StateLibQld_1_125555_Workers_on_a_coffee_plantation_at_Kuranda,_Queensland,_ca

Vous sentez-vous responsable de la mort cet hiver d'un milliard d'animaux en Australie ? Vous sentez-vous responsable des inondations de Venise ? Vous sentez-vous responsable de la mort de milliers de migrants en Méditerranée ? Vous le devriez.

Parce que vos gestes au quotidien, vos choix politiques lors des élections, votre mode de vie - notre mode de vie - sont responsables de l'état actuel du climat. Lorsque vous prenez votre voiture pour des raisons de confort, vous engloutissez un peu plus Venise, et vous tuez un peu plus de gens et d'animaux sur la planète. Et à l'inverse, lorsque Donald Trump libère l'industrie américaine des normes anti-pollution, lorsque Jair Bolsonaro encourage la déforestation de l'Amazonie ou lorsque Scott Morrison ferme les yeux sur celle de l'Australie (300.000 hectares de forêt abattus chaque année dans ce pays pour faire place à de l'élevage et des pâturages, la plupart abattus en toute illégalité), lorsque la Chine de Xi Jinping s'apprête à supprimer complètement le contrôle des naissances en 2020, toutes ces décisions ont un impact direct sur votre vie, sur la qualité de l'air que vous respirez, sur les inondations dont vous allez être victime, sur la sécheresse qui brûlera vos cultures, sur les tempêtes qui arracheront vos toitures, sur les épisodes cévenols qui surviendront dans votre village, sur les ouragans qui commencent à se former en Méditerranée.

Il est temps pour nous de réaliser que les frontières n'ont aujourd'hui plus de sens. Nous, Terriens, avons une seule atmosphère, un seul océan, et nous sommes tous responsables de ce qui arrive à nos voisins, même s'ils nous semblent lointains.

Aujourd'hui, les climato-négationnistes ont quasiment disparu des milieux scientifiques. La vulgarisation des connaissances scientifiques met du temps à se faire, et, tous les jours j'entends des gens remettre en cause l'influence de l'homme dans le désastre actuel. Un déni de la réalité qui leur permet une position confortable, et leur permet de continuer à déforester, à polluer, à consommer des énergies fossiles précieuses comme si cela n'avais aucune incidence. Le négationnisme, lorsqu'il concerne le génocide perpétré contre les juifs durant la seconde guerre mondiale, est pénalement réprimé dans dix-sept pays. Mais la Shoah n'a concerné "que" l'extermination de cinq à six millions de juifs. Comment se fait-il que le climato-négationnisme (et son corollaire l'inaction climatique), qui a déjà commencé à tuer et va aboutir à l'extermination d'un nombre bien plus considérable de personnes, soit encore toléré ? Comment peut-on accepter que des personnes professent ouvertement des doutes qui ont abouti à une situation désormais irréversible - à l'échelle humaine - et à un désastre tel que la Terre n'en a jamais connu de mémoire d'homme ? 

Je fais partie d'une génération qui avait soif de liberté et pour laquelle le maître mot était : "il est interdit d'interdire". Je ne suis pas fan des règlementations. Les Hébreux se contentaient de dix commandements, mais il y en avait un qu'ils respectaient tout particulièrement : "tu ne tueras point". Il serait temps pour nous de réaliser que le climato-négationnisme tue, et de le réprimer comme tel.

Philippe Bensimon

__________________________ 

 

Do you feel responsible for the death of a billion animals in Australia this winter? Do you feel responsible for the Venice floods? Do you feel responsible for the deaths of thousands of migrants in the Mediterranean? You should.

Because it is your everyday actions, your political choices during elections, your way of life - our way of life - that are responsible for the current state of the climate. When you take your car for the sake of comfort, you engulf Venice a little more, and you kill a few more people and animals on the planet. And conversely, when Donald Trump liberates the American industry from anti-pollution standards, when Jair Bolsonaro encourages deforestation in the Amazon or when Scott Morrison turns a blind eye to that of Australia (300,000 hectares of forest cut down each year in this country to make way for livestock and pasture land, most of which were illegally slaughtered), when Xi Jinping's China is about to completely abolish birth control in 2020, all of these decisions have a direct consequence on your life, on the quality of the air that you breathe, on the floods of which you are going to be victim, on the drought which will burn your crops, on the storms which will tear off your roofs, on the Cévennes episodes which will occur in your village, on hurricanes that are starting to form in the Mediterranean. It is time for us to realize that borders no longer make sense today. We Earth people have one atmosphere, one ocean, and we are all responsible for what happens to our neighbors, even if they seem distant to us. Today, climate-negationists have almost disappeared from scientific circles. The popularization of scientific knowledge takes time to be done, and every day I hear people questioning the influence of man in the current disaster. A denial of reality that allows them a comfortable position, and allows them to continue to deforest, to pollute, to consume precious fossil fuels as if it had no impact. Holocaust denial, when it concerns the genocide perpetrated against the Jews during the second world war, is penalized in seventeen countries. But the Shoah concerned "only" the extermination of five to six million Jews. How is it that climato-negationism (and its corollary climate inaction), which has already started to kill and will lead to the extermination of a much larger number of people, is still tolerated? How can we accept that people openly profess doubts that have led to a situation that is now irreversible - on a human scale - and to a disaster such as the Earth has never known in human memory? I belong to a generation which thirsted for freedom and for which the key word was: "it is forbidden to prohibit". I am not a fan of regulations. The Hebrews were content with ten commandments, but there was one which they particularly respected: "thou shalt not kill". It is time for us to realize that climate-negationism is killing, and to repress it as such.

      Philippe Bensimon

Photo : Culture de caféiers, au détriment de la jungle australienne du Queensland, ici à Kuranda, vers 1900 (auteur inconnu / Author unknown.