Tour des deux Amériques sur un voilier

21 février 2021

Offres d'emploi : responsables scientifiques pour Future Earth - Jobs: science officers for Future Earth

150416_Logo_ocean-climate

Bonjour à tous, 

Le secrétariat français de Future Earth recrute ! Vous trouverez ci-dessous deux offres d'emplois pour les postes de:
L'appel sera clôturé dès qu'un candidat aura été retenu, au plus tard le 17 mars 2021.
Pour toute question, 
N'hésitez pas à relayer ces offres autour de vous ! 
Je vous souhaite une bonne journée 
Bien cordialement
Anaïs 
-- 

Anaïs Deprez

Responsable mobilisation et communication / Head of Mobilisation and Communication 

Plateforme Océan et Climat / Ocean and Climate Platform
Maison des Océans
195 rue Saint-Jacques, 75005, Paris
________________
The French secretariat of Future Earth is recruiting! Below are two job offers for the positions of science officer and senior science officer in charge of the "Pathways for Sustainability" initiative The call will be closed as soon as a candidate has been selected, no later than March 17, 2021.


19 février 2021

Le glacier des Bossons victime du réchauffement climatique - The Bossons glacier victim of global warming

Langue du Glacier des Bossons depuis la patinoire des Houches (18 février 2021, photo Marie Meynet)

Le glacier des Bossons est la plus grande cascade de glace située en Europe. Elle descend du sommet du Mont Blanc. Allant de 4 810 m à 1 420 m d'altitude en seulement 7,3 km de longueur, le glacier des Bossons offre des pentes élevées (28° en moyenne), avec de nombreuses crevasses et des séracs aux endroits les plus pentus. La vitesse d'épanchement peut y dépasser un mètre par jour en été, ce qui explique que la glace mette moins de cinquante ans à aller du sommet à la langue terminale.

Bouchant la vallée de Chamonix au "petit âge de glace", le glacier a ensuite alterné des périodes d'avancées et de recul. Cependant, de manière globale, il recule depuis 1818, perdant 1,5 km de longueur jusqu'en 2001, et 500 mètres supplémentaires dans les quatorze années suivantes. En lien avec le réchauffement climatique qui s'accélère, en septembre 2010 la langue se sépare du glacier et s'effondre, et en juin 2015 des séracs se séparent du front, provoquant un éboulement massif, "emportant 200.000 m3 de glce sur près d'un kilomètre" (source : Wikipedia). 

La photo ci-dessus prise hier par Marie Meynet (trésorière de l'association Tour des deux Amériques) montre bien le recul croissant du glacier, dont la langue terminale est remontée (en altitude) 300 m au dessus de son plus bas niveau. En 1836, le peintre Turner pouvait voir le glacier arrivant dans la vallée.

 

Aiguille du Midi depuis la patinoire des Houches (18 février 2021, photo Marie Meynet)

 

The Bossons Glacier is the largest icefall located in Europe. It descends from the summit of Mont Blanc. Ranging from 4 810 m to 1,420 m in altitude in only 7.3 km in length, the Bossons glacier offers steep slopes (28 ° on average), with numerous crevasses and seracs in the steepest places. The effusion speed can exceed one meter per day in summer, which explains why the ice takes less than fifty years to go from the top to the terminal tongue. Blocking the Chamonix valley during the "little ice age", the glacier then alternated between periods of advance and retreat. Overall, however, it has been retreating since 1818, losing 1.5 km in length until 2001, and an additional 500 meters in the following fourteen years. In connection with accelerating global warming, in September 2010 the tongue separated from the glacier and collapsed, and in June 2015 seracs separated from the front, causing a massive landslide, "carrying 200,000 m3 of ice over nearly 'one kilometer' (source: Wikipedia). The photo above taken yesterday by Marie Meynet (treasurer of T2A expeditions) shows the increasing retreat of the glacier, whose terminal tongue has risen (in altitude) 300 m above its lowest level. In 1836, the painter Turner could see the glacier coming into the valley.

Le torrent des Bossons dans la zone proglaciaire en juillet 2015, zone encore couverte de glace dans les années 1980 (auteur author Vassil, 14 juillet 2015)

Photos : Langue du Glacier des Bossons depuis la patinoire des Houches (18 février 2021, photo Marie Meynet) ; Aiguille du Midi depuis la patinoire des Houches (18 février 2021, photo Marie Meynet) ; Le torrent des Bossons dans la zone proglaciaire en juillet 2015, zone encore couverte de glace dans les années 1980 (auteur/author : Vassil, 14 juillet 2015) ; "Mont Blanc and the Glacier des Bossons from above Chamonix ; Evening", Joseph Mallord Wiliam Turner, 1936.

Mont Blanc and the Glacier des Bossons from above Chamonix; Evening’, Joseph Mallord William Turner, 1836

 

16 février 2021

La Plate-forme Océan & Climat mobilisée pour la Décennie des Natons Unies pour les sciences océaniques

Communiqué de presse

 La Plateforme Océan & Climat mobilisée pour la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques

16 février 2021
En 2017, l’Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé les années 2021 à 2030 « Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable ». Une dynamique majeure pour l’Océan, qui propose un cadre commun en faveur d’une meilleure compréhension de son rôle, et d’une gestion durable de ses ressources. 
Une nouvelle chaleureusement accueillie par la Plateforme Océan & Climat, fervente soutien de la recherche et de la connaissance de cet espace majeur de notre planète. A l’aube de cette nouvelle décennie d’action, la Plateforme Océan & Climat réaffirme son engagement pour la préservation de l’océan et de ses écosystèmes, et entend participer activement aux côtés de ses membres à la réalisation des objectifs de ce nouveau cadre d’action international. 
 
La science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons
« Le développement des sciences de l’océan a permis d’identifier et de mettre en lumière les fonctions essentielles qu’il assure pour rendre la Terre « vivable », notamment en matière de régulation du climat. Mais il est indispensable de développer nos connaissances afin de mieux anticiper son évolution face aux changements globaux » témoigne Françoise Gaill, Vice-Présidente de la Plateforme Océan et Climat et membre de la délégation française de la COI-UNESCO. 
 
Les derniers rapports scientifiques nous alertent sur la dégradation de l’océan et l’altération de ses capacités de régulation à mesure que les impacts humains augmentent. Le défi est de taille. Il reste beaucoup à faire pour créer les conditions d’un développement respectueux de l’océan et de la biodiversité qu’il abrite. Pour mieux appréhender « le dernier espace inexploré sur Terre », le soutien à la recherche est indispensable. 

 
L'océan, enjeu géostratégique majeur du XXIe siècle 
Alors que 64% de l’espace océanique se situe en dehors des juridictions nationales, la gouvernance de l’océan est un des enjeux majeurs de ce début de siècle comme en atteste le seul Traité en négociation sur la biodiversité au-delà des juridictions nationales discuté en ce moment au sein des Nations-Unies, en complément de l’importante Convention sur le Droit de la Mer. Les nombreux services rendus par l’Océan bénéficient à l’ensemble des sociétés humaines, et sa bonne santé relève d’une responsabilité commune et partagée. 
 
Pour dépasser les intérêts divergents et tendre vers une gestion durable des ressources océaniques, cette nouvelle Décennie offre un cadre favorable à la mobilisation des financements, de la communauté scientifique, des décideurs, des entreprises, et de la société civile pour accroître la protection des milieux marins.
 
La Décennie vise également à renforcer la coopération internationale, condition indispensable au développement de la recherche scientifique et des technologies qui peuvent relier l'océanographie aux enjeux sociétaux. A cet égard, elle entend accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030, et plus particulièrement de l’Objectif de Développement Durable n°14 consacré à la conservation et à l’exploitation durable de l’océan. 


 
Un océan de solutions face aux enjeux actuels 
L’océan est une des premières victimes des effets du changement climatique, mais il est aussi un formidable réservoir de solutions pour faire face aux enjeux actuels. Mais ni la science, ni les décideurs politiques ne peuvent parvenir seuls à relever ces défis. La mobilisation de l’ensemble des acteurs de la communauté des sciences océaniques est indispensable pour construire de nouveaux modèles prenant en compte la résilience de l’océan.
 
« Cette décennie va permettre de structurer la recherche scientifique autour d’une feuille de route commune – l’action conjointe de la communauté scientifique et de la société civile sera cruciale pour sa mise en œuvre » Romain Troublé, Président de la Plateforme Océan & Climat et Directeur Général de la Fondation Tara Océan.
 
A cet égard, le rôle de la société civile sera déterminant pour accompagner l’identification et la mise en place de solutions fondées sur la nature et la science. La Plateforme Océan & Climat et nombre de ses membres ont d’ores et déjà déposé auprès de l’UNESCO des programmes de recherche et des projets de sensibilisation (‘Ocean literacy’) contribuant à la réalisation des objectifs de la Décennie. Le projet Sea’Ties s’inscrit dans cette démarche et entend faciliter l’élaboration de politiques publiques et la mise en œuvre de solutions d’adaptation pour les villes côtières exposées à l’élévation imminente du niveau de la mer. 
 

