De l'eau dans les fonds

A 7 h du matin, réveil du quart dans la calanque de Vela Garska, sur la côte sud de Hvar. Durant la nuit nous n'avons pas bougé, solidement amarrés sur l'ancre à l'avant et une aussière que nous avons portée à terre ; c'est du moins ce qu'indique l'application Anchor Watch que j'ai lancée hier sur mon iPad.  Le baromètre du bord indique 1021 mb ; la veille à la même heure, il était à 1022 mb. Je pars avec l'annexe et une équipière récupérer l'aussière fixée sur un rocher la veille au soir. La manœuvre se fait très vite, en téléphérique et sans utiliser le moteur de l'annexe. Nous récupérons en même temps le pare-battage que nous avons mis à l'eau pour signaler à d'éventuels bateaux le danger de notre aussière, noire et pas forcément très visible. L'ancre est ensuite remontée par Muriel, avec Marie à la barre, tandis que Joaquin s'occupe de récupérer l'orin.

A 7 h 40, nous quittons la calanque de Vela Garska. Le temps est couvert, mais la visibilité est bonne. Le vent (force 3) a levé des petites vagues d'une trentaine de centimètres Nous avançons au portant, à 6,2 kt, poussés par un vent qui vient du 330°. A 8 h 15, nous voyons au 090 l'îlôt Galisnik avec son phare, qui ferme au sud la baie le Hvar. Nous obliquons au cap 135° ; les voiles en ciseaux, complètement sorties, nous procurent une vitesse de 7 kt. Marie est à la barre.

A 9 h 15, nous passons à 100 m dans le 270 de l'ilôt Lukavci. Les vagues se sont applaties et ne font plus que 15 cm environ ; nous naviguons entre running et grand largue. Nous rectifions le cap au 110° pour viser un point légèrement au sud d'Otok Plocica dans le Korculanski Kanal. A dix heures, changement de quart. Le vent baisse légèrement, et notre vitesse tombe à six nœuds. Nous naviguons sous les nuages, mais la visibilité reste toujours bonne. Peu avant 10 h 30, nous profitons d'un moment de trnaquilité pour procéder à une inspection des fonds. On y trouve de l'eau en quantité faible mais anormale. L'ayant goûtée (mines écœurées de mes nouveaux équipiers), je lui trouve un goût douceâtre mais pas franchement salé. Il y a sans doute un peu de gazole mélangé à cette eau, que j'attribue à une fuite du circuit d'eau chaude, sans pouvoir avoir de certitude (j'ai eu un problème similaire en décembre dernier). La pompe électrique du bord, un peu haute, ne parvient pas à assécher les fonds ; la pompe à main, actionnée depuis le poste de barre, est un peu plus efficace.

A 11 h nous venons de passer au sud de l'îlot Plocica. Le vent est tombé (force 1) et nous sommes désormais au moteur ; celui-ci nous procure sans forcer une vitesse de 5 kt. Le baromètre est descendu à 1020 mb. Nous rectifions le cap au 095° ; nous visons désormais l'entrée du chenal qui sépare Otok Peljesac de Korcula.

Pluie sans vent le long des côtes Nord de Korcula

Cuisine à bord du D&D Kufner 50 Prestige le long des côtes nord de Korcula

Pendant qu'une partie de l'équipage travaille à la préparation du repas de midi, nous nous rapprochons de l'entrée du chenal. A 12 h 40 nous ne sommes plus qu'à 3,12 M à l'ouest de l'entrée du chenal (le Canale di Sabbioncello), si l'on définit cette entrée par la verticale du feu de Punta Ozit, et 5,6 M si l'on définit cette entrée par l'étroiture au niveau de la Punta Chenesa. La météo, qui annonçait pour la journée dans le secteur des vents de 5 à 10 kt de secteur E et de la pluie ne s'est pas trompée. 

