Tour des deux Amériques sur un voilier

25 juin 2022

Incendies en Californie - Fires in California

December first, 2007, winter 2007, sunset in laguna Beach, CA, looking off toward catalina island (auteur author Catatonique)

En Californie, en mai, un incendie soudain a détruit une vingtaine de maisons luxueuses sur la côte, à Laguna (États-Unis, Californie), à environ 80 km de Los Angeles. Les pompiers ont du batailler durant quatre jours pour vaincre les flammes. "Tout est dévasté, on est très choqués. Quand le feu s’est déclaré, tout le monde est parti précipitamment", confie un habitant. La Californie est désormais exposée toute l’année à ce genre de sinistre. "Les vents qui ont provoqué le feu ne sont pas inhabituels. La grande différence c’est le changement climatique", précise le capitaine Virgil Asuncion, chef des pompiers du comté d’Orange (Source : Franceinfo, 14 mai 2022). Aujourd'hui, les incendies sont repartis de plus belle en Californie, attisés par la chaleur et la sécheresse (A2, JT, 20h30, 25 juin 2022). Chaque été plus violents et plus dévastateurs, chaque été plus étendus, et touchant chaque été des Etats jusque là protégés, ces incendies vont chaque été coûter un peu plus cher aux particuliers et à la société. 

______________

In California, in May, a sudden fire destroyed about twenty luxury houses on the coast, in Laguna (United States, California), about 80 km from Los Angeles. Firefighters had to fight for four days to overcome the flames. "Everything is devastated, we are very shocked. When the fire broke out, everyone left in a hurry," says a resident. California is now exposed to this type of disaster all year round. "The winds that caused the fire are not unusual. The big difference is climate change," said Captain Virgil Asuncion, Orange County Fire Chief (Source: Franceinfo, May 14, 2022). Today, the fires started again in California, fanned by the heat and the drought (A2, JT, 8:30 p.m., June 25, 2022). Each summer more violent and more devastating, each summer more extensive, and each summer affecting States hitherto protected, these fires will each summer cost individuals and society a little more.

Photos :  December first, 2007, winter 2007, sunset in laguna Beach, CA, looking off toward catalina island (auteur/author : Catatonique) ; The smoke plume from the fast-moving Woolsey Fire encroaching on Malibu on November 9, 2018, as residents evacuate along the Pacific Coast Highway (PCH). Auteur/author : Cyclonebiskit.

The smoke plume from the fast-moving Woolsey Fire encroaching on Malibu on November 9, 2018, as residents evacuate along the Pacific Coast Highway (PCH) 'auteur Cyclonebiskit)


180.000 éclairs entre le 1et et le 24 juin 2022 : le réchauffement est à l'œuvre - 180,000 flashes between June 1 and 24, 2022

 

Orage sur Pritzerbe, 24 septembre 2010 (auteur author Mathias Krumbholz)

180.000, c'est le nombre de fois que la foudre a frappé la France entre le 1er et le 24 juin 2022. Un record absolu depuis 1989, année durant laquelle on a commencé à compter les frappes de la foudre sur le territoire national.

Quand il faut chaud, au sol l'air se charge en humidité et, profitant des courants de chaleur ascendants liés aux fortes chaleurs du sol, monte jusqu'à rencontrer des couches froides de l'atmosphère : la machine à orage est lancée, l'humidité gèle en altitude et les grêlons se forment. Le réchauffement climatique réchauffe l'air ; or, plus l'air est chaud, et plus il est capable d'accueillir de l'humidité. Les années à venir vont donc devenir de plus en plus orageuses, avec des orages de plus en plus violents, et les averses de grêle devraient aller en s'intensifiant.

Cette situation n'est pas le fruit du hasard. C'est le fruit des activités humaines que les politiciens du monde entier se sont refusés à encadrer jusqu'ici, privilégiant leur réélection aux vies humaines qui étaient en jeu.

_________________

180,000 is the number of lightning strikes that struck France between June 1 and 24, 2022. An absolute record since 1989, the year in which we began to count lightning strikes on national territory.

When it is hot, the air on the ground is loaded with humidity and, taking advantage of the ascending heat currents linked to the strong heat of the ground, rises until it encounters cold layers of the atmosphere: the storm machine is launched, the moisture freezes at high altitudes and hailstones form. Global warming warms the air; however, the warmer the air, the more humidity it is able to hold. The coming years will therefore become more and more stormy, with increasingly violent thunderstorms, and hailstorms are expected to intensify.

This situation is no coincidence. It is the fruit of human activities that politicians (all around the world) have refused to frame so far, privileging their re-election to the human lives that were at stake.

Photo : Orage sur Pritzerbe, 24 septembre 2010. Auteur/author : Mathias Krumbholz.

24 juin 2022

Haroun Tazieff en 1979 parle du réchauffement climatique - Haroun Tazieff in 1979 talks about global warming

Brut a ressorti il y a quelque temps un vieil enregistement, issu probablement des archives de l'INA, dans lequel on voit le vulcanologue Haroun Tazieff prédire en 1979 les effets dévastateurs du probable réchauffement climatique lié aux émissions de CO2 de l'homme, engendrant une fonte des glaces terrestres et des banquises, et par là une considérable montée du niveau des eaux. Interviewé par un journaliste dubitatif, Haroun Tazieff est raillé par Jacques-Yves Cousteau qui visiblement ne croit pas au réchauffement climatique, et ne sait pas non plus qu'une forêt à maturité est juste une zone de stockage du CO2. Globalement, elle n'en n'absorbe pas plus qu'elle n'en rejette, et ne produit pas non plus plus d'oxygène qu'elle n'en consomme. En clair, ni l'Amazonie ni les forêts de Bornéo ne peuvent absorber le CO2 produit par l'homme. Quand à l'océan, il paie au prix fort son rôle de régulateur en s'acidifiant, avec une perte prévue en 2100 de 70 % des organismes calcaires et 30 % des organismes non calcaires. De son côté, le glaciologue et spécialiste de l'Antarctique Claude Lorius, qui participe également à l'émission, est résolument optimiste et pense que la variation de 2°C à 3°C prévue par Haroun Tazieff ne changera pas grand chose au niveau des eaux.

Le Giec anticipe aujourd'hui une hausse moyenne du niveau des eaux de plus de 1 m et prévoit une hausse moyenne de 5 m en 2150, une catastrophe comme l'homme n'en n'a jamais connue. Mais toutes les régions du globe ne sont pas soumises à ces moyennes : on est aujourd'hui bien au-delà dans certains secteurs du Pacifique, qui, en 2019, avaient déjà connu une hausse supérieure à trois fois la moyenne. Enfin, les anticipations du Giec se sont par le passé révélées en dessous de la réalité. Pour la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA - États-Unis), la hausse atteindra les 2,5 mètres en 2100 (Source : Futura Planète, Nathalie Mayer, 17 mai 2022).

_______________

Brut brought up an old recording some time ago, probably from the INA archives, in which we see the volcanologist Haroun Tazieff predicting in 1979 the devastating effects of the probable global warming linked to human CO2 emissions, causing a melting of land ice and pack ice, and thereby a considerable rise in water levels. Interviewed by a skeptical journalist, Haroun Tazieff is mocked by Jacques-Yves Cousteau who obviously does not believe in global warming, nor does he know that a mature forest is just a CO2 storage area. Overall, it does not absorb more than it releases, nor does it produce more oxygen than it consumes. Clearly, neither the Amazon nor the forests of Borneo can absorb the CO2 produced by man. As for the ocean, it pays a high price for its role of regulator by becoming acidic, with a loss expected in 2100 of 70% of calcareous organisms and 30% of non-calcareous organisms. For his part, the glaciologist and Antarctic specialist Claude Lorius, who also participates in the program, is resolutely optimistic and thinks that the variation of 2°C to 3°C predicted by Haroun Tazieff will not change much in terms of waters.

The IPCC now anticipates an average rise in water levels of more than 1 m and predicts an average rise of 5 m in 2150, a catastrophe such as man has never experienced. But not all regions of the globe are subject to these averages: we are now well beyond in certain sectors of the Pacific, which, in 2019, had already experienced an increase greater than three times the average. Finally, the IPCC's expectations have in the past proved to be below reality. For the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA - United States), the rise will reach 2.5 meters in 2100 (Source: Futura Planète, Nathalie Mayer, May 17, 2022).

Dédicace_de_Haroun_Tazieff_à_l'auteur (auteur author Erwan de Kerhister 24 août 2017)

Photo : Dédicace de Haroun Tazieff à l'auteur. Auteur/author : Erwan de Kerhister,  24 août 2017.

21 juin 2022

La ministre de la Transition écologique et la secrétaire d'Etat à la mer battues aux législatives

La ministre de la Transition écologique et la secrétaire d'Etat à la mer battues aux législatives : une bonne nouvelle pour l'environnement

Le site Midi Libre donnait le 19 juin 2022 à 20h29 la liste des trois membres du gouvernement d'Elisabeth Borne battus au second tour des législatives et censés abandonner leur tout nouveau portefeuille. Parmi ces trois membres, deux nous intéressent particulièrement :

- Justine Benin, secrétaire d'Etat à la mer

La secrétaire d'État à la mer, Justine Benin, a été battue dans la 2e circonscription de Guadeloupe avec 41,35 % des voix. Elle arrive derrière Christian Baptiste (DVG), soutenu par la Nupes, élu avec 58,65 % des voix. L'information était connue depuis cet après-midi en raison du décalage horaire avec la Guadeloupe.

- Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires 

La ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin chute dans l'Essonne. Elle est éliminée (avec 47,3 % des voix) au second tour au profit de Jérôme Guedj, élu socialiste sous les couleurs de la Nupes (53,7 %). (source : Midi Libre 19 juin 2022, 20h29).

 

Amélie_de_Montchalin_Ministre_de_la_Transformation_et_de_la_Fonction_publiques (auteur author Jonathan Sarago 04 septembre 2020)

Selon une étude de l'association Agir pour l'environnement, Amélie de Montchalin est l'une des députés les moins écologistes de la XVe législature (classée la  sur 648 en fonction de ses votes). Entre autres exploits, elle a réussi à voter contre l'interdiction du glyphosate, contre l'interdiction de production, stockage ou vente de produits phytopharmaceutiques non autorisés en Europe et a préféré ne pas voter lors du scrutin contre l'interdiction des perturbateurs endocriniens. Cela explique sans doute pourquoi on l'a nommée ministre de l'Ecologie et de la cohésion des territoires. Cela explique aussi pourquoi les mots écologie et environnement n'apparaissent nulle part dans ce qu'elle considère comme ses nouvelles missions en tant que ministre de l'écologie, telles qu'elle les affichait il y a une quinzaine de jours sur le site de son ministère.


Justine Bénin dans le jardin des Quatres Colonnes du Palais Bourbon durant la première semaine parlementaire de la XVe législature de la Cinquième République française (Paris, France, auteur author Antoine Lamielle 21 juin 2017Quand à Justine Benin, Secrétaire d'Etat à la mer dont les études à Toulouse à la carrière dans la protection judiciaire de la jeunesse puis à Pôle emploi l'ont toujours tenue écartées des problématiques de la mer, elle est surtout 
connue pour avoir été mise en cause en mai 2022 par Mediapart qui lui reproche une « dérive clientéliste », en raison de plusieurs versements (37 000 euros) effectués en 2019 et 2020 par le MoDem à des associations comme à un restaurant de la commune du Moule dans laquelle elle se présentait alors aux élections municipales de 2020. 

Il est intéressant de constater au vu de leurs résultats électoraux que les deux membres du gouvernement qui auraient du être les plus importants au vu des dangers que le réchauffement climatique fait courir à l'espèce humaine et à la biodiversité marine et au vu de l'importance de la mer en France (la France est la deuxième puissance maritime mondiale par la longueur de ses côtes), sont non seulement issus de domaines totalement étrangers à leur ministère, mais sont aussi les plus impopulaires au sein de la population. Même leur étiquette de ministre et les avantages qu'elle offre n'ont pas suffi à leur faire gagner un poste de député. Si le gouvernement tient ses engagements – ce dont il n'a pas l'habitude, du moins en matière d'écologie – Amélie de Montchalin et Justine Benin devraient donc quitter leurs fonctions lors du prochain remaniement ministériel.