Contact presse :

Anaïs Deprez : +33 6 32 85 65 48 (outreach@ocean-climate.org)
A propos de la Plateforme Océan & Climat 
Regroupant près de 100 organisations dans le monde - ONG, instituts de recherche, fondations, musées et centres de culture scientifique, secteur privé, institutions nationales et internationales, collectivités - la Plateforme Océan & Climat (POC) a été créée à l’occasion de la COP21. Elle agit pour valoriser la connaissance scientifique et promouvoir des solutions relatives à l’océan dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.
Forte de son expertise scientifique interdisciplinaire, la POC est le seul organisme de la société civile auquel l’État français a fait appel pour participer à la revue gouvernementale des derniers rapports du GIEC. La POC fait également partie des organisations leader de la communauté océan-climat dans le cadre de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et détient le statut d’observateur au sein des conventions onusiennes sur le climat (CCNUCC) et la biodiversité (CDB).

Site internet : ocean-climate.org

14 février 2021

Baléares moitié ouest du 31 juillet au 7 août 2021- Croisière d'entraînement - Training cruise on sailboat (Balearic Islands)

Croisière d'entraînement : faites avec nous le Tour complet des Baléares - seconde moitié au départ de Puerto de Sollers.

Soller3 (Antoni Sureda)

De Mallorca à Ibiza et retour OpenCPN

Tour complet des Baléares - croisière d'entraînement. Le précédent article daté du 11 février vous donnait le plan de navigation détaillé de la première semaine de notre tour complet des Baléares, effectué dans le sens inverse des aiguilles d'une montre au départ de Palma de Mallorca (moitié est des Baléares). Voici le plan de navigation détaillé de la seconde semaine (moitié ouest), au départ cette fois de Puerto de Sollers.

Location_map_palma_large (OpenStreetMap contributors)

Du samedi 31 juillet au samedi 7 août, j'offre à des équipiers une superbe croisière à la découverte de la moitié ouest des Baléares. Vous embarquerez le 31 juillet au port de Puerto de Sollers vers 15 h. Pour vous, et pour ceux qui auront fait le choix de faire le tour complet des Baléares en deux semaines avec nous, nos escales suivantes seront Cala Llado (Isla Draghonera), Cala San Vincente (Ibiza), Sant Antoni de Portmany, La Savina (Formentera), Ibiza (Ibiza), Palma de Mallorca (Majorque, fin de la croisière). Puerto de Sollers est situé au nord de Majorque, à 40 minutes en car de Palma de Mallorca, et 72 minutes de son aéroport.

Nous aurons un Beneteau 50 (longueur 15,48 m, largeur 4,48 mètres au maître-bau), bateau confortable construit par le chantier français Beneteau comportant cinq cabines doubles, trois cabinets de toilette/WC/douche, douche de pont, revêtement teck sur le pont et le cockpit, réfrigérateur, réservoir d'eau de 900 litres, moteur 80 CV, panneaux solaires, etc. Palma de Mallorca dispose de son propre aéroport (PMI). On a réservé des vols réguliers Lyon – Palma de Mallorca sur Transavia pour 114 euros l’aller-retour, bagage cabine 10 kg et bagage en soute 20 kg compris.

Capture d’écran 2021-02-04 à 16

Nous recherchons des équipiers. Ambiance cool (découvrir, se perfectionner, échanger, visiter). Participation aux frais : 600 euros pour un équipier occupant seul une cabine double, le même prix pour un couple ou deux amis (soit 300 euros par personne), plus la nourriture. On fera un peu plus de 223 M dans des paysages superbes et très variés : ports, mouillages, visites, baignades, etc. Nous aurons une nuit de navigation entre Ibiza et Palma de Mallorca. Les quarts se feront toujours à deux ou à trois (quatre avec le skipper, hors-quart mais présent dans le cockpit). Participation aux manœuvres demandée, mais rien n'est imposé. Cette croisière d'initiation et de découverte du monde du voyage en voilier est destinée en priorité à la formation des équipiers de l'expédition T2A. Très variée, elle permettra à tous de découvrir les différentes manœuvres de port, de jour comme de nuit, les prises de corps mort, les mouillages avec orin, les manœuvres d'homme à la mer à la voile comme au moteur (nous récupérerons tout ce qui flottera sur notre route, notamment le plastique), etc. Le bateau étant grand, nous ouvrons aussi cette croisière à des équipiers non membres de l'expédition. Nous serons en période de vacances scolaires, les enfants et les débutants sont les bienvenus. Pour ceux qui souhaiteraient une croisière plus longue, vous aurez la possibilité de boucler avec nous le tour complet des îles Baléares en embarquant la semaine précédente, soit le samedi 24 juillet, à Palma de Malloca. Vos escales avant Puerto de Sollers se feront à Isla Cabrera, Porto Colom (Majorque), Cala Coves (Minorque), Port Mahon, Cala Fornells, Ciudadella, et Bahia de Polensa (retour à Majorque, au pied du cap Formentor). Les conditions de la première semaine sont identiques à celle de la seconde semaine.

Renseignements et inscriptions : Philippe Bensimon +33 (0)6 81 34 65 31 (tous les jours de 14h à 19h heure française. Ce numéro fonctionne aussi avec WhatsApp).

Puerto de Sollers, 16 avril 2021

Puerto de Sollers, le train, 16 avril 2017

Plan de navigation :

Samedi 31 juillet 2021 : embarquement à 15h30 à Puerto de Sollers, avitaillement entre 16h et 18h, safety brief, dîner à bord.

Cala_Tuent_13 (Olaf Tausch)

NaForadada (Antoni Sureda)Dimanche 1er août 2021 : réveil à 7h30, départ à 8h30 de Puerto de Sollers. Sortir du port au 087° et suivre la ligne des 5 m de sonde jusqu’à être dans le 180 de la tourelle noire du môle central (0,16 M, 3 minutes à 3 kt). De là, prendre au 305° sur 0,70 M (8 mn à 5 kt, 8h41). On doit voir au 180 le phare du Soldat D’Orey (120 m). Hisser les voiles (10 minutes). On prend au 244° sur 0,44 M (5 mn) pour voir ce même phare au 90 vers 8h56. De là, on prend au 234° sur 18,91 M. Vers 9h36 on voit au 180 la première d’une série de tours blanches ; on vient de passer depuis quelques instants le nord de la pointe ouest de la Peninsula de Foradada. A 12h42 on voit au 180 la pointe est de l’Isla Dragonera. On suit ce cap sans trop raser l’île, jusqu’à voir au 90 la cardinale ouest sur le petit îlot Mitjama au milieu du chenal entre Dragonera et Majorque (1,83 M, 21 mn, 13h03). On prendra alors environ deux heures pour des exercices de récupération de l'homme à la mer, au moteur puis à la voile. On vire alors (15h03) au 270° sur 0,53M (6 minutes) en direction de la pointe sud de la baie de Llado. Affaler les voiles (10 minutes). De là, 012 M au 021° mènent à Cala Llado, sur la côte est de Dragonera. Ne pas aller jusqu’au bout, mouiller bien avant (au bout, fonds de rochers de 1m). Arrivée au mouillage vers 15h20, descente à terre avec l'annexe, et visite de l'île. Total de la journée : 23 M.

Mallorca_-_Dragonera (Ingo Mehling)

Lundi 2 août : départ à 5h30 d'Isla Draghonera. Cap au 210° sur 0,13 M (une minute), puis au 180° sur 0,81 M jusqu’à voir au 270 la pointe sud de l’île Dragonera (9 mn, 5h40). On hisse les voiles (dix minutes) et on prend alors au 227° sur 44,9 M. On arrive ainsi vers 14h48 au sud de l’Isla Punta Grossa, îlot qui marque l’est d’Ibiza. On prend alors au 270° sur 0,81 M (sondes probables à 15 m environ, 9 mn), on baisse les voiles (10 mn), puis cap au 347° sur 0,29 M (3 mn) pour mouiller à la rencontre des sondes de 10 m dans la Cala de San Vincente (côte est d'Ibiza). 

La déesse carthaginoise Tanit, Ibiza (Nanosanchez)

Mouillage vers 15h10. Descente à terre avec l'annexe. Très jolie plage de sable au fond de la cala, avec hélas bars et restaurants, ainsi qu’un supermarché. La grotte-temple d’Es Cuyeram dédiée à la déesse carthaginoise Tanit se trouve un peu plus au nord dans les collines ; quatre chambres totalisant environ 300 m2 ont été explorées à ce jour (prendre les lampes de poche !). Total de la journée : 47 M.

Cala Vincente 16 avril 2021

Cala Vincente 17 avril 2021 (2)

Sant-Antoni-Bahia (JanManu)Mardi 3 août : réveil à 7h, petit déjeuner et départ à 8h de Cala San Vincente. 0,30 M au 150° permettent de sortir de la Cala de San Vincente (3 mn). On oblique ensuite au 061° sur 1,43 M jusqu’à voir au 270° l’Isla Punta Grossa (8h20). De là, on hisse les voiles (10 mn), puis on prend au 318° sur 1,42 M pour traverser des petites baies et voir au 270 la Punta del Escullet derrière laquelle s’ouvre une vaste baie très ouverte (8h47). On traverse cette baie et la pointe qui la ferme au nord (3,78 M) jusqu’à voir au 180 la tour du phare de Punta Moscarter (93 m, 9h32) qui marque l’extrémité nord d’Ibiza. On oblique alors au 266° sur 4,88 M jusqu’à passer dans le 360 de Punta de Sa Creu (on repère Punta de Sa Creu à ce qu’elle ferme la rive gauche d’une profonde cala, avec un village au fond, et aussi un peu sur la rive droite : Sant Miquel de Balansat. C’est le premier village que l’on voit depuis le nord de Moscarter). A 10h30 on infléchit notre route pour un grand bord au 237° (11,8 M) jusqu’à voir au 180 la tour du phare de Conejera (85 m), à la pointe nord de la petite île du même nom (Hannibal serait né sur cette île, dont le nom signifie « terrier de lapin »). De là (12h51), on pique directement au 122° sur la tourelle rouge à l’extrémité sud du port de Sant Antonio de Portmany (4,66 M). On baisse les voiles (10 mn) et on arrive ainsi au milieu de l’axe nord-sud séparant le môle et sa tourelle rouge de la seconde bouée verte éclairée (13h56). 