L'entrée du Canale di Sabbioncello qui mène à Korcula

Le D&D Kufner 50 Prestige amarré au port historique de Korcula le temps de la visite et de quelques courses 080419

Le D&D Kufner 50 Prestige amarré au port historique de Korcula le temps de la visite et de quelques courses 080419 2

A 14 h 15 nous arrivons dans la baie ouest de Korcula. Nous tentons de joindre la capitainerie sur le canal 9 pour signaler notre arrivée, sans succès. La capitainerie doit être fermée. L'amarrage au quai historique se fait sur ancre, cul au quai. Notre bateau a tout juste 50 m de chaîne d'ancre. C'est peu pour un voilier de 15 mètres en Méditerranée, et je me fais piéger en reculant après avoir mouillé l'ancre : à moins de deux mètres du quai le bateau refuse de continuer à se rapprocher. J'ai commandé le mouillage de l'ancre un peu trop tôt et un peu trop loin dans la baie. Nous repartons remonter l'ancre ; j'en profite pour prendre des repères sur le quai des ferries à tribord, de manière à ne pas répéter la même erreur. La seconde tentative est la bonne. A 14 h 45 le bateau est amarré, les aussières réglées, les affaires rangées dans le carré, et le bateau fermé. La capitainerie située juste de l'autre côté de la route est ouverte mais déserte ; les arrivées d'eau douce sur le quai, disponibles auparavant pour les visiteurs, sont désormais bloquées, inutilisables. Ce n'est pas encore un souci : nous avons été jusque-là économes en eau, faisant la vaisselle à l'eau de mer et restreignant nos douches au minimum. Il nous reste 18 % du réservoir d'eau (58 litres)et nous aurons de l'eau douce demain soir au Montenegro. Le gazole n'est pas non plus un souci : nous n'avons consommé que le quart du réservoir.

Pour le moment, la pluie nous laisse tranquilles. Nous nous égayons dans la vieille cité, qui aurait selon certains donné naissance à Marco Polo (une autre version le fait naître à Venise). Sa maison natale est toujours visible. En cette saison elle est fermée. J'ai pu visiter il y a quelques années au mois d'août cette petite bâtisse plus haute que large, dont les pièces ont été transformées en une sorte de Musée Grévin relatant chacune un épisode de la vie du voyageur. 

Variante particulière de la Croix de Malte sur un mur de Korcula

L'équipage se rassemble au bar après la visite de Korcula 080419

Le D&D Kufner 50 Prestige à l'ancre devant les fortifications de Korcula 080419

Nous nous sommes donnés rendez-vous à 16 h 30 à la grande  terrasse du bar en contrebas de la place du marché, à côté des escaliers qui mènent au coeur de la cité. A 16 h 50 nous sommes tous réunis, et un quart d'heure plus tard l'équipage arrive au port. A 17 h 10 nous quittons le quai. Un équipier nous signale une odeur d'essence dans l'eau de la salle-de-bains arrière côté bâbord, problème constaté uniquement lors de l'utilisation de l'eau chaude. Ce qui semble confirmer que le chauffe-eau a un problème, mais n'explique pas tout.

Mylène à la barre du D&D Kufner 50 Prestige devant les remparts de Korcula 080419

En route vers Luka Polace (Mljet)

Le D&D Kufner 50 Prestige dans le Peljeski Kanal ; en face l'île de Badija 080419A 18 h, nous sommes à 200 m à l'est du Capo Speo (Raznic), l'extrémité est de Korcula. Le vent est toujours très faible. Le fait d'être sortis du Canale di Sabbioncello ne nous a rien fait gagner, et depuis Korcula nous naviguons au moteur. Le baromètre est remonté à 1024 mb ; le beau temps devrait sans doute revenir demain.  Nous attaquons la traversée de 12,4 M vers Mljet et la baie très protégée de Luka Polace où nous passerons la nuit.

Départ de Korcula pour Luka Polace (Mljet) sur le D&D Kufner 50 Prestige 080419

En route pour Korcula, première étape de la journée

A 20 h 15, nous sommes devant le feu Fl W2s11m6Nm posé sur l'écueil Hr Kula et je récupère ma place à la barre du bateau. Ce feu marque l'entrée du canal plus ou moins large (entre 130 et 270 mètres) qui serpente sur un peu plus de deux milles jusqu'à Luka Polace où nous passerons la nuit. Je me souviens avoir déjà emprunté de nuit ce chenal, avec la lune pour m'éclairer et Vénus à droite du mât pour me guider. C'était il y a quelques années ; aujourd'hui la lune n'est pas au rendez-vous, et les nuages masquent les étoiles. Il fait nuit noire. Je place Thomas et Joaquin à l'avant du bateau pour me guider. Pour y voir querlque chose, j'ai éteint ou masqué tous les instruments du poste de barre à l'exception du sondeur : le chenal est profond, et je ne crains pas de talonnnage ; mais toute remontée anormale des fonds m'indiquera que je suis en train de quitter l'axe du chenal.Tout l'équipage est rassemblé dans le cockpit, debout, en train de scruter la nuit. Je tiens dans ma main mon iPhone, et je surveille de temps en temps l'application Compas 54. Elle me montre la position du bateau sur une photo GoogleEarth que j'agrandis à ma guise : c'est beaucoup moins éblouissant que le GPS du poste de barre, même mis en mode nuit.