C'est une pratique intéressante, car elle montre bien que le rôle des ministres est avant tout de récupérer des voix à l'assemblée nationale, leurs compétences dans leurs ministères étant tout à fait secondaires face à cet objectif. 

Elle montre bien aussi que la séparation des pouvoirs est très mal réalisée en France, et que cette séparation est battue en brèche par l'exécutif qui tente de prendre le contrôle de l'Assemblée.

Pour nous aujourd'hui, la question est de savoir qui Elisabeth Borne arrivera à trouver de pire qu'Amélie de Monchalin et Justine Benin pour les remplacer à ces deux postes clé de la lutte contre le réchauffement climatique et ses effets.

Gageons qu'elle y arrivera. Peut-être rappellera-t-elle au gouvernement Roselyne Bachelot, ancienne ministre de l'écologie qui, deux mois après son arrivée à ce poste, avait « pondu » sept arrêtés étendant la période de chasse aux oiseaux migrateurs de sept semaines, déclenchant un véritable tollé parmi les protecteurs de la nature (L'Obs, 31 juillet 2002). Lors de la canicule de l'été 2003, elle devient la cible des Guignols de l'info — qui la présentent comme « la ménagère de moins de 50 de QI  » (1), ce qui ne l'empêchera pas d'être successivement ministre de l'Écologie et du Développement durable, de la Santé et des sports, des Solidarités et de la Cohésion sociale. Comme quoi le QI n'est pas un critère de sélection pour être ministre – mais ça, on s'en doutait déjà.

________________________________

The Midi Libre site gave on June 19, 2022 at 8:29 p.m. the list of the three members of the government of Elisabeth Borne beaten in the second round of the legislative elections. Of these three members, two are of particular interest to us:

Justine Benin, Secretary of State for the Sea

The Secretary of State for the Sea, Justine Benin, was beaten in the 2nd constituency of Guadeloupe with 41.35% of the vote. She comes behind Christian Baptiste (DVG), supported by Nupes, elected with 58.65% of the vote. The information had been known since this afternoon due to the time difference with Guadeloupe.

Amélie de Montchalin, Minister for Ecological Transition

The Minister of Ecological Transition Amélie de Montchalin falls in Essonne. She was eliminated (with 47.3% of the vote) in the second round in favor of Jérôme Guedj, elected socialist under the colors of Nupes (53.7%). (source: Midi Libre June 19, 2022, 8:29 p.m.).

According to a study by the Agir pour l'environnement association, Amélie de Montchalin is one of the least environmentalist deputies of the 15th legislature (ranked 1 out of 648 according to her votes). Among other feats, she managed to vote against the ban on glyphosate, against the ban on the production, storage or sale of unauthorized plant protection products in Europe and preferred not to vote in the ballot against the ban on endocrine disruptors. This probably explains why she was appointed Minister of Ecology and Territorial Cohesion. This also explains why the words ecology and environment do not appear anywhere in what she considers to be her new missions as Minister of Ecology, as she posted them a fortnight ago on the website of his ministry.

As for Justine Benin, Secretary of State for the Sea, whose studies in Toulouse for a career in the judicial protection of youth and then at Pôle Emploi have always kept her away from sea issues, she is best known for having been questioned in May 2022 by Mediapart, which accuses her of a "clientelist drift", due to several payments (37,000 euros) made in 2019 and 2020 by the MoDem to associations such as a restaurant in the town of Moule in which she was then running for the 2020 municipal elections.

It is interesting to note in view of their electoral results that the two members of the government who should have been the most important in view of the dangers that global warming poses to the human species and to marine biodiversity and in view of the importance of the sea in France (France is the second largest maritime power in the world by the length of its coasts), are not only completely incompetent, but also the most unpopular within the population. Even their ministerial label and the advantages it offers were not enough to win them a post as a deputy. If the government keeps its commitments – which it is not used to, at least in terms of ecology – Amélie de Montchalin and Justine Benin should therefore leave their posts during the next cabinet reshuffle.

This is an interesting practice, because it shows that the role of ministers is above all to win votes in the National Assembly, their skills in their ministries being completely secondary to this objective.

It also shows that the separation of powers is very poorly implemented in France, and that this separation is breached by the executive which tries to take control of the Assembly.

For us today, the question is who Elisabeth Borne will manage to find worse than Amélie de Montchalin and Justine Benin to replace them in these two key positions in the fight against global warming and its effects.

Let's bet she will get there. Perhaps she will remind the government of Roselyne Bachelot, former Minister of Ecology who, two months after her arrival in this post, had "laid" seven decrees extending the hunting period for migratory birds by seven weeks, triggering a real outcry among nature protectors (L'Obs, July 31, 2002). During the heat wave of summer 2003, she became the target of the Guignols de l'info — who presented her as "the housewife with an IQ of less than 50" (1), which did not prevent her from being successively Minister for Ecology and Sustainable Development, Health and Sports, Solidarity and Social Cohesion. Like what IQ is not a selection criterion to be a minister – but that, we already suspected.

Photos : Amélie de Montchalin Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (auteur/author Jonathan Sarago 04 septembre 2020) ; Justine Bénin dans le jardin des Quatres Colonnes du Palais Bourbon durant la première semaine parlementaire de la XVe législature de la Cinquième République française (auteur/author Antoine Lamielle 21 juin 2017).

(1) Le Figaro, « La santé retrouvée de Roselyne Bachelot », 11/08/2007, https://www.lefigaro.fr/politique/2007/08/11/01002-20070811ARTFIG90592-la_sante_retrouvee_de_roselyne_bachelot.php

17 juin 2022

Les climatiseurs responsables de 5 % des émissions de CO2 en France - Air conditioners: 5% of CO2 emissions in France

Module externe d'un climatiseur à air

Depuis 2020, 800.000 climatiseurs ont été vendus en France. Un Français sur quatre est aujourd'hui équipé d'un climatiseur. Or, les climatiseurs non seulement consomment de l'énergie (dont la production consomme pour tout ou partie des énergies fossiles, et rejette des gaz à effet de serre qui renforcent la réchauffement climatique), mais aussi rejettent eux-mêmes de la chaleur dans l'atmosphère. Les climatiseurs sont responsables de 5 % des émissions de CO2 en France. Ils ont une part non négligeable dans la croissance des températures dans les centres urbains.

On a vu le 15 juin à la télévision une interview du gérant d'un bowling disant sans la moindre honte avoir climatisé 600 m2 pour privilégier le confort de ses clients sur le réchauffement climatique. Cet homme est emblématique de tous ceux qui font passer l'économie et le court terme sur l'environnement. Depuis 1972, c'est grâce à eux que nous avons rendu le réchauffement irréversible, grâce à eux que des gens meurent tous les jours, victimes du réchauffement, grâce à eux que des dizaines de millions de migrants ont perdu tout ce qui faisait leur vie d'avant pour se lancer sur les routes de l'exil (source : A2 J2 20 h, 15 juin 202).

 Une loi vise aujourd'hui à interdire l'usage des climatiseurs pour faire baisser la température à moins de 25°C. Notons qu'il aurait été bien plus efficace de les interdire totalement à la vente, en faisant une exception pour les personnes âgées, et les milieux hospitaliers.

La climatisation pose les problèmes suivants :

  • elle augmente la consommation énergétique des bâtiments ou véhicules qui en sont équipés. L'Ademe estime à 5 % le surcoût annuel de la climatisation des automobiles (1 litre/100 km lorsqu'elle est en fonctionnement). 
  • la consommation électrique due à la climatisation augmente en France, notamment depuis la canicule de 2003 qui a entraîné l'équipement d'un nombre élevé de foyers en climatiseurs. 
  • Elle rejette des fluides frigorigènes qui sont de puissants gaz à effet de serre. Leur potentiel de réchauffement global est 2 000 fois plus important que celui du CO2 et une partie de ces gaz s'échappe inévitablement dans l'atmosphère (accidents, fuites, mauvaise gestion de la fin de vie du matériel). Toujours selon l'Ademe, cet effet équivaut à une augmentation de 10 % de l'impact d'un véhicule sur l'effet de serre. Ajoutée à la production de CO2 produit dans les centrales génératrices d'électricité basée sur la combustion de carburants, elle a donc un impact à terme sur le réchauffement climatique ;
  • le circuit de la récupération/recyclage des gaz dans les appareils et véhicules en fin de vie reste opaque ;
  • la climatisation par un gaz pourrait souvent être remplacée par une climatisation passive, mécanique ou par des bâtiments ou véhicules mieux conçus (isolation thermique, brise-soleil et divers dispositifs plus « naturels » utilisés par exemple par l'architecture bioclimatique (murs épais à inertie thermique élevée,puits provençal, bâtiment passif, etc.) ;
  • la climatisation est en partie responsable de la « surchauffe urbaine », en augmentant à elle seule de 1 à 1,5 °C la température en ville par rapport à celle de la campagne environnante : jusqu'à 2°C à Paris.

Des solutions alternatives de climatisation sont disponibles, telles que le mur Trombe, le rafraîchissement d'air par évaporation, appelé également « bioclimatisation », « refroidissement adiabatique » ou « climatisation écologique ». Ces systèmes sont peu coûteux , fonctionnenet sansgaz réfrigérants,grâce à l'évaporation de l'eau, et ont une consommation électrique réduite. Les inconvénients sont un abaissement de la température limité (rarement plus de cinq degrés), limité à la proximité immédiate (quelques mètres), compensé par une ugmentation de l'humidité et l'absence de réversibilité.

Dans les pays dits émergents (Chine, Inde, Indonésie, Brésil, Thaïlande notamment) quand le revenu d'un foyer augmente, le climatiseur est souvent l'un des premiers achats programmés ; des milliards de nouveaux appareils devraient être ainsi installés d'ici 2050 (ainsi que des réfrigérateurs) qui consommeront beaucoup d'électricité aujourd'hui surtout issue du charbon ou du gaz... en émet donc des gaz à effet de serre qui réchauffent le climat (pour les villes, une étude de 2014 a conclu d'une simulation qu'en centre-ville la climatisation augmente de °C la température nocturne moyenne. Le scénario tendanciel en 2018 est un doublement des émissions de CO2 induits par la climatisation de 2016 à 2050 ("c'est comme si on ajoutait une Afrique actuelle au monde, soit près d'un milliard de tonnes de CO2 environ par an "). L'urbanisation rapide de ces pays pourrait encore exacerber ce paradoxe. Dans ce scénario les besoins énergétiques du refroidissement dans le monde pourrait être porté à 7.500 TWh en 2050, soit "6,4 à 10 % de la consommation globale d'énergie" en 2050, soit trois à cinq fois plus qu'en 2015 (en tenant ompte des progrès d'efficacité énergétique de la climatisation, source : Wikipédia). Wikipédia ajoute : "Le marché associé pourrait etre de 260 milliards de dollars en 2050 contre 140 milliards de dollars en 2017. 

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), sur les 2,8 milliards d'humains qui vivent dans les régions les plus chaudes du globe, seulement 8 % bénéficient de l'air conditionné en 2017, contre 90 % aux États-Unis et au Japon. L'AIE prévoit un triplement de la consommation d'énergie pour la climatisation d'ici à 2050 à technologie inchangée, pour atteindre 6 200 térawattheures. En Inde, la demande sera multipliée par quinze. Trois pays, l'Inde, la Chine et l'Indonésie, représenteront à eux seuls plus de la moitié de la croissance mondiale, et la progression sera aussi très forte au Brésil, au Mexique et au Moyen-Orient. Les émissions de CO2 liées à la climatisation doubleraient pratiquement en trente ans, à plus de deux milliards de tonnes, malgré le développement d'une électricité toujours plus propre. L'AIE estime qu'en agissant sur l'efficacité énergétique des équipements d'air conditionné, on pourrait plus que doubler la performance du parc installé d'ici à 2050 et donc réduire la demande en énergie à 3 400 térawattheures. Source : Wikipédia.