Sant Antoni de Portmany, grotte de Sainte Agnès, 18 avril 2017

Mouillage un peu plus à l’est sur la ligne des 5 m ou accostage au Club Nautico (053°, 0,41 M, 4 mn). A14h on devrait être arrivés. La baie est belle. On peut visiter la chapelle souterraine de Santa Inès (Agnès) au nord de la ville, et la belle église de Sant Antoni de Portmany, datée du début du XIVe siècle. Total de la journée : 29 M.

Panorama sur l’Estany Pudent et ses salines, au nord-ouest de l'île

Sant Antoni de Portmany, 18 avril 2021

Sortie d'un bain de boue sulfurée renommé sur la plage nudiste d'Espalmador (nord de Formentera)Mercredi 4 août : réveil à 7h, départ à 8h de Sant Antoni de Portmany. Rejoindre le sud de la tourelle rouge du môle, depuis le mouillage où le Club Nautico. De là, prendre au 292° sur 4,29 M puis hisser les voiles (10 mn) pour arriver au nord du phare de Conejera (déborder largement, ne pas s’approcher à moins de 200 m, 9h01). On vire au 234° sur 0,75 M, jusqu’à voir ce même phare au 090 (9h10). On prend ensuite au 174° sur 4,67 M, pour passer entre Ibiza à bâbord et Isla del Esparto à tribord, et arriver vers 9h57 devant l’entrée de Cala Vedella (Cala Badella), un beau mouillage avec bars et restaurants sur la magnifique plage et un petit supermarché au village. On baisse les voiles (10 mn), puis cap au 103° sur 0,55 M pour aller visiter la Cala (arrivée au fond à 10h13). On sort de la cala au 264° sur 0,5M. A 10h19 on hisse à nouveau les voiles (10 mn) et on prend au 184° sur 2,12 M jusqu’à voir au 180 la pointe ouest de l’Islote Vedranell qui borde le passage entre Vedranell et Vedra (10h53). De ce point on voit au 102 la tour de Pena La Oliva. On prend alors au 128° sur 11,9 M. A 11h18 on voit au 90 la pointe sud de Cabo Llentrisca. A 15h17 on arrive devant le port de La Savina (Puerto de Sabina), au nord de Isla Formentera. On prendra sans doute deux heures pour des exercices d'accostage divers. Douches payantes au port, bars et restaurants sympathiques autour du port. Mouillage possible à Espalmador, 2,7 M au nord du port ou à Cala Sabina, juste à côté du port (moins protégé des vents du nord). Visite de l’église fortifiée de San Francisco Javier à 3 km au SE de La Savina, éventuellement des ravines de Cala Sahona (reprendre le bateau, 4,5 M). Location de bicyclettes possible. Total de la journée : 26 M.

Église dans le village de Sant Francesc, au centre de l'île (Vrulliop

Ibiza-Oldtown+Cathedral3 (JanManu)

Jeudi 5 août : départ à 6h20 de La Savina (Formentera). Cinq minutes au 360°, puis on hisse les voiles (10 mn), et cap au 270° sur 2,69 M pour déborder largement Punta de Pedrera puis Punta de la Gavina. On voit alors la Torre de la Gavina au 151 (31 mn, 80 m de fond, 7h06). Cap au 180° sur 6,8 M, jusqu’à voir au 061 la tour du phare de Capo Barabaria (78 m, point le plus au sud de Formentera, 8h27). De là, on prend au 090° sur 10,4 M pour traverser l’Ensenada Migjorn O Mediodia, et déborder Punta Rotja puis Punta del Faro (respectivement au 360 à 10h24 avec 103 m de fond et 10h31, 90 m de fond). Quand on voit le phare de Punta del Faro (142 m) au 360 on vire au 023° sur 2,35 M jusqu’à voir ce même phare au 270 (10h59, 75 m de fond). De là, on prend au 332° sur 16,02 M pour rejoindre l’entrée de la rade d’Ibiza (ligne des 20 m, marquée par un môle à tribord et une tourelle rouge sur un îlot à bâbord). Entre temps on aura vu au 270 successivement la pointe de Santa Creu au 270 (extrémité est de Formentera, 11h22, 32 m de fond), Islote Espardello (12h40), le phare Punta de Tramontana à la pointe nord de l’Isla Espardell (12h55), et le danger isolé Dado Grande, petit îlot qu’on laisse à bâbord à 14h03. Se méfier que pour nous le véritable danger se situe 0,13 M avant (14h02) sous forme d’un récif (Islotes Los Dados) suivi d’un banc de sable (0,70 m de sonde). Avec une bonne visibilité, surveiller et faire un détour en arrivant à proximité ; sans visibilité refaire les caps pour déborder largement ce récif. 

 

Ibiza, église, 20 avril 2017

A 14h11 on est devant l’entrée de la rade d’Ibiza. On baisse les voiles (10 mn), on prend au 351° sur 0,52 M à 3 kt (10 mn pour arriver à l’entrée du port, 14h31). De là, 0,30 M au 273° nous amènent à la marina Ibiza Magna (pontons de l’autorité portuaire) au pied de la vielle ville (D’Alt Vila) dans la Darsena de Poniente (14h37). Plein de carburant si nécessaire. Visite d’Ibiza, de la cathédrale du XIIIe siècle et de la nécropole punique (VIIe siècle avant JC), dîner en ville ou à bord. Total de la journée : 41 M.

Ibiza 20 avril 2017

Eivissa, Cala Saladeta (Enrique Ayesta Perojo)

Ibiza, départ de nuit, 20 avril 2017

Vendredi 6 août : départ à 00h00 d'Ibiza pour une nuit de navigation. De la sortie du port d’Ibiza, prendre au 172° sur 0,73 M jusqu’à voir au 025 le feu vert du môle de la rade (14 mn depuis le passage de sortie du port). De là on hisse les voiles (10 mn), on reprend la vitesse de 5 kt et on prend le cap 090° sur 2,04M jusqu’à voir au 278 le phare blanc OC 7s 31m au début du môle de la rade d’Ibiza (24 minutes, 00h48, sonde 49 m). On prend alors le cap 057° sur 61,4 M. Au bout de 5,8 M on voit au 360 le feu du danger isolé Losa de Santa Eulalia Fl(2) W 5s 11m 5Nm (01h57). A 02h32 on voit ce même feu au 270. A 02h36, on voit au 360 le feu Fl(1+2) 30s 86m du cap Cabo Xaloc, extrémité sud-est de l’Isla de Tagomago (portée inconnue mais sans doute importante) ; à 3h44 on voit ce même feu au 270. A 12h18, on voit au 360 le phare de Cala Figuera (45 m) ; à 13h04 on voit ce même phare au 270.

Castell_de_Bellver_(Palma) (UlrichAAB)

On est alors sur la ligne des 50 m à l’entrée de Bahia de Palma (Majorque). On prend alors au 026° sur 6,3 M pour arriver dans le 90 de la tourelle blanche (sud) sur le môle qui protège au sud l’entrée du port de Palma de Mallorca (14h19). On affale les voiles (10 mn), puis on prend au 360° pour longer le môle sud jusqu’à voir au 270 la tourelle blanche et rouge au bout du môle qui marque l’entrée bâbord de la darse (0,15 M, 1 minute, 14h30). De là, 0,95 M au 293° nous amènent dans le 270 du feu vert le plus au sud du môle nord (9 mn à 5 kt, puis 2 mn à 3 kt à partir du moment où on passe dans le 180 du feu vert précité ; l’amer à viser est le feu rouge Muelle de la Pedrera) ; ensuite 0,31 M au 360 conduisent au cœur du port de Palma (6 mn à 3kt). Arrivée prévue : 14h47. Plein à la station des carburants près de l’accueil. Check-out du bateau. Visite de la ville, de sa cathédrale (débutée en 1230), du palais mauresque de l’Almudaina, de la vieille ville, du Castillo de Bellver (XIIIe siècle, un peu en dehors de la ville), etc. Soirée en ville ou à bord. Total de la journée : 72 M.

Palma de Mallorca, forêt de mâts devant la cathédrale, 21 avril 2017

Palma_Kahedrale_fertig

Samedi 7 août : réveil à 7h, petit déjeuner à bord. Nous quittons le bateau au plus tard à neuf heures, voire beaucoup plus tôt en fonction des avions de  chacun.

