La Bavaria 44 Alma 3 de retour à Vodice 170217 1

Vendredi 17 février 2017. Nous sommes partis hier à 11h du port de Gruz (Dubrovnik), et nous sommes en route pour Vodice, d’où nous sommes partis dimanche dernier au petit matin. La nuit est belle, avec une légère brume. La mer est plate ; le vent est nul. Notre Bavaria 44 Alma 3 avance au moteur. On a croisé durant le premier quart deux bateaux. Pour le premier, Guillaume a mis les gaz et nous sommes passés loin devant un cargo ; le second n’a pas de mandé de manœuvre particulière.

A une heure du matin, Pierre remplace Guillaume qui a fait le premier quart. Guillaume très gentiment a fait du café pour Pierre et m’a apporté un jus d’orange. De mon côté, je passe la nuit confortablement installé dans le cockpit, allongé sur le banc côté bâbord. Ca me permet de bavarder avec les équipiers de quart, et aussi de somnoler un peu par moments. Pour Pierre comme pour Guillaume, ce sera leur première nuit de quart : une expérience nouvelle. Pierre fait son quart de 1h à 4h, c’est lui maintenant qui surveille la route. A 1h24, nous sommes au sud de l’îlot Susac et de son feu Fl (2) 15s 94m. C’est le moment pour nous de quitter la route fond au 271° que nous suivons depuis 64 milles et d’obliquer vers le nord au 314°. Pour compenser les dérives et la déclinaison magnétique, je mets un cap compas au 316°. Il faudra que je contrôle la tenue de ce cap d’ici une heure ou deux. La lune s’est levée, il fait un petit peu plus froid. Je pense qu’on a passé successivement un front chaud et un front froid. A première vue le temps change. On a vu des cirrus qui venaient du sud ; pas un très bon signe. Pour le moment le ciel n’est pas encore complètement voilé. La lune masque beaucoup d’étoiles en générant une forte luminosité, mais c’est quand même un ciel beaucoup moins pur que celui qu’on avait en début de soirée.

Nous ne verrons plus grand monde sur l’eau cette nuit-là. A quatre heures du matin Mathilde prend la relève de son frère Pierre, pour un nouveau quart de trois heures. Pierre nous a apporté de l’eau avant d’aller se coucher. A 5h30, nous passons le feu Fl (3) W 12s 18m 10 Nm de Rt Stupisce. On vient de tirer un grand bord de 27,1 M qui nous a amenés un peu trop à l’est, sous la partie est de la côte sud de Vis. Nous avons donc pris au 270° durant un moment et nous sommes revenus sur notre route : nous sommes désormais au 317° dans le Bisevski Kanal, entre les îles Vis et Bisevo. Mathilde est à la barre. Les conditions sont toujours identiques, vent nul et mer plate, notre drapeau est en berne. Des cirrus sont arrivés et le ciel est devenu un peu brumeux.

Nous continuons sur cette route jusqu’à 6h06, c’est-à-dire jusqu’à voir plein est le feu de Barjac Mala Fl W 3s 13m 8 Nm. C’est le moment pour nous de passer sur un cap plus au nord, le 349°. Nous sommes partis pour un nouveau bord long, de 30,9 milles, qui devrait nous amener pas très loin de Rogoznika. La mer est toujours aussi plate, par contre on est dans la brume, sous les stratus ; on voit toujours la lune à travers la couche nuageuse.

Le chalutier Biserka au large de Solta 170217 2

 

A 8h55, nous croisons dans la brume - devenue légère avec le lever du soleil - le chalutier Biserka, 17 m x 5 m, battant pavillon Croate. Nous sommes à l’ouest de l’île Solta. Guillaume est à la barre. Il m'a permis de faire un long somme, et je me réveille allongé dans mon sac de couchage dans le cockpit. Les autres équipiers sont repartis dormir. A 9h22 j’ai fait un point. Nous avons un peu dérivé vers l’est, et nous nous sommes rapprochés du chenal qui mène à Split. Je fais une première rectification au cap 322° ; il doit exister un courant qui porte à tribord et explique notre dérive de cette nuit. Peu après j’enlève à nouveau 20° pour prendre au 302° en direction du phare de l’îlot Mulo. Après les cirrus durant la nuit qui ont voilé le ciel, ce matin on avait des stratus qui bouchaient complètement l’horizon sud, avec un petit vent du nord. A un moment on était au près, à 7 nœuds avec le moteur à 1500 tours/minute qu’on a ensuite réduit. Ce petit vent a disparu, laissant place à un modeste courant d’air de 3,5 nœuds apparents qui vient de l’est ; nous le recevons par le travers. A 10h07 je note dans mon journal : « Ces petits airs du nord d’abord et d’est ensuite semblent avoir stoppé la progression des stratus. Ceux-ci paraissent vouloir rester au large dans le sud, et nous allons peut-être finir la journée dans le nord avec du beau temps et échapper aux grains. J’ai eu Evelyne au téléphone, qui passe la journée et le week-end chez des amis, et je suis ensuite allé ranger les cartes qui traînaient en vrac dans le carré. On arrive à la fin du second réservoir d’eau. J’aurais pu faire le plein d’eau à Dubrovnik, mais je n’y ai pas pensé. Ce n’est pas très important ; dans quelques heures nous serons arrivés. Guillaume a fait une observation soutenue de la faune entre 7h30 et 8h30, sans rien voir (début vers 43°17’ de latitude N et 16° de longitude E, sur les fonds de 118 m). Depuis le début de cette croisière on ne voit aucune vie en mer. Pire encore, on a croisé un bateau de pêche avec deux boules noires dans ses haubans, sans un oiseau autour ; et nous venons de croiser un autre bateau de pêche blanc, il y a cinq ou six minutes à peine, lui non plus n’est accompagné d’aucune mouette. Nous sommes au sud de Rt Ploca ».