 ________________

Since 2020, 800,000 air conditioners have been sold in France. One in four French people is now equipped with an air conditioner. However, air conditioners not only consume energy (the production of which consumes all or part of fossil fuels, and releases greenhouse gases which reinforce global warming), but also themselves release heat in the atmosphere. Air conditioners are responsible for 5% of CO2 emissions in France. They have a significant share in the increase in temperatures in urban centers. We saw on June 15 on television an interview with the manager of a bowling alley saying without the slightest shame that he had air-conditioned 600 m2 to favor the comfort of his customers over global warming. This man is emblematic of all those who put the economy and the short term on the environment. Since 1972, it is thanks to them that we have made global warming irreversible, thanks to them that people are dying every day, victims of global warming, thanks to them that tens of millions of migrants have lost everything that made up their lives ahead to embark on the roads of exile (source: A2 J2 8 p.m., June 15, 202). A law now aims to prohibit the use of air conditioners to lower the temperature to less than 25°C. Note that it would have been much more effective to ban them completely on sale, making an exception for the elderly and hospital environments.

Air conditioning poses the following problems:

- it increases the energy consumption of buildings or vehicles equipped with it. Ademe estimates the annual additional cost of car air conditioning at 5% (1 litre/100 km when in operation).

- electricity consumption due to air conditioning is increasing in France, especially since the heat wave of 2003 which led to the equipment of a large number of households with air conditioners.
- It releases refrigerants which are powerful greenhouse gases. Their global warming potential is 2,000 times greater than that of CO2 and some of these gases inevitably escape into the atmosphere (accidents, leaks, poor end-of-life management of equipment). Still according to Ademe, this effect is equivalent to a 10% increase in the impact of a vehicle on the greenhouse effect. Added to the production of CO2 produced in the electricity-generating plants based on the combustion of fuels, it therefore has an impact in the long term on global warming;
- the gas recovery/recycling circuit in end-of-life devices and vehicles remains opaque;
- gas-based air conditioning could often be replaced by passive, mechanical air conditioning or by better-designed buildings or vehicles (thermal insulation, sunshades and various more "natural" devices used, for example, by bioclimatic architecture (thick walls with inertia high thermal, Provençal well, passive building, etc.);
- air conditioning is partly responsible for “urban overheating”, by itself increasing the temperature in the city by 1 to 1.5°C compared to that of the surrounding countryside: up to 2°C in Paris. 

Alternative air conditioning solutions are available, such as the Trombe wall, air cooling by evaporation, also called “bioclimatization”, “adiabatic cooling” or “ecological air conditioning”. These systems are inexpensive, operate without refrigerant gases, thanks to the evaporation of water, and have reduced electrical consumption. The disadvantages are a limited lowering of the temperature (rarely more than five degrees), limited to the immediate proximity (a few meters), compensated by an increase in humidity and the absence of reversibility. In so-called emerging countries (China, India, Indonesia, Brazil, Thailand in particular) when the income of a household increases, the air conditioner is often one of the first scheduled purchases; billions of new appliances should be installed by 2050 (as well as refrigerators) which will consume a lot of electricity today, mainly from coal or gas... therefore emitting greenhouse gases which heat the climate (for cities, a 2014 study concluded from a simulation that air conditioning in the city center increases the average nighttime temperature by 1°C. The trend scenario in 2018 is a doubling of CO2 emissions induced by air conditioning from 2016 to 2050 ("it's like adding a present-day Africa to the world, i.e. almost a billion tonnes of CO2 per year"). The rapid urbanization of these countries could further exacerbate this paradox. scenario the energy needs for cooling in the world could be increased to 7,500 TWh in 2050, i.e. "6.4 to 10% of global energy consumption" in 2050, i.e. three to five times more than in 2015 (taking account of the progress of energy efficiency of the cl matization, source: Wikipedia). Wikipedia adds: "The associated market could be $260 billion in 2050 compared to $140 billion in 2017. According to the International Energy Agency (IEA), of the 2.8 billion people who live in the hottest regions of the globe, only 8% benefit from air conditioning in 2017, compared to 90% in the States. United States and Japan. The IEA predicts a tripling of energy consumption for air conditioning by 2050 with unchanged technology, to reach 6,200 terawatt hours. In India, the demand will be multiplied by fifteen. Three countries, India, China and Indonesia, will alone account for more than half of global growth, and growth will also be very strong in Brazil, Mexico and the Middle East. CO2 emissions linked to air conditioning would practically double in thirty years, to more than two billion tonnes, despite the development of ever cleaner electricity. The IEA estimates that by acting on the energy efficiency of air conditioning equipment, we could more than double the performance of the installed base by 2050 and therefore reduce energy demand to 3,400 terawatt hours. Source : Wikkipédia.

Photo : Module externe d'un climatiseur à air. Northeastern University Boston Air conditioner, août 2008. Auteur/author : myself (User:Piotrus)


14 juin 2022

Toussaint 2e semaine - Découvrez en voilier les plus beaux sites du sud de la Croatie et du Monténégro - Sail with us in Croatia

Trajet Primovac-Ulcinj Toussaint 2022 OpenCPN

DSCN3878

Bouches de Kotor Otok Gospa od Skrpjela 31 octobre 2017

Durant les vacances de Toussaint, nous serons de retour en Croatie pour deux nouvelles croisières d'entraînement, cette fois dans le sud du pays ; nous en profiterons pour visiter Split et Dubrovnik la première semaine (cf. article publié le 2 juin), et les Bouches de Kotor (Montenegro) la seconde semaine. Ces croisières sont ouvertes en priorité aux membres de l'expédition Tour des deux Amériques. Les places restantes sont proposées à tous ceux qui veulent découvrir la mer et la vie à bord d'un bateau de voyage avec le statut d'équipiers.

Seconde semaine : du samedi 29 octobre 2022 au samedi 5 novembre 2022 nous offrons à des équipiers une superbe croisière à la découverte des plus beaux sites de la Dalmatie (sud de la Croatie) et du Montenegro, sur un Bavaria 49 de 15,40 m de long pour 4,46 m de large, avec tout le confort : cinq cabines doubles dont deux à couchettes superposées avec draps, couvertures et draps fournis, trois cabinets WC/douches/lavabos, propulseur d'étrave, grand-voile et génois sur enrouleurs, winch électrique, etc., etc. Au départ de Dubrovnik ("La perle de l'Adriatique"), nous irons directement dans le décor extraordinaire des Bouches de Kotor (Montenegro) : trois immenses bassins constituent le plus grand fjord de la Méditerranée, où des montagnes de 1.500 m dominent des châteaux et des cités médiévales.  Après avoir visité Zelenika, l'abbaye de Gospa Od Skrpjela sur son îlot, Perast, Kotor la médiévale, nous reviendrons ensuite à Pirovac en Croatie, très proche de Sibenik, en passant par le charmant village de Cavtat, Korcula où vécut Marco Polo, Milna, Drvenik, et les très jolies baies de Rogoznica. 

Ambiance agréable demandée ! Le but est de découvrir une région magnifique et le plaisir de la voile sur un grand bateau, d'échanger, de partager, d'apprendre. Participation aux frais du bateau : 499 € pour un couple occupant une cabine double, la même chose pour une personne seule occupant une cabine double, + nourriture. On fera 256 milles dans les paysages superbes et très variés de la Croatie et du Monténégro : ports, mouillages, deux nuits de navigation avec quantité de feux à identifier – un bon entraînement pour ceux qui préparent des navigations lointaines, manœuvres sur aussières, navigation à la table à cartes, etc. Participation aux manœuvres demandée, rien n'est imposé. Enfants et débutants bienvenus - on sera en pleine période de vacances scolaires. La Croatie bénéficie fin octobre d’un climat méditerranéen. Dubrovnik est à la même latitude que Bastia et Perpignan, le Montenegro correspond à Calvi ou Rozes. La température moyenne de l'eau à Dubrovnik fin octobre est de 20°C, celle de l'air est en moyenne de 17,5°C. Le plan de navigation détaillé ce cette seconde semaine de croisière est publié ci-dessous. Et pour ceux qui voudraient vivre une aventure plus longue avec nous, nous partirons du samedi 22 octobre au samedi 29 octobre 2022 à la découverte des îles et des côtes de la Dalmatie : au départ de Pirovac (proche de Sibenik, c'est aussi le point d'arrivée de la seconde semaine) nous visiterons Sibenik la médiévale, l'archipel des Kornati, Split et le palais de l'empereur Dioclétien, Korcula la cité médiévale qui revendique la maison natale de Marco Polo, Mljet et son abbaye Santa Maria située sur un lac salé, les îles Sipan et Lopud, avant d'arriver à Dubrovnik, point de départ de notre seconde semaine (220 milles nautiques pour cette première semaine, conditions de participation identiques, plan de navigation détaillé et photos publiés le 2 juin 2022 sur ce blog).

Calcul de cap sur la carte marine, Umag, 19 avril 2022

IMG_1133 Le Sun Odyssey 509 Rock Point au port de Hvar, 18 octobre 2020 (2)

Attention : ces croisières sont ouvertes à tous, sous réserve d'une bonne condition physique (être apte à la pratique de la voile) et d'accepter les conditions inhérentes à la vie en mer : journées de pluie éventuelles, étapes parfois longues, navigation de nuit lorsque c'est nécesssaire (fonctionnement par quarts de trois heures de veille pour six heures de repos), etc. Même si du temps est prévu pour les visites, il s'agit avant tout de croisières d'entraînement destinées à permettre à des gens de découvrir la mer en vue de participer à une expédition scientifique et pédagogique axée sur le réchauffement climatique et la protection de la biodiversité marine. Vous partagerez avec eux les manœuvres, tiendrez la barre et participerez avec eux à la vie du bateau.

Plan de navigation détaillé semaine 2 (de Dubrovnik à Pirovac) : 

Samedi 29 octobre : Dubrovnik, port de Gruz. Changement d'équipage dans la matinée. Accueil des nouveaux équipiers, avitaillement et safety brief dans l'après-midi. Dîner dans la ville médiévale de Dubrovnik ou à bord, transfert du bateau à 22h30 au quai des douanes, formalités de sortie de la Croatie pour les hommes et le nateau à 23 h, départ vers minuit.

Dubrovnik, le port de Gruz, 15 février 2017 DSCN3956

La barre des écueils devant Cavtat, mardi 20 octobre 2020 (2)

Dimanche 30 octobre : l'objectif du jour est de rallier Zelenika au Montenegro et de commencer à découvrir les Bouches de Kotor. Départ à 0 h. Du quai des douanes de Dubrovnik, prendre à 3 kt au 324° sur 0,64 M jusqu'à voir au 090 le feu blanc Fl 2s 7m qui marque l'entrée de la rivière barrée par le pont Franjo Trudman (attention aux deux tonnes d'amarrage à tribord à 0,35 M du quai des douanes, mettre un équipier à l'avant pour les surveiller). On est sur la sonde des 30 m (0h14). De là, on passe à 5 kt au cap 271° sur 0,51 M pour rejoindre le nord de la bouée verte Uvala Seke (sans doute invisible de nuit) et des hôtels bien éclairés sur la ligne des 20 m (0h20). Quand on est sur la ligne des 20 m on prend au cap 255° sur 0,45 M pour franchir le passage du Mala Vrata entre Daksa au nord et la péninsule de Dubrovnik au sud. On doit voir à 0,86 M au 203 le Fl (3) W 10s 27m 10Nm sur l'îlot le plus à l'ouest d'une chaîne de récifs (attention, il n'est pas à la pointe ouest du récif le plus à l'ouest, ne pas s'en approcher, 0h30). De là, prendre au 220° sur 1,04 M pour arriver à l'ouest de ce phare sur la ligne des 50 m (ne jamais passer en dessous de la ligne des 20 m, 0h42). De là, prendre au 161° sur 0,66 M pour arriver dans le sud du phare Fl (3) W 10s 27m 10Nm sur l'îlot le plus à l'ouest de la chaîne de récifs. On coupe la ligne des 100 m (0h50). On prend alors le cap 126° sur 26,9 M, droit sur l'entrée des Bouches de Kotor au Montenegro. A 1h20 on doit voir à 1,65 M au 032 le feu rouge Fl 3s 8m de Rt Porporela, entrée de Stara Luka, le port médiéval de Dubrovnik ; on est à la verticale d'un câble électrique. A 1h36 on devrait voir (en limite de visibilité) l'alignement du Fl (2) W 10s 6m 4Nm du danger isolé Seka Vela devant Cavtat et du Fl 2s 10 m de Cavtat (feu à secteurs, portée inconnue). A 1h50 ceux-ci devraient disparaître, masqués par les récifs. On arrive à 1h54 à l'ouest de cette chaîne de récifs parallèles à la côte qui protègent la baie de Cavtat (distance 1,27 M).