Ibiza, 20 avril 2017 (3)Photos (auteurs) : Sollers et au fond Puerto de Sollers (Antoni Sureda) ; De Mallorca à Ibiza et retour tracé sur OpenCPN ; Location_map_palma_large (OpenStreetMap contributors) ; Beneteau 50 (D.R.) ; Puerto de Sollers, 16 avril 2021 (Philippe Bensimon) ; Puerto de Sollers, le train, 16 avril 2021 (Philippe Bensimon) ; Cala Tuent à côté du Morro de Forat ; NaForadada (Antoni Sureda) ; Mallorca_-_Dragonera (Ingo Mehling) ; La déesse carthaginoise Tanit, Ibiza (Nanosanchez) ; Cala San Vincente, Ibiza, 18 avril 2017 (Philippe Bensimon) (1 et 2) ; Sant-Antoni-Bahia (JanManu) ; L'entrée de la grotte de Sainte Agnès, 18 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Panorama sur l’Estany Pudent et ses salines, au nord-ouest de l'île.(Ximateix!) ; Sant Antoni de portmany, bar, 18 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Sortie d'un des bains de boue sulfurée renommés, sur la plage nudiste de la petite île d'Espalmador, au nord de Formentera (Samu) ; Église dans le village de Sant Francesc, au centre de l'île (Vriullop) ; Ibiza-Oldtown+Cathedral3 (JanManu) ; Ibiza et sa baie, 20 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Eivissa, Cala Saladeta (Enrique Ayesta Perojo) ; Départ de nuit d'Ibiza, 20 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Castell_de_Bellver_(Palma) (UlrichAAB) ; Palma de Mallorca, forêt de mât devant la cathédrale, 22 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Palma_Kahedrale_fertig (Martin Sell on de.wikipedia) ;  Ibiza, porte d'entrée, 20 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Palma de Mallorca, les calèches, 22 avril 2017 (Philippe Bensimon) ; Palma de Mallorca, ruelle, 22 avril 2017 (Philippe Bensimon).

Palma de Mallorca, les fiacres, 22 avril 2017

Palma de Mallorca, ruelle, 22 avril 2017

11 février 2021

Baléares moitié est du 24 juillet au 31 juillet 2021 - Croisière d'entraînement - Training cruise on sailboat (Balearic Islands)

Croisière d'entraînement : faites avec nous le Tour complet des Baléares au départ de Palma de Mallorca cet été

Palma_Kahedrale_fertig

De Mallorca à Minorca et retour OpenCPN

De Mallorca à Ibiza et retour OpenCPN

Cela faisait déjà plus de deux ans que je n’étais pas retourné aux Baléares, quand un ami m’a demandé d’organiser une croisière dans ces îles. Seul impératif : découvrir les îles dans leur ensemble.

Une semaine était trop juste, deux semaines semblait une bonne durée. Je me suis donc attaqué à la construction du projet suivant, que nous avons réalisé une première fois durant les vacances de Pâques 2017. Je me réjouis de retrouver avec vous ces îles cet été. Voici le descriptif de la première de ces deux semaines de croisière qui permettent de visiter l'ensemble des îles des Baléares.

 

Location_map_palma_large (OpenStreetMap contributors)

Du samedi 24 juillet au samedi 31 juillet, j'offre à des équipiers une superbe croisière à la découverte des Baléares : le tour complet des Baléares dans le sens inverse des aiguilles d'une montre au départ de Palma de Mallorca, avec escales prévues la première semaine à Isla Cabrera, Porto Colom, Cala Coves (Minorque), Port Mahon, Cala Fornells, Ciudadella, Bahia de Polensa (retour à Majorque, au pied du Cap Formentor), arrivée le 31 juillet à Puerto de Sollers vers 15 h. Puerto de Sollers est situé au nord de Majorque, à 40 minutes en car de Palma de Mallorca, et 72 minutes de son aéroport.

Nous aurons un Beneteau 50 (longueur 15,48 m, largeur 4,48 mètres au maître-bau), bateau confortable construit par le chantier français Beneteau comportant cinq cabines doubles, trois cabinets de toilette/WC/douche, douche de pont, revêtement teck sur le pont et le cockpit, réfrigérateur, réservoir d'eau de 900 litres, moteur 80 CV, panneaux solaires, etc. Palma de Mallorca dispose de son propre aéroport (PMI). On a réservé des vols réguliers Lyon – Palma de Mallorca sur Transavia pour 114 euros l’aller-retour, bagage cabine 10 kg et bagage en soute 20 kg compris.

Capture d’écran 2021-02-04 à 16

Nous recherchons des équipiers. Ambiance cool (découvrir, se perfectionner dans une ambiance agréable). Participation aux frais : 600 euros pour un équipier occupant seul une cabine double, le même prix pour un couple ou deux amis (soit 300 euros par personne), plus la nourriture. On fera un peu plus de 257 M dans des paysages superbes et très variés : ports, mouillages, visites, baignades, etc. Nous aurons un peu de navigation de nuit (une demi-nuit la première semaine, une nuit complète en seconde semaine). Les quarts se feront toujours à deux ou à trois (quatre avec le skipper, hors-quart mais présent dans le cockpit). Participation aux manœuvres demandée, mais rien n'est imposé. Cette croisière d'initiation et de découverte du monde du voyage en voilier est destinée en priorité à la formation des équipiers de l'expédition T2A. Très variée, elle permettra à tous de découvrir les différentes manœuvres de port, de jour comme de nuit, les prises de corps mort, les mouillages avec orin, les manœuvres d'homme à la mer à la voile comme au moteur (nous récupérerons tout ce qui flottera sur notre route, notamment le plastique), etc. Le bateau étant grand, nous ouvrons aussi cette croisière à des équipiers non membres de l'expédition. Nous serons en période de vacances scolaires, les enfants et les débutants sont les bienvenus. Pour ceux d'entre vous qui souhaiteraient une croisière plus longue, vous aurez la possibilité de boucler avec nous le tour complet des îles Baléares la semaine suivante, avec escales à Cala Llado (Isla Draghonera), Cala San Vincente (Ibiza), San Antonio de Portmany, La Savina (Formentera), Ibiza (la ville), avant de revenir à Palma de Mallorca.  

Renseignements et inscriptions : Philippe Bensimon +33 (0)6 81 34 65 31 (tous les jours de 14h à 19h heure française. Ce numéro fonctionne aussi avec WhatsApp).

Les falaises et le phare de Punta Llobera 111113

Voici le plan de navigation :

Samedi 24 avril 2021 : rendez-vous à 11h à la capitainerie de Palma de Mallorca. Formalités, déjeuner, check-in du bateau, avitaillement, safety brief. Nuit à bord au port de Palma de Mallorca.

 

 Les falaises et le phare de Punta Llobera 111113 La Tour de Cala Pi 111113

Dimanche 25 juillet : réveil à 7h, départ à 7h30. 0,47 M au 180° (9 mn à 3 kt) puis 0,36 M au 90° (7 mn à 3 kt) permettent d’arriver à la sortie du port, dans le 360 de la tourelle rouge au bout du brise-lames (7h46). On prend au 158° sur 12,3 M, on hisse les voiles et on reprend la vitesse normale de 5 kt, A 8h49 on passe dans le 270 de la marque de la réserve naturelle. Quelques minutes avant on aura vu au 90 la tour du Cabo Enderrocat. A 10h13 on voit au 90 la tour de Cabo Blanco (Occ 5s 95m). On oblique alors au cap 144° sur 14,9 M, pour arriver vers 13h11 à l’est de la tour rouge et blanche de Cabo Llebeig, à la pointe nord-ouest d’Isola Cabrera. 0,44 M au 158°, et on laisse au 90 la tour blanche et rouge de Punta Sa Crevetta (5 mn, 13h16). Arrivée 13h22 à Isola Cabrera. Amarrage sur corps morts (réservation obligatoire 20 jours à l’avance). Visite de l’île avec l’annexe. C’est une réserve riche d’une faune et d’une flore endémiques, classée Parc national en 1991. On trouve dans ses eaux des tortues, dauphins et baleines, des coraux ; un sentier mène au château du XIVe siècle qui domine Puerto Cabrera. Nuit à bord. Total de la journée : 29,2 M.

Castillo_de_Cabrera (Fidex2020)

Coucher de soleil au nord de Freu de Cabrera 111113

Le phare qui protège l'entrée de Porto Colom 121113 La baie très protégée de Porto Colom 121113 Porto Colom 4 121113

Lundi 26 juillet : réveil à 7h, départ à 8h. Cap au 340° sur 0,73 M, jusqu’à voir au 135 la tour blanche et rouge de Punta Sa Crevetta (8h08). On oblique au 043° sur 1,25 M, jusqu’à passer au nord de Cueva Azul (15 mn, 8h33 en comptant dix minutes pour hisser les voiles et les régler). On prend alors au 078° sur 1,57 M jusqu’à voir en même temps au 270 la pointe sud de Isla Conejera (Escull) et la côte est d’Isla Redonda (8h51). On prend alors au 049° sur 17,8 M, ce qui nous amène à voir à 12h24 au 270 le feu de Cala Llonga et au 360 celui de l’entrée de Porto Colom. On prend alors au 360° sur 2,8M jusqu’à voir au 90 le phare de Puerto de ses Crestes qui indique l’entrée de la baie de Porto Colom (13h07 en ayant pris dix minutes pour ferler les voiles). On oblique légèrement à tribord au 009° pour déborder la tourelle rouge sur la rive ouest de l’entrée de la baie (Punta de Sa Bateria, 0,14 M, une minute), et on suit ensuite au 321° sur 0,47M le chenal balisé qui mène à Porto Colom.

Porto Colom les garages à bateaux 121113 Porto Colom, le bar Club Nautic 121113

Arrivée à Porto Colom : 13h13. Passage à la capitainerie pour régler la nuit. La nuit n’est pas chère, mais il n’y a pas forcément de l'eau et de l'électricité, prévoir de recharger les ordis, tablettes et smartphones dans les bars à terre ou à bord moteur en marche. Une très belle balade de trois heures aller retour fait le tour de la baie vers l’est, et permet d’aller aux falaises qui surplombent la côte de l’autre côte de la baie ; retour par la pinède, qui comporte de très belles villas et des jolies vues. Un petit bar/buvette sous les arbres offre une halte sympathique face à la baie au retour. Dîner et nuit au port. Total de la journée : 24,6 M. Nous rallongerons cette journée assez courte de quelques heures d'exercices à la voile (prises de corps mort, récupération de l'homme à la mer au moteur et à la voile, prises de quai, etc.).

