Tour des deux Amériques sur un voilier

17 mars 2019

Climat : 350.000 personnes demandent au gouvernement français d'agir - Climate: 350,000 people ask the French government to act

Glacier Franz Joseph le glacier fond (Nouvelle Zélande, Michèle Barbieri mars 2019)

La Marche du siècle destinée à obliger le gouvernement à sortir de son inaction climatique a réuni ce samedi 16 mars environ 350.000 personnes en France : un succès. 220 évènements, 30.000 personnes rien qu'à Lyon, la ville la plus active en province. A Paris, on annonçait 35.000 manifestants hier vers 17h ; le journal de FR3 de cette nuit annonçait à 0h18 "45.000 manifestants selon un sondage indépendant, quatre fois plus selon les organisateurs". Des manifestants qui parlaient de "non-assistance à planète en danger".

J'ai reçu aujourd'hui la photo ci-dessus, envoyée par Michèle Barbieri - membre de l'expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier - qui est actuellement en Nouvelle-Zélande. Il s'agit d'une photo prise ces jours-ci du glacier Franz Joseph, dont la diminution en quelques années est impressionnante. La photo de ce même glacier qui figure au bas de cet article a été prise en 2001.

The March of the century to force the government out of its climate inaction met this Saturday, March 16 about 350,000 people in France: a success. 22O events, 30,000 people in Lyon alone, the most active city in the province. In Paris, 35,000 protesters were announced around 5 pm; the FR3 newspaper of this night announced at 0:18 "45,000 demonstrators according to an independent survey, four times more according to the organizers". Protesters who spoke of "non-assistance to planet in danger". I received today the photo above. Michele Barbieri sent us from New Zealand where she is currently taking a photo taken these days of the Franz Joseph Glacier, whose decrease in a few years is impressive. The photo of this same glacier at the bottom of this article was taken in 2001.

Franz_Josef_glacier (2001)Photos : Le glacier Franz Joseph en mars 2019 (collection Michèle Barbieri) ; Le glacier Franz Joseph en 2001 (auteur/author : en:user:dramatic).


16 mars 2019

Marche du siècle : quatre raisons de se mobiliser le 16 mars - March of the century: four reasons to mobilize on March 16

Les jours se suivent... et se ressemblent. Hier c'était la grève des étudiants en faveur du climat à l'appel de FridaysforFuture, le mouvement de la suédoise Greta Thunberg, aujourd'hui c'est la Marche du Siècle. Une centaine d'organisations ont appelé à y participer, dont Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l'Homme (FNH), Greenpeace France et Oxfam France, les quatre ONG à l'origine de la pétition "l'Affaire du Siècle". Ce sont elles qui ont déposé un recours en justice contre l'Etat français ce jeudi 14 mars, le taxant d' "inaction climatique". Le lien ci-dessous vous donne accès à l'appel de Greenpeace France. Vous y trouverez notamment le calendrier des actions à Paris, auxquelles nous conseillons bien sûr à tous ceux qui peuvent le faire de participer.

Printemps écologique et social : 4 raisons de se mobiliser le 16 mars

Nous sommes aujourd'hui des millions, prêt·es à résister, à déployer les alternatives, à demander des comptes au gouvernement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe en tête, mais aussi aux multinationales et aux banques. Il est temps de changer de système politique et économique, pour protéger l'environnement, la société et les individus.

https://www.greenpeace.fr

The days follow each other ... and are alike. Yesterday was the student climate strike at the call of FridaysforFuture, the Swedish movement Greta Thunberg, today is the March of the Century. A hundred organizations have called to participate, including Our Affair to All, the Foundation for Nature and Man (FNH), Greenpeace France and Oxfam France, the four NGOs behind the petition "l'Affaire of the century". They are the ones who filed a lawsuit against the French State this Thursday, March 14, with an accusation of "inaction" against climate warming. The link gives you access to the call of Greenpeace France. You will find in particular the calendar of actions in Paris, which we advise to all those who can do it to participate.

Greenpeace_Climate_March_2015_Madrid (auteur OsvaldoGago)

Photo : Greenpeace's activists and supporters participate in the Global Climate March, one day before the beginning of UNFCCC Climate Change Conference (COP21) in Paris. November 29th 2015, Madrid. Auteur/author : OsvaldoGago

15 mars 2019

Ecologie : quel bilan pour Emmanuel Macron ? - Ecology: what assessment for Emmanuel Macron?

Vladimir_Putin_and_Emmanuel_Macron_(2017-05-29)_06

Alors que 40.000 jeunes défilent dans Paris pour le climat cet après midi (Source : Europe 1, 15 mars 2019, 16h55), et que les quatre ONG qui accusent l'Etat français d'"inaction climatique" ont déposé hier leur recours devant le Tribunal administratif de Paris, on peut s'interroger sur la position du gouvernement français et sur la réalité des faits. La position de l'Etat français a été donnée le quinze février dernier dans une lettre de dix pages écrite par le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy. Les arguments de François de Rugy sont justes : l'inaction du gouvernement français n'est pas totale. Mais le ministre ne fait état que des points positifs et passe à la trappe les points noirs et les promesses non tenues, ainsi que le révèle l'article du journal Le Monde signé Maxime Vaudano.

Après le succès de la pétition " L'affaire du siècle ", le gouvernement verdit son bilan écologique

Le ministre de la transition écologique, François de Rugy, a publié une lettre de dix pages pour nier " l'inaction climatique " dont l'accuse la pétition " L'affaire du siècle ". François de Rugy refuse de laisser dire que l'Etat français n'agit pas pour le climat.

https://www.lemonde.fr

Dès lors, il est intéressant de faire un bilan complet de l'action du gouvernement français depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron. Le bilan le complet que nous avons trouvé est encore une fois issu du journal Le Monde, toujours sous la plume de Maxime Vaudano, cette fois-ci accompagné d'Agathe Dahyot. La dernière mise à jour de cet article date du 22 janvier 2019 : il est toujours d'actualité. Cet article de fond extrêmement bien documenté passe en revue de très nombreux points : énergie solaire, énergie éolienne, méthanisation, véhicules électriques, pesticides, transports en commun, transport aérien, etc. « Le Monde » a examiné toutes les décisions environnementales prises par le président, son gouvernement et sa majorité depuis le début du quinquennat. Le lien ci-dessous vous donne accès à cet article que nous vous conseillons vivement de lire avant de vous faire une opinion :

Ecologie : quel bilan pour Emmanuel Macron ?

Choix favorables à l'environnement nucléaire animaux pesticides voiture agriculture bio Les énergies renouvelables L'enjeu En 2018, 17 % de l'énergie consommée en France provenait des énergies renouvelables - ce qui en fait la quatrième source d'énergie primaire, après le nucléaire, les produits pétroliers et le gaz.

https://www.lemonde.fr

Photo : Emmanuel Macron lors d'une visite au président Poutine, 29 mai 2017. Auteur/author : Kremlin.ru.