Cavtat, 20 octobre 2020

Pêcheur, baie de Cavtat, mardi 20 octobre 2020 (1)

On va les longer sur 1,81 M sans jamais descendre en dessous de 100 m de fond (jusqu'au bout ce long bord est compris entre la ligne des 100 m à bâbord et celle des 110 m à tribord, corriger à tribord si nécessaire). A 2h03 le Fl (2) W 10s 6m 4Nm du danger isolé Seka Vela devrait réapparaître dans une passe, pour se refermer à nouveau à 2h11 derrière de nouveaux récifs. A 2h16 on passe à l'ouest du dernier récif. A 2h36, on tangente la ligne des 100 m (sans pour autant voir les fonds descendre de plus de quelques mètres, c'est l'histoire de moins d'une minute avant de retrouver des fonds supérieurs à 100 m). A 3h13, on voit 1,71 M au 090 les feux rouges du trafic aérien sur la colline (Velje Brdo). A 4h47 on voit le Fl (3) W15s 34m 8Nm sur l'îlot V. Skolj (distance 1,07 M). 4,99 M plus loin on voit au 090 le Lfl (2) W 10s 73m 15Nm sur Rt Ostra (qui ferme à l'ouest l'entrée des Bouches de Kotor, attention aux portables, nous sommes au Monténégro, 5h47). A 6h12 on voit plein nord le feu de Rt Ostra. De là on prend au 013° sur 1,33 M jusqu'à voir Rt Ostra au 270 sur la ligne des 50 m qu'on tangente (6h28). On prend alors plein nord sur 2,11 M. 6 mn après on coupe cette ligne franchement pour tomber dans des fonds inférieurs. A 6h53 on arrive à l'ouest du Fl G 5m 2Nm et du château/clocher de Rose. On prend alors un cap direct au 045° sur Zelenika. 10 mn pour rentrer les voiles, on arrive à 7h25 à Zelenika (1,90 M). Amarrage au quai des douanes (10 mn, 7h35). Formalités d'entrée au Monténégro si la capitainerie est déjà ouverte (1h30. Fin : 9h05). Petit déjeuner et croissants à bord ou au village. Total de la nuit : 35,5 M.

Baie de Cavtat depuis la terrasse de la Policija, mardi 20 octobre 2020

 

L'objectif du jour est la découverte des paysages magnifiques des Bouches de Kotor. « Ce golfe immense est constitué de trois bassins, Hercegnovski Zaljev, Tivatski Zaljev et Kotorski Zaljev, entourés de hautes montagnes. Celles qui entourent le bassin le plus à l’intérieur des terres, le Kotorski Zaljev sont particulièrement abruptes, s’élevant parfois à plus de 1.000 m. Toute cette région offre une zone de croisière abritée dans un environnement spectaculaire » (T & D Thomson). Départ 9h05. On va d'abord aller visiter Herceg Novi, station balnéaire 1,1 M à l'ouest de Zelenika (tour et fontaine turques, galerie d'art, musée, théâtre en plein air), J'estime la bateau amarré à Herceg Novi à 9h30, deux heures pour la visite, retour au bateau à 11h30. On va ensuite voir le Topaliski Zaljev (1 M à l'ouest, 12 mn, 11h42) puis gagner Uvala Krtole au sud-est du Tivatski Zaljev où on va passer la nuit.

Pour cela, du milieu de la ligne des 10 m du Topalski Zaljev, cap au 108° sur 2,92 M jusqu'à passer au nord de la tourelle blanche ou verte de Pristan (Fl G 3s 7m 5NM, 12h18). De là, prendre au 108° sur 4,69 M pour arriver à Uvala Krtole où on mouille vers le fond de la baie, non loin d'une église sur un îlot à l'est de Stradioti (13h16, 0,25 M de l'église, ligne des 6 m). Déjeuner à bord. Vers 15 h on met l'annexe à l'eau et on l'arme pour aller visiter les églises sur les îlots. Retour à bord à 18h30. Dîner et nuit à bord.

Lundi 31 octobre : l'objectif du jour est de rallier la cité médiévale de Kotor en ayant visité au passage l'abbaye de Otok Gospa od Skrpjela et le village de Perast. Départ à 8 h. Du mouillage, prendre à vue la passe entre Stradioti à l'ouest et l'îlot avec l'église à l'est. En sortir sur la ligne des 10 m (8h06 en allant doucement). De là, prendre au 323° sur 2,31 M jusqu’à arriver à l’ouest de la tourelle rouge et blanche de Seljanovo (8h34). On est au milieu du Tivatski Zaljev.

Une heure trente d'exercices (récupération de l'homme à la mer au moteur, empannages). A 10h04, prendre au 016° sur 1,25 M jusqu'à passer l'entrée du chenal, située entre Rt Opatovo à l'est et Rt Nedelja à l'ouest (10h19). Là, obliquer au 004° sur 1,65 M jusqu’à voir au 270 le feu rouge de Kamenari (10h39). Obliquer ensuite au 029° sur 0,84 M pour passer entre les villages de Kamenari et Lepetane, et sortir par un étroit passage dans le chenal séparant le Morinjski Zaljev (Zaljev = golfe) à l’ouest du Kotorski Zaljev à l’est, juste en face de la petite ville de Perast (10h50). De là, 0,48 M plein nord nous mènent à l’îlot Otok Gospa od Skrpjela (10h55) où nous abordons. L’église que nous allons visiter est richement décorée de peintures et de plaques votives. 150 m au SE se trouve un second îlot, Otok Sv Djordje, qui fut le siège de la plus importante abbaye bénédictine de la région. Je compte environ 1h30 pour visiter l'abbaye. 

IMG_7001

Otok Sv Djordje vu depuis Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017

En route vers Kotor depuis l'abbaye, mercredi 21 octobre 2020 (2)

Départ à 12h26. Cap 100° sur 0,43 M pour accoster le long du quai de Perast (5 mn de navigation, 10 mn pour les manœuvres, amarrage à Perast à 12h41. Un peu moins d'une heure et demie pour visiter la ville. Départ de Perast à 14h10, cap 114° sur 2,57 M. 10 mn pour hisser les voiles. On arrive ainsi à 0,5 M à l'est de la tour Fl R 5s 6m 6Nm du village de Marovici (14h50). De là, nous prenons au 165° sur 1,91 M jusqu’à voir au 090 la tourelle rouge de Plagente (nous avons à 14h30 du bateau l’église de Muo, 15h12) ; un dernier bord au 163° de 0,77 M nous mène à l’entrée du port de Kotor, but de la journée (15h31, en comptant 10 mn pour rentrer les voiles). Amarrage cul à quai sur pendilles. En comptant 15 mn pour la manoeuvre la bateau devrait être amarré à 15h46 au quai de Kotor. Visite de la ville médiévale et de ses remparts, dîner et nuit à bord. Total de la journée : 11,6 M. NB : on peut avant d'aller à Perast faire un tour pour aller voir à l'ouest le Morinjski Zaljev, extrémité ouest du Kotorski Zaljev. En faire le tour représente 4,65 M, et rajoute 56 minutes.

La rive gauche du bassin supérieur, Bouches de Kotor 1er novembre 2017

Kotor, l'église, mercredi 21 octobre 2020

Kotor, les remparts, mercredi 21 octobre 2020 (2)

Mardi 1er novembre : réveil à 6h30, achat de pain frais à la boulangerie, plein des réservoirs d'eau. L'objectif du jour est de revenir à Cavtat. Départ de Kotor à 7 h. Cap au 345° sur 2,68 M. 10 mn pour hisser les voiles. On arrive ainsi à 0,5 M à l'est de la tour Fl R 5s 6m 6Nm du village de Marovici (7h42). De là, on oblique au 284° sur 2,82 M pour arriver au nord du mât « visually conspicuous » de Rt Verige (sans doute vert) et à l'est du Fl (2) W 5s 9m 6Nm qui gardent l'entrée du passage vers les bassins inférieurs (8h15). De là on prend au 216° jusqu'à voir au 270 la tourelle rouge de Kamenari sans jamais toucher la ligne des 20 m (0,87 M, 8h25), puis au 180° sur 0,42 M pour arriver dans la passe située entre Rt Opatovo à l'est et Rt Nedelja à l'ouest. A 8h30 on sort du chenal. De là on prend au 225° sur 1,73 M jusqu'à arriver à l'ouest de la tour rouge et blanche de Rt Seljanovo, et au sud de l'extrémité du môle de Rt Pijavica (8h51). De là on oblique au 252° sur 2,32 M pour arriver au nord de la tourelle verte ou blanche de Pristan (9h19). On prend alors au 306°sur 1,77 M jusqu'à arriver au sud du quai des douanes de Zelenika (9h40). 0,22 M au 360° nous amènent devant le quai des douanes (9h42). 10 mn pour rentrer les voiles, 10 mn pour accoster le long du quai. A 10h02 le bateau est à quai. 1h pour les formalités de départ de la Croatie pour les hommes et pour le bateau. 

Kotor, Christine à la barre quitte la marina, jeudi 22 octobre 2020

Passage du bassin supérieur au bassin inférieur, Bouches de Kotor 1er novembre 2017

Départ de Zelenika à 11h10. De là on prend au 222° sur 1,93 M pour arriver dans l'ouest de la tourelle verte de Rose et voir libre le cap 180 (11h34). On prend alors au 180° sur 2,07 M. On coupe ainsi la ligne des 50 m à 11h58 (on voit la tourelle blanche de Rt Ostra au 270. 

Rt Ostra, jeudi 22 octobre 2020 (2)

On prend alors au 227° sur 0,55 M jusqu'à voit la tourelle blanche de Rt Ostra au 360 (12h04, fonds compris entre 70 et 85 m), puis le cap 303° sur 5,9 M jusqu'à voir au 090 la tourelle blanche sur Vela Skolj (13h15). On oblique ensuite très légèrement au 307° sur 7,6 M pour continuer à suivre la côte. A 14h46, on voit au 077 les feux aériens de Velje Belo, au 082 le sommet 240 m, et au 051 la pointe V Pac (on est sur la ligne des 100 m). De là on prend au 319° sur 4,58 M pour continuer à longer la côte, puis arriver 145 m à l'est des premiers écueils Mrkanak (on coupe la ligne des 50 m, 15h40). De là, on prend plein nord sur 0,91 M en direction du danger isolé Seka Vela jusqu'à couper la ligne des 20 m (à 150 m de celui-ci, hauteur 6 m, 15h51). On prend alors au 108° sur 0,53 M pour arriver directement au quai des douanes de Cavtat. 10 mn pour rentrer les voiles, 10 mn pour accoster et amarrer le bateau, celui-ci devrait être à 16h11 au quai des douanes de Cavtat. Je compte 1h30 pour faire les formalités d'entrée en Croatie. A 17h41 on devrait pouvoir reculer le bateau au quai d'honneur du village. A 18 h le bateau devrait être amarré pour la nuit.