Arrivés dans la baie de Luka Polace, nous voyons apparaître à bâbord les lumières du village. A 21 h 15 nous jetons l'ancre dans 5-6 mètres de fond avec trente mètres de chaîne, non loin du "château", un mur de pierre éclairé qui est le dernier reste de la fortification. Un Anchor Watch sera là pour nous prévenir en cas de dérapage. Je m'attaque à la cuisine du soir : une heure plus tard, les suprêmes de poulet sauce Roquefort sont prêts. Le temps de dîner et de définir les quarts du lendemain, et la journée s'achève.

Suprêmes de poulet sauce Roquefort à Luka Polace (Mljet) à bord du D&D Kufner 50 Prestige, 080419

At 7 o'clock in the morning, wake up quarter in the cove of Vela Garska, on the south coast of Hvar. During the night, securely moored on the anchor at the bow and a hawser we carried on the ground, we did not move; at least that's what the application Anchor Watch I launched yesterday on my iPad. The barometer of the edge indicates 1021 mb; the day before at the same time it was 1021 mb. I leave with the annex and a teammate recover the hawser we brought to the ground the night before. The maneuver is done very quickly, by cable car and without using the engine of the annex. We recover at the same time the fender that we launched to alert potential boats the danger of our hawser, black and not necessarily very visible. The anchor is then reassembled by Muriel, with Marie at the helm, while Joaquin takes care of the recovery. At 7:40, we leave the creek Vela Garsk. The weather is cloudy, but the visibility is good. The wind (force 3) has raised small waves of about thirty centimeters, we go downwind, at 6.2 kt, pushed by a wind that comes from the 330 °. At 8:15, we see at 090 the island Galisnik with its lighthouse, which closes to the south the bay Hvar. We oblite to 135 °; the sails in scissors, completely out, give us a speed of 7 kt. Marie is at the helm. At 9:15, we go to 100m in the 270 of the island Lukavci. The waves are flattened and are only about 15 cm; we navigate between running and large flats. We are heading to 110 ° to aim for a point slightly south of Otok Plocica in Korculanski Kanal. At ten o'clock change of quarter. The wind drops slightly, and our speed drops to six knots. We are sailing under the clouds, but the visibility is still good. Shortly before 10:30, we enjoy a moment of trnaquilité to conduct an inspection of funds. There is water in small quantity but abnormal. Having tasted (mines nauseated my new teammates), I find it a sweetish taste but not really salty. There is probably a little diesel mixed with this water, which I attribute to a leak in the hot water circuit, without being able to be certain (I had a similar problem last December). The electric pump on the edge, a little high, can not dry the funds; the hand pump, operated from the helm station, is a little more efficient.  At 11am we have just passed south of Plocica island. The wind has fallen (force 1) and we are now at the engine; it gives us without forcing a speed of 5 kt. The barometer went down to 1020 mb. We are closing course at 095 °; we are now aiming at the entrance to the channel separating Otok Peljesac from Korcula. Windless wind along the northern coast of Korcula. While part of the crew is working on the midday meal, we are getting closer to the entrance to the channel. At 12:40 we are only 3,12 M west of the entrance of the channel (the Canale di Sabbioncello), if we define this entry by the vertical of the Punta Ozit light, and 5.6 M if we define this entry by the narrow at Punta Chenesa. The weather, which was forecast for the day in the sector of winds of 5 to 10 kt of sector E and the rain was not wrong. At 14:15 we arrive in the west bay of Korcula. We are trying to reach the harbor master's office on channel 9 to signal our arrival, without success. The captaincy must be closed. The mooring at the historic dock is done on anchor cul at the dock. Our boat has just 50 m of anchor chain. It is little for a sailboat of 15 meters in the Mediterranean, and I get trapped back after anchored anchor: less than two meters from the dock the boat refuses to continue to approach. I ordered the anchor anchorage a bit too early and a bit too far in the bay. We go back to anchor; I take the opportunity to take bearings on the ferry dock to starboard, so as not to repeat the same mistake. The second attempt is the good one. At 14:45 the boat is moored, the hawsers settled, the affairs arranged in the square, and the boat closed. The harbor master's office just across the road is open but deserted; freshwater arrivals on the wharf, previously available to visitors, are now blocked, unusable. This is not a problem yet: we have been previously water efficient, washing dishes with sea water and restricting our showers.  We still have 18% of the water tank (58 liters) and we will have fresh water tomorrow night in Montenegro. Diesel is not a problem either: we only consumed a quarter of the tank. For the moment, the rain leaves us alone. We rejoice in the old city, which according to some gave birth to Marco Polo (another version makes it come to Venice). His birthplace is still visible. In this season it is closed. I visited a few years ago in August this small building taller than wide, whose rooms were transformed into a kind of Grevin Museum each relating an episode of the life of the traveler. We met at 4:30 pm at the large terrace of the bar below the market square, next to the stairs that lead to the heart of the city. At 4:50 pm we are all together, and a quarter of an hour later the crew arrives at the port. At 17:10 we leave the dock. A crew member reports a smell of gasoline in the water in the bathroom on the port side, a problem that only occurs when using hot water. This seems to confirm that the water heater has a problem, but does not explain everything. The D & D Kufner 50 Prestige in the Peljeski Kanal; opposite Badija Island 080419A 18h, we are 200 m east of Capo Speo (Raznic), the eastern end of Korcula. The wind is still very weak. The fact of being out of the Canale di Sabbioncello did not win us anything, and since Korcula we are sailing with the engine. The barometer has risen to 1024 mb; the good weather should probably come back tomorrow. We tackle the crossing of 12.4 M to Mljet and the protected bay of Luka Polace where we will spend the night. At 20h15, we are in front of the fire FlW 2s11m6Nm on the Hr Kula rock and I get my place at the helm of the boat. This light marks the entrance to the more or less wide canal (between 130 and 270 meters) that winds for a little more than two miles to Luka Polace where we will spend the night. I remember having already borrowed at night this channel, with the moon to enlighten me and Venus to the right of the mast to guide me. It was a few years ago ; today the moon is not at the rendezvous, and the clouds mask the stars. It's dark. I place Thomas and Joaquin at the front of the boat to guide me. To see anything, I turned off or masked all the instruments of the helm station except the sounder: the channel is deep, and I'm not afraid of heeling; but any abnormal rise of the funds will indicate to me that I am leaving the axis of the channel. All the crew is gathered in the cockpit, standing, scanning the night. I hold my iPhone in my hand, and I watch from time to time the Compas 54 application. It shows me the position of the boat on a GoogleEarth photo that I enlarge as I please: it is much less dazzling than the GPS of the helm station, even put in night mode. Arrived in the Bay of Luka Polace, we see appear on the port side lights of the village. At 21:15 we anchor in 5-6 meters of bottom with thirty meters of chain, not far from the "castle", an illuminated stone wall which is the last rest of the fortification. An Anchor Watch will be there to warn us in case of slippage. I am attacking the evening cooking: an hour later, the supreme chicken sauce Roquefort are ready.