Grève pour le climat dans les écoles ce vendredi 15 mars 2019 - Climate strike in schools this Friday, March 15, 2019

FridaysforFuture, le mouvement de la suédoise de 16 ans Greta Thunberg,  a lancé un appel à une grève générale en faveur du climat à l’école dans le monde entier pour ce vendredi 15 mars. L’ONG espère obtenir plus de 1 000 rassemblements dans une centaine de pays. « Nous faisons grève pour dire à nos gouvernements de faire leurs devoirs et de nous montrer des preuves ! » déclare-t-elle sur Facebook. Les preuves réclamées sont celles que les gouvernements luttent réellement contre le réchauffement climatique. Une question brûlante, alors qu’en début de semaine un journaliste au JT de 20h d’Antenne 2 s’interroge sur « la sincérité d’Emmanuel Macron » dans ce domaine, et que quatre ONG ont lancé hier des poursuites judiciaires devant le Tribunal administratif de Paris contre l’Etat français, taxé « d’inaction climatique » dans ce même domaine. La pétition « L’affaire du siècle » lancée par ces ONG a recueilli deux millions de signatures.

De son côté, Greenpeace affirme sur son site : « En France, Emmanuel Macron a tenté de se construire une image de champion du climat. Mais la communication du président français et de son gouvernement ne résiste pas à l’épreuve des faits. »

Nous-mêmes avons pu constater depuis dix-huit mois une volonté non affichée mais bien réelle du gouvernement de ne pas aller au delà de la simlple communication.

En France, le ministre de l’Éducation nationale a appelé tardivement à des débats sur le climat dans les lycées ce vendredi entre 16h et 18h dans le but évident de perturber les manifestations. Un "geste désespéré pour tenter d’étouffer les contestations", a dénoncé le collectif Youth for Climate France.

Des débats que les proviseurs auront beaucoup de mal à organiser dans leurs établissements : “En ce moment, on fait passer des bacs blancs, on termine les inscriptions sur Parcoursup (la plateforme de voeux universitaires, ndlr) et c'est aussi la période des conseils de classe. Ce n'est pas au ministre de programmer notre agenda”, raconte une proviseure lyonnaise à l’AFP (citée par France-Inter). D’autant que beaucoup d’élèves ont d’ores et déjà choisi de sécher une partie de la journée pour rejoindre les manifestations pour le climat.

Plusieurs maires de l’alliance C40 des grandes villes pour le climat, comme Paris et Milan, ont eux apporté leur soutien aux jeunes. "Ils ont le plus à perdre de l’inaction des gouvernements", a déclaré dans un communiqué le maire de Sydney Clover Moore, se disant "fier d’être solidaire" de leur "combat pour la justice".

 « Puisque nos leaders se comportent comme des enfants, nous sommes obligés d'assumer la responsabilité qu'ils auraient dû endosser il y a bien longtemps » ; « Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n'existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? » (Greta Thunberg)

« Bien sûr, il y en a qui ne nous prennent pas au sérieux, en disant qu'on est jeune et qu'on ne sait pas de quoi on parle », estime une lycéenne belge de 18 ans, interrogée par l’AFP. « Moi je leur dis que justement on s'informe, et en s'informant on a remarqué qu'on était loin de nos buts (...), qu'on est en train de foncer dans le mur », ajoute la jeune femme. France-Inter cite également une étudiante qui organise la timide mobilisation au Japon : « Les gens n'ont pas encore réalisé que la situation environnementale est tellement critique qu'elle nécessite une grève des étudiants ». 

FridaysforFuture, the movement of 16-year-old Swedish Greta Thunberg, has called for a global climate strike at school around the world this Friday, March 15th. The NGO hopes to get more than 1,000 gatherings in a hundred countries. "We are going on strike to tell our governments to do their homework and show us some evidence! She says on Facebook. The evidence demanded is that governments really fight against global warming. A burning question, while at the beginning of the week a reporter at the 20:00 newscast of Antenne 2 questions "the sincerity of Emmanuel Macron" in this area, and that four NGOs yesterday launched legal proceedings before the Tribunal Paris against the French State, taxed "inaction climate" in the same field. The petition "The business of the century" launched by these NGOs has collected two million signatures. For its part, Greenpeace says on its website: "In France, Emmanuel Macron tried to build a climate champion image. But the communication of the French president and his government does not stand the test of facts. " We ourselves have seen for eighteen months an unstated but very real desire of the government not to go beyond communication. In France, the Minister of National Education has called late for debates on the climate in high schools on Friday between 16h and 18h ​​with the obvious purpose of disrupting the demonstrations. A "desperate gesture to try to quell disputes," denounced the collective Youth for Climate France. Debates that principals will have a lot of trouble organizing in their institutions: "At this moment, we pass white bins, we finish the inscriptions on Parcoursup (the platform of academic greetings, ed) and it is also the period of class advice. It's not up to the minister to schedule our agenda, "says a Lyon principal at AFP (quoted by France-Inter). Especially since many students have already chosen to dry part of the day to join the events for the climate. Several mayors of the C40 alliance of major cities for the climate, such as Paris and Milan, have given their support to young people. "They have the most to lose from the inaction of governments," Sydney Mayor Clover Moore said in a statement, saying "proud to be in solidarity" with their "fight for justice". "Since our leaders behave like children, we are forced to assume the responsibility they should have borne long ago"; "Why should we study for a future that will not exist soon, when no one is doing anything to save it? »(Greta Thunberg) "Of course, there are some who do not take us seriously, saying that we are young and that we do not know what we are talking about," said an 18-year-old Belgian high school student, interviewed by AFP. "I tell them that we just get informed, and by inquiring we noticed that we were far from our goals (...), that we are running into the wall," says the young wife. France-Inter also quotes a student organizing the shy mobilization in Japan: "People have not yet realized that the environmental situation is so critical that it requires a student strike."

13 mars 2019

Bastien est le 80e membre navigant de l'expédition Tour des deux Amériques / The 80th sailing member of T2A expedition

20170602_093747Bastien Couvreux est le quatre-vingtième membre de l'équipe navigante de l'expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier. Plongeur expérimenté (niveau 3 CMAS), il a eu l'occasion de plonger en eaux froides au début de l'hiver dans le Saint-Laurent et a ainsi découvert la plongée en combinaison étanche. Moniteur de voile légère, titulaire du Bafa, après une licence  en Administration Economie Sociale Bastien est parti passer son Bachelor en Business Administration au Canada, avant de revenir en France faire une Licence Pro Animation Gestion et Organisation des Activités de Pleine Nature. Cycliste amateur de défis, il a récemment traversé l'Europe à vélo. 

Ce sportif habitué des voyages au long cours apportera son dynamisme, sa bonne humeur, ses compétences pour les plongées, la navigation et la recherche de sponsors. Bastien, bienvenue à bord !

