La circulation océanique, schéma

Je viens de visionner un superbe documentaire créée par Oceanize au sujet des courants océaniques profonds : https://www.youtube.com/watch?v=zxdIEX1VMZk&t=1343s

Durant 10 000 ans, notre maison a vécu une grande stabilité climatique, permettant un climat tempéré et le développement considérable de notre espèce.

Cette stabilité climatique, dont les scientifiques depuis peu ont découvert une des provenances majeures, est en grande partie due à d’immenses courants océaniques à 4.000 m de profondeur dans la mer.

Ce phénomène met en avant un cercle vicieux dommageable à notre survie sur cette planète. Le réchauffement de la Terre a pour conséquence de provoquer la fonte de la calotte glacière. Les icebergs, immenses réservoirs d’eau douce, en fondant font chuter de façon alarmante la salinité de la mer. Or c’est le sel qui permet de créer des eaux lourdes, qui forment aux fond des océans les courants océaniques qui parcourent toute la planète. Ce cheminement très lent des courants océaniques profonds chargés d’eau salée à travers tous les océans est un des plus grands régulateurs climatiques de la planète. Ce sont ces courants qui permettent au Gulf Stream de nous procurer notre climat tempéré et de refroidir également les eaux tropicales.

Ces courants voient le jour en Arctique, là où le Gulf Stream plonge sous les eaux,  pour atteindre, 2000 ans plus tard, l’immense fosse des Kermadec dans l’océan Pacifique. 

Le réchauffement climatique a déjà dans certaines régions du globe perturbé ces courants en les affaiblissant, car les eaux lourdes accusent une baisse de salinité qui les empêche d’atteindre le fond des océan. Actuellement, cette masse d’eau ne parvient plus à atteindre les 4.000 m de profondeur et reste péniblement à 1.000  m. Ce phénomène de désalinisation des océans ralentit considérablement la circulation océanique et peut avoir comme conséquence une nouvelle glaciation. Au cours des 2.000 dernières années ces courants océaniques profonds ont joué leur rôle de régulateur climatique de la planète. L’enfoncement des eaux salées participe à un équilibre extrêmement précieux. Mais qu’en sera-t-il de cet équilibre demain ? 

En 1970, quatre cents icebergs se détachaient chaque année de la banquise. En 1990, plus de mille étaient comptabilisés…

Je vous conseille vivement de prendre quelques minutes pour visionner cette vidéo extrêmement utile à la compréhension de notre devenir. Evelyne Chadaigne