Jeudi 24 octobre 2019. 7h30, le départ du mouillage au fond de la baie de Pula se fait sans difficulté. Le vent est nul (0,3 nœuds). A huit heures, nous sommes amarrés sur pendille à la marina ACI de Pula, que nous ne sommes pas arrivés à joindre à la VHF. l'objectif pour nous est d'obtenir deux heures de franchise afin de visiter et pouvoir compléter notre avitaillement, avant de repartir en direction du nord et de Porec, où nous passerons la nuit. La marina refuse les visiteurs et nous propose de payer la journée et la nuit entière, où de partir immédiatement. ACI est une structure qui gère des marinas relativement luxueuses, très chères, et dont l'accueil n'est pas le point fort. Ce sont des entreprises avant tout commerciales. Nous quittons la marina, et de retour dans la rade tentons de joindre les autorités portuaires. Plus accueillant, j'obtiens à la radio (canal 9) un interlocuteur qui nous invite à nous installer pour deux heures "free" à un quai très voisin, au nord-est de la marina. Ce quai est désert à cette heure matinale, et mon interlocuteur s'est déplacé pour nous aider à la manœuvre d'accostage, le long du quai en zone "safe". Il m'apprend que notre VHF marche mal et grésille beaucoup ; il a eu du mal à comprendre ce que je lui disais lors de notre communication. 

IMG_9151

Nous débarquons et faisons le tour de l'amphithéâtre (paraît-il le mieux conservé du monde romain), visitons l'exposition consacrée à la Pieta du sculpteur croate Ivan Mestrovic, et allons prendre un café dans un bar proche du port. Les quelques courses nécessaires effectuées  dans une alimentation située dans une ruelle voisine de l'amphithéâtre romain, je m'arrête dans une boutique de souvenirs pour m'offrir un T-shirt siglé Pula. Pour 100 kunas (13 euros) la vendeuse imprime le T-shirt que j'ai choisi devant moi. J'ai mal estimé la chaleur de la saison et j'ai pris avec moi trop de polaires et pas assez de vêtements légers.

IMG_9153

IMG_9154

Pula, l'amphithéâtre romain 241019 (3)

Pula, l'amphithéâtre romain 241019 (4)

IMG_E9157

Pula, la Pieta d'Ivan Mestrovic, exposition 241019 (1)

Pula, l'équipage du Sun Odyssey Quint II débute la matinée au café 241019

A 10h30 nous quittons l'emplacement généreusement offert par la Port Authority et allons nous amarrer au quai des carburants, situé au nord-est de la marina, dans le but d'y trouver de l'eau, soit gratuite, soit payante. Malheureusement, la station INA de délivre pas d'eau et nous repartons immédiatement. Notre réservoir de diesel est encore presque à demi-rempli, et nous attendrons le lendemain pour faire le plein et donner à nos équipiers une estimation aussi proche que possible de la réalité de notre consommation de carburant de la semaine.  

A 11 h nous sommes en route pour Porec. Sophie est à la barre. La veille au soir, nous avons gagné le mouillage en enroulant par le sud Andrija Pula, la plus au sud des îles de la rade de Pula. Ce matin, nous franchissons le passage au nord de cette île, matérialisé par deux tourelles vertes et deux tourelles rouges. Nous laissons ensuite à tribord le Fabio duo, un cargo italien de 80,9 m par 16 qui bat pavillon italien et charge sans doute les énormes morceaux de rochers de la carrière voisine - sans doute du marbre. Hier soir, ce cargo à quai le long de la carrière était bien repérable, complètement illuminé. 

 

Le cargo italien Fabio Duo près de Pula, 241019

Pula, en sortant de la rade (2), 241019

Pula, en sortant de la rade, 241019

Nous gagnons la sortie de la rade, délimitée à bâbord par le grand brise-lames en partie immergé, et mettons le cap au nord sur le passage entre les îles Brioni et le continent. Nous passons successivement à 11h30 la tourelle rouge de Plic Slavulka à bâbord, à 13h45 la tourelle blanche d'Ivan Pucini à tribord, et à 15h nous sommes à l'ouest de la tourelle rouge marquant les écueils de Plitvac Mramori. Une demi-heure plus tard, c'est au tour de l'îlot d'Altuez d'apparaître à l'est du bateau. 

Sun Odyssey 51 Quint II, sieste au large de Vrsar, 241019

A l'ouest de Vrsar, C, 241019

Jolie maison peu avant Porec, 24 octobre 2019

Hr Karbula devant Porec, 24 octobre 2019

 

Arrivéeà Porec Céline et Mathias observent le génois 241019

Arrivée à Porec

Nous avons commencé notre route en ce matin au moteur, nous la finirons moteur coupé sous grand-voile et génois, avec malgré tout très peu de vent. Nous terminerons l'étape en mode rase-cailloux, en passant entre le petit îlot Hr Karbula et le môle du port de Porec, avec 70 cm d'eau sous la quille. A l'entrée du port, une affichette donne les canaux VHF, 10 pour l'autorité portuaire et 17 pour la marina. Aucun de ces deux numéros ne répond. A 16h30, nous accostons devant le l'hôtel casino de Porec. Nous sommes toujours à la recherche d'eau. Nous disposons de 700 litres d'eau à bord, mais notre équipage est nombreux et nous en faisons une large consommation. Nous découvrons que la borne électrique en face de nous, munie de robinets d'eau, ne fonctionne pas avec une simple carte bleue. 