Bastien Couvreux is the eightieth member of the sailing team of the Tour des Deux Amériques expedition. An experienced diver (level 3 CMAS), he had the opportunity to dive in cold waters early in the winter in the St. Lawrence and thus discovered diving in dry suit. Lightweight sailing instructor, holder of Bafa, after a degree in Social Economy Administration Bastien left to pass his Bachelor in Business Administration in Canada, before returning to France to do a License Pro Animation Management and Organization of the Activities of Full Nature. A challenge cyclist, he recently crossed Europe on a bike. This athlete accustomed to long-distance trips will bring his dynamism, his good mood, his skills for diving, navigation and the search for sponsors. Bastien, welcome aboard!

20180806_175941

Photos : fournies par Bastien Couvreux.


10 mars 2019

Croisière en voilier de Trogir (Croatie) à Kotor (Montenegro) AR - 6 au 13 avril 2019 - Cruise from Trogir (Croatia) to Kotor

Trogir-panorama (pris depuis la cathédrale Saint-Laurent, 7 septembre 2006, auteur Japus)

Trogir_Katedrala_Lovre (Cathédrale Saint-Laurent, 8 juillet 2013, auteur Qypchak)

En janvier 2015 je suis allé naviguer en Croatie. L’idée était alors de partir vers le nord ; des vents contraires m’ont amené à partir vers le sud, à la découverte des îles et plus beaux sites architecturaux de la Croatie : Split et le Palais de l’empereur Dioclétien, Hvar le « Saint-Tropez de la Croatie », Korcula avec la maison natale de Marco Polo, et surtout Dubrovnik, l’ancienne Raguse, concurrente de Venise qu’on appelle aussi « la perle de l’Adriatique ». C’est dans ses murs parfaitement restaurés que se tournent les épisodes de Game of Throne se déroulant à Port-Réal. Deux ans et demi plus tard, à la Toussaint 2017, j'ai découvert les Bouches de Kotor au Montenegro en partant de Vodice, avec de très longues étapes. C’est un mix de ces deux croisières exceptionnelles que je vous propose maintenant.

Du samedi 6 avril au samedi 13 avril 2019, nous ferons une superbe croisière en voilier à la découverte des plus beaux endroits du sud de la Croatie. Nous aurons alors un D&D Kufner 50 (15 mètres) doté de tout le confort : cinq cabines doubles dont deux en couchettes superposées, trois cabinets WC/douches, grand-voile et génois sur enrouleurs, propulseur d’étrave, réfrigérateur, lecteur de CD et prise MP-3, pont en teck, etc. Nous aurons à bord 680 litres d'eau douce et 204 litres de carburant. Depuis Trogir (à une trentaine de km de l’aéroport de Split, liaison par navette) nous irons Hvar et son adorable petit port, Korcula « véritable musée en plein air » (sic Wikipedia !), Mljet et ses fjords, le Montenegro et les Bouches de Kotor (le plus grand fjord de Méditerranée) où nous passerons deux nuits, et nous reviendrons à Trogir après avoir passé une nuit à Dubrovnik, la Perle de l’Adriatique où nous verrons la grande fontaine d’Onofrio (construite par le Napolitain Onofrio della Cava, elle alimente Dubrovnik en eau douce),  la Placa, la grande artère construite sur d’anciens marais aussi appelée Stradun, le palais Sponza, la maison du Recteur, le vieux port historique, etc. 

Split, dans le Palais de Dioclétien 130217

Croisière de Trogir au Montenegro AR carte OpenCPN avec échelle

Plan de navigation :

Samedi 6 avril : arrivée à Split Airport vers 12h30. Navette vers Trogir. Arrivée à Trogir  13h15. Formalités, check-in du bateau jusqu’à 15h. Avitaillement au supermarché local. 17h30 Safety brief. Soirée à bord où au restaurant-pizzeria local.

Dimanche 7 avril : Départ à 7h. Depuis la fin du môle de Trogir (attention à la bouée rouge sans feu à l’W du château et au N du chenal), cap au 270° sur 0,37 M (4 mn à 5 kt, 7h06). On voit alors au 180 le feu vert qui marque la fin ouest du chenal de Trogir. De là, on prend au 241° sur 2,16 M (le plus direct), ou bien on commence à étalonner les compas sur l’alignement des clochers et de la bouée rouge au 065° (back transit, préférable). Pour cela, rejoindre l’alignement en tirant un coup à bâbord ; 10 mn pour hisser les voiles). On passe ainsi au Sud de la tourelle blanche Hr Celice et à l’ouest du feu qui marque l’extrémité ouest de l’île Ciovo (7h41). De ce point, on prend au 154° sur 1,42 M, jusqu’à voir au 270 la tourelle rouge sur l’îlot Hrid Balkun, et au 360 la tourelle verte sur Otocic Zaporinovac (laissée à bâbord quelques minutes auparavant). De là (7h58), cap au 090° sur 8,1 M pour longer Ciovo qu’on voit défiler à bâbord, juqu’à voir au 360 la tourelle blanche du phare marquant la pointe Est de l’île Ciovo (9h35). On prend alors au 048° sur 2,37 M jusqu’à couper la ligne des 20m (entrée de la rade de Split, on voit le feu vert de l’entrée au 090 (10h13 en ayant pris 10 mn pour rentrer les voiles). On réduit à 3 kt et on prend au 024° sur 0,35 M jusqu’à voir au 090 la seconde grande tourelle blanche qui marque la fin du port de commerce (10h20, on voit à 13 heures le Mausolée de Dioclétien, et on vient de couper la ligne des 5m depuis quelques secondes). De là on vire au 254° sur 0,25 M en visant un peu à droite de la cardinale E, jusqu’à couper à nouveau la ligne des 5m à 25m d’une petite avancée, et 80m avant la cardinale E. De là (10h25) on prend au 157° sur 0,28 M pour regagner la sortie de la rade, où on coupe à nouveau la ligne des 20m en voyant au 090 le feu vert de sortie de la rade (10h30). 

Split, le front de mer 130217 2

Split, 28 avril 2013On hisse les voiles et on reprend notre vitesse de croisière de 5 kt. Cap au 187° sur 10,3 M. En comptant 10 mn pour sortir et régler les voiles, on laisse à bâbord la pointe Rt Gomilica (au nord-est de l’île de Brac) vers 12h43. A 13h24 on passe dans le chenal Splitska Vrata entre Brac à bâbord et Solta à tribord (21m au moins profond à la sortie). Quand au voit au 270 la tourelle rouge du chenal, on oblique au 197° sur 8,5M. A 15h07 on arrive dans le 270 de Rt Pelegrin, la pointe ouest de Hvar, avec son feu Fl (3) W 10s 21m 8Nm (profondeur 77-78m). On oblique alors au 120° sur 1,16M, jusqu’à voir le phare Pelegrin au 360 (15h20). On suit dès lors le cap 107° sur 3,34M, ce qui nous amène à 16h devant le port de Hvar. 15 minutes pour affaler, entrer dans le port, et accoster en rive gauche le long de la croisette (16h15). Visite des ruelles de Hvar, thé à une terrasse, rendez-vous à 17h25 au bateau, départ à 17h35. 

