L'équipage à Porquerolles devant le Choucas 251215

Evelyne à la barre au près 251215

Vendredi 25 décembre : grasse matinée. A 9h, nous sommes encore sur le ponton F bis de Porquerolles. Le ciel est gris, la mer sombre, la lumière triste. Normal pour un dernier jour de croisière. En allant me brosser les dents, je passe à la capitainerie du port. Comme Evelyne l’avait prévu, celle-ci est fermée (cf. infra récit de la journée du 24 décembre). A 9h20 je prends une dernière photo de l’équipage réuni sur le ponton devant le Choucas, et nous nous apprêtons à larguer les amarres, direction Port-Grimaud. Nous repassons vers 10h devant la baie de l’Alycastre. Evelyne est à la barre, bien emmitouflée pour protéger ses oreilles d’une fin d’otite qui traîne et l’a empêchée de se baigner avant-hier.

Johanna dans le cockpit 251215

Johanna a trouvé sa place dans le cockpit, assise à la contre-gîte, et un petit vent sympa s’est levé. Il forcira un peu dans la matinée, pour nous procurer des jolies pointes de vitesse proches de dix nœuds au speedo pour quinze nœuds de vent au près, lorsque nous serons au milieu du golfe de Hyères, grosso modo au sein d’un triangle formé par le cap des Mèdes, le cap Bénat et Port-Cros. Nous tirons ainsi des bords à la voile jusque vers 13h ; le vent se calme alors et nous rallumons le moteur. 

Déjeuner à bord 251215

A 13h30 nous déjeunons dans le carré, décoré depuis la veille avec des boules de Noël. A 15h30 nous sommes devant les roches brunes du cap Taillat et de son îlot, après avoir traversé les baies du Lavandou et de Cavalaire. Le ciel est toujours couvert, la température est fraîche, nous sommes en veste de quart et Evelyne, allongée sur un des bancs du cockpit, a mis sur elle son sac de couchage et porte ses gants de ski. J’ai confié la barre à Benjamin. A 16h45 nous avons passé le cap Camarat, laissé derrière nous la baie de Pampelonne, et nous voyons au 270° le cap de Saint-Tropez. On commence à voir un peu de ciel bleu ça et là dans le plafond nuageux.

Devant le Cap Taillat 251215

Nous rentrons dans le golfe de Saint-Tropez où, en l’absence de vent, la mer est redevenue comme un lac. Quarante minutes plus tard, nous sommes devant les remparts de Saint-Tropez, dont les lumières se reflètent dans l’eau. La ville – est-ce pour les fêtes de fin d’année ? – est illuminée, et la couleur des lumières qui embrasent les bâtiments change régulièrement, tour à tour jaune, mauve, rose, rouge puis violet ; ça fait un joli spectacle vu de la mer. Une énorme lune rouge et ronde vient de se lever ; nous tentons de la photographier, mais le peu de lumière qu’elle fournit donne des photos floues. Dommage. Je crois me souvenir qu’il s’agissait ce jour-là d’une lune exceptionnelle, comme nous n’en reverrons pas avant plusieurs décennies.

Saint-Tropez Illuminé 2 251215

Benjamin me cède la barre à l’entrée de Port-Grimaud. Je suis déjà rentré dans Port-Grimaud de nuit en 2012 et je sais que la circulation peut y être délicate. Comme de bien entendu, notre première tentative pour retrouver la place du Choucas se finit dans un cul de sac. Nous rebroussons chemin presque jusqu’à l’entrée du port, et nous réengageons dans les canaux. 

Le Choucas de retour à Port-Grimaud 251215

La petite île nous sert de point de repère, et la deuxième tentative est couronnée de succès. Il n’y a pas beaucoup de place pour manœuvrer entre les pendilles des yachts, plus grands aujourd’hui qu’à l’époque de la conception de la cité et de ses canaux. Une petite marche arrière et un virage sur le pas de l’hélice nous permettent de garer le Choucas du premier coup. A 18h50 le bateau est amarré, pendille à l’avant et aussières à l’arrière sur le quai. Nous pensions passer tous ensemble la dernière soirée de la croisière à bord. Mais Benjamin a reçu un coup de fil ; un proche parent vient d’être hospitalisé à Nice et Valérie, Enzo et lui doivent prendre la route le plus vite possible pour se rendre à son chevet. J’apprendrai plus tard par Benjamin que tout s’est bien terminé ; mais pour le moment ils doivent nous quitter, et transbordent leur matos du Choucas jusqu’à leur voiture. Leur départ attriste notre soirée ; j’espère que j’aurai l’occasion de revoir un jour cette famille très sympathique, toujours de bonne humeur, et Benjamin qui est un bon marin. A 20h20 Evelyne, Johanna et moi restons seuls à bord, et dînons dans le carré d’une salade de riz arrosée d’un bon vin de Bourgogne. Nous ramènerons Johanna à Marseille le lendemain avec notre voiture ; le détour n’est pas énorme, et ce sera pour moi l’occasion de rencontrer Jacques, un ami que je n’ai pas vu depuis juillet dernier. Daniel, le propriétaire du bateau, est en Alsace ; nous ne le verrons pas ce soir, ni demain. Comme rien ne presse, nous faisons un peu de rangement, et laissons le gros du nettoyage du bateau pour le début de la matinée du lendemain.

Petit-déjeuner 261215

Dernier coup de jet sur le pont du Choucas 1

Samedi 26 décembre : Petit déjeuner dans le carré à 8h20, avec du pain frais et des croissants que Johanna vient d’aller nous chercher à la boulangerie. Le carré est fleuri d’un superbe bouquet offert le soir de Noël par Johanna lorsque nous sommes allés la chercher à La Tour Fondue ; nous utilisons une bouteille thermos en guise de vase.

Séchage du spi 261215

Le ciel s’est complètement dégagé durant la nuit. Le soleil brille et ça va nous permettre de faire sécher le spi radial, qui est toujours en vrac dans la cabine avant : je ne veux pas le rentrer dans son sac tant qu’il est humide. Evelyne sur le pont, je lui fais passer la voile par le capot avant, et vais la mettre à sécher, pendue sur le quai à un réverbère pour qu’elle sèche plus vite et ne traîne pas sur le sol. Elle sèchera complètement en moins de deux heures. Une fois la vaisselle faite, tout bien rangé et nos affaires débarrassées, Evelyne passe un coup de jet sur le pont du bateau et dans le cockpit : il est 11h50. A 12h07 tout est en ordre, le bateau est vidé, et éloigné du quai. Nous prenons la route pour Marseille… la suite est une autre aventure.

Photos :  L'équipage à Porquerolles devant le Choucas 251215 ; Evelyne à la barre au près 251215 ; Johanna dans le cockpit 251215 ; Déjeuner à bord 251215 ; Devant le Cap Taillat 251215 ; Saint-Tropez Illuminé 2 251215 ; Le Choucas de retour à port-Grimaud 251215 ; Petit-déjeuner 261215 ; Séchage du spi 261215 ; Dernier coup de jet sur le pont du Choucas 1 251216 ; Dernier coup de jet sur le pont du Choucas  2 251215 Auteurs : Saint-Tropez Illuminé 2 251215 : Evelyne Chadaigne ; autres photos : Philippe Bensimon

Dernier coup de jet sur le pont du Choucas 251216