Porto Colom 121113 2

Porto Colom 121113

Cales Coves (ZenTrowel)Mardi 27 juillet : départ à 2h de manière à arriver tôt à Cala Coves (Minorque). Cap au 139° sur 0,48 M. On arrive ainsi à la hauteur de Punta de Sa Bateria et de son feu rouge qui marque la sortie de la baie. (9mn à 3 kt, 2h09). En théorie on suit dans la baie le chenal balisé éclairé pour sortir de la baie. En novembre 2013 les feux rouges et verts ne marchaient pas. S’ils fonctionnent, depuis le port les bouées vertes sont successivement des Fl (3) G 8s, Fl (2) G 6s et Fl G 4s. Les feux rouges sont successivement Fl (4) R 11s, Fl (3) R 10s (sur les deux môles), puis Fl (3) R 6s et Fl  R 3s (bouées du chenal) et enfin Fl (4) R 11s 12m sur la tour de la Punta de Sa Bateria. De là on prend au 180° sur 0,31 M (moins de 6 minutes à 3 kt) jusqu’à voir le phare de Punta de ses Crestes Fl (2) 10 42m au 019. On prend alors au 090° sur 100m jusqu’à voir le phare de Punta de ses Crestes au 360 (2h15). De là on prend au 056° sur 48,7 M. 10 mn pour hisser les voiles. Vers 3h55 on voit au 315 le phare Fl W 5s 20m 7Nm du Morro de sa Carabassa. A 4h43 on devrait voir au 360 le phare d’atterrissage de Cabo Pera (à 11,5 M au nord). A 5h07 on aura au 270 le phare Fl W 5s 20m 7Nm du Morro de Sa Carabassa (on sera sensiblement à 8 M, sans doute hors de portée). En comptant dix minutes pour baisser les voiles, à 12h09 on arrive à l’entrée de Cala Coves, cala bifide sur la côte sud-ouest de Minorque. C’est la grande cala immédiatement au sud-est de Cala en Porter, reconnaissable à son village. On rentre dans Cala Coves au 032° sur 0,15 M (moins de trois minute à 3 kt) jusqu’à arriver au carrefour des deux branches. Arrivée à 12h12. On mouille dans les parages par 3 à 5 m avec orin (fonds surtout rocheux) en portant une aussière à terre ou sur les perches en place (faire une reconnaissance en annexe, car il y a des rochers au bord). En comptant large, les manœuvres devraient être finies à 13h. Pour Graham Hutt, c’est « le plus beau et le plus impressionnant mouillage des Baléares ». Désert hors saison à l’exception de deux maisons et de quelques sources, la cala comporte une plage de sable et près de 150 grottes, dont certaines furent habitées durant la préhistoire. Possibilité d’aller visiter Cala en Porter, ses plages et ses cafés à 1 M. Dîner et nuit à bord. Total de la journée : 49,2 M.

Cales_Coves_looking_West (Stork2009)

Mercredi 28 juillet : départ 7h. Cap au 206° sur 0,36 M pour sortir largement de la cala (4 mn à 5 kt), puis cap au 126° sur 6,4 M. Au bout de 12 mn on arrive à voir au 90 le début du village de Canutells blotti dans Cala Canutells (7h26). A 8h32 on voit au 360 la cardinale sud Es Caragol au sommet d’une tour de 10 m sur le petit îlot Baja es Caragol. On oblique alors au 061° sur 2,09 M pour passer entre Minorque à bâbord et l’Isla del Aire à tribord. On laisse au 180 la côte est de cette île à 8h59.

Port Mahon (Auteur Paucabot)On prend alors au 028° sur 1,86 M jusqu’à voir au 270 la fin du village de Santa Alga et Cala Rafalet (9h21). On oblique au 354° sur 1,59 M pour être dans le 092 de la première bouée rouge du chenal de Port Mahon (sensiblement alignement de la bouée rouge et du phare de la Punta de Sant Carles, 9h39). On prend alors au 308° sur 0,32 M (6 minutes) jusqu’à voir au 090 la bouée verte d’entrée du chenal (Laja de Fuera, 9h45). 10 mn pour affaler. On oblique alors à trois nœuds au 324° sur 1,13 M jusqu’à voir au 360 la tourelle rouge d’Es Castell (troisième marque rouge en comptant celle d’entrée) et au 90 la tourelle rouge Panta de Villacarlos (22 minutes à 3 kt, 10h17). On oblique alors au 277° sur 0,40 M jusqu’à voir au 360 la colonne sur un récif à l’ouest de Isla del Rey (8mn, 10h25). Virer au 315° sur 0,59 M jusqu’à voir au 180 la tourelle rouge de Punta de Cala Figuera (10h36). On prend alors au 270° sur 0,31 M ; cela nous fait passer sous la grande île sans nom dans le chenal, avec sa tourelle verte à sa pointe sud, et voir au 360 la tourelle verte qui marque son extrémité ouest (6 mn, 10h42). Un dernier bord au 287° sur 0,57 M nous fait laisser à tribord les pannes de la base navale, et arriver au fond du fjord en ayant vu défiler à bâbord l’ensemble de Port Mahon (10h53). Demi-tour, on rebrousse chemin au 109° sur 0,57 M pour revenir sous la tourelle verte à l’ouest de la grande île sans nom à l’est des pontons de la base navale (11 minutes, 11h04). On reprend au 090° sur 0,24M pour revenir en 4 mn devant l’entrée de Marina Estrella (on est dans le 180 du plus à l’est des deux pontons flottants (11h08, 17 M depuis Cala Covas). A 11h15 on devrait être amarrés. On prend deux heures pour avitailler et visiter cette ville empreinte de l’occupation britannique au XVIIIe siècle : église Santa Maria et ses superbes orgues, musée Casa Mercadel, etc.

L'Illustration_1862_gravure_Port_et_ville_de_Mahon (L'Illustration, Journal Universel, janvier 1662 p 43, scan Havang(nl)

A 13h25 on est sortis de la marina Estrella. 3 minutes au 097° nous amènent dans le 180 de la Punta de cala Rata, en rive droite de Cala Rata, et au 90 de la tour rouge de Punta de Cala Figuera. De là on plonge au 134° sur 0,44 M jusqu’à voir au 360 la colonne jaune dans l’eau à l’est de l’île de Rey, et au 090 la colonne verte au sud de l’Isla del Rey (8 minutes, 13h36).

Illa_de_la_Quarantena (Carles Garcia-Roca)On continue au 112° sur 0,44M en visant la tourelle verte au sud d’Isla Quarantena, jusqu’à voir au 180 la colonne rouge qui nous a déjà servi d’amer (à la même latitude que le verte au sud d’Isla Quarantena, 8 mn, 13h44). On descend ensuite au 142° sur 1,15 M pour voir à 14h07 la bouée verte de sortie du chenal au 045°. On reprend notre vitesse de croisière de 5 kt, on sort les voiles (10 mn) et on prend le cap 090° sur 0,30 M (3 minutes). Du sud de Punta Nega James (14h20) on prend au 057° sur 1,06 M (12 minutes) pour voir au 270 la Punta Sant Espero, point le plus à l’est de Minorque et des Baléares, vers 14h32. De là on prend au 344° sur 7,6 M jusqu’à voir au 270 le phare de la pointe de Cabo Favaritx (16h03). On prend alors au 305° sur 7,4 M jusqu’à voir au 270 la Punta des Murte (17h31). De ce point on prend au 277° sur 0,79 M pour déborder largement cette pointe. Lorsqu’on voit au 180 la Punta des Murte (17h40), on tire au 243° sur 0,5 M jusqu’à voir au 185 le cap de Santa Pared (17h46). De là, on prend au 147° sur 0,36 M pour arriver à l’est du phare de Santa Pared (4 minutes, 17h50). De là, viser l’alignement des tours sur l’Isla Sargantana (178,5) ou prendre carrément le 180° en visant l’île. On mouille quand on est par 8 m de fond (17h58), ou bien on choisit de se rapprocher un peu du village en allant vers l’ouest et on mouille par 5 m de fond (vase molle et herbes). Attention aux casiers à langoustes au sud du port. Des corps morts sont disponibles au SW de juin à septembre, réservables sur internet. On peut aller prendre l’apéritif au village avec l’annexe, voire y dîner pour ceux qui le souhaitent (spécialités de langoustes, servies avec de la mahonesa, ou en caldera de langosta – un gratin de langoustes. Nuit à bord. Total de la journée : 38 M.

Jeudi 29 juillet : réveil à 7h, petit déjeuner rapide à bord, visite de Fornells et du fort. Départ à 10h. Cap au 360 jusqu’à voir au 270 le phare du cap Santa Pared (0,66 M environ, 25 mn à 3 kt). Cap au 330° sur 0,35 M jusqu’à voir ce même phare au 180 (4 mn à 5 kt, 10h29). On prend alors au 313° sur 2,46 M pour contourner le cap Caballeria.