Istra devant Hvar 260115

DSCN3804

A 17h38 on est sortis du port, et on voit au 090 le clocher sud de Hvar et au 180 le phare sur l’îlot Otok Galisnik. On prend au 294° sur 1,41M (16 minutes) et à 17h54 on voit au 360 l’entrée de la calanque bifide Vela Garska. 3 minutes au 360° pour rejoindre le lieu d’amarrage. On amarre le bateau au milieu sur ancre en portant une aussière à terre ou en travers de la branche E, par 9m de fond, une aussière sur chaque rive. Prévoir des grandes aussières, les vérifier et demander au besoin le samedi 6 à Trogir. Le temps de préparer l’annexe et mettre en place les aussières, à 18h45 tout devrait être bouclé et l’annexe amarrée le long du bateau. Apéritif et dîner à bord. Total de la journée : 43,6 M.

Lever du soleil sur Vela Garska 140217 5

Lever du soleil sur Vela Garska 140217 10

Lundi 8 avril : réveil à 7h, quarante minutes pour dégager les aussières et remonter l’annexe. Départ à 7h40. 0,64 M au 180° permettent de retrouver le milieu du Pakleni Kanal (61m de fond, 7h47). On prend au 113° sur 1,43 M pour arriver dans le sud de la tourelle verte sur l’îlot Galisnik (au sud du port de Hvar), et le nord de la tourelle rouge sur l’île Jerolim qui marquent le passage (8h04, une vingtaine de mètres de fond). On oblique alors au 135° sur 8,9M (passage sur 8m de fond à la sortie du chenal). Au bout de 8mn on laisse à bâbord l’îlot Opokonji et sa tourelle (8h12). Vers 9h25 on voit au 90 le feu de l’îlot Hrid Lukavci Fl R 3s 14m 5Nm. A 9h50 on passe dans le 180 de ce même feu. On est alors dans le Canale di Curzola. On oblique au 101° sur 21,41 M pour longer à distance la côte sud de l’Isla Torcoia, puis légèrement au sud d’Otok Plocica et de son phare Fl (2) W 10s 25m 10Nm (11h57). On arrive ainsi à 13h41 au sud de Punta Ozit et de son phare 9m, pointe ouest de la grande île Peljesak (19,3M sur ce bord). On continue encore 2,11 M sur le même cap, et à 14h06 on voit au 180 le feu au NE de l’Isolotto Chenesa Grande. On oblique au 109° sur 3,74 M pour arriver à proximité du quai ouest de Korcula (14h50). 10 minutes pour affaler les voiles et 10 autres pour garer le bateau le long du quai extérieur (près de l’angle sud), à 15h10 le bateau est fermé. On prend deux heures pour visiter la ville, voir la maison natale de Marco Polo, la cité haute, et faire le tour des remparts. Pot à la terrasse du bar des remparts au-dessus du quai ouest.

Korcula, l'entrée de la vieille ville fortifiée, 140217

Marco Polo devant Kublai Khan, Korcula 7 août 2013

Rendez-vous à 17h au bateau, départ à 17h10. Une minute pour déborder le feu rouge au bout du quai, et on prend au 104° sur 1,63 M pour passer au sud de la bouée de danger isolé Lucnjak (17h26), puis au nord de l’extrémité est de l’îlot Rogacic (haut-fonds de 12m, 17h30). On oblique au 124° sur 1,88 M, on renvoie les voiles (10 minutes), et à 18h02 on est par 42m de fond au nord de la pointe nord-est de l’Isolotto Bisaca. On prend alors au 131° sur 13,6 M. A 18h27 on voit au 270 le feu Fl W 6s 13m 9Nm de Rt Raznjic (Capo Speo), extrémité est de Korcula. A 20h45 on voit au 180 le Fl W 2s 11m 6Nm (86m de fond) Hr Kula sur le récif rocheux à l’entrée est du fjord de Luka Polace. On prend au 208 sur 0,29 M pour rentrer dans l’entrée du fjord (51m de fond, 3 minutes, 20h48). De là on prend au 270° sur 0,89M (9 minutes, fonds de 42m, 20h57). On oblique alors au 284° sur 0,53 M pour passer un chenal (fonds de 20m au plus étroit). A 21h03 on arrive au confluent de l’entrée ouest de Luka Polace (pas prise, car plus compliquée de nuit, fonds de 36m). On oblique au 272° sur 0,92 M dans des fonds de 27 puis 25 mètres (11 minutes, 21h14). On prend ensuite au 290° sur 0,15 M pour aller mouiller dans des fonds de 12/14mètres au nord de Luka Polace (1 mn). On trouve aussi une pointe de haut-fond de 7m qui avance vers le centre de la baie (NE du château). A l’ouest de cette pointe c’est du rocher et l’ancre risque de s’y prendre. A 21h30 le bateau devrait être à l’ancre. Dîner à bord. Total de la journée : 56,1 M.

Mardi 9 avril : Réveil à 7h. Départ à 7h20. Cap au 112° sur 0,15M (1 minute). Quand on coupe la ligne des 25m, cap au 092° sur 0,93M. On arrive alors au sud du confluent des deux entrées de Luka Polace (11 minutes, 7h32). On oblique au 104° sur 0,53 M, pour passer une étroiture dans des fonds de 20m et aboutir dans des fonds de 40m (6 minutes, 7h38). On remonte au 089° sur 0,83 M pour aboutir dans des fonds de 51m au sud de la pointe est de Kobrava (9 minutes, 7h47). On sort de la passe entre Kobrava à bâbord et Kula et son feu à tribord en prenant un cap 042° sur 0,28 M (3 minutes, 7h49). On longe ensuite la côte de Mljet dans des fonds de 80m puis 66m en tirant un bord de 11,3 M au 106°. A 9h27 on passe devant l’entrée de la baie de Sobra (village de Sobra au fond). A 10h04 on est devant l’entrée du fjord d’Okulkje, au nord du feu Rt Stoba. Dix minutes pour rentrer les voiles, et 0,62 M au 203° nous amènent dans le 090 de la tourelle verte marquant le tournant du fjord (10h21). On l’enroule en la laissant à bâbord (cap 263°), et en une minute on est devant le ponton de Maran et du Minimarket (10h22). On prend 2h15 pour faire des manœuvres d’accostage sur pendille, visiter et préparer le déjeuner. Départ à 12h37.