 

Le phare Rt Mulo 170217 5

Le phare Rt Mulo 170217 2

A 10h34 nous passons à côté de Mulo. L’îlot est occupé tout entier par la tour d’un phare jouxtant une bâtisse à deux étages au toit de tuiles rouges. Nous avons pris durant la nuit une bonne heure d’avance sur notre plan de route ; c’est plutôt une bonne chose.

A 11h08 nous croisons un porte-conteneur siglé « R.E-S ou » que je ne parviens par à identifier ; nous sommes dans l’OSO de San Primo (Primosten), à quelques milles de la côte. La brume s’est dissipée, laissant place à un ciel bleu parsemé de quelques nuages blancs, nébuleux sur l’horizon. 

 

Arrivée à Vodice 170217 2

A 13h05 nous sommes en vue de la marina de Vodice. Le vent est toujours nul, nous naviguons au moteur, génois roulé et grande voile sortie pour assurer la stabilité du bateau. 13h21 l’Alma 3 est garé le long du quai des carburants. Ce quai est situé à l’extérieur de la marina, au bout du môle et de ses enrochements. Je ne me souviens plus à quel équipier j’ai confié la barre pour la manœuvre d’accostage. A première vue tout a dû se passer sans accroc ; sinon cela serait resté dans ma mémoire. Une heure plus tard, notre bateau est garé dans la marina, tout au bout du ponton. En une semaine, notre équipage constitué de débutants est devenu un « pro » de l’amarrage sur pendille.

La Bavaria 44 Alma 3 au quai des carburants de Vodice 170217 1

Pierre s'apprête à plonger à Vodice 170217 3

Curieusement, alors que notre croisière est terminée et que notre belle aventure s’achève, c’est maintenant que les ennuis commencent : coup sur coup deux objets décident de s’échapper des mains des enfants et de rejoindre le fond du port, juste sous notre passerelle.

Parmi eux, le petit compas de relèvement Ritchie, trop petit pour être lu avec une précision suffisante. Pierre décide de faire une tentative pour plonger en apnée rechercher les fuyards. Il a emporté avec lui un haut en lycra, qui est trop mince pour l’eau froide de février. Courageusement, il se met à l’eau, et restera ainsi quatre minutes à grelotter entre la jupe du bateau et le quai, sans pouvoir plonger. Entre temps Guillaume craignant que Pierre ne fasse un malaise lui a passé une aussière sous les aisselles.

Pierre s'apprête à plonger à Vodice 170217 4

Finalement, Pierre renonce. Aujourd'hui le personnel de l'agence de notre loueur n'est pas là. Je promets aux enfants de demander le lendemain s'il est possible au plongeur de l'agence de résupérer les biens tombés à l'eau. 

Nous passerons la fin de l'après midi à déjeuner, puis écouter chanter Mathilde ; mes équipiers commenceront à prépareront leurs sacs, en prévision de leur départ prévu le le demain à 9h40. Nous terminerons la soirée au petit restaurant où notre croisière a commencé.

Plongée à Vodice 170217 2

Photos : Le Bavaria 44 Alma 3 de retour au ponton de Vodice 170217 ; Le chalutier Biserka 170217 ; Le phare de Mulo 170217 1 ; Le phare de Mulo 170217 2 ; En vue de Vodice 170217 ; Au quai des carburants de Vodice ; Pierre tente de plonger 170217 1 ; Pierre tente de plonger 170217 2. Vidéos : Plongée à Vodice 170217 2 ; Mathilde chante pour nous en serbe 170217. Auteur des photos et vidéos : Philippe Bensimon

Mathilde chante pour nous en serbe 170217