Passage de la barre d'écueils devant Cavtat, mardi 20 octobre 2020

Cavtat, mardi 20 octobre 2020 (1)

Le Sun Odyssey 509 Rock point au quai des douanes de Cavtat, mardi 20 octobre 2020

Mercredi 2 novembre : petit déjeuner 8 h, départ de Cavtat à 9 h. L'objectif est de rallier demain Rogoznica, après une soirée à Korcula, une nuit de navigation et un petit déjeuner à Milna. Cap au 305° sur 0,66 M pour arriver au nord du danger isolé Soka Vela (9h08, fonds de 15 m). De là, on prend au 290° sur 27,1 M. En comptant 10 mn pour sortir les voiles, on passe entre Sv Andija au sud et Lopud au nord à 11h18. Quand on voit la tourelle rouge de Badanj au 225 et la tourelle blanche de Rt Pusti au 257 (ces tourelles marquent l'entrée de la baie de Sobra, 14h19), on prend au 247° sur 1,52 M, cap direct sur le village de Sobra au fond de la baie (Luka Sobra est le port du village de Babino Polje, le principal village de Mljet). Arrivée à Sobra à 14h37. Départ de Sobra : 14h40 (on n'accoste pas, sauf si on en a envie – mais cela prendra sur la visite de Korcula). Départ de Sobra au cap 067° sur 0,96 M, pour arriver au nord de Badanj et à l'est de Rt Pusti (14h51). De là, cap au 000° sur 0,58 M pour s'éloigner des côtes de Mljet (6 mn). A 14h51 on prend au 305° sur 22,9 M. On a du temps à ce moment là pour voir les manœuvres d'amarrage cul à quai qu'on fera le soir à Korcula. A 16h55 on passe 1,11 M au sud du LF 10s 34m de Lirica (portée inconnue mais sans doute élevée, fonds de 87 m). A 17h18 on passe 1,6 M à l'ouest du LF 10s 34m de Lirica (fonds de 89 m). A 18h05 on voit plein ouest le Fl W 6s 13m 9Nm de la point Raznjic (Capo Speo). A 19h20 on vient d'enrouler en la laissant toujours sur bâbord l'île nord des Due Sorelle et son Fl (4) W 15s 18m 11Nm qu'on voit désormais plein sud (fonds d'une quarantaine de mètres). De là, on prend au 270° sur 3,20 M pour arriver au nord de la tourelle rouge qui marque l'entrée du port historique de Korcula (19h58). 10 mn pour rentrer les voiles. 0,33 M au 187° nous amènent à 20h12 au port historique de Korcula (un peu plus de 54 M depuis Cavtat). Une demi-heure pour les manœuvres d'amarrage sur ancre cul à quai, 1h18 pour dîner, 1 h pour visiter Korcula. Départ de Korcula à 23 h, cap au 180° sur 0,34 M (8 mn à 2,5 kt). 10 mn pour sortir les voiles, on prend au 283° sur 3,69 M pour passer la sortie ouest du Canale di Sabbioncello. Total de la journée depuis Cavtat : 57 M.

 

Korcula, la cité médiévale, lundi 19 octobre 2020

Korcula, l'église, lundi 19 octobre 2020 (1)

Les remparts de Korcula 6 août 2013

Jeudi 3 novembre : on arrive ainsi au nord de l'îlot Lto Chenesa Gr. et de son feu Fl (2) W 6s 13m 8Nm (0h02, fonds de 58 m). De là, on prend au 270° sur 1,57 M jusqu'à voir au 162 le feu vert Fl 3s 7m 4Nm au bout du môle de Luka Racisce (0h20, 5,5 M à l'W de Korcula city, fonds de 58 m). 0,5 M au 162° nous mènent au bout du môle (laisser toujours le feu à tribord, 6 minutes), et autant au 336° pour sortir de la baie (0h32, fonds de 58 m, on voit le feu de Lto Chenesa Gr. au 093, et le Fl 3s 9m de Punta Ozit au 346). De là, on prend au 290° sur 20,5 M. 4 minutes après on verra apparaître à gauche de Punta Ozit le feu Fl (3) 10s 10m de Capo Gomena. A 1h27 on voit au 090 le feu Fl 3s 9m de Punta Ozit. A 2h26 on passe à 0,48 M au nord du feu Fl (2) 10s 25m 10Nm d'Otok Plocica (on veille à toujours le laisser à bâbord du mât). A 3h50 on passe à 0,24 M au sud du feu Fl 6s 21m sur la côte SW de l'île Torcola (Otok Scedro). 6 mn après (3h56) on passe à l'est du feu rouge de Scogli Bacili Fl R 3s 14m 5Nm (Lukavci), puis au nord de celui-ci (4h38). On prend alors au 298° sur 6,3 M jusqu'à arriver au sud du feu Fl W 4s 20m 10Nm sur l'îlot Otok Pokonji (fonds de 20 m, 5h54). De là, on prend au 310° sur 0,89 M. On arrive au bout de 10 mn au nord du Fl R 3s 12m 4Nm de Sv Jerolim et au sud du Fl G 3s 11m 5Nm sur Otok Galisnik (proche du village de Hvar) qui donnent accès au Pakleni Kanal entre Hvar au nord et Sv Klement au sud (6h04). De là on prend au 294° sur 3,44 M pour longer la côte sud de Hvar et arriver à 6h48 0,44 M au sud de Rt Pelegrin et de son feu Fl (3) W 10s 21m 8Nm, qui marque l'extrémité ouest de Hvar. De là, on prend au cap 344° sur 0,46 M. Quand on voit plein est le feu de Rt Pelegrin Fl (3) W 10s 21m 8Nm (fonds de 27 m, distance 0,13 M, 6h54), on oblique au 012° sur 8,9 M. A 7h54 on devrait commencer à voir apparaître légèrement à droite du mât (en limite de visibilité) la tourelle verte Fl G 3s 14m 4Nm de l'îlot Mrduja, au centre de la passe entre Brac à l'est et Solta à l'ouest. On va enrouler cet îlot en le laissant à bâbord. A 8h26, on passe à l'ouest du feu de la pointe Rt Razanj, qui marque l'entrée sud de la passe entre Brac à l'est et Solta à l'ouest. A 8h42 on voit au 132 le phare Fl G 3s 14m 4Nm de Mrduja (distance : 116 m, fonds toujours supérieurs ou égaux à 20 m). On prend alors au 090° sur 154 m (une minute) jusqu'à voir le phare au 219 à 114 m (on tangente la ligne des 20 m sans jamais la couper puis on s'en éloigne légèrement vers le large). De là, prendre au 124° sur 1,22 M jusqu'à arriver au sud du feu Fl R 3s 8m 3Nm de la pointe Bijaka, qui marque le côté nord de l'entrée de la rade de Milna (8h58, fonds supérieurs à 20 m). Un dernier bord de 0,54 M au cap 098° nous amène à l'entrée du port (9h04). Se mettre sur pendille ou à quai à l'extérieur du premier ponton en arrivant. En comptant dix minutes pour affaler les voiles, et 15 mn pour la manœuvre d'accostage, à 9h29 le bateau est à quai. Si possible obtenir une franchise de deux heures pour visiter et prendre le petit déjeuner à une terrasse de Milna. 

Milna, arrivée en début de matinée, 30 décembre 2021 GOPR0384

Milna, 30 décembre 2021

Milna, 30 décembre 2021 GOPR0389

Travail à la terrasse d'un café de Milna, 30 décembre 2021

Départ de Milna à 11h30. Il m'est arrivé l'an dernier de quitter ce ponton à la voile (on n'est plus tout à fait dans le port quand on est à l'extérieur du ponton). Cap au 281° sur 0,54 M jusqu'à arriver au sud du feu Fl R 3s 8m 3Nm de la pointe Bijaka, qui marque le côté nord de l'entrée de la rade de Milna (11h36, on est pile sur la ligne des 20 m). De là, prendre au 312° sur 6,4 M jusqu'à passer au nord de la pointe Rat (Fl 4s 9m) qui ferme à l'est la baie d'Uvala Necujam. On voit s'ouvrir les faubourgs ouest de Necujam au fond de la baie, ainsi que son clocher (on est sur la ligne des 50 m, 12h52). De là, obliquer au 296° sur 8 M jusqu'à voir le Drvenicki Kanal libre au 270 (14h28). On prend au cap 270° dans le Drvenicki Kanal pour longer la côte nord de Solta sur 1,51 M. Quand on passe au sud de la pointe Rt Artatur et de son Fl R 3s 8m 4Nm (14h46), on prend au 180° sur 0,36 M jusqu'à couper la ligne des 50 m (14h50). De là on prend au 112° sur 0,73 M pour aller mouiller l'ancre devant Drvenik (10 mn pour rentrer les voiles, 10 mn pour mouiller l'ancre, 15h18). On prend 2 h pour aller visiter Drvenik avec l'annexe (1h pour visiter et peut-être prendre un petit café au port si le bar est ouvert à l'automne et 1h de manœuvres avec l'annexe). NB : on peut peut-être gagner du temps en s'amarrant sur ancre cul à quai, en fonction des horaires des ferries.

En route pour Drvenik, 31 décembre 2021

Arrivée à Drvenik, 31 décembre 2021 (2)

Arrivée à Drvenik, 31 décembre 2021 (1)

Récupération de Myriam à Drvenik, 31 décembre 2021

Départ de Drvenik à 17h18. Cap au 281° sur 5,88 M. A 17h28 on coupe la ligne des 50 m en sortant du fjord de Drvenik, à 17h 34 on passe au nord de l'îlot Malta et de sa tourelle blanche, et à 18h04 on rejoint le sud de l'îlot Murvica de de son phare sur la ligne des 50 m. A 18h28 on arrive au sud de l'îlot Muljica et de son phare Fl W 3s 15m 5Nm sur la ligne des 50 m (peu avant on sera passés un bref moment très près la côte sud d'Arkandel (distance minimale 70 m, fonds toujours supérieurs à 10 m). Du sud de Muljica, on prend au 300° sur 3,17 M. On passe ainsi à 18h54 au sud de Rt Ploca et de son feu vert Fl 5s 9m (fonds légèrement supérieurs à 100m). A 19h06 on découvre la passe entre Rt Movar à l'est et Smokvica Vela à l'ouest, et entre les deux le feu Fl (2) W 10s 7m 3Nm sur l'îlot Hr Kalebinjak au milieu de la baie qu'on voit très précisément au 354. 10 mn pour rentrer les voiles. De là, prendre plein nord pour passer 160 m à l'est du feu de Kalebinjak et franchir les deux passes. On sort de la seconde passe sur la ligne des 50 m. De là, on voit au 074 le feu rouge Fl 5s 15m de Rt Gradina sur la péninsule ouest de Rogoznica (19h31). De là, on prend au 096° sur 1,26 M. On arrive sur des fonds d'environ 39 m (19h46), d'où on voit plein nord la baie est de Rogoznica. Prendre alors plein nord sur 1,33 M pour arriver à Sibenska Luka sur la rive droite de la baie est de Rogaznica (20h02) où on va mouiller l'ancre dans des fonds de 4 à 6 m pour passer la nuit. En comptant 10 mn pour mouiller l'ancre, à 20h12 les manœuvres sont terminées. Dîner et nuit à bord. Total depuis Cavtat : 131,5 M.

Rogoznica, 19 avril 2019 (auteur:author Philippe Bensimon)

Rogoznica, derniers conseils, vendredi 30 octobre 2020 (1)

Vendredi 4 novembre : le but est de rallier Pirovac avant 16 h. Départ à 7 h de Sibenska Luka. 10 mn pour remonter l'ancre. Cap 180° sur 1,31 M pour arriver sur des fonds légèrement inférieurs à 40 m et voir libre le cap 279 (7h26). On voit aussi au 312 à 0,25 M la tourelle blanche an sud de la péninsule est de Rogoznica. On prend alors le cap 279° sur 1,69 M pour sortir des passes et voir à 7h42 plein sud le danger isolé Kalebinjak au milieu de la passe entre le continent et Smokvica Mala. A 7h46 on voit plein sud le danger isolé à l'est de Smokvica Mala. 10 mn pour hisser les voiles. On oblique alors au 308° sur 11,32 M. On passe ainsi à 8h30 à 0,36 M à l'ouest du danger isolé Grbavac, et à 0,33 M dans le 194 du sommet 32 m de l'îlot éponyme (fonds inférieurs à 80 m, sinon on est trop au sud). A 10h02 on arrive au sud du feu rouge sur Hr Bosnjak et on voit au 087 à 3,56 M le sommet 24 m de l'îlot Dugo (fonds supérieurs ou proches de 65 m). On oblique alors au 300° sur 4,81 M pour parcourir le Zirjanski Kanal entre Zirja à bâbord et Kakan à tribord. A 11 h on arrive 0,38 M au nord du danger isolé Brak Prascica et 2,43 M à l'est de la tourelle blanche Fl 4s 21m sur l'îlot Raparasnjak. De là, obliquer au 327° sur 2,45 M pour passer 0,18 M à l'est de l'écueil Kablinac (lui-même situé dans le prolongement SE de l'îlot Tetovisnjak, 11h30, la manœuvre nous permet d'éviter une « restricted area » interdite aux bateaux non certifiés « gaz free » le long de Kakan). On prend alors au 336° sur 9,8 M. On passe d'abord entre Tetovisnjak (Mala puis Vela, puis Cavlin) à bâbord et Duzac et puis Cerigul à tribord. A 12h46 on arrive dans le 270 de la tourelle rouge sur Hr Misine. A 12h56 on passe dans le 270 de la tourelle blanche Fl (3) 10s 19m sur l'îlot Prisnjak. Deux minutes plus tard on passe à l'est de la pointe sud de l'îlot Visovac, et à 13h28 on passe à l'est du Fl 5s 7m d'Artica Vela. De là on prend au 051° sur 0,52 M pour arriver au nord du sommet 17 m d'Artica Mala (fonds d'environ 30 m, 13h34). On prend alors au 125° sur 1,25 M pour laisser à bâbord la cardinale sud Plic Kusija (passage sur un haut fond de 4 m proche de la cardinale), jusqu'à arriver au 155 de celle-ci sur la ligne des 10 m d'un bas-fond (13h49). On traverse celui-ci et la zone de hauts-fonds comprise entre 5 et 10 m au 103° sur 0,60 M jusqu'à ressortir dans des fonds supérieurs à 10 m, puis voir au 180 le danger isolé Plic Arta Mala (13h47). De là, on prend au 136° sur 0,97 M jusqu'à recouper la ligne des 10 m pour passer un seuil (8-9 m de fond, largeur 150 m) qu'on aborde à 13h59. A 14 h on en sort, pour prendre au 118° sur 3,8 M. On arrive ainsi 0,25 M au SW de Pirovac dans des fonds de 11 m (14h46). 20 mn pour faire le plein de carburant, 15 mn pour garer le bateau, à 15h21 le bateau est amarré à sa place de départ à Pirovac. Total de la journée : 39 M.

