Maria_2017_track

Ceux qui ont regardé la carte de l'itinéraire de Florence dans l'article précédent (carte qui est incomplète, mais pour le moment je n'en dispose pas d'autre publiable) ont pu se demander comment Florence pouvait arriver en France.

C'est pourtant un itinéraire très classique pour un uuragan (voir les articles sur la cyclogenèse sur ce blog, en passant au besoin par le moteur de recherche du blog, et la photo ci-dessus de l'itinéraire de Maria l'an passé). Explication : "Un cyclone tropical, est un type de cyclone (dépression) qui prend forme dans les océans de la zone intertropicale à partir d'une perturbation qui s'organise en dépression tropicale puis en tempête. Son stade final est connu sous divers noms à travers le monde : ouragan dans l'Atlantique nord et le Pacifique Nord-Est, typhon en Asie de l'Est et cyclone dans les autres bassins océaniques (Wikipédia)". Un ouragan (cas de Florence) trouve généralement sa source dans une dépression issue des haut-plateaux africains, et qui va se déplacer dans la zone intertropicale dans une bande comprise entre 30°N et 10°N. Comme tous les systèmes de vents dans ces latitudes, il va se déplacer d'est en ouest, trouvant son énergie dans la différence de température entre l'eau chaude sur laquelle il passe et l'air froid de la troposphère. Sa mise en rotation est assurée par la force de Coriolis (ce qui explique pourquoi les cyclones naissant à moins de 10° de l'équateur sont extrêmement rares, la force de Coriolis étant inexistante à l'équateur). L'eau chaude se concentrant dans la mer des Caraïbes et le Golfe du Mexique, c'est ce qui explique pourquoi c'est dans cette zone que l'onde tropicale va se transformer en tempête puis en ouragan. C'est aussi cette nécessité pour l'ouragan de trouver sa source d'énergie dans une colonne d'eau à 26° d'au moins 50 mètres d'épaisseur qui explique pourquoi, lorsqu'il passe au dessus des terres, il perd rapidement de sa puissance.

Après avoir buté contre l'arc des Caraïbes et le continent américain, l'itinéraire classique d'un ouragan est la remontée vers le nord le long des côtes nord-américaines, jusqu'au nord du Cap Hatteras. Là, le Gulf Stream chaud qui lui sert de source d'énergie rencontre le courant froid de Virginie venu du nord. Le Gulf Stream, va alors obliquer vers l'est puis le nord-est, sa limite sud se diluant dans des eaux guère différentes des siennes, et sa limite nord-ouest étant confondue avec l'arrivée du courant froid du Labrador venu du nord (qui pénètre jusque dans le Saint-Laurent). A cette lattitude, les vents dominants ne soufflent plus d'est en ouest, mais d'ouest en est. En les ouragans (ou plutôt ce qu'il en reste) retraversent ensuite l'Atlantique avec les eaux chaudes du Gulf Stream, dans l'autre sens cette fois, en direction de l'Europe. Bien sûr, ils sont normalement très atténués lorsqu'ils arrivent en Europe : la température de l'océan à 45°N ou 46°N n'est pas la même qu'aux Caraïbes ou dans le Golfe du Mexique, et leur source d'énergie est donc beaucoup plus faible. Bref, voir des "résidus" de Florence toucher les côtes Normandes n'est pas anormal. 

Those who have looked at the map of the Florence itinerary in the precedent message (map which is incomplete, but for the moment I do not have any other publishable) have wondered how Florence could arrive in France.

It is nevertheless a very classic route for a hurricane (see the articles on the cyclogenesis on this blog, passing if necessary by the search engine of the blog, and the image of the route of Maria last year at the beginning of this article). Explanation: "A tropical cyclone is a type of cyclone (depression) that takes shape in the oceans of the intertropical zone from a disturbance that is organized into a tropical depression and then into a storm, its final stage is known by various names. around the world: hurricane in the North Atlantic and the North-East Pacific, typhoon in East Asia and cyclone in other ocean basins (Wikipedia) ". A hurricane (case of Florence) generally finds its source in a depression coming from the African highlands, and which will move in the intertropical zone in a band between 30 ° N and 10 ° N. Like all wind systems in these latitudes, it will move from east to west, finding its energy in the difference in temperature between the hot water on which it passes and the cold air of the troposphere, and its rotation. in the Coriolis force (which explains why cyclones born less than 10 ° from the equator are extremely rare, the Coriolis force being non-existent at the equator). The hot water is concentrated in the Caribbean Sea and the Gulf of Mexico, which is why it is in this area that the tropical wave will turn into a storm and hurricane. It is also this need for the hurricane to find its source of energy in a water column at 26 °C of at least 50 meters thick which explains why, when it passes over the land, it loses quickly of his power. After stumbling against the Caribbean arc and the American continent, the classic hurricane route is the northward climb along the North American coast to the north of Cape Hatteras. There, the hot Gulf Stream that serves as a source of energy meets the cold current of Virginia from the north. The Gulf Stream will then turn eastward then northeasterly, its southern limit diluting in waters not much different from its own, and its northwestern boundary coinciding with the arrival of the north Labrador cold current. (which penetrates into the St. Lawrence). At this latitude, the prevailing winds no longer blow from east to west, but from west to east. In hurricanes (or rather what is left of them), the Atlantic flows again with the warm waters of the Gulf Stream, in the other direction this time, towards Europe. Of course, they are normally very attenuated when they arrive in Europe: the temperature of the ocean at 45 ° N or 46 ° N is not the same as in the Caribbean or the Gulf of Mexico, and their source of energy is therefore much lower. In short, see "residues" of Florence touch the Norman coast is not abnormal.

Photo : Itinéraire du cyclone Maria en 2017 / Maria_2017_track (auteur/author Cyclonebiskit)