Okulkje 150217

Okulkje, amarrage sur pendille 150217

Cap 090° sur 0,14 M (1mn), puis 025° sur 0,63 M pour sortir d’Okulkje (7mn). A 12h50 on hisse les voiles (10 mn) et on prend au 113° sur 3,54 M. A 13h42 on passe au nord de la pointe est de Mljet, dans des fonds de 53m. De là, on prend au 119° sur 40 M. au bout de 7,8 M (15h15) on voit au 090 la tourelle blanche sur l’îlot SV Andrija ; 24,3 M plus loin on voit au 090 la tourelle blanche du phare à l’W de V Skolj (20h06, distance 2,03 M, hauteur 34m). On termine notre bord sur 7,8 M, et on arrive au sud de la tourelle rouge de Rt Ostra Fl (2) W 10s 73m 16 M qui marque l’entrée bâbord des Bouches de Kotor. On est sur la ligne des 100m (21h42). On rentre les voiles (10 mn).

Prendre alors au 048° sur 1,14 M pour arriver à l’est du feu de Rt Ostra (13 mn, 22h05). De là, prendre au 346° sur 2,21 M jusqu’à voir au 090 le feu F G 5m 2M de la pointe Rose à tribord (22h31). On prend alors au 046° sur 1,81 M, ce qui nous amène au quai du port de Zelenika, port d’entrée du Montenegro où nous passerons la nuit (22h52). L’entrée du port est marquée par un phare blanc Fl 3s 9m. Total de la journée depuis Luka Polace : 63,3 M.

H_tel_abandonn___Zelenca_311017

DSCN6437

Mercredi 10 avril ; formalités de douane en début de matinée, visite de la ville, découverte des paysages magnifiques des Bouches de Kotor. « Ce golfe immense est constitué de trois bassins, Hercegnosski Zaljev, Tivatski Zaljev et Kotorski Zaljev, entourés de haites montagnes. Celles qui entourent le bassin le plus à l’intérieur des terres, le Kotorski Zaljev sont particulièrement abruptes, s’élevant parfois à plus de 1000m. Toute cette région offre une zone de croisière abritée dans un environnement spectaculaire » (T & D Thomson). Départ à 10h, cap au 180° sur 0,67 M jusqu’à voir au 090 le château de Kumbor (8 mn, 10h08). On oblique alors au cap 113° sur 1,66 M jusqu’à voir au 360 la tourelle rouge d’entrée du port de Kumbor (10h28). On prend au 079° sur 3,29M pour parcourir le Tivatski Z, jusqu’à arriver à l’ouest de la tourelle rouge et blanche de Seljanovo (11h09). Là, obliquer au 004° sur 1,65 M jusqu’à voir au 270 le feu rouge de Kamenari (11h28). Obliquer au 029° sur 0,84 M pour passer entre les villages de Kamenari et Lepetane, et sortir par un étroit passage  dans le chenal séparant le Moriniski Zaljev (Zaljev = golfe) à l’ouest du Kotorski Zaljev à l’est, juste en face de la petite ville de Perast (11h39). De là, 0,48 M plein nord nous mènent à l’îlot Otok Gospa od Skrpjela (11h44) où nous abordons. L’église que nous allons visiter est richement décorée de peintures et de plaques votives. 150m au SE se trouve un second îlot que nous allons aussi visiter, Otok Sv Djordje, qui fut le siège de la plus importante abbaye bénédictine de la région. Je compte environ 2h30 pour visiter les deux îlots. 

Bouches de Kotor Otok Gospa od Skrpjela 31 octobre 2017

Otok Gospa od Skrpjela 31 octobre 2017

Otok Sv Djordje vu depuis Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017

Bouches_de_Kotor_311017_2

Départ à 14h14. Un premier bord au 119° sur 1,01 M nous mène à 14h26 au nord du clocher de D. Stoliv. De là nous prenons au 090° sur 1,08 M pour arriver au sud de la tourelle Rt Drazin (fonds 34m, 14h39). Nous pénétrons dans le Kotorski Zaljev  Nous obliquons au 130° sur 0,91 M jusqu’à voir à bâbord au 090 l’église et la tourelle blanche du village de Marovici (14h50). Nous prenons au 165° sur 1,94 M jusqu’à voir au 090 la tourelle rouge de Plagente (nous avons à 10h du bateau l’église de Muo, 15h13) ; un dernier bord au 159° de 0,61 M nous mène à l’entrée du port de Kotor, but de la journée (15h20).  Dans l’après-midi visite de la vieille ville fortifiée, soirée et nuit à Kotor. Total de la journée : 14 M. 

DSCN6429

Jeudi 11 avril : Réveil à 6h30 pour ceux qui le souhaitent, départ à 7h pour Dubrovnik. De Kotor, cap au 337° sur 0,47 M jusqu’à passer à l’est du clocher de Muo (7h05), puis au 344° sur 2,09 M jusqu’à voir au 090 le clocher et la tour blanche de Marovici (7h30). De là on oblique au 310° sur 0,85 M jusqu’à voir au 360 la tourelle Rt Drazin (fonds 34m, 8h40). On prend ensuite au 270° sur 1,09 M pour voir au 180 l’église de D. Stoliv (7h54), puis au 276° sur 0,96 M pour arriver à l’embouchure du passage devant Perast (8h05). De là on prend au 209° sur 0,81 M jusqu’à voir au 270 la tourelle rouge du feu de Kamenari (8h15), puis au 184° sur 1,66 M jusqu’à voir au 090 la tourelle rouge et blanche du feu de Seljanovo. C’est le moment d’obliquer au 258° sur 3,33 M pour traverser le golfe Tivatski Zaljev et rejoindre le sud de la tourelle rouge de l’entrée du port de Kumbor (on y est à 8h55). De là on prend au 293° sur 1,62 M pour voir au 360 le phare blanc de Zelenika (9h14). Accostage, chexk-out du Montenegro, départ de Zelenika à 10h14.

Zelenika 1er novembre 2017

La rive gauche du bassin supérieur, Bouches de Kotor 1er novembre 2017

Passage du bassin supérieur au bassin inférieur, Bouches de Kotor 1er novembre 2017

On prend au 243° sur 1,48 M jusqu’à voir au 090 alignés le feu vert et le clocher de Rose (10h32), et on enchaîne au 168° sur 2,18M jusqu’à voir au 270 la tourelle blanche à la pointe d’Ostra. On vient alors de laisser à bâbord l’îlot Mamula ; on est à la sortie des Bouches de Kotor (10h58). On prend alors au 209° sur 1,54 M pour arriver au sud de la tourelle rouge d’Ostra (11h17). On prend alors au cap 307° sur 27,5 M, pour arriver à l’ouest de l’îlot Grebeni, à l’ouest de Dubrovnik (17h12). On prend alors au 036° sur 1,01 M jusqu’à entrer dans le Mala Vrata entre Daksa et Lapai (Dubrovnik). On  prend successivement au 066° sur 0,51M (6mn) jusqu’à voir au 090 le feu blanc Iso W 2s 50m 5Nm (sur le pont), puis au 111° sur 0,51 M jusqu’à voir le feu rouge d’entrée du port de Gruz Fl (2) R 4s 8m 3Nm. Un dernier bord au 141° sur 0,72 M (à vue : en direction du feu rouge) nous amène au port de Gruz. Arrivée : 17h36. Visite de la cité médiévale, soirée dans Dubrovnik, nuit au port de Gruz. Dubrovnik, ancienne cité concurrente de Venise, a été surnommée à juste titre « La perle de l’Adriatique ». Parfaitement conservée, elle sert de décor aux épisodes de Game of Thrones, et est le cadre du dernier « Robin des Bois ». Total de la journée : 49 M.

