Peche VFUn milliard d'hommes vivent directement de la pêche, trois milliards d'hommes dépendent de l'océan. Quand ces hommes sont réduits à la famine par la disparition du poisson et plus généralement des ressources halieutiques, on enregistre ce que le FAO appelle dans son rapport d'octobre 2018 "des zones de violences et de déstabilisation politique". Notamment, dans les pays côtiers où sévit la famine (Venezuella), on voit apparaître des zones de piraterie. La disparition du poisson est due aujourd'hui :

- essentiellement à la surpêche (93 millions de tonnes de poisson pêchées par an). On mange chaque année selon les pays entre deux et trois fois plus de poisson que ce que l'océan est capable de fournir ;

- à la pollution par les plastiques qui atteint aujourd'hui l'ensemble de la chaîne alimentaire marine, du zooplancton aux grands cétacés ;

- à la désoxygénation liée à l'élévation de la température de l'eau. L'océan a globalement perdu en cinquante ans 2 %de son oxygène, mais cette perte atteint 40 % dans certaines zones (zones dites en hypoxie).

- la la perte en gaz carbonique dissous dont le phytoplancton a besoin pour faire la photosynthèse. Moins de phytoplancton (base de la chaîne alimentaire marine) égale moins de poisson... L'association Bloom rappelait il y a un an à La Sorbonne que la baisse de l'oxygène et des nutriments entraînera dans les prochaines années une raréfaction des poissons et une réduction de la taille de ceux-ci ; 

- à la pollution par les métaux lourds, les hydrocarbures, etc.

Peche EN

One billion people live directly from fishing, three billion people depend on the ocean. When these men are reduced to famine by the disappearance of fish and more generally of halieutic resources, one records what the FAO calls in its report of October 2018 "zones of violence and political destabilization". The disappearance of the fish is due today:

- mainly overfishing (93 million tonnes of fish caught per year, more than eight times more than the ocean can sustainably deliver), and to a lesser extent:

- plastic pollution, which today reaches the entire marine food chain, from zooplankton to large cetaceans;

- the deoxygenation linked to the rise in the temperature of the water. In fifty years, the ocean has lost two percent of its oxygen, but this loss reaches 40% in some areas (so-called hypoxia zones).

- the loss of dissolved carbon dioxide that phytoplankton needs to photosynthesize. Less phytoplankton (base of the marine food chain) equals less fish ...

- pollution by heavy metals, hydrocarbons, etc.

Photos : Les visuels en français et en anglais nous sont proposés par la Plate-forme Océan & Climat ; Visuals in French and English are offered by Ocean & Climate Platform.