A l'ouest du nord de Murter, 19 février 2017 (auteur:author Philippe Bensimon)

IMG_3156

Baie de Hrmina (Murter) 8 avril 2013 (auteur:author Philippe Bensimon)

Dauphins à l'ouest de Murter 100416

Régate à l'ouest de Murter 100416 2

 

Samedi 5 novembre 2022 : réveil à 6 h 30, petit déjeuner, 8h15 contrôle du bateau et de toutes les cabines, départ du bateau avant 9 h. Total de la semaine : 256 M.

Trogir, lever du soleil sur le cockpit du Sun Odyssey 509 Rock Point, samedi 31 octobre 2020

__________________________

 

From Saturday, October 22 to Saturday, October 29, 2022 I offer to our crew a superb cruise to discover the most beautiful sites of Dalmatia (southern Croatia), on a Bavaria 49 (15,40 m), photos in a next article published on this blog) with every comfort: five double cabins, three toilets / showers, genoa and mainsail on furlers, etc. From Pirovac (24 km and 26 minutes from Sibenik, airports Zadar and Split, Flixbus from Lyon and Genova to Sibenik) we will visit Sibenik, Kornati Archipelago, Split, then Korcula where we will see the house of Marco Polo, Mljet, Sipan, Lopud and Dubrovnik the Pearl of the Adriatic, competing city of Venice which serves as a backdrop for Game of Thrones and the last Robin Hood. Participation in the rental of the boat: 499 € for a couple occupying a double cabin, the same for a single person occupying a double cabin, + food. We will sail 248 milles in the beautiful and varied landscapes of Croatia : ports, anchorages, navigation by night with a lot of fires to identify - a good training for those who prepare distant sailing, maneuvers on hawser, navigation to the chart table, etc. Participation in the maneuvers requested, nothing is imposed. Children and beginners welcome. Croatia enjoys a Mediterranean climate in December; Dubrovnik is at the same latitude as Bastia and Perpignan, Montenegro corresponds to Calvi or Rozes. And for those who would like to live a longer adventure with us, we will go from October 29, 2022 to November 5, 2022 to discover Montenegro: from Dubrovnik we will visit the Bay of Kotor (the largest fjord in the Mediterranean), with Zelenika, Gospa Od Skrpjela abbey on its islet, Perast, medieval Kotor, Ulcinje and its oriental atmosphere, before returning to Pirovac with lovely stopovers and a full night navigation (256 miles for this second week, conditions of participation identical). Information and registration on +33 (0)6 81 34 65 31.

 Please note: these cruises are open to all, subject to good physical condition (being able to practice sailing) and accepting the conditions inherent to life at sea: possible rainy days, sometimes long stages, navigation at night when necessary (working in shifts of three hours of standby for six hours of rest), etc. Even if time is allocated for the visits, they are above all training cruises intended to allow people to discover the sea in order to participate in a scientific and educational expedition focused on global warming and the protection of the sea marine biodiversity. You will share the maneuvers with them, hold the helm and participate with them in the life of the boat.

 

Uvala Cuscica, Mathilde descend du mât, jeudi 29 octobre 2020

Navigation au peti jour, 31 décembre 2021

IMG_3062


Photos : Croisières de la Toussaint 2022, itinéraire sur OpenCPN ; Entre Mljet et Dubrovnik, 15 février 2017 ; Bouches de Kotor Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017 ; Calcul de cap sur la carte marine, Umag, 19 avril 2022 ; Le Sun Odyssey 509 Rock Point au port de Hvar, 18 octobre 2020 (2) ; Dubrovnik, le port de Gruz, 15 février 2017 ; La barre des écueils de Cavtat, 20 octobre 2020 ; Cavtat, 20 octobre 2020 ; Pêcheur, baie de Cavtat, mardi 20 octobre 2020 (1) ; La baie de Cavtat, vue depuis la terrasse du poste de police, 20 octobre 2020 ; Otok Sv Djordje vu depuis Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017 ; Perast, en route vers Kotor depuis l'abbaye, mercredi 21 octobre 2020 ; La rive gauche du bassin supérieur, Bouches de Kotor, 1er novembre 2017 ; Kotor, l'église, mercredi 21 octobre 2020 ; Kotor, les remparts, mercredi 21 octobre 2020 (2) ; Chrstine à la barre à Kotor, 22 octobre 2017 ; Passage du bassin supérieur au bassin inférieur, Bouches de Kotor, 1er novembre 2017 ; Rt Ostra, jeudi 22 octobre 2020 (2) ; Passage de la barre d'écueils devant Cavtat, mardi 20 octobre 2020 ; Cavtat, mardi 20 octobre 2020 ; Le Sun Odyssey 509 Rock point devant le bar au quai de Cavtat, mardi 20 octobre 2020 ; Korcula, la cité médiévale, lundi 19 octobre 2020 ; Korcula, l'église, lundi 19 octobre 2020 (1) ; Les remparts de Korcula, 6 août 2013 ;  Milna, arrivée en début de matinée, 30 décembre 2021 ; Milna, 30 décembre 2021 (1 et 2) ; Travail à la terrasse d'un café de Milna, 30 décembre 2021 ;  En route pour Drvenik, 31 décembre 2021 ; Arrivée à Drvenik, 31 décembre 2021 (1 et 2) ; Récupération de Myriam à Drvenik, 31 décembre ; Rogoznica, 19 avril 2019  ; Rogoznica, dernières consignes avant l'arrivée, vendredi 30 octobre 2020 ; A l'ouest du nord de Murter, 19 février 2017 ; A l'ouest de Murter, 29 avril 2022 ; Baie de Hrmina (Murter) 8 avril 2013 ; Dauphins à l'ouest de Murter 10 avril 16 ; Régate à l'ouest de Murter 10 avril 16 ; Trogir, lever du soleil sur le cockpit du Sun Odyssey 509 Rock Point, samedi 31 octobre 2020 ; Uvala Cuscica, descente du mât, jeudi 29 octobre 2020 ; Navigation au petit jour entre Solta et Brac, 31 décembre 2021 ;  Clément installe une retenue de bôme, avril 2022 ; Philippe Bensimon en Croatie. Auteurs/authors : Philippe Bensimon.

PhB en train de barrer au pied

 

09 juin 2022

Le réchauffement climatique à l'œuvre : sécheresse sur l'île de Groix - Incendies - Drought crisis on Groix Island - Fires

Groix, le centre bourg (auteur author chisloup 16 août 2016)

En Bretagne, sur l'île de Groix, le réchauffement climatique se perçoit à travers une sécheresse anormale en cette époque de l'année. Cela fait deux mois qu'il n'a pas plu sur l'île, et Météo France ne voit aucune pluie à l'horizon. Le niveau des retenues d'eau atteint un seuil critique, et la mairie a lancé l'alerte au seuil le plus haut, celui de "crise sécheresse". Il est pour l'instant interdit sur l'île d'arroser les espaces verts ou de laver les voitures. Dans les hôtels où les piscines fonctionnent encore, on demande aux touristes d'économiser l'eau. Un viticulteur qui a planté des vignes à Groix il y a quelques années s'inquiète : il n'a pas encore trouvé de solution au manque d'eau pour irriguer ses vignes. Source : JT A2 20 h 08 juin 2022.

Le Var et les Bouches-du-Rhone ont été placés en alerte incendie depuis aujourd'hui, leurs massifs forestiers interdits au public. La région a connu un de ses printemps les plus secs depuis une centaine d'années, 24 départs de feu ont été recensées dans les dernières heures. En Espagne, un grand incendie ravage en ce moment la région de Malaga. Source : JT FR3 19h30 08 juin 2022.

La retenue d'eau de Port Melin, Île de Groix (auteur author chisloup 21 décembre 2012)

In Brittany, on Groix Island, global warming is perceived through abnormal drought at this time of year. It has been two months since it rained on the island, and Météo France does not see any rain on the horizon. The level of the water reservoirs has reached a critical threshold, and the town hall has launched the alert at the highest threshold, that of "drought crisis". It is currently forbidden on the island to water green spaces or wash cars. In hotels where swimming pools are still functioning, tourists are asked to save water. A winegrower who planted vines in Groix a few years ago is worried: he has not yet found a solution to the lack of water to irrigate his vines.Source: JT A2 8 p.m. June 8, 2022.

The Var and the Bouches-du-Rhone have been placed on fire alert since today, and their forests are prohibited to the public. The region has experienced one of its driest springs for a hundred years, 24 fire starts have been recorded in the last hours. In Spain, a large fire is currently ravaging the Malaga region. Source : JT FR3 7:30 p.m. June 9,2022.

Île de Groix (auteur author Nasa février 2007)

Photos : Groix, le centre bourg (auteur/author : chisloup 16 août 2016) ; La retenue d'eau de Port Melin, Île de Groix (auteur/author : chisloup 21 décembre 2012).jpg ; Île de Groix (auteur/author : Nasa février 2007).

07 juin 2022

Le Bavaria 49 : modèle de bateau que nous aurons en octobre 2022 pour nos croisières d'entrainement

Plan d'aménagement Bavaria 49 Capture d’écran 2022-06-04 à 16

Voici quelques photos d'un Bavaria 49. C'est le type de bateau que nous aurons pour nos deux croisières d'entraînement d'octobre et novembre en Croatie et au Monténégro, auxquelles vous pouvez participer (cf. article publié le 2 juin) : un bateau de 15,40 mètres, avec trois cabines doubles à plat et deux cabines doubles superposées (literie et serviettes fournies), trois cabinets de toilette/douches, propulseur d'étrave, winch électrique, douche de pont, GV et génois sur enrouleurs, etc. Les photos du Bavaria 49 ci-dessous (le Hellas Fos) ont été prises lors de notre croisière d'entraînement d'octobre 2018 en Grèce.

IMG_8034 21 octobre 2018 15h56

DSCN8329 21 octobre 2018 19h47

DSCN8339 23octobre 2018, 8h28

DSCN8352 24 octobre 2018, 14h07

IMG_8110 24 octobre 2018, 14h14

DSCN8361 24 octobre 2018, 15h

IMG_8111 24 octobre 2018, 16h14

DSCN8380 25 octobre 2018, 6h15

DSCN8413 25 octobre 2018, 15h10

DSCN8414 25 octobre 2018, 15h14

DSCN8419 25 octobre 2018, 19h06

DSCN8437 26 octobre 2018, 16h38

IMG_8145 26 octobre 2018, 18h23

DSCN8476 27 octobre 2018, 12h

DSCN8499 27 octobre 2018, 12h53

IMG_8156 27 octobre 2018, 13h41

 

IMG_8158 27 octobre 2018, 13h41

 

IMG_8187 28 octobre 2018, 18h05

DSCN8601 30 octobre 2018, 8h46

DSCN8602 30 octobre 2018, 8h48

DSCN8617 30 octobre 2018, 15h24

DSCN8645 31 octobre 2018, 11h12

DSCN8737 2 novembre 2018, 7h41

DSCN8814 3 novembre 2018, 9h10

DSCN8651 31 octobre 2018, 11h26

Here are some photos of a Bavaria 49. This is the type of boat we will have for our two October and November training cruises in Croatia and Montenegro, which you can take part in (see article published on June, 2): a boat of 15,40 meters, with three flat double cabins and two superimposed double cabins (bedding and towels provided), three heads/showers, bow thruster, electric winch, deck shower, mainsail and furling genoa, etc. The photos of the Bavaria 49 above (the Hellas Fos) were taken during our October 2018 training cruise in Greece.