Dubrovnik, le port de Gruz, 15 février 2017 DSCN3956

Dubrovnik, 3 août 2013

Dubrovnik, la cathédrale, détail 3 août 2013

Visite de Dubrovnik 150217 1

Vendredi 12 avril : réveil à 8h, marché, départ à 9h15. On sort du port au 321° sur 0,75M (9h24), puis 267° sur 0,47 M pour arriver au N de la tourelle verte Plic Vanac en frôlant la ligne des 10m sans la couper (9h29), puis en suivant le 258° sur 2,05 M passer le Mala Vrata entre la péninsule de Dubrovnik et le sud de l’île Daksa. On voit passer au 360 la limite ouest de Daksa au bout de 0,45 M (9h34). On passe ainsi au sud de la tourelle de Rt Bezdanj à la pointe sud de Kolocep (9h53, 10h03 en comptant 10 mn pour les manœuvres de voile). De là, on prend au 271 sur 58,3 M. On voit ainsi à 10h21 au 360 Rt Cavalika, la pointe ouest de Kolocep et la passe qui sépare Kolocep de Lopud ; et à 10h39 on voit au 180 le feu Fl 15s 69m 22Nm sur la petite île Sv Andrija. A 12h24 on voit au 360 Rt Debeli, extrémité E de Mljet. A 16h16 on voit Rt Sij, extrémité ouest de Mljet. A 17h48 on voit au 360 le Fl (5) 30s 45m de l’îlot Glavat (portée inconnue mais sans doute importante) ; puis, toujours au 360, le Fl 10s 104m de Rt Skrizeva, au sud de la grande île Lastovo (20h07). A 21h05 on voit au 360 le Fl (2) W 6s 23m 9Nm Hr Pod Mrcaru (on est à 6 M au sud de lui), et à 21h42 on relève au 026 le Fl 2 W 6s 23m 9Nm de Hr Pod Mrcaru (sur un récif au NW de Lastovo). Le feu est à 6,8 M et devrait être bien visible. Dans le même temps on devrait relever au 294 le Fl (2) 15s 94m au sud de la petite île Susac (comme on est à 10,5 M, pas certain qu’on le voie, portée non indiquée). On est sur des fonds de 139m. On prend alors au 326° sur 35,5 M. On passe ainsi au bout de 7,4 M le 270 du feu de Hr Pod Mrcaru (23h10) et dans le même temps on voit au 005 le Fl (3) W 10s 12m 11Nm de Velo Dance.

Dubrovnik_-_Forteresse_et_vieux_port (Jean-Christophe Benoît, 11 août 2013)

Samedi 13 avril : …21,1 M plus loin on voit au 270 le Fl 15s 38m de Rt Stoncica qui marque la pointe E de l’île Vis (03h23). Enfin, 6,9 M plus loin nous voyons au 090 la tourelle du Fl W 6s 31m 9Nm à la pointe SW l’îlot Vodnjak V, prolongement à l’ouest de l’île SV Klement (4h45). On oblique alors au 340° sur 15,1 M jusqu’à voir au 090 la tourelle verte qui marque l’entrée du Soltanski Kanal (07h46). De là on vire de bord pour embouquer au 054° le Soltanski Kanal sur 4,39 M jusqu’à voir au 090 le danger isolé Plic Min (8h38, nous coupons alors la ligne des 50m). On prend alors au 331° sur 3,23 M pour laisser juste à tribord la bouée verte Otocic Zaporinovac et arriver dans l’ouest de la tourelle verte Rt Okruk (qu’on voit à tribord) et au sud de la tourelle blanche sur l’îlot Rt Celice (09h16). De là, 150m plein nord en direction de Rt Celice permettent de trouver l’alignement bouée rouge + deux clochers au 065° qui mènent en 2,25 M à la ligne des 10m, à l’entrée du chenal de Trogir (09h43). 0,32 M au 090° mènent aux premiers pontons de la marina de Trogir (09h46, 10h15 en comptant les temps de manœuvre, voiles et amarrage). Total depuis Dubrovnik : 121 M. Total de la croisière : 344 M.

La vitesse de coque du bateau (racine carrée de la longueur en mètres x 2,43) est de 9,41 kt. Les temps de ce plan de navigation sont calculés sur une base de 5 kt, volontairement sous-évaluée (nous devrions tourner plutôt à 6 kt) de manière à nous garantir du temps pour les visites, les manœuvres de récupération d'homme à la mer, etc. 

Dubrovnik, la grande fontaine d'Onofrio, 3 août 2013

Photos : Trogir-panorama (pris depuis la cathédrale Saint-Laurent, 7 septembre 2006) ; Trogir_Katedrala_Lovre (Cathédrale Saint-Laurent, 8 juillet 2013, auteur Qypchak)  ; Split, l'intérieur du Palais de Dioclétien, détail ; Split, la baie depuis la promenade, 13 février 2017 ; Split, la place devant le Mausolée de Dioclétien ;  Le port de Hvar (1 et 2, 13 février 2017) ; Mouillage à Vela Garska (Hvar, 1 et 2), 14 février 2017 ; Korcula, la porte d'entrée de la cité, 14 février 2017 ; Reconstitution dans une des salles de la maison natale de Marco Polo (Korcula), 6 août 2013 ; Okulkje, Mljet, 15 février 2017 (1 et 2) ; Hôtel abandonné, Zelenika (Montenegro), 1er novembre 2017 ; Dans les Bouches de Kotor (Montenegro), 31 octobre 2017 ; Otok Sv Djordje vu depuis Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017 (Montenegro, 1) ;  Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017 ; Otok Sv Djordje vu depuis Otok Gospa od Skrpjela, 31 octobre 2017 (Montenegro, 2) ; Dans les Bouches de Kotor, 31 octobre 2017 ; Kotor au lever du soleil, 1er novembre 2017 ; Arrivée à Zelenika (Montenegro) 1er novembre 2017 ; Descente des fjords du Montenegro, 1er novembre 2017 (1 et 2) ; Arrivée au port de Gruz (Dubrovnik) 3 août 2013 ; Dubrovnik, la cathédrale, 3 août 2013 ; Dubrovnik, la cathédrale, détail 3 août 2013 ; Dubrovnik, la Placa, février 2017 ; Dubrovnik_-_Forteresse_et_vieux_port, 11 août 2013 ; La Fontaine d'Onofrio, Dubrovnik, février 2017 ; Bassin supérieur des Bouches de Kotor, rive gauche, 1 novembre 2017. Auteurs/authors : Trogir-panorama (pris depuis la cathédrale Saint-Laurent, 7 septembre 2006) : Japus) ; Trogir_Katedrala_Lovre (Cathédrale Saint-Laurent, 8 juillet 2013) : Qypchak ; Dubrovnik_-_Forteresse_et_vieux_port,  11 août 2013 : Jean-Christophe Benoît ; autres photos : Philippe Bensimon.

