Le discours de Greta Thunberg à l'ONU

« Tout cela ne va pas. Je ne devrais pas être ici, mais à l'école, de l'autre côté de l'océan. Et pourtant, vous venez nous demander, à nous les jeunes, de l'espoir. Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos mots vides de sens. Et encore, je fais partie des chanceux. Des gens souffrent, meurent, des écosystèmes entiers s'effondrent. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle extinction de masse et tout ce que vous parlez c'est d'argent et d'un conte de fées d'une croissance économique éternelle. Comment osez-vous ? Depuis plus de trente ans la science est parfaitement claire. Comment osez-vous encore regarder ailleurs ? En disant que vous agissez assez, alors que les politiques et actions nécessaires ne sont nulle part en vue. Vous dites que vous nous écoutez et que vous comprenez l'urgence, mais peu importe que je sois triste ou en colère, je ne veux pas croire à cela. Parce que si vous compreniez vraiment la situation, tout en continuant d'échouer à agir, alors vous êtes mauvais et je refuse de croire que vous l'êtes. L'idée répandue de diviser par deux nos émissions en dix ans ne nous laisse qu'une chance sur deux de rester en dessous de 1,5°C d'augmentation et d'éviter des réactions en chaîne irréversibles, hors du contrôle humain. Une chance sur deux, cela peut vous paraître acceptable, mais ces chiffres n'intègrent pas les points de bascule, les boucles de rétroaction, le réchauffement supplémentaire caché par la pollution atmosphérique ou les aspects de justice et d'équité. Ils comptent également sur ma génération pour extraire des centaines de milliards de tonnes de CO2 de l'air grâce à des technologies presque inexistantes. Un risque de 50 % n'est tout simplement pas acceptable pour nous, nous qui devons en supporter les conséquences. Pour avoir 67 % de chances de rester sous 1,5°C d'élévation de la température mondiale, les meilleures prévisions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), il restait 420 gigatonnes de C02 à émettre le 1er janvier 2018. Aujourd'hui ce chiffre est déjà de moins de 350 gigatonnes. Comment osez-vous prétendre que cela puisse-t-être résolu avec les solutions habituelles et certaines solutions techniques ? Avec les niveaux d'émission actuels, le budget C02 restant aura entièrement disparu dans moins de huit ans et demi. Vous n'aurez pas de solutions ou de projets à la hauteur de ces chiffres, aujourd'hui. Parceque ces chiffres vous sont trop inconfortables, et vous n'êtes toujours pas assez matures pour les exprimer. Vous nous délaissez ! Mais les jeunes commencent à comprendre votre trahison. Les yeux de toutes les générations futures sont sur vous. Et si vous choisissez de nous délaisser, je dis que nous ne vous pardonnerons jamais. Nous ne vous laisserons pas vous en tirer. C'est ici que nous fixons la limite. Le monde se réveille. Le changement arrive, que cela vous plaise ou non »

Ce discours très fort, prononcé par une adolescente en colère aux yeux rougis, a malheureusement été prononcé devant un parterre peu fourni : plus de la moitié des chefs d'Etat et de gouvernements ont choisi de boycotter le Sommet pour le climat de l'ONU ce lundi 23 septembre, et beaucoup de grands pays, dont le Japon, l'Australie et le Brésil étaient absents. Donald Trump de son côté n'y a fait qu'une apparition extrêmement brève, sans aucun rapport avec l'importance du sujet.

Une bonne analyse de ce discours historique figure dans le Huffingtonpost sous la plume de Jacky Isabello : https://www.huffingtonpost.fr/entry/ce-quil-y-a-de-martin-luther-king-dans-le-discours-historique-de-greta-thunberg_fr_5d8b908ae4b01c02ca624d3e

Greta Thumberg Climate action summit ONU 230919 Capture d’écran 2019-09-28 à 20

En marge de ce discours, Greta Thunberg attaque la France, l'Allemagne, le Brésil, l'Argentine et la Turquie devant le Comité des Droits de l'enfant de l'ONU. Les plus grands pays pollueurs (Chine, Inde, USA) échappent à ses attaques pour une raison simple : ils ne sont pas signataires de la convention permettant cette action.

Motif de l'action contre la France : celle-ci ne tient pas ses engagements signés en 2015 lors des Accords de Paris. « La France en fait moins que les autres, elle baisse moins ses émissions annuellement que la moyenne européenne » expliquait la responsable Transition énergétique au Réseau Action-climat Anne Bringault le 24 septembre.

L'action engagée ne débouchera pas sur un procès, et il n'y aura pas de jugement : l'action n'est pas intentée devant un tribunal mais devant un comité d'experts. Pour Me Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit de l'environnement, l'intérêt de la procédure est de dire s'il y a un lien entre changement climatique et Droits de l'Homme (et Droits de l'Enfant), et si oui, en quoi les droits de l'enfant sont menacés par l'inaction climatique. Sources : JT 20h A2, 23 et 24 septembre 2019.

_________________

Yet you all come to us young people for hope”.  “I shouldn’t be up here. I should be back in school on the other side of the ocean”.  “We are in the beginning of a mass extinction, and all you can talk about is money and fairy tales of eternal economic growth. How dare you?”

This very strong speech, delivered by an angry, red-eyed teenager, was sadly delivered in front of an underfunded audience: more than half of the heads of state and government chose to boycott the UN Climate Summit this Monday, September 23, and many large countries, including Japan, Australia and Brazil were absent. Donald Trump for his part only made an extremely brief appearance, without any relation to the importance of the subject.

On the sidelines of this speech, Greta Thunberg attacks France, Germany, Brazil, Argentina and Turkey before the UN Committee on the Rights of the Child. The biggest polluting countries (China, India, USA) escape their attacks for a simple reason: they are not signatories of the convention allowing this action. Reason for action against France: it does not keep its commitments signed in 2015 during the Paris Agreements. "France does less than the others, it decreases its annual emissions less than the European average," explained the head of Energy Transition at the Anne Bringault Climate Action Network on 24 September. The action will not lead to a trial, and there will be no judgment: the action is not brought before a court but before a committee of experts. For Me Arnaud Gossement, lawyer specializing in environmental law, the interest of the procedure is to say if there is a link between climate change and Human Rights (and Rights of the Child), and if yes, how the rights of the child are threatened by climate inaction. Sources: JT 20h A2, 23 and 24 September 2019

Jacky Isabello wrote a good analysis of this speech in the Huffington Post :  https://www.huffingtonpost.fr/entry/ce-quil-y-a-de-martin-luther-king-dans-le-discours-historique-de-greta-thunberg_fr_5d8b908ae4b01c02ca624d3e