Photos : Plan d'aménagement (auteur/author : DR) ; autres photos : auteur/author Philippe Bensimon octobre 2018.

06 juin 2022

Le réchauffement climatique à l'œuvre : de Délos à la Grotte Cosquer - Global warming at work: from Delos to the Cosquer Cave

 

Délos : Un concert pour l'avenir - Regarder le documentaire complet | ARTE

Fin mai, des musiciens russes et ukrainiens on joué ensemble sur l'île grecque de Délos une partition singulière : une variation des quatre saisons imaginée par des climatologues, des informaticiens et des compositeurs, avec pour message : agissons sur le changement climatique...et contre la guerre.

https://www.arte.tv


La hausse du niveau des eaux en Méditerranée est déjà très importante : de un mètre à un mètre et demi depuis le début de la révolution industrielle. Et elle va en s'accélérant. A peine découvertes, les peintures rupestres de la Grotte Cosquer (Calanques) vont rapidement disparaître. L'entrée de la grotte est déjà 37 m sous le niveau de la mer ; mais certaines salles emplies d'air ont protégé des trésors artistiques, dont les seules peintures préhistoriques (paléolithique) d'animaux marins (phoques, méduses, etc.) connues à ce jour. Avec la montée des eaux ces salles vont être à leur tour submergées, et il ne restera plus de la Grotte Cosquer que la reproduction en plastique grandeur nature qui vient d'être inaugurée à Marseille ces jours-ci à côté du Mucem.

On ne parle plus de Venise, irrémédiablement condamnée (on en a déjà parlé dans de récédents articles sur ce blog).

"Dans vingt ans, il faudra une combinaison de plongée pour visiter Délos".

Le lundi 30 mai 2022, un concert intitulé "Les incertaines quatre saisons" a été donné dans le sanctuaire d'Apollon à Délos, où des musiciens ont joué les Quatre saisons de Vivaldi pour attirer l'attention du grand public sur l'urgence climatique. Délos, île peu élevée au centre des Cyclades (Grèce, mer Egée), a été à une époque le centre du monde Grec, pour ne pas dire du monde tout court. Sa position privilégiée à la croisée des principales routes commerciales en faisait une plaque tournante incontournable. Dédiée à Apollon, Délos était une île très spéciale, où l'on n'avait pas le droit de mourir. Il subsiste aujourd'hui des trésors archéologiques sur l'île, des vestiges d'anciens magasins, etc. Tout ceci va disparaître dans quelques années. Dans de nombreux sites de Délos (île classée au patrimoine mondial de l'humanité) et de sa voisine Mykonos, les structures sont déjà au niveau zéro, et l'agora d'Apollon sera bientôt noyée. Ailleurs, chaque hiver les vagues viennent battre les murs antiques et les dégrader un peu plus. 

Ce concert a pour but de «sensibiliser le monde au besoin urgent de régénération de notre planète», souligne l'Alpha mission Delos, organisateur principal de cette initiative.

«Pour la première fois (...), Délos (aujourd'hui inhabitée, NDR) accueille un orchestre de musique classique», en l'occurrence l'orchestre des jeunes de l'Union européenne, ainsi que des musiciens russes et ukrainiens, selon ce communiqué. Parmi les solistes, figurent la violoniste ukrainienne Diana Tishchenko et le Grec Sokratis Sinopoulos, joueur de lyre, instrument grec antique.

Agora Compitaliasten, Hermes-Heiligtum, Delos (auteur author Bgabel, 5 juin 2012)

The rise in water levels in the Mediterranean is already very significant: from one meter to one and a half meters since the start of the industrial revolution. And it is accelerating. Barely discovered, the cave paintings of the Grotte Cosquer (Calanques) will quickly disappear. The entrance to the cave is already 37 m below sea level; but some air-filled rooms have protected artistic treasures, including the only prehistoric paintings of sea animals (seals) known to date. With the rising waters, these rooms will in turn be submerged, and all that will remain of the Cosquer Cave is the life-size plastic reproduction that has just been inaugurated in Marseilles these days.
We no longer talk about Venice, irretrievably doomed (we have already talked about it in previous articles on this blog).
"In twenty years, you will need a diving suit to visit Delos".
On Monday, May 30, 2022, a concert entitled "Les incertaines quatre saisons" was given in the Sanctuary of Apollo in Delos, where musicians played Vivaldi's Four Seasons to draw public attention to the climate emergency. . Delos, a low island in the center of the Cyclades (Greece, Aegean Sea), was at one time the center of the Greek world, if not of the world at all. Its privileged position at the crossroads of the main trade routes made it an essential hub. Dedicated to Apollo, Delos was a very special island, where one was not allowed to die. There are still archaeological treasures on the island today, remains of old stores, etc. All this will disappear in a few years. In many sites of Delos (an island classified as a World Heritage Site) and its neighbor Mykonos, the structures are already at ground level, and the agora of Apollo will soon be drowned. Elsewhere, each winter the waves come to beat the ancient walls and degrade them a little more.
This concert aims to "raise awareness of the world to the urgent need for regeneration of our planet", underlines the Alpha mission Delos, main organizer of this initiative.
"For the first time (...), Delos (today uninhabited, editor's note) welcomes a classical music orchestra", in this case the European Union Youth Orchestra, as well as Russian and Ukrainian musicians , according to this press release. Among the soloists are the Ukrainian violinist Diana Tishchenko and the Greek Sokratis Sinopoulos, lyre player, an ancient Greek instrument.

Photo : Agora Compitaliasten, Hermes-Heiligtum, Delos (auteur author  Bgabel, 5 juin 2012) 

Changement de gouvernement : pouvait on envisager pire pour le climat ? Change of government: could we imagine worse for climate

Le 20 mai, plus d'un mois après la réélection d'Emmanuel Macron, la liste des ministres du gouvernement Borne a été dévoilée. Le premier ministre a nommé :

  • Monsieur Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique

  • Madame Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

  • Monsieur Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur

 

Sont nommés ministres délégués auprès de la première ministre:

  • Monsieur Olivier Véran, chargé des Relations avec le Parlement

  • Madame Isabelle Lonvis-Rome, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes de la Diversité et de l’Égalité des chances auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique

  • Monsieur Gabriel Attal, chargé des Comptes publics auprès du ministre de l'Intérieur et de la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

  • Monsieur Christophe Béchu, chargé des Collectivités territoriales auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Messieurs Franck Riester, chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité


Sont nommés secrétaires d'Etat auprès de la première ministre :

 

Plusieurs remarques :

1. Les affaires liées à l'environnement sont dispersées en plusieurs ministères, de manière à ce qu'aucun n'ait une réelle importance ou un réel pouvoir, et que la coordination entre les actions soit plus difficile. On a ainsi un premier ministère dit de la Transition écologique et de la cohésion des territoires dirigé par Amélie de Montchalin dont on découvre la mission sur son site : 

"Le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires élabore et met en œuvre la politique du Gouvernement en matière de décentralisation, de développement et d'aménagement équilibrés de l'ensemble du territoire national et de solidarité entre les territoires." 

Nulle part dans cette mission n'apparaît fut-ce le mot d'écologie ou d'environnement. L'écologie restera donc en transition, entre un passé inexistant et un futur incertain.

 

Agnès_Pannier-Runacher_portrait_2 (alors secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Economie et des Finances, auteur author Gézelin Grée 14 décembre 2018)

On a également un ministre de la Transition énergétique (Mme Agnès Pannier-Runacher, ci-dessus),  qui affirme : «mon premier défi c'est de protéger notre planète, il n'y a pas une minute à perdre». Le problème, c'est que Mme Agnès Pannier-Runnacher ne connaît rien aux problématiques actuelles ne l'environnement, et que toute la carrière de cette énarque a consisté à faire croître des entreprises industrielles ou autres, avec quelques passages à la Caisse des dépôts et consignations. Entre autres professions de foi elle a déclaré, alors qu'elle était chargée par Emmanuel Macron de la Reconquête industrielle et pilotait le groupe de travail consacré au volet industriel du pacte productif 2025 : " en matière de transition écologique, l'industrie française n'est pas le problème, c'est la solution !" car "les industriels s'adaptent à une demande, et la demande c'est nous" (source : Les Echos, 20 juin 2019).

On a également un ministre de l'Agriculture et de la souveraineté alimentaire, dont nous ne doutons pas qu'il va batailler ferme contre les rares propositions écologiques présentées par les précédents, un peu comme cela s'était passé à l'époque de Nicolas Hulot. Alors qu'il est évident qu'agriculture et environnement doivent être réunis dans un seul et même ministère si on veut sauver nos sols, notre air et ralentir la perte de notre climat.

Et pour terminer, afin que soit bien actée la perte d'importance de l'environnement, on a supprimé le ministère de la Mer, pour le rétrograder au rang de Secrétariat d'Etat, dépendant non pas du ministère de Transition écologique, mais directement du Premier ministre. Comme cela, on est tranquille, la mer ne fera pas de vagues.

C'est cohérent avec la stratégie d'Elisabeth Borne, qui avait annoncé clairement sa feuille de route : en premier le pouvoir d'achat des Français, en second la santé, et en troisième seulement l'environnement (comme la croissance et le pouvoir d'achat passent en général par la destruction de l'environnement, la troisième place de celui-ci ne laisse aucun doute sur l'avenir qui lui est réservé). C'est cohérent aussi avec la stratégie d'Emmanuel Macron, qui a toujours dit que l'homme passerait avant l'environnement (ce qui est profondément stupide, l'homme ne pouvant survivre sans son environnement). On souhaite bonne chance au bûcheron qui scie la branche sur laquelle il est assis - le problème, c'est que nous sommes également assis sur cette branche, et qu'on vient de reconduire pour cinq ans le bûcheron, qui fragilise de plus en plus la branche dont nous dépendons tous.

 

2. autre remarque : les origines des ministres. Pour être vraiment sûre que les choses n'avanceront pas au niveau de l'environnement et du climat, Elisabeth Borne a choisi des personnalités connues pour ne s'être jamais intéressées à l'environnement (voire ont lutté contre celui-ci), que ce soit lors de leur formation ou lors de leur carrière professionnelle.

On a vu plus haut le cursus de Mme Agnès Pannier-Runacher, ministre de la transition énergétique, haut-fonctionnaire passée par l'industrie et la finance, et qui affirme que l'industrie est la solution.

Amélie_de_Montchalin_Ministre_de_la_Transformation_et_de_la_Fonction_publiques (auteur author Jonathan Sarago 04 septembre 2020)

Le ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires Amélie de Montchalin a intégré HEC en 2005. Elle détient un licence d'économie appliquée obtenue à Paris-Dauphine, une licence d'histoire (Paris-Sorbonne) et un master en administration publique à la Harvard Kennedy School (2014). Proche de Valérie Pécresse pour laquelle elle a travaillé en 2007 et de Nicolas Sarkozy, elle est la fille de Bernard Bommier, qui a occupé des postes de cadre supérieur chez Elf Aquitaine, ensuite Danone, puis Coca-Cola. Elle est mariée à Guillaume de Montchalin, consultant pour de grandes entreprises au Boston Consulting Group. 

Selon Romaric Godin de Mediapart, « Amélie de Montchalin incarne de façon chimiquement pure la pensée économique du macronisme ». 