La rive gauche du bassin supérieur, Bouches de Kotor 1er novembre 2017 2

 

 

05 mars 2019

Microfibres : un danger pour la vie marine - Microfibers: a danger for marine life

Nos vêtements sont aujourd'hui issus en majorité de fibres synthétiques. A chaque lavage en machine, des petites particules (microfibres) se détachent du vêtement et partent avec les eaux de lavage et de rinçage du vêtement dans les égouts. Ces microfibres sont trop petites pour être filtrées dans les stations d’épuration et se retrouvent ainsi dans les fleuves d’abord, et dans la mer ensuite, où elles fixeraient de plus de nombreux produits polluants (huiles de moteur, produits chimiques toxiques, etc.). Polluées ou non, elles sont ensuite avalées par les poissons. D’après Stev Wilson, directeur des campagnes de The Story of Stuff (cité par le site ConsoGlobe le 25 avril 2017, https://www.consoglobe.com/microfibres-polyester-pollution-video-the-story-of-stuff-cg), le nombre de machines à laver uniquement aux États-Unis s’élèverait à 9 millions. Et à chaque fois qu’une machine tourne, ce sont jusqu’à 200.000 fibres qui se retrouvent dans l’océan.

The story of microfibers, vidéo : https://www.youtube.com/watch?time_continue=167&v=BqkekY5t7KY

The story of microfibers

 

Our clothes are today mostly made of synthetic fibers. With each washing in machine, small particles (microfibers) are detached from the garment and leave with the washing and rinsing water of the garment in the sewers. These microfibers are too small to be filtered in the treatment plants and are thus found in the rivers first, and in the sea then, where they would set more numerous pollutants (motor oils, toxic chemicals, etc. .). Polluted or not, they are then swallowed by fish. According to Stev Wilson, Director of Campaigns for The Story of Stuff (cited by the ConsoGlobe website on April 25, 2017, https://www.consoglobe.com/microfibres-polyester-pollution-video-the-story-of-stuff -cg), the number of washing machines in the United States alone would be 9 million. And every time a machine turns, up to 200,000 fibers are found in the ocean.

Vidéo : Fanette Germain au Café Maritime de Caen le 280219, dans le cadre de la conférence de l'expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier.

04 mars 2019

Conférence "Océan et climat : notre avenir en dépend" - 28 février à Caen - Conference "Ocean and climate: your future"

Philippe Bensimon au Yacht club de Caen 280219

Conférence T2A, Caen 280219

Jeudi dernier (jeudi 28 février), nous étions à Caen les invités du Café Maritime. Le Café Maritime est une manifestation organisée une fois par mois par le Yacht-Club de Caen (CYC). Une heure et quart de conférence, suivie un pot de l’amitié.

L’heure précédent la conférence a été l’occasion d’une rencontre entre Philippe Bensimon, représentant l’association Tour des deux Amériques solidaire en voilier, Julien Dieutre représentant l’entreprise Acrobat (cordiste, nouveau sponsor de l’expédition), et Anthony Plumet et Fanette Germain, deux nouveaux membres de l’expédition Tour des deux Amériques solidaire en voilier.

La conférence elle-même a eu lieu dans les locaux de la Ligue de voile de Normandie. 47 personnes y assistaient. Le format imposé de la conférence, plus court que celui habituel de 1h30, a obligé à raccourcir certaines parties. Nous avons ainsi passé sous silence certains problèmes comme ceux liés à l’acidification croissante de l’océan (qui empêche les mollusques de fixer les carbonates), et certaines solutions (comme le projet Bagaille Moon Fou, qui devrait permettre aux 55.000 navires de charge du transport maritime mondial de remplacer leur motorisation thermique par une motorisation électrique).

Fanette Germain et Anthony Plumet sont intervenus pour la première fois dans le cycle de conférences « Océan et climat : votre avenir en dépend ». Fanette Germain a notamment parlé d’un point sur lequel on n’insiste pas suffisamment : celui des microfibres. 

Fanette Germain 280219

Fanette Germain et Anthony Plumet à Caen 280219

Last Thursday (Thursday, February 28), we were in Caen, guests of the Café Maritime. The Café Maritime is an event organized once a month by the Caen Yacht Club (CYC). An hour and a quarter of conference, followed by a cocktail. The hour before the conference was the occasion of a meeting between Philippe Bensimon, representing the T2A expedition, Julien Dieutre representing the company Acrobat (cordist, new sponsor of the expedition), and Anthony Plumet and Fanette Germain, two new members of the T2A expedition. The conference itself took place at the premises of the Sailing League of Normandy. 47 people attended. The imposed format of the conference, shorter than the usual 1:30, forced to shorten certain parts. We have thus ignored certain problems such as those related to the increasing acidification of the ocean (which prevents molluscs from fixing carbonates), and certain solutions (such as the Bagaille Moon Fou project, which should allow 55,000 cargo ships global shipping to replace their diesel motorization by an electric motor). Fanette Germain and Anthony Plumet made their first appearance in the "Ocean and Climate : your future" conference cycle. Fanette Germain particularly spoke of a point on which we do not insist enough: that of microfibers.

L’église Saint-Pïerre et le Bassin Saint-Pierre à Caen 280219

Capture d’écran 2019-03-03 à 20

Dîner à la Pizzéria Amalfi avec Dominique Mas (à d

Photos : Philippe Bensimon au Café Maritime du Yacht-Club de Caen, 280219 ; La salle du Café Maritime du Yacht-Club de Caen, 280219 ; Fanette Germain au Café Maritime du Yacht-Club de Caen, 280219 ; Fanette Germain et Anthony Plumet au Café Maritime du Yacht-Club de Caen, 280219 ; Le bassin Saint-Pierre, siège du Yacht-Club de Caen, 280219 ; "Naviguez en ville", le slogan du Yacht-Club de Caen, 280219 ; Fin de soirée avec les membres du bureau du Yacht-Club de Caen à la pizzéria Amalfi, 280219. Auteurs/authors : "Philippe Bensimon au Café Maritime du Yacht-Club de Caen, 280219" : Anthony Plumet ; autres photos : Philippe Bensimon.

01 mars 2019

Châteaux de sable - Tours de la Défense - Sand castles

IMG_8520

IMG_8507

IMG_8517

Incontestablement, les Tours de la Défense "ont de la gueule". C'est ce que je me suis dit en passant devant hier après-midi. Symboles de l'architecture triomphante XXe siècle, ces tours, les plus hautes de France après la Tour Montparnasse, la Tour Incity et la Tour Majunga ne sont cependant que des châteaux de sable : elles sont construites en béton et en verre, comme la plupart de nos constructions modernes. Et le verre et le béton sont produits à partir du sable, et en particulier du sable de mer.

