DSCN3301

DSCN3297

Le Grand Pavois de La Rochelle se tient depuis septembre 1973 ; il fait partie des grands salons internationaux à flot, avec chaque année une centaine de milliers de visiteurs. Evelyne et moi y sommes allés hier, Franck étant retenu loin de là par ses activités. Nous y avons visité l’Ovni 52 Evolution, qui dans l’hypothèse de l’achat d’un bateau neuf pour notre projet concurrence et dépasse nettement le Garcia Exploration 52 exposé juste à côté.

Bien présenté par son propriétaire, l’Ovni 52 est un cotre  avec trinquette sur enrouleur qui bénéficie de grands espaces et de quelques idées intéressantes : une table de cockpit décalée qui libère un grand passage vers la descente, deux poste de barre confortables équipés chacun d’une commande moteur, une cloison étanche à l’avant fermant un local technique qui peut servir de soute à voiles, un roof à la pente très douce sans doute utilisable comme bain de soleil, avec de l'antidérapant partout, etc.

DSCN3296

DSCN3300

DSCN3298

Son immense avantage sur le Garcia est une visibilité correcte depuis les postes de barre, y compris en position assise (sur le Garcia, même debout à la barre on pilote en aveugle, la vue étant complètement bouchée par une casquette trop haute. Les équipiers assis sous la casquette sur les bancs du cockpit ne sont pas mieux logés, ayant les yeux nettement en-dessous des hublots ; de même, un siège trop bas et des hublots mal positionnés font que la timonerie intérieure – qui devrait être « le » plus du bateau – est inutilisable pour un homme de ma taille (1,77 m), sauf à utiliser un rehausseur.

Une modification est prévue sur les prochains Ovni Evolution 52 : transformer en "dur" les côtés latéraux de la casquette de cockpit, actuellement toilés, et les doter de mains-courantes. Ca devrait permettre une meilleure prise lors du passage des passavants dans le cockpit. La partie vitrée devant augmenter, on devrait encore gagner en visibilité sur les côtés du cockpit.

DSCN3299

J’avais visité le Garcia Exploration 52 en mars 2016 avec Evelyne, alors que le premier exemplaire du bateau était en cours d’aménagement, et le directeur commercial qui m’avait fait faire la visite n’avait pas eu l’air passionné par mes remarques. Aucune modification n’a été faite, et j’ai eu le plaisir d’entendre lors de l’apéritif offert par Vogavecmoi au Grand Pavois des gens dire du GE 52 : « c’est un bateau où on ne voit rien ». On est bien d’accord là-dessus.). Par contre les aménagements du GE 52 sont plus luxueux et mieux pensés que ceux de l’Ovni 52, qui, dans sa version exposée, ne bénéficie pas de la sellerie cuir, des larges baies latérales, du petit bureau/coiffeuse face à la mer de la cabine propriétaire du GE 52, ni même d’une table de carré convertible en couchage. L’Ovni ne bénéficie pas non plus d’une machine à laver – curieux pour un bateau de grand voyage – ni de fargues à coins coupés sur la table du carré. Manque aussi de quoi s’appuyer à la gite lorsqu’on fait la vaisselle. Le vaste placard à cirés (en fait l’unique penderie de la cabine avant) et les deux cabines de douche sont positionnés à l’avant du bateau, loin de la descente. De ce fait, les deux cabines avant (la plus avancée offre deux couchettes superposées) bénéficient chacune pratiquement d’une douche particulière, mais les occupants des deux cabines arrière n’ont aucun sanitaire à proximité et doivent aller rendre visite aux « privilégiés » de l’avant en traversant le carré. La nuit, ce n’est pas l’idéal.

DSCN3295

DSCN3292

DSCN3291

Autre point noir sur un bateau de voyage : l’absence de table à cartes digne de ce nom. Visiblement, l’architecte Marc Lombard a mis une table à cartes dans un coin « parce qu’il en fallait une », mais elle n’est pas faite pour être utilisée. Positionnée le long de la coque et bordée par la cloison de la cabine arrière tribord (bonjour le mal de mer !), elle semble trop petite pour recevoir même une « leisure map » (je l’estime à 40x50 cm, le descriptif du bateau ne donne pas sa dimension). Du coup, la surface des parois qui la bordent est limitée, complètement occupée par la VHF, les moniteurs des instruments de navigation et du pilote automatique, le lecteur de CD et l’écran unique de la centrale de navigation. 

DSCN3293

DSCN3289Un peu dommage d’être obligé de choisir entre le traceur et l’écran radar.  L’installation d’un second moniteur dédié semble difficile, sauf à installer une équerre mobile où utiliser l’espace sous le baromètre. Le tableau électrique occupe complètement le côté droit. Enfin, cette minuscule table à cartes est dotée d’un tabouret rétractable sans dossier ni quoi que ce soit pour se caler à la gite, davantage destiné à se faire oublier qu’à s’asseoir pour y travailler. Bref, comme dans beaucoup de bateaux modernes, si on veut travailler sur une carte, c’est la table du carré qu’il faut utiliser, avec l’obligation de tout ranger à l’heure des repas.

Dans la version que nous avons visitée, le pied de mât, bien protégé par un balcon inox, est équipé de deux marches repliables de chaque côté, suffisantes pour accéder au point de drisse de la grand-voile. Si on veut monter jusqu'en haut du mât, c'est en option : 1620 euros TTC. Les marches en elles-mêmes ne valant pas grand-chose, ça me paraît énorme.

Malgré ces quelques inconvénients, l’Ovni 52 semble un bateau agréable susceptible de convenir à notre programme de navigation. Ses avantages sur le Garcia 52 sont évidents, à commencer par la visibilité aux postes de barre, et également son prix : environ 650.000 euros dans la version exposée, motorisée avec un 110 CV Yanmar (il faudra sans doute compter un peu plus avec les quelques modifications dont nous aurions besoin) contre 950.000 pour le GE52. 

DSCN3288

DSCN3290

Photos : La plaquette de l'Ovni 52 Evolution montre l'étrave verticale du bateau ; Les manœuvres sont renvoyées au cockpit où leur stockage est prévu ; Chaque poste de barre dispose d'une commande moteur et des principaux instruments de navigation (1) ; Le prix de l'Ovni 52 Evolution en version de base ; Chaque poste de barre dispose d'une commande moteur et des principaux instruments de navigation (2) ; La table du cockpit, décalée, n'est pas particulièrement large. Seuls les équipiers assis sur le banc tribord en bénéficient ; La jolie table du carré est dépourvue de fargues ; La minuscule table à cartes et son escabeau rétractable ; La banquette du carré et les bibliothèques ; La cloison étanche donne accès à la soute de la pointe avant ; Les cabines son pourvues de bacs de rangement ; Les  réfrigérateurs, vastes ; Le cabinet de toilette que visite Evelyne est équipé d'une vraie cabine de douche. ; La cuisine et son plan de travail. L'évier possède une arrivée d'eau de mer mais n'est pas protégé à la gite. Date des photos : 1er octobre 2016. Auteur : Philippe Bensimon. 

DSCN3294