Un Croate ayant vécu en Belgique et parlant français vient nous voir pour nous venir en aide, plein de bonne volonté. Il nous dit d'aller voir la Policija avant tout et insiste en disant qu'ils nous attendent. J'en suis très étonné : même si nous sommes français, nous battons pavillon croate et nous n'avons pas à effectuer de formalités d'entrée. Nous repartons quand même, et nous amarrons une nouvelle fois, cette fois-ci devant le petit bâtiment préfabriqué de la police. Comme je l'avais pensé, ceux-ci ne veulent pas nous voir, et nous renvoient à l'autorité portuaire. Nous nous amarrons pour la troisième fois (cette fois-ci sur pendille) devant le local de du Port Authority et le bar Valama Riviera. François aura été à la barre durant les trois accostages successifs. Notre sympathique Croate, qui bénévolement mais avec gentillesse nous aura mal renseignés, a suivi sur le quai notre périple et vient nous dire au revoir. Il nous affirmant qu'il est trop tard pour faire des courses, et que tous les magasins sont déjà fermés.

Sa crédibilité étant déjà sérieusement entamée, Cathy et moi nous mettons quand même en quête de victuailles, et trouvons non loin en direction de la marina un grand supermarché Spar qui ferme à 21 heures. Le supermarché est équipé de toilettes (5 kunas l'entrée). Une partie de l'équipage nous y rejoint, heureusement car l'eau minérale et les provisions auraient représenté une charge lourde pour être ramenée à deux à bord.

Au quai d'honneur de Porec 241019

A dix-neuf heures nous sommes attablés pour l'apéritif au bar à vin devant le bateau. Le bar ferme dans trois jours (c'est la fin de la saison) ; ils servent un excellent muscat. Certains de nos équipiers sont partis à la recherche d'une douche. Ils m'apprennent que la marina leur a refusé l'accès aux douches, y compris en échange d'argent. La solidarité des gens de mer ne joue pas dans les marinas ACI. Quelques minutes auparavant, je suis allé revoir le capitaine du port avant qu'il ne ferme son bureau. Il a accepté très gentiment de venir ouvrir celui-ci à sept heures demain matin. Cela nous permettra de lui régler nos consommations d'eau et d'électricité ainsi que le prix de notre nuitée et partir de bonne heure.

Le Sun Odyssey 51 Quint II à Porrec, 241019 (2)

Porec, préparation de la soupe au pistou dans le cockpit du Sun Odyssey 51 Quint II 241019L'apéritif fini, nous terminons la soirée à bord devant une bonne soupe au pistou. C'est la recette traditionnelle provençale reprise par Jean Ferniot il y a plus de quarante ans de cela dans Cuisine et Vins de France. Roborative, c'est la meilleure soupe de légumes que je connaisse. Elle redonnait des forces aux vignerons provençaux à l'époque des vendanges. Nous la faisons ici avec les moyens du bord, en écrasant les légumes à la fourchette après cuisson et en nous servant d'un flacon en verre en guise de pilon pour la préparation du pistou. Certains iront ensuite danser en prenant un dernier verre dans un bar de nuit de Porec.

Porec, soupe au pistou pour l'équipage du Sun Odyssey 51 Quint II 241019

Thursday, October 24, 2019. 7:30, the departure of the anchorage at the bottom of the bay of Pula is without difficulty. The wind is zero (0.3 knots). At eight o'clock, we are moored on the ACI marina in Pula, which we did not reach to join the VHF. the goal for us is to get two hours of frankness to visit and complete our refueling, before heading north to Porec, where we will spend the night. The marina refuses visitors and offers to pay the day and the whole night, to leave immediately. ACI is a structure that manages relatively luxurious marinas, very expensive, and whose reception is not the strong point. These are primarily commercial enterprises. We leave the marina, and back in the harbor try to reach the port authorities. More welcoming, I get on the radio (channel 9) an interlocutor who invites us to settle for two hours "free" at a dock very close to the northeast of the marina. This wharf is deserted at this early hour, and my interlocutor has moved to help us with the docking maneuver, along the wharf in "safe" area. He tells me that our VHF works badly and sizzles a lot; he had trouble understanding what I said to him during our communication. We disembark and tour the amphitheater (apparently the best preserved in the Roman world), visit the exhibit devoted to the Pieta Croatian sculptor Ivan Mestrovic, and take a coffee in a bar near the port. The few necessary races made in a food located in an alley next to the Roman amphitheater, I stop in a souvenir shop to offer me a T-shirt with Pula logo. For 100 kuna (13 euros) the saleswoman prints me the T-shirt in front of me. I have misjudged the heat of the season and I took with me too many polar and not enough light clothing.