En passant devant ces tours, il faut avoir une pensée pour les écosystèmes côtiers entièrement détruits, pompés par les navires sabliers, et la vie détruite au profit des industriels du BTP. Certains se plaignent de l'érosion des littoraux liée au réchauffement climatique. Certes. 

Mais l'extraction massive des fonds sableux n'a pas arrangé les choses. Ces fonds servaient de protection, et ils ne sont pas remplacés du fait des barrages et des écluses mis en place sur les rivières : les sables de rivière ne parviennent plus aujourd'hui jusqu'à la mer. Bref, comme toujours, l'homme a joué sur le court terme et l'enrichissement immédiat. La Tour Total Coupole (190 mètres de haut) et ses voisines qui se dressent orgueilleusement sont là pour nous rappeler le principe de Lavoisier : "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme". En transformant les sables côtiers en villes, l'homme n'a rien créé. Ce qu'il a cru gagner d'un côté, il l'a perdu de l'autre.

IMG_8519IMG_8516

 

Undeniably, the Defense Towers "have mouths". That's what I said to myself as I passed yesterday afternoon. Symbols of the triumphant 20th century architecture, these towers, the highest in France after the Montparnasse Tower, the Incity Tower and the Majunga Tower, are however only sandcastles: they are made of concrete and glass, like most of our modern constructions. And glass and concrete are produced from sand, especially sea sand. Passing these towers, we must have a thought for coastal ecosystems completely destroyed, pumped by hourglass vessels, and life destroyed for the benefit of the construction industry. Some complain about coastal erosion associated with global warming. Certainly. But the massive extraction of sandy bottoms did not help things. These funds were used for protection, and they are not replaced because of the dams and locks placed on the rivers: the river sands do not reach today to the sea. In short, as always, the man played on the short term and immediate enrichment. The Total Coupole Tower (190 meters high) and its proud neighbors are there to remind us of Lavoisier's principle: "nothing is lost, nothing is created, everything is transformed". By transforming coastal sands into cities, man created nothing. What he thought he gained on one side, he lost on the other.

IMG_8511

 

IMG_8512

Photos : Tours de la Défense (1 à 7), Paris, 28 février 2019. Auteur/author : Philippe Bensimon

 

24 février 2019

Les fermes verticales, une solution contre l'extinction des espèces ? - Vertical farms, against the extinction of species ?

Vertical_farm2, Designs by Chris Jacobs and Rolf Mohr and rendering, Dean Fowler(Cjacobs627)

Ces tours verticales ne sont pas des immeubles de bureau ou d'habitation, mais des projets de fermes verticales. Apparu en 1999, le concept a été développé par Dickson Despommier, professeur en santé environnementale et microbiologie à l'université Columbia à New York, avec des étudiants diplômés d'une classe d'écologie de la santé (« Medical ecology class ». La première tour a été ouverte en 2012 à Singapour ; on y comptait en 2013 120 tours - source Wikipédia).

A l'heure ou un steak de 120 grammes de bœuf a nécessité cinq litres d'eau pour être produit (alors que l'eau potable va être un enjeu majeur sur la planète dans quelques années), les fermes verticales permettent la culture des légumes et des salades avec pratiquement 80 % d'économie d'eau sur les cultures en pleine terre, tout en évitant le stress hydrique des plantes. La récupération de la vapeur d'eau émise par les plantes est un des facteurs de réduction des besoins en eau de ces fermes. 

De nombreux reportages ont été tournés sur ces fermes verticales. Un reportage intéressant est passé ce samedi 23 février sur Antenne 2 à la fin du Journal de 13h (visible en replay). Il met en avant les avantages suivants : 400 fois le rendement d'un champ, une salade pousse en 12 jours, avec jusqu'à 30 récoltes par an. L'éclairage est fourni artificiellement ; en en faisant varier l'intensité des leds, on obtient des goûts plus ou moins poivrés. En contrôlant de façon extrêmement sévère l'environnement dans la ferme verticale (ni insectes, ni bactéries), on évite complètement l'emploi de pesticides, insecticides ou bactéricides. La généralisation de ces fermes verticales permettrait de libérer des quantités considérables de terres aujourd'hui cultivées et empoisonnées par les engrais et autres produits chimiques, qui pourraient être rendues à la faune et à la flore. En permettant la reconstruction des écosystèmes naturels, cela permettrait d'éviter l'extinction massive des espèces animales. Autres avantages, les produits cultivés hors sol et sans produits chimiques n'ont pas besoin d'être lavés. L'implantation urbaine de ces fermes réduit considérablement les coûts de transport et réduit aussi le temps entre la cueillette et la consommation des produits de la ferme. Aujourd'hui, une tour qui a coûté 50 M$ produit 1.000 tonnes de salades par an. Les fermes verticales pourraient alimenter dans le futur 60 à 80 % de la population des villes. Inconvénient : la production demande environ dix fois plus d'énergie que la culture en pleine terre.

VertiCrop System (3 février 2010, Valcenteu)

These vertical towers are not office or residential buildings, but vertical farm projects. Appeared in 1999, the concept was developed by Dickson Despommier, professor of environmental health and microbiology at Columbia University in New York, with students graduating from a class of health ecology ("Medical ecology class". The first tour was opened in Singapore in 2012, with 120 rounds in 2013 - Wikipedia source). At a time when a steak of 120 grams of beef required five liters of water to be produced (and drinking water will be a major issue on the planet in a few years), vertical farms allow the cultivation of vegetables and salads with almost 80% water saving on crops in the ground, while avoiding water stress plants. The recovery of water vapor emitted by plants is one of the factors reducing the water requirements of these farms. Many reports have been posted on these vertical farms. An interesting report is passed this Saturday, February 23 on Antenna 2 at the end of the diary of 13h (visible in replay). It highlights the following advantages: 400 times the yield of a field, a salad grows in 12 days, with up to 30 harvests a year. The lighting is provided artificially; by varying the intensity of the leds, we get more or less peppery tastes. By controlling the environment in the vertical farm (neither insects nor bacteria) in an extremely severe manner, the use of pesticides, insecticides or bactericides is completely avoided - the generalization of these vertical farms would free up considerable quantities of land today. cultivated, which could be returned to fauna and flora. By allowing the reconstruction of natural ecosystems, this would prevent the massive extinction of animal species. Other benefits, products grown above ground and without chemicals do not need to be washed. The urban location of these farms significantly reduces transportation costs and also reduces the time between collection and consumption of farm produce. Today, a $ 50 million tower produces 1,000 tons of salads a year. Vertical farms could supply 60 to 80% of the city's population in the future. Disadvantage: production requires about ten times more energy than growing in the ground.

Photos :  Vertical_farm2, Designs by Chris Jacobs and Rolf Mohr and rendering, Dean Fowler (Auteur/Author : Cjacobs627, 6 juin 2008) ; VertiCrop System (Auteur/Author : Valcenteu, 3 février 2010).