alternate pure sailing and sailing + engine. At 19h we arrive on the bench at the NNW Nisis Oxia; the color of the water indicates that the funds are clearly raised. The east wind, which has become violent, dissuades us from going to anchor in the bay E of the island, where I have already spent several nights: in case of skidding of the anchor we meet again on the pebbles. We are therefore exploring on the west coast. Nautical twilight is settling down. The cliffs fall sharply into the water, and there is hardly any place to wet without risk. We are fifteen meters deep at fifteen meters from the rocks, and as soon as we have a little bit of fun, we go into the 25-30 meters zone. the largest bay is occupied entirely by a marine farm still occupied at this season; the hut that borders it on the south side of the bay is illuminated. Farther south, we find a small narrow fjord where haws on the ground on each side of the boat could stabilize it; at night, the maneuver seems risky. We are discussing the possibility of continuing by night navigation, when, along the west coast further south, we pass on a fairly narrow bench at 8-10 m deep, starting towards the SW from a marked indentation of the coast. Our maps are not detailed enough to mention, and guide Rod Heikell does not consider it an anchorage and does not mention it. Nevertheless, it appears on the Google Earth photos. We are completely safe from the east wind, we anchor 65 m of chain (the totality of what the boat has) in what must be ten meters of water and the anchor eboche well on the bottom. We install an iron hand on the anchor chain. Around 20:30 the maneuvers are finished, and we install an iron hand on the anchor chain to relieve the windlass. With my alarm anchorwatch protection and an eye from time to time on the position of the boat on the photo google earth, we will spend an excellent night in this rescue anchorage good to know. ; 

Photos : En route pour Skorpios, 231018 (1) ; Dans le chenal de Lefkada, au nord de l'entrée de Lefkas marina 231018 (1,2,3) ; Devant la décharge de Lefkas, 231018 ; Colonie d'oiseaux à la décharge de Lefkas, 231018 ; L'entrée de Lefkas marina, 231018 ; Dans le chenal de Lefkas, 201018 (4 et 5) ; en route pour Skorpios, 231018 (2 à 6) ; Véronique prépare le déjeuner, 231018 ; Déjeuner à Osmos Vathi, 231018 (1 et 2) ; En route pour Nisis Oxia, 231018. Auteur photos et vidéos / author : Philippe Bensimon.