At 10:30 we leave the site generously offered by the Port Authority and we moor at the fuel pier, located northeast of the marina, in order to find water, either free or paid. Unfortunately, the INA station does not deliver water and we leave immediately. Our diesel tank is still almost half-filled, and we will wait until the next day to refuel and give our crews an estimate as close as possible to the reality of our fuel consumption of the week.
At 11 am we are on our way to Porec. Sophie is at the helm. The evening before, we reached the anchorage by winding through the Andrija Pula, the southernmost of the islands in the harbor of Pula. This morning, we cross the passage north of this island, materialized by two green turrets and two red turrets. We then leave to the starboard the Fabio duo, an 80.9 by 16 Italian cargo ship that is flying the Italian flag and probably loads the enormous pieces of rock from the neighboring quarry - probably marble. Last night, this freighter docked along the quarry was well spotted, completely illuminated.

We reach the exit of the harbor, bounded on the port side by the large submerged breakwater, and head north on the passage between the Brioni Islands and the mainland. We pass successively at 11:30 the red turret of Plic Slavulka to port, at 13:45 the white turret of Ivan Pucini to starboard, and at 15h we are west of the red turret marking the reefs of Plitvac Mramori. Half an hour later, it is the turn of the island of Altuez to appear to the east of the boat. 

We started our route this morning to the engine, we will finish engine cut under mainsail and genoa, with nevertheless very little wind. We will finish the stage in a rocky way, passing between the small islet Hr Karbula and the mole of the port of Porec, with 70 cm of water under the keel. At the entrance of the port, a poster gives the VHF channels, 10 for the port authority and 17 for the marina. None of these two numbers answers. At 4.30 pm, we arrive in front of the Porec casino hotel. We are always looking for water. We have 700 liters of water on board, but our crew is numerous and we make a large consumption. We discover that the electric terminal in front of us, equipped with water taps, does not work with a simple credit card.
A Croatian living in Belgium and speaking French comes to see us to help us, full of goodwill. He tells us to go see Policija first and insist that they are waiting for us. I am very surprised: even though we are French, we are flying the Croatian flag and we do not have to carry out any entry formalities. We leave again, and we moor again, this time in front of the small prefabricated police building. As I had thought, they do not want to see us, and we are referring to the port authority. We moor for the third time (this time on dangles) in front of the local Port Authority and Valama Riviera bar. François will have been at the helm during the three successive berths. Our friendly Croatian, who voluntarily but with kindness has misinformed us, followed on the platform our journey and came to say goodbye. He assures us that it is too late to go shopping, and that all the stores are already closed.
Credibility is already seriously undermined, Cathy and I are still looking for food, and find not far towards the marina a large Spar supermarket that closes at 21 hours. The supermarket is equipped with toilets (5 kuna entrance). Part of the crew joined us, fortunately because the mineral water and provisions would have represented a heavy load to be reduced to two on board.
At nineteen we are seated for an aperitif at the wine bar in front of the boat. The bar closes in three days (it's the end of the season); they serve an excellent muscat. Some of our team members went in search of a shower. They tell me that the marina has refused them access to the showers, including in exchange for money. The solidarity of the seafarers does not play in the ACI marinas. A few minutes ago, I went to see the harbor master again before he closed his office. He very kindly agreed to open it at seven o'clock tomorrow morning. This will allow us to regulate our consumption of water and electricity and the price of our overnight and leave early.

The aperitif finished, we finish the evening on board in front of a good soup with pesto, the traditional Provençal recipe taken up by Jean Ferniot more than forty years ago in Cuisine et Vins de France. Roborative, it's the best vegetable soup I know. It gave strength to Provençal winemakers at the time of the harvest. We make it here with the means of the edge, by crushing the vegetables with the fork after cooking and by using a glass bottle as a pestle for the preparation of the pistou. Some will then dance while having a last drink in a night bar of Porec.

Photos : Débarquement à Pula, 24 octobre 2019 ; L'amphithéâtre romain de Pula, 24 octobre 2019 (1 à 5) ; La Pieta d'Ivan Mestrovic ; 24 octobre 2019 ; Café avant le départ de Pula, 24 octobre 2019 ; Le cargo italien Fabio Duo en rade de Pula, 24 octobre 2019 ; En sortant de la rade de Pula, 24 octobre 2019 (1 et 2) ; Entre l'île Brioni à bâbord et le continent au nord de Pula, 24 octobre 2019 ; A l'ouest de Vrsar, la tourelle Plic Mramori et Céline à la barre, 24 octobre 2019 ; Jolie maison peu avant Porec, 24 octobre 2019 ; Hr Karbula, 24 octobre 2019 ; Entre Hr Karbula et Porec, Mathias et Céline règlent les voiles dans 2,8 mètres d'eau, 24 octobre 2019 ; Arrivée à Porec, François à la barre, 24 octobre 2019 ; Coucher de soleil au quai de Porec, 24 octobre 2019 ; Apéritif à Porec au bar Valamar Riviera, 24 octobre 2019 ; Préparation de la soupe au pistou dans le cockpit du Sun Odyssey 51 Quint II, 24 octobre 2019 ; Soupe au pistou pour l'équipage du Sun Odyssey 51 Quint II à Porec, 24 octobre 2019. Auteur/author : Philippe Bensimon.