Cavalleria (David Font Mampel) Ciutadella_de_Menorca_(29_de_julio_de_2014)_33 (Menorquino)Quand on voit la tour blanche du phare du Cap Caballeria au 180 (10h58), on prend au 270° sur 0,93 M jusqu’à voir au 180 l’extrémité ouest d’Isola Nitige O Porros. On prend alors au 262° sur 11,6 M pour longer toute la côte nord de Minorque jusqu’au Cabo Nati. Lorsqu’on voit le phare blanc de ce dernier au 180 (vers 13h17), on oblique au 214° sur 4,02 M jusqu’à voir au 90 la Torre del Ram, un peu à l’intérieur des terres et peu après avoir passé le Cabo Bajoli qui marque l’extrémité ouest de Minorque (14h05). On prend alors au 147° sur 1,43 M (17 mn) jusqu’à voir le Cabo Bajoli au 360 (14h22). On prend alors le cap 090° sur 1,49 M jusqu’à voir au 360 le phare blanc et noir de Punta Ciudadela (17 mn, 14h39). On baisse les voiles (10 mn), et on prend au 030° sur 0,23 M pour arriver dans le 270 du phare Punta Ciudadela Ent S Side (2 mn). On réduit la vitesse à 3 kt, et on oblique au 054° sur 0,12 M (2 mn) pour voir le feu vert de Punta Ciudadela S Shore au 90. On prend alors au 065° sur 0,38M pour laisser à bâbord le port commercial et arriver non loin du premier pont qui barre l’accès à la ville. Arrivée vers 15h. Visite de Ciutadella (superbe vieille ville, palais  cathédrale du XIVe siècle, échoppes d’artisans, multiples sites et monuments), avitaillement, soirée au port. Total de la journée : 24 M. 

Pollença, dans le port, 14 avril 2013Vendredi 30 juillet : départ à 7h. Cap 244° à 3kt sur 0,38 M jusqu’à voir au 090 le phare Punta Ciudadela S Shore (le second en partant du fond du port de Mahon, 7 mn). De là on prend au 235° sur 0,12 M jusqu’à voir au 270 phare Punta Ciudadela Ent S Side (2 mn). De là, on prend au 219° à 5 kt sur 0,24 M (2 mn). A 7h11 on voit au 360 le phare blanc et noir de Punta Ciudadela. On prend alors au 260° sur 29,5 M. 10 minutes pour hisser les voiles. A 13h17 on voit au 180 le phare (éteint) de Cabo des Pinar, à l’entrée sud de Bahia de Pollença. On oblique au 253° sur 3,99 M, et à 14h04 on est au sud de la tour de Punta de la Avancada. 1,36 M au 291° nous mènent à l’entrée du port de Pollença. 10 minutes pour les manœuvres de voile. Arrivée au port à 14h30. On prend  une franchise de 2h pour visiter (la ville est un peu à l’intérieur des terres par rapport au port, avec des beaux magasins) – randonnées dans les collines au-dessus du port avec jolies vues, une belle pour ceux qui le souhaitent en direction de Cala Vall de Boca) puis on repart si la météo le permet pour un très joli mouillage en rive gauche de la baie, un peu plus loin que la Punta de la Avancada (on a le choix entre Cala de Engossaubas ouverte au sud, et El Calo - la plus proche mais pas forcément la plus belle). Mouillage vers 16h50 ou 17h40 selon la cala choisie. Baignade, dîner et nuit au mouillage. Total de la journée : 35 M (de Ciudadella au port de Pollença).

Cabo de Pinar 14 novembre 2013

Samedi 31 juillet : départ à 7h. Si on a passé la nuit au port, cap au 105° à 5 kt sur 1,31 M depuis la sortie du port de Pollença. Dix minutes pour établir les voiles. A 7h25 on passe au sud de la Punta de la Avancada. On oblique au 058° sur 5,7 M jusqu’à voir au 360 la pointe est du Cabo de Formentor (8h33). On prend alors au 029° sur 1,8 M pour déborder largement le cap Formentor, jusqu’à voir au 270 l’extrémité nord de Majorque (8h47). On vire ici au 298° sur 0,90 M (10mn) jusqu’à voir le phare du Cabo de Formentor au 180 (8h57). 

Cap Formentor, les falaises, 14 novembre 2013

Majorque, après le cap Formentor, 14 avril 2013

Soller3 (Antoni Sureda)On prend ensuite au 270° sur 1,50 M jusqu’à voir au 180 l’extrémité nord-est du Cabo de Catalunya (10h15). De là, on suit le cap 258° sur 10,8 M pour arriver à 11h24 au nord de Punta Beca. On infléchit alors la route au 243° pour suivre la côte à bâbord sur 9,5 M jusqu’à un point où on voit au 180 la tour du Morro de Forat et au 90 la côte nord du Morro de Santa Vaca.

Cala_Tuent_13 (Olaf Tausch)A 13h18 on prend au 228° sur 4,91 M pour arriver à 14h16 dans le 360 du phare de Punta de Santa Creu. Dix minutes pour affaler. De là on tire au 191° sur 0,56 M jusqu’à voir au 109 le phare de Punta de Santa Creu et au 90 la côte nord du cap Es Pages (6 minutes, 14h32. On repère alors dans le cap 126° l’alignement de deux tours blanches. On suit ce cap sur 0,46 M jusqu’à la ligne de sonde des 5 m (5 mn). 0,16M au 005° mènent à l’entrée du port de Soller (2 mn). Arrivée au port de Soller à 14h39. La baie est magnifique, les quais splendides et l’arrière-pays est très sauvage. La vieille ville construite à l’intérieur des terres est reliée au port par un ancien  tramway qui vaut la peine d’être emprunté. Total de la journée : 37 M. Changement d'équipage à 15h30, avitaillement entre 16h et 18h, safety brief, dîner à bord pour les participants de la seconde semaine.

 

Mahon-Hafen, Port de Mahon aujourd'hui (Henning Schröder)

La déesse carthaginoise Tanit, Ibiza (Nanosanchez)

Photos (auteurs/authors) : Palma_Kahedrale_fertig (Martin Sell on de.wikipedia) ; De Mallorca à Minorca et retour tracé sur OpenCPN ; De Mallorca à Ibiza et retour tracé sur OpenCPN ; Location_map_palma_large (OpenStreetMap contributors) ; Beneteau 50 ; Les falaises et le phare de Punta Llobera 111113.2 (Philippe Bensimon) ; Punta Llobera 111113 (Philippe Bensimon) ; La Tour de Cala Pi 111113 (Philippe Bensimon) ; Castillo_de_Cabrera (Fidex2020) ; Coucher de soleil au nord de Freu de Cabrera 111113 (Philippe Bensimon) ; Porto Colom 4 121113 (Philippe Bensimon) ; La baie très protégée de Porto Colom 121113 (Philippe Bensimon) ; Le phare qui protège l'entrée de Porto Colom 121113 (Philippe Bensimon) ; Porto Colom les garages à bateaux 121113 (Philippe Bensimon) ; Porto Colom, le bar Club Nautic 121113 (Philippe Bensimon) ; Porto Colom 121113 2 (Philippe Bensimon) ; Porto Colom 121113 (Philippe Bensimon) ; Cales_Coves (ZenTrowel) ; Cales_Coves_looking_West (Stork2009) : Port Mahon (Paucabot) ; L'Illustration 1862 gravure Port et ville de Mahon (L'Illustration, Journal Universel, janvier 1662 p 43, scan Havang(nl) ; Illa_de_la_Quarantena (Carles Garcia-Roca) ; Le phare de Cavalleria (David Font Mampel) ; Ciutadella_de_Menorca_(29_de_julio_de_2014)_33 (Menorquino) ; Pollença, dans le port, 14 avril 2013 (Philippe Bensimon) ; Cabo de Pinar 14 novembre 2013 (Philippe Bensimon) ; Cap Formentor, les falaises, 14 novembre 2013 (Philippe Bensimon) ; Majorque, après le cap Formentor, 14 avril 2013 (Philippe Bensimon) ; Sollers et au fond Puerto de Sollers (Antoni Sureda) ; Cala Tuent à côté du Morro de Forat ; NaForadada (Antoni Sureda) ; Mahon-Hafen, Port de Mahon aujourd'hui (Henning Schröder) ; La déesse carthaginoise Tanit, Ibiza (Nanosanchez) ; Palma_de_Mallorca (SuCapitanidad, Lothar Velling, Disenyador gràfic, Espanya).

Palma_de_Mallorca (SuCapitanidad, Lothar Velling, Disenyador gràfic, Espanya)


07 février 2021

Rupture d'un glacier de l'Himalaya : une vallée dévastée - Rupture of a Himalayan glacier: a devastated valley

River Alaknanda near Badrikashram (auteur author Raji

Confluence of the Dhauliganga (right) with the Alaknanda (left) at Vishnuprayag (auteur author Fowler&fowler 1er février 2011)

Sur un autre continent, en Inde, c'est la rupture d'un glacier de l’Himalaya qui a provoqué une crue gigantesque et la rupture d'un barrage, et va faire la une de vos journaux de demain. Le glacier Nanda Devi s'est détaché de sa base ce matin, tôt dans la matinée, causant au moins sept morts et cent cinquante personnes disparues dans l'Uttarakhand, un Etat du nord de l'Inde aux frontières du Népal et du Tibet, notamment parmi les cinquante employés du barrage qui a cédé sous l'impact et de la centrale électrique de Tapovan toute proche. La glace, les rochers et la boue sont tombés dans la rivière Dhauliganga, dont les eaux en furie ont dévasté la vallée de la Dhauliganga puis celle de l'Alakananda dans laquelle elles se jettent (l'Alakananda est l'une des deux principales sources du Gange avec la rivière Baghirathi). L'ancienne ministre des Eaux de l'Inde Uma Bharti avait déjà alerté son gouvernement sur les dangers des constructions hydroélectriques. En 2013, dans ce même Etat, des inondations avaient déjà tué 6.000 personnes. La chaîne France 24 (service public français) n'hésite pas à quelques heures de la catastrophe à établir un lien entre celle-ci et le réchauffement climatique.