Photos :  De l'eau dans les fonds, 080419 ; En route pour Korcula, première étape de la journée, 080419 ; Cuisine à bord du D&D Kufner 50 Prestige le long des côtes nord de Korcula, 080419 ; L'entrée du Canale di Sabbioncello qui mène à Korcula, 080419 ; Le D&D Kufner 50 Prestige amarré au port historique de Korcula le temps de la visite et de quelques courses 080419 (1 et 2) ; Variante particulière de la Croix de Malte sur un mur de Korcula, 080419 ; L'équipage se rassemble au bar après la visite de Korcula 080419 ; Retour au D&D Kufner 50 Prestige amarré au port historique de Korcula ;  Mylène à la barre du D&D Kufner 50 Prestige devant les remparts de Korcula 080419 ; En route vers Luka Polace (Mljet). A bâbord, la côte sud de Peljesac, 080419 ; Le D&D Kufner 50 Prestige dans le Peljeski Kanal ; en face l'île de Badija 080419 ; Korcula s'éloigne derrière nous, 080419 ; En route pour Mljet, 080419 ; Suprêmes de poulet sauce Roquefort à Luka Polace (Mljet) à bord du D&D Kufner 50 Prestige, 080419. Vidéo : De Vela Garska (Hvar) à Luka Polace (Mljet) en passant par Korcula, 080419. Auteur/author : Philippe Bensimon.