Sa nomination par Elisabeth Borne au poste de ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires est a soulevé de nombreuses protestations : lorsqu'elle était député LaREM, Amélie de Montchalin a voté contre l'interdiction du glyphosate, contre l’arrêt de l’incitation à l’huile de palme, contre l’indemnisation des victimes de pesticides ou encore contre l’interdiction des pesticides à proximité des habitations, ainsi que le précise l'association Agir pour l'environnement au JDD. Sur le site, on peut également relever que Mme le député avait aussi voté contre l'"interdiction de production, stockage ou vente de produits phytopharmaceutiques non autorisés en Europe". Elle n'a pas voté lors du scrutin amenant à voter pour ou contre l'interdiction des perturbateurs endocriniens dans les cantines scolaires, ni sur l'interdiction d'importer des denrées produites en utilisant des substances interdites dans l'Union européenne. Selon une étude de l'association Agir pour l'environnement, elle est l'une des députés les moins écologistes de la XVe législature (classée la 594e sur 648 en fonction de ses votes). Cela explique aussi pourquoi les mots écologie et environnement n'apparaissent nulle part dans ce qu'elle considère comme ses nouvelles missions en tant que ministre de l'écologie.

Justine Bénin dans le jardin des Quatres Colonnes du Palais Bourbon durant la première semaine parlementaire de la XVe législature de la Cinquième République française (Paris, France, auteur author Antoine Lamielle 21 juin 2017

Justine Bénin, secrétaire d'Etat chargée de la mer auprès du premier ministre, a obtenu un master en droit social à l'université de Toulouse et a ensuite travaillé à la protection judiciaire de la jeunesse puis à Pôle emploi. en Elle  est surtout connue pour avoir été mise en cause en mai 2022 par Mediapart qui lui reproche une « dérive clientéliste », en raison de plusieurs versements (37 000 euros) effectués en 2019 et 2020 par le MoDem à des associations comme à un restaurant de la commune du Moule dans laquelle elle se présentait alors aux élections municipales de 2020. Pour la ministre, « ces interventions ont été faites en toute transparence » (source : Wikipédia).

Informal_meeting_of_energy_and_transport_ministers_(TTE)

Quand à Elisabeth Borne elle-même, ingénieur général des ponts et chaussée, préfet de Poitou-Charente (2013-2014), présidente de la RATP de 2015 à 2017, elle est célèbre pour avoir remplacé en 2019  François de Rugy au ministère de la Transition écologique et solidaire et s'être fermement engagée à faire passer toutes les propositions de la Commission citoyenne pour le climat, reprenant en cela à son compte la promesse d'Emmanuel Macron. ni le président ni sa ministre n'ont tenu leurs promesses : on sait le triste sort qui a été réservé à ces propositions. Un an après son passage désastreux au MTES (avec une réduction de 5.000 emplois prévue en entre 2019 et 2022, dans un ministère qui avait déjà licencié 7.200 personnes entre 2017 et 2019) on la retrouve ministre du Travail, de l'emploi et de l'insertion. Elle est l'archétype du haut-fonctionnaire auquel on a appris qu'il pouvait traiter des dossiers auxquels il ne connaissait rien - et qui (moyennant finances) a accepté d'y croire.

Dans un entretien publié hier (jeudi 2 juin 2022) dans le journal Libération, Elisabeth Borne - qui se réserve la "planification écologique" voulue par Emmanuel Macron - déclare vouloir aller "plus vite et plus fort" dans la transition écologique, mais se refuse à dire comment. Ce qui laisse supposer qu'elle-même n'en n'a aucune idée. Comme toujours en période électorale, on est dans le cadre de promesses dont on sait qu'elles n'engagent que ceux qui y croient.

3. enfin Emmanuel Macron impose à ses ministres de se présenter aux législatives et d'y gagner un poste de député. Il y a quelques décades, on avait réalisé l'impossibilité de cumuler deux emplois dont chacun demandait un investissement total de la part de l'employé. C'est aujourd'hui interdit dans pratiquement tous les métiers. Aujourd'hui, tout député nommé membre du gouvernement perd son siège au bout d’un mois et se voit alors remplacé par son suppléant. Cette incompatibilité est de plus une application stricte du principe de séparation des pouvoirs. A l'issue des législatives, les ministres seront donc soit battus et limogés, soit députés et obligés de céder leur place à leur suppléant, ce qui est une véritable arnaque vis à vis des électeurs qui en toute bonne foi auront voté pour une personne et non son suppléant.

Cela reste toutefois une ingérence inacceptable dans le principe de séparation des pouvoirs : les membres du gouvernement n'ont pas à s'immiscer de près ou de loin dans le fonctionnement du législatif, dans une manoeuvre qui contribue à fausser les élections, les électeurs n'ayant pas conscience pour la plupart que leurs élus vont les laisser tomber à peine les élections terminées.

Quelque soit le résultat des législatives, les nouveaux ministres auront ainsi perdu près d'un mois de travail en s'occupant de se faire élire à des postes auxquels ils n'ont de toute façon pas droit. Il est vrai que perdre un mois de travail, quand on est nommé ministre avec pour mission de ne rien faire avancer, ce n'est pas obligatoirement très grave.

Philippe Bensimon

_____________________

Several remarks:

1. Environmental affairs are dispersed in several ministries, so that none has real importance or real power, and coordination between actions is more difficult. We thus have a first ministry called Ecological Transition and Territorial Cohesion headed by Amélie de Montchalin, whose mission we discover on her site: "The Ministry of Ecological Transition and Territorial Cohesion develops and implements the Government's policy in terms of decentralization, development and balanced planning of the entire national territory and solidarity between the territories." Nowhere in this mission does the word ecology or environment appear. Ecology will therefore remain in transition, between a non-existent past and an uncertain future.

We also have a Minister for Energy Transition, who affirms: “my first challenge is to protect our planet, there is not a minute to lose”. The problem is that Mrs. Agnès Pannier-Runnacher knows nothing about current environmental issues, and that the entire career of this enarque has consisted of growing industrial or other companies, with a few stints at the Caisse des dépôts and consignments. Among other professions of faith, she declared, when she was in charge of industrial reconquest by Emmanuel Macron and led the working group devoted to the industrial aspect of the 2025 productive pact: "in terms of ecological transition, French industry does not is not the problem, it is the solution! because "manufacturers adapt to demand, and the demand is us" (source: Les Echos, June 20, 2019). We also have a Minister of Agriculture and Food Sovereignty, whom we have no doubt will fight hard against the rare ecological proposals presented by the previous ones, a bit like it happened at the time of Nicolas Porthole. While it is obvious that agriculture and environment must be united in one and the same ministry if we want to save our soils, our air and slow down the loss of our climate. And finally, so that the loss of importance of the environment is well recorded, we have abolished the Ministry of the Sea, to demote it to the rank of Secretary of State, depending not on the Ministry of Ecological Transition, but directly of the Prime Minister. Like that, we are calm, the sea will not make waves.

This is consistent with the strategy of Elisabeth Borne, who had clearly announced her roadmap: first the purchasing power of the French, second health, and third only the environment (such as growth and power of purchase generally go through the destruction of the environment, the third place of this one leaves no doubt on the future which is reserved for him). It is also consistent with the strategy of Emmanuel Macron, who always said that man would come before the environment (which is profoundly stupid, man cannot survive without his environment). We wish good luck to the woodcutter who saws the branch on which he is sitting - the problem is that we are also sitting on this branch, and that we have just renewed for five years the woodcutter, who weakens more and more the branch on which we all depend.

2. another remark: the origins of the ministers. To be really sure that things will not progress at the level of the environment and the climate, Elisabeth Borne chose personalities known to have never been interested in the environment (or even fought against it), that either during their training or during their professional career.

We saw above the course of Ms. Agnès Pannier-Runacher, Minister for Energy Transition, a senior civil servant with a background in industry and finance, and who affirms that industry is the solution. Minister of Ecological Transition and Territorial Cohesion Amélie de Montchalin joined HEC in 2005. She holds a degree in applied economics from Paris-Dauphine, a degree in history (Paris-Sorbonne) and a master's degree in administration public at Harvard Kennedy School (2014). Close to Valérie Pécresse for whom she worked in 2007 and to Nicolas Sarkozy, she is the daughter of Bernard Bommier, who held senior management positions at Elf Aquitaine, then Danone, then Coca-Cola. She is married to Guillaume de Montchalin, consultant for large companies at the Boston Consulting Group. According to Romaric Godin of Mediapart, "Amélie de Montchalin embodies in a chemically pure way the economic thought of macronism". Her appointment by Elisabeth Borne to the post of Minister for Ecological Transition and Territorial Cohesion has raised many protests: when she was a LREM deputy, Amélie de Montchalin voted against the ban on glyphosate, against the cessation of the incitement to palm oil, against the compensation of victims of pesticides or against the banning of pesticides near homes, as specified by the association Agir pour l'environnement at the JDD. On the site, we can also note that the deputy had also voted against the "ban on the production, storage or sale of unauthorized plant protection products in Europe". She did not vote in the ballot leading to a vote for or against the ban on endocrine disruptors in school canteens, nor on the ban on importing foodstuffs produced using substances banned in the European Union. According to a study by the association Agir pour l'environnement, she is one of the least ecological deputies of the 15th legislature (ranked 594th out of 648 according to her votes). This also explains why the words ecology and environment do not appear anywhere in what she considers to be her new missions as Minister of Ecology.

Justine Benin, Secretary of State in charge of the sea to the Prime Minister, obtained a master's degree in social law at the University of Toulouse and then worked in the judicial protection of youth and then at Pôle emploi. She is best known for having been questioned in May 2022 by Mediapart who accuses her of a "clientelist drift", due to several payments (37,000 euros) made in 2019 and 2020 by the MoDem to associations such as a restaurant of the commune of Le Moule in which she was then running for the municipal elections of 2020. For the minister, "these interventions were made in complete transparency" (source: Wikipedia).

As for Elisabeth Borne herself, general engineer of bridges and roadways, prefect of Poitou-Charente (2013-2014), president of the RATP from 2015 to 2017, she is famous for having replaced François de Rugy in 2019 at the Ministry of Ecological and solidarity transition and to have firmly committed to passing all the proposals of the Citizens' Commission for the Climate, taking on board the promise of Emmanuel Macron. neither the president nor his minister kept their promises: we know the sad fate that was reserved for these proposals. A year after her disastrous stint at MTES (with a reduction of 5,000 jobs planned between 2019 and 2022, in a ministry that had already laid off 7,200 people between 2017 and 2019) we find her Minister of Labour, Employment and 'insertion. She is the archetype of the high-ranking civil servant to whom we learned that he could deal with files of which he knew nothing - and who (for a fee) accepted to believe in it. In an interview published yesterday (Thursday June 2, 2022) in the newspaper Liberation, Elisabeth Borne - who reserves the "ecological planning" wanted by Emmanuel Macron - declares that she wants to go "faster and stronger" in the ecological transition, but refuses to say how. Which suggests that she herself has no idea. As always during an election period, we are within the framework of promises which we know only bind those who believe in them.

3. Finally, Emmanuel Macron requires his ministers to stand for legislative elections and win a post as deputy. A few decades ago, we realized the impossibility of combining two jobs, each of which required a total investment on the part of the employee. It is now forbidden in practically all professions. Today, any deputy appointed member of the government loses his seat after one month and is then replaced by his deputy. This incompatibility is also a strict application of the principle of separation of powers. At the end of the legislative elections, the ministers will therefore either be beaten and dismissed, or deputies and obliged to give up their place to their deputy, which is a real scam vis-à-vis voters who in all good faith will have voted for a person and not his deputy. However, this remains an unacceptable interference in the principle of separation of powers: the members of the government do not have to interfere directly or indirectly in the functioning of the legislature, in a maneuver which contributes to distorting the elections, the voters not being aware for the most part that their elected officials will let them down as soon as the elections are over. Whatever the outcome of the legislative elections, the new ministers will thus have lost nearly a month of work in getting themselves elected to positions to which they are not entitled anyway. It is true that losing a month of work, when one is appointed minister with the mission of making nothing progress, it is not necessarily very serious.

Philippe Bensimon

Photos :

Agnès Pannier-Runacher portrait 2 (alors secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Economie et des Finances, auteur author Gézelin Grée 14 décembre 2018) ; Amélie de Montchalin Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (auteur author Jonathan Sarago 04 septembre 2020) ; Justine Bénin dans le jardin des Quatre Colonnes du Palais Bourbon durant la première semaine parlementaire de la XVe législature de la Cinquième République française (Paris, France, auteur author Antoine Lamielle 21 juin 2017 ; Informal meeting of energy and transport ministers (TTE). Arrivals, transport ministers Elisabeth Borne (37190062412) (cropped, auteur author EU2017EE Estonian Presidency 21 septembre 2017).