Dhauliganga_Groundlevel_View (auteur author Fowler&fowler, 1er février 20121)

On another continent, in India, it is the rupture of a Himalayan glacier that caused a gigantic flood and the rupture of a dam, and will make the front pages of your newspapers tomorrow. The Nanda Devi glacier broke away from its base this morning, early in the morning, causing at least seven deaths and one hundred and fifty people missing in Uttarakhand, a state in northern India on the borders of Nepal and Tibet, especially among the fifty employees of the dam which gave way under the impact and of the nearby Tapovan power station. Ice, rocks and mud fell into the Dhauliganga River, whose raging waters devastated the Dhauliganga valley and then the Alakananda valley into which they flow (Alakananda is one of the two main sources of the Ganges). Former Indian Minister of Water Uma Bharti had already alerted his government to the dangers of hydroelectric constructions. In 2013, in the same state, floods had already killed 6,000 people. The France 24 channel (French public service) did not hesitate a few hours before the disaster to establish a link between it and global warming.

La jonction à Devprayag de l'Aklananda (venant depuis la droite) et de la Bhaghirathi (venant depuis la gauche)

Photos : River Alaknanda near Badrikashram (auteur/author : Raji.srinivas, 27 septembre 2009) ; Confluence of the Dhauliganga (right) with the Alaknanda (left) at Vishnuprayag (auteur/author : Fowler&fowler  1er février 2011) ; Dhauliganga_Groundlevel_View (auteur/author : Fowler&fowler, 1er février 20121) ; La jonction à Devprayag de l'Aklananda (venant depuis la droite) et de la Bhaghirathi (venant depuis la gauche) (autheur/author : Amitmogha, date inconnue).

Posté par Ph Bensimon à 18:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Réchauffement climatique : La fonte des neiges est déjà là et le Rhin déborde - Global warming: snowmelt is already here

La_Réole_inondée_01 (auteur author Remiii, 26 janvier 2009, 17h30)

Janvier 2021 : les crues provoquées par les fortes pluies se multiplient : dans la treentaine de départements en vigilance orange, de nombreux quartiers ont les pieds dans l'eau (source : L'Express, 23 janvier 2021). Avec une hauteur de 6,10 mètres, la Seine atteint un niveau inégalé depuis trente ans. A Ornans dans le Doubs (patrie du peintre Gustave Courbet) la Loue a débordé, inondant le rez-de-chaussée de la mairie, des maisons et des commerces.

Depuis, de nombreuses rivières et affluents ont débordé, à commencer par le Rhin, la Garonne, etc. Le niveau de l'eau dans la Charente atteint aujourd'hui 6 mètres (source : JT A2 13h, 7 février 2021).

La tempête Justine n'a pas arrangé les choses. Le dimanche 31 janvier, le littoral landais a été fortement secoué avec des rafales de vent à 110 km/h, un coefficient de marée de plus de 90 et des creux de plus de 6 mètres dans l'océan. L'estacade de la cité balnéaire de Capbreton, construite sous Napoléon III, n'y a pas résisté.

Dans des villages construits en zone inondable, des habitants disent : « avant, on avait une inondation tous les quinze ans, maintenant, c'est tous les quatre ans ». Dans ces conditions, la vie ne devient plus vivable, et l'exode devient inéluctable. Les crues devraient atteindre un pic aux alentours de midi ce lundi 8 février, et on parle déjà de déplacer 7.000 personnes.

Invité de Franceinfo jeudi 4 février, le maire de La Réole (Gironde), Bruno Marty, explique que sa commune, où l'on se déplace désormais en barque, « ressemble à un océan, j'ai l'impression d'être devant l'Atlantique, avec 2 300 hectares d'eau sur l'ensemble de la plaine. C'est un paysage certes magnifique, mais terrifiant ». « On se retrouve effectivement sur une situation comme en 1981, où l'eau était restée quasi trois semaines. ». Deux à trois semaines, c'est sans doute le temps qu'il faudra cette année encore à cette commune pour retrouver une vie normale. Les 35 pompiers sur place étant trop pris par les évacuations, ce sont des pêcheurs et des élus qui ont été sollicités pour effectuer en barque le ravitaillement des maisons.

Passerelle_des_Deux_Rives, vue aérienne du jardin, depuis Kehl (auteur author --Rollerbär 24 mai 2006)

Ce vendredi 5 janvier à 15h30, c'est Info trafic Bas-Rhin qui alertait : « Le Rhin est lui aussi en crue, il déborde actuellement du côté du Jardin des Deux-Rives à Kehl ». En cause : le Rhin est gorgé par la fonte des neiges dans ses affluents (L'Express, 23 janvier, information confirmée par JT A2 20h30, 5 février 2021). 

Une fois de plus, c'est le moment de rappeler que le froid est notre allié. Il est totalement anormal que la fonte des neiges atteigne un tel niveau alors que nous ne sommes que dans la première semaine de février. Si le phénomène n'était que météorologique (entendez : ponctuel), cela ne serait pas trop grave. Mais les hivers doux se succèdent, et remettent en cause de façon pérenne notre mode de vie, nos lieux d'habitation, notre approvisionnement d'eau douce, notre sécurité. Le froid est nécessaire en hiver pour permettre à la neige et à la glace de stocker l'eau et d'éviter le débordement des rivières, nécessaire aussi pour créer les réserves d'eau dont nous aurons besoin pour faire face à la saison sèche, arroser nos cultures et maintenir notre transport fluvial. Nous avons besoin de nos glaciers, et nous sommes en train de les perdre : la moitié de leur surface a déjà disparu en France depuis 1850 (source : Le Monde, 1er février 2021).

_____________________

January 2021: floods caused by heavy rains are increasing: in the thirty or so departments in orange vigilance, many neighborhoods have their feet in the water (source: L'Express, January 23, 2021). With a height of 6.10 meters, the Seine reaches a level unmatched for thirty years. In Ornans in the Doubs (homeland of the painter Gustave Courbet) the Loue overflowed, flooding the ground floor of the town hall, houses and shops. Since then, many rivers and tributaries have overflowed, starting with the Rhine, the Garonne, etc. The water level in the Charente today reaches 6 meters (source: JT A2 1 p.m., February 7, 2021). The storm Justine did not help matters. On Sunday January 31, the Landes coast was strongly shaken with wind gusts of 110 km / h, a tidal coefficient of over 90 and troughs of over 6 meters in the ocean. The pier of the seaside town of Capbreton, built under Napoleon III, did not resist. In villages built in flood zones, residents say: “before, we had a flood every fifteen years, now it's every four years”. Under these conditions, life no longer becomes livable, and the exodus becomes inevitable. Floods are expected to peak around noon this Monday, February 8, and there is already talk of displacing 7,000 people. Guest of Franceinfo on Thursday 4 February, the mayor of La Réole (Gironde), Bruno Marty, explains that his town, where people now travel by boat, "looks like an ocean, I have the impression of being in front of the Atlantic, with 2,300 hectares of water over the entire plain. It is certainly a magnificent landscape, but terrifying ”. “We are indeed in a situation like in 1981, where the water had remained for almost three weeks. ". Two to three weeks is probably the time it will take this year for this town to return to normal life. The 35 firefighters on the spot being too busy with the evacuations, it is fishermen and elected officials who have been asked to carry out the supply of the houses by boat. This Friday January 5 at 3:30 pm, Info trafic Bas-Rhin warned: "The Rhine is also in flood, it is currently overflowing near the Jardin des Deux-Rives in Kehl". In question: the Rhine is gorged by the snowmelt in its tributaries (L'Express, January 23, JT A2 8:30 p.m., February 5, 2021). Once again, it's time to remember that the cold is our ally. It is totally abnormal for the snowmelt to reach such a level when we are only in the first week of February. If the phenomenon were only meteorological (hear: punctual), it would not be too serious. But the mild winters follow one another, and permanently call into question our way of life, our places of residence, our supply of fresh water, our security. Cold is necessary in winter to allow snow and ice to store water and prevent rivers from overflowing, also necessary to create the water reserves that we will need to face the dry season, water our crops and maintain our river transport. We need our glaciers, and we are losing them: half of their surface has already disappeared in France since 1850 (source: Le Monde, February 1, 2021).

Photos : La_Réole_inondée_01 (auteur/author : Remiii, 26 janvier 2009, 17h30) ; Passerelle_des_Deux_Rives, vue aérienne du jardin, depuis Kehl (auteur/author : --Rollerbär 24 mai 2006).

Expédition Tour des deux Amériques, petit déjeuner suite à l’AGO du samedi 30 janvier 2021 - T2A expeditions breakfast

Petit déjeuner le dimanche, suite à l’AGO du samedi 30 janvier 2021

L'assemblée généale ordinaire de l'association Tour des deux Amériques solidaire en voilier s'est tenue le samedi 30 janvier 2021 à Cousance. Repoussée au maximum légal du fait de la pandémie de covid-19 (six mois après la clôture de l'exercice 2019-2020), elle a été suivie d'une soirée autour d'un risootto aux champignons. Vu l'heure tardive de fin de l'assemblée (21h), les participants ont été en partie hébergés, et se sont retrouvés le lendemain matin autour d'un petit déjeuner.

 ____________

The ordinary general meeting of the Tour des deux Amériques solidaire en sailboat association was held on Saturday, January 30, 2021 in Cousance. Pushed back to the legal maximum due to the covid-19 pandemic (six months after the end of the 2019-2020 fiscal year), it was followed by an evening around a mushroom risootto. Given the late hour of the end of the assembly (9 p.m.), the participants were partially accommodated, and met the next morning around a breakfast.

Photo : Petit déjeuner le dimanche, suite à l’AGO du samedi 30 janvier 2021 (auteur/author : Philippe Bensimon)

05 février 2021

La France a gagné en janvier 151.000 km2 de territoires sous-marins - France won 151,000 km of submarine territory

Île_Saint-Paul, relief côtier (auteur author B

Le secrétariat général à la Mer auprès du Premier ministre a annoncé mercredi à l'AFP qu'il détenait des Nations Unies l'autorisation d'étendre le domaine maritime français au large de La Réunion, de 58.121 km2, et au large des îles de Saint-Paul et Amsterdam, dans les TAAF, de 93.202 km2, soit au total l'équivalent de plus d'un quart de la superficie de l'Hexagone. Deux décrets ont été publiés dans ce sens en janvier au Journal officiel. La commission des Limites du plateau continental, organe spécialisé de l'ONU, avait déjà annoncé en juin 2020 qu'elle autorisait la France à étendre son plateau continental dans ces secteurs de l'Océan indien.

Le SG Mer a déclaré ce mercredi 3 février 2021 : cela "fait rentrer dans le droit français l'extension du plateau continental au large des îles Saint-Paul et Amsterdam (TAAF), et de la Réunion". Une phrase à prendre au pied de la lettre : seul le sol et le sous-sol des nouvelles zones rentrent dans le droit français, la colonne d'eau les surplombant restant dans le domaine international. En d'autres termes, pas question d'en faire des Aires marines protégées (AMP). Il s'agit simplement d'un droit accordé à la France d'exploiter et de détruire ces fonds marins à sa convenance - ou pas : l'article 76 de la convention des nations Unies sur le droit de la mer, signée à Montego Bay en 1982 après vingt ans de palabres, donne aux pays côtiers dans ces zones le droit d'étendre le plateau continental sous leur juridiction de 200 milles à 350 milles des côtes, et d'explorer et d'exploiter librement les ressources naturelles du sol et du sous-sol (hydrocarbures, minéraux, métaux et ressources biologiques). 

En juin 2020, le SG Mer s'était voulu rassurant, disant : "L'exploitation de ces espaces sous-marins n'est pas à l'ordre du jour." Cela "permet à la France de préserver ses droits pour l'avenir dans de vastes espaces sous-marins, ce qui implique la possibilité d'assurer leur protection si l'exploitation n'est pas souhaitée". C'est dans cette dernière réserve que le bât blesse : "si l'exploitation n'est pas souhaitée". Il suffit qu'on y trouve d'immenses richesses pour que l'exploitation soit souhaitée et que ces fonds grands comme le quart de la France soient détruits à jamais. En effet nulle part dans cette déclaration du SG Mer ne figure l'intention de préserver ces fonds marins.

Le plateau continental de la France est ainsi porté à une surface de 730.000 km2, qui s'ajoutent aux 10,2 millions de km2 d'eaux sous souveraineté (eaux intérieures et mer territoriale) ou sous juridiction (ZEE, zone économique exclusive incluant la colonne d'eau). La France espère pouvoir continuer dans le futur à étendre de cette manière son plateau continental de 500.000 km2 supplémentaires, notamment autour du sud-est de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française, de Wallis et Futuna, de Saint-Pierre-et-Miquelon, et de l'archipel de Crozet.

Contrairement aux ZEE, ces nouvelles zones qui n'incluent pas la colonne d'eau ne sont pas prises en compte dans le classement des domaines maritimes mondiaux, où la France reste en deuxième position après les USA avec 10,2 millions de km2. D'après la ministère de la mer, ce chiffre "ne devrait plus augmenter" (source : France info https://la1ere.francetvinfo.fr/grace-a-la-reunion-et-aux-iles-saint-paul-et-amsterdam-la-france-etend-son-domaine-sous-marin-923215.html). 

Pour mémoire, rappelons que la France métropolitaine ne contribue que peu au domaine maritime français (334.604 km2) : l'essentiel de celui-ci provient des territoires ultra-marins.

Saint-Paul et Amsterdam carteThe General Secretariat for the Sea to the Prime Minister announced to AFP on Wednesday that it had authorization from the United Nations to extend the French maritime domain off Reunion Island, by 58,121 km2, and off the islands of Saint-Paul and Amsterdam, in the TAAF, of 93,202 km2, or in total the equivalent of more than a quarter of the surface of the Hexagon. Two decrees were published in this direction in January in the Official Journal. The Commission on the Limits of the Continental Shelf, a specialized body of the United Nations, had already announced in June 2020 that it authorized France to extend its continental shelf in these sectors of the Indian Ocean. SG Mer declared this Wednesday, February 3, 2021: this "brings into French law the extension of the continental shelf off the islands of Saint-Paul and Amsterdam (TAAF), and Reunion". A sentence to be taken at face value: only the soil and the subsoil of the new zones come under French law, the water column above them remaining in the international domain. In other words, there is no question of making them Marine Protected Areas (MPAs). It is simply a right granted to France to exploit and destroy these seabed at its convenience - or not: Article 76 of the United Nations Convention on the Law of the Sea, signed in Montego Bay in 1982 after twenty years of palaver, gives the coastal countries in these areas the right to extend the continental shelf under their jurisdiction from 200 miles to 350 miles from the coast, and to explore and freely exploit the natural resources of the soil and of the subsoil (hydrocarbons, minerals, metals and biological resources). In June 2020, SG Mer wanted to be reassuring, saying: "The exploitation of these underwater spaces is not on the agenda." This "allows France to preserve its rights for the future in vast underwater spaces, which implies the possibility of ensuring their protection if exploitation is not desired". It is in this last reserve that the shoe pinches: "if the exploitation is not desired". It suffices that immense wealth be found there for exploitation to be desired and for these funds, as large as a quarter of France, to be destroyed forever. In fact nowhere in this statement by SG Mer does the intention to preserve these sea beds appear. The continental shelf of France is thus increased to an area of ​​730,000 km2, which is added to the 10.2 million km2 of water under sovereignty (internal waters and territorial sea) or under jurisdiction (EEZ, exclusive economic zone including the water column). France hopes to be able to continue in this way to extend its continental shelf by an additional 500,000 km2, in particular around the south-east of New Caledonia and French Polynesia, Wallis and Futuna, Saint-Pierre-et-Miquelon, France. archipelago of Crozet. Unlike the EEZs, these new areas which do not include the water column are not taken into account in the classification of world maritime areas, where France remains in second position after the USA with 10.2 million km2. According to the Ministry of the Sea, this figure "should no longer increase" (source: France info https://la1ere.francetvinfo.fr/grace-a-la-reunion-et-aux-iles-saint-paul- and-amsterdam-la-france-etend-son-domaine-sous-marin-923215.html). As a reminder, let us recall that metropolitan France contributes only little to the French maritime domain (334,604 km2): most of it comes from overseas territories.

Photos : Île_Saint-Paul, relief côtier (auteur/author B.navez 27 novembre 1999) ; Saint-Paul_and_Amsterdam_Islands_map-fr (auteur/author Sémhur / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0, or Free Art License).

27 janvier 2021

Woofing pour le climat et l'océan - début des opérations - Woofing for climate and ocean

Woofing pour le climat 26 janvier 2021

Woofing pour le climat - Le siège de l'expédition Tour des deux Amériques accueille en ce moment et ce jusqu'à vendredi Deborah et Timothée, deux bénévoles qui viennent pour quelques jours s'investir dans l'expédition Tour des deux Amériques et s'immerger dans les problématiques de la biodiversité marine et du climat.

C"est le début de ces opérations de woofing d'un nouveau type : l'expédition accueille et fournit le gîte et le couvert à Cousance (Jura). Les deux bénévoles s'investissent actuellement dans la recherche du futur bateau de l'expédition, les prochaines opérations de communication, les contacts avec les universités des premiers pays qui seront abordés par l'expédition (Maroc, Canaries, Cap-Vert, Brésil), etc.

Si vous souhaitez donner un peu de votre temps pour la lutte pour la sauvegade de la biodiversité marine et la lutte contre le réchauffement climatique et ses effets désastreux, vous êtes les bienvenus. Contact : Expédition Tour des deux Amériques, +33 (0)6 81 34 65 31.

____________________

Woofing for the climate - The headquarters of the Tour of the Two Americas expedition is currently welcoming Deborah and Timothée, two volunteers who come for a few days to invest in the Tour of the Two Americas expedition and immerse yourself in the issues of marine biodiversity and climate. This is the start of these new type of woofing operations: the expedition welcomes and provides board and lodging in Cousance (Jura). The two volunteers are currently investing in the search for the future ship of the expedition, the next communication operations, the contacts with the universities of the first countries which will be approached by the expedition (Morocco, Canary Islands, Cape Verde, Brazil), etc. If you would like to give some of your time to the fight to save marine biodiversity and the fight against global warming and its disastrous effects, you are welcome. Contact: T2A Expedition, +33 (0) 